entretien des outils (greffoir)

greffer.net >> Matériel

sapindo a écrit le 06/03/2007 07:23
je cherche des astuces pour l'entretien des greffoirs:

- nettoyer la lame avec quoi? L'alcool ça désinfecte mais nettoie pas. je crois qu'il existe un produit dans le commerce spécialement pour ça?
- éviter voire éliminer l'apparition de "traces noires": surtout ça!
-aiguiser...ça peut paraître un peu bête mais j'ai un peu de mal et surtout pas rapide...la pierre a un grain trop fin ou pas assez gros?

Bref je cherche des idées permettant de faire tout ça rapidement...
patrice a écrit le 02/04/2007 10:05
J'ai trouvé un bon produit pour enlever le mastic qui collerait aux outils (greffoir...) : l'essence de térébenthine. Tres efficace !
pitounet a écrit le 29/02/2008 06:51
Et pour une lame oxydée? (rouille)
klakos a écrit le 29/02/2008 07:02
Et pour une lame oxydée? (rouille)

Le Coca
floyd a écrit le 29/02/2008 08:08
Bonjour,
Et pour une lame oxydée? (rouille)

Comme disais mon grand-père: l'huile de coude!
1/ oxydée; un tampon abrasif suffit au nettoyage.
2/ rouillé; corrosion plus profonde avec apparition de creux, il faut reformer tranchant et plans du biseau en métal sain: meulage sans échauffement du métal qui ne doit pas bleuir. Tremper régulièrement la lame dans l'eau lors d'une "reprise" importante sur la meule d'un touret électrique.

La particularité du greffoir et de la serpette: un seul biseau qui doit être affuté sur un seul de ses deux plans. (Très différent d'une lame de canif qui ressemble plus une ogive et qui s'affute sur les deux cotés.)

Sur les pierres à huile, deux grains au moins, trois c'est encore mieux.
Elles doivent être aussi planes que possible. Creusées elles déformeront inévitablement le biseau.

Après utilisation d'outils de coupe, toujours essuyer à l'aide d'un chiffon gras, après un rincage au chiffon imprégné de thérébentine si salissure collante, type gomme ou résine.
JM a écrit le 29/02/2008 09:11
Je pense, que personne n'ose trop le dire, mais là où le greffage pêche pour beaucoup de monde, c'est dans l'affutage du greffoir.
Moi le premier !

Comment faites vous concrètement ? (en détail svp !!! mouvements circulaires sur une pierre plate ? mouvements rectilignes parallèles au fil ou perpendiculaires au fil ? matos ?)
klakos a écrit le 29/02/2008 09:51
La nature de la lame joue. Ainsi, il y en a certaines qui à mon avis, sont inaffutables (ou alors, on obtient un résultat minable).
André a écrit le 29/02/2008 10:46
toujours essuyer à l'aide d'un chiffon gras

J'ai effectivement constaté que la lame des outils neufs était souvent un peu grasse mais je n'ai jamais compris à quoi cela pouvait bien servir.

As-tu une explication ?
rustaghja a écrit le 29/02/2008 11:35
J'ai effectivement constaté que la lame des outils neufs était souvent un peu grasse mais je n'ai jamais compris à quoi cela pouvait bien servir.

As-tu une explication ?


Bonjour, pour les outils neuf c'est c'est bien sûr pour eviter que la lame ne rouille pendant le temps qui sépare sa fabrication de l'achat.
On peut de la même façon huiler la lame après affutage, si on ne va pas utiliser l'outil tout de suite. Mais à mon avis dans le cas d'un outil utilisé pour une greffe on a intérêt à dégraisser soigneusement avant usage, car je doute que l'huile ait un effet benefique sur la soudure des tissus.
rustaghja a écrit le 29/02/2008 11:40
Le probleme de l'oxydation des outils de coupe est encore plus aïgu si on les désinfecte comme il faut à l'eau de javel chaque fois qu'on change d'arbre ! [/i]
André a écrit le 29/02/2008 11:43
Je ne comprends pas le rapport. Tu veux dire que le nettoyage répété à l'eau de Javel accélérerait l'oxydation ???
rustaghja a écrit le 29/02/2008 11:52
ah oui sans aucun doute ! Et il vaut sans doute même mieux rincer les outils à l'eau après desinfection à la javel.
floyd a écrit le 29/02/2008 12:02
Bonjour,

Qualité de l'acier, oui bien sur Klakos. Un amateur éclairé peut réussir avec un simple opinel. Le greffoir standard, type pradine n°11, comme toutes les valeurs sures vaut par la fiabilité, la qualité de coupe, l'ergonomie, etc.

Revenons sur l'affutage; je vais décrire ma pratique, issue de l'affutage des ciseaux à bois.

Si la forme des biseaus est trop arrondie (en ogive) ou si le fil est émousssé gravement la reprise ne peut être faite rapidement que sur une meule en grès (à eau, accessoire devenue rare, à manivelle); le travail du rémouleur. Comme solution de dépannage je me sers de la ponceuse à bande à poste fixe, avec une bande à grain fin. Prudence et gants de cuir indispensables.

Les pierres à huiles sont utiles pour "entretenir le fil" de la lame.
Les surfaces doivent ête plates, c'est presque impératif. On peut avoir intérêt à "dresser" au préalable cette surface à l'aide d'une pierre neuve même bas de gamme. Frotter face contre face, mais je n'ai pas essayé.

Le mouvement imprimé à la lame appliquée entièrement contre la pierre huilée sera circulaire et couvrira l'intégralité de la surface de la pierre; pour ne pas creuser toujours le même endroit…

L'apparition "du morfil" signale que l'opération s'avance. Ce morfil est une
micro-languette de métal, d'une finesse extrème.
Le démorfilage est la dernière opération. Sur la pierre la plus fine, un dernier passage léger, en long cette fois, "casse" le morfil" et libère le fil de la lame.
A l'oeil on ne distingue plus cette arrête parfaite. Un fil émoussé formait une ligne brillante.

Notez que greffoir et serpette sont asymétriques. Les outils sont habituellement fabriqués pour les droitiers. Les outils pour gauchers existent.
JM a écrit le 29/02/2008 16:30
merci floyd, je vais m'entraîner sur un couteau de cuisine d'abord !
floyd a écrit le 29/02/2008 17:00
Bonjour,
… l'eau de javel …

Bon désinfectant mais aussi un fort pouvoir oxydant, pour un rinçage prévoir une burette d'eau distillée. Attention aux taches…

Les ouvriers dans les vergers utilisent souvent deux sécateurs, le premier trempe dans un alcool, le second est à l'ouvrage. L'alcool à bruler suffit, il s'évapore rapidement.
Ne pas baigner l'axe, sinon la graisse se dissoud et ça marche alors moins bien.
Le chiffon gras, un truc bien connu des ouvriers menuisiers.

Quand au coca il desoxyde peut-être mais il contient du caramel et ça colle.

Les pierres ont des grains très fins, la pierre a démorfiler est douce comme un marbre dépoli. Les perfectionnistes utilisent parfois le cuir comme pour les rasoirs. Autant dire qu'après ça coupe comme un rasoir.
Mais jamais essayé le cuir.
rustaghja a écrit le 29/02/2008 21:12
L'alcool ne suffit pas toujours, car je crois que certains viroïdes y survivent.
floyd a écrit le 29/02/2008 21:20
Bonsoir
L'alcool ne suffit pas toujours…

Sacrés viroïdes… Un petit passage à la flamme alors!
floyd a écrit le 25/04/2008 00:49
Coutelier professionnel, Pendule nous comptons sur toi pour quelques conseils pour l'affutage de nos outils, greffoir, serpette, sécateur.
N'hésite pas à corriger mes propos d'amateur.
Je suis curieux de savoir pourquoi ces outils ont soit une ou deux faces biseautées. merci d'avance.
floyd a écrit le 25/04/2008 19:22
J'avais posé la même question en MP à pendule, voici les éléments très intéressants de sa réponse dont je le remercie:
…Il est important d'avoir des lames carbone. Difficile de garder un tranchant correct avec de l'inox.
Pour l'affutage, j'utilise une bande à grain 600 qui produit un morfil.
J'enlève ensuite ce morfil à la polisseuse. On peut se raser le poil avec le tranchant obtenu. Tout le monde n'a pas ces machines, je conseille donc au choix:
- une pierre diamant, on en trouve d' excellentes.
- une pierre à huile sur laquelle tu mets du vinaigre. L'huile encrasse, le vinaigre chasse les "produits d'usure" des aspérités de la pierre.
Eviter l'usage du fusil. Les bouchers, charcutiers et cuisiniers s'en servent, parce qu'ils travaillent avec de l'inox, et qu'ils doivent affuter sans arrêt. Un fusil utilisé pour mes lames en damas pourra être jeté dès le premier affutage!
En ce qui concerne l'affutage une face ou 2 faces je suppose qu'il s'agit du même intérêt que pour l'affutage d'un ciseau à bois.
Je suis convaincu que l'affutage 1 face est supérieur pour les coupes en sifflet des greffes anglaises , couronne, sous écorce en coulée, avec une lame courbe
Pour l' écussonnage, je ne vois pas l'intérêt , mais je débute. Avant de me faire mes propres couteaux, je veux savoir pourquoi et comment doivent être la forme et les tranchants…
pendule a écrit le 25/04/2008 22:14
Bonsoir à tous

J' ai demandé à Paul Beck un conseil pour un greffoir à lame courbe pour la greffe anglaise , couronne , sous écorce en coulée
Voici sa réponse





Concernant votre demande, je vous conseille d'utiliser le modèle 605A/10 à lame droite. Si vous voulez absolument une lame courbe, optez pour la petite serpette 613/10,5, très maniable, qui conviendra pour la préparation du porte greffe, mais moins bien pour préparer le greffon du fait de la légère courbure de la lame.
C'est justement pour préparer le greffon que la lame a son l'importance: droite pour que la coupe soit la plus plane possible; une lame courbe va produire un léger bombage visible sur la coupe, plus important que celle-ci est courbée.
Le biseau d'un seul côté permet de régler avec précision l'attaque de la lame dans le bois : en plaçant le côté non biseauté parallèle au greffon à préparer, vous réglez la pénétration en inclinant très légèrement la lame.
Une lame affûtée des deux côtés ne permet pas ce réglage fin car en l'inclinant, elle sera plus difficile à contrôler et aura tendance à trop pénétrer le bois.
D'où l'intérêt d'un couteau pour droitier ou pour gaucher : si vous êtes droitier et utilisez un couteau pour gaucher dont le biseau va se trouver côté bois, vous devrez l'incliner fortement pour que la lame ne pénètre mais serez contraint à un mouvement de dégagement parce qu'elle tendra à trop s'engager dans le bois.


J'espère que ces explications un peu ardues sont compréhensibles. Un dessin serait bien plus parlant mais nécessite des talents que je ne possède pas.


Cordialement,
Christian Schwoerer


greffer.net >> Matériel