L'amandier et le manganèse (selon Mitchourine)

  1. greffer.net
  2. >>
  3. Hors-sujet


André a écrit le 02/02/2007 22:24 (ref msg # 6002 )
Trouvé dans les "oeuvres choisies" de Mitchourine

Il semblait donc que les procédés ordinairement employés pour réduire chez les plants hybrides des arbres fruitiers la longue période qui s'écoule entre la levée des semences et la première fructification, n'atteignent pas leur but. On ne saurait se résigner à un tel état de choses. La vie de l'homme est si courte qu'après avoir consacré deux ou trois dizaines d'années à une étude approfondie des lois régissant la vie des plantes, celui-ci arrive à peine, dans la deuxième moitié de sa vie, à élever sciemment deux, tout au plus trois générations d'hybrides jusqu'à leur fructification. C'est loin d'être suffisant pour des expériences de contrôle destinées à éclaircir les nombreuses questions concernant la création de nouvelles variétés d'arbres fruitiers. En 1924, alors que je cherchais une solution à ces problèmes, je me suis trouvé devant un fait étonnant : l'arrosage des pousses de l'amandier Posrednik avec une solution aqueuse à 0,02 % de permanganate de potassium (KMnO4) se révéla un moyen de stimuler énergiquement la croissance des semences de certaines espèces de plantes. Le résultat de cet arrosage dépassa tous mes espoirs. Il faut noter tout d'abord que dans nos terrains les plants de cette variété d'amandier atteignent ordinairement une hauteur de 50 cm. au cours de la première année et arrivent à 180 cm au bout des cinq années qui suivent; ils commencent à porter des fruits à l'âge de six ans. Par contre les quatre élèves amandiers soumis à l'expérience en question atteignirent la hauteur de 180 cm et se couvrirent de bourgeons à fleurs dés la première année. Ils fleurirent et portèrent des fruits à l'âge de deux ans.
Le manganèse, agissant comme catalyseur chimique, provoqua une formidable poussée en hauteur de la plante; il hâta d'une façon extraordinaire le processus de croissance de l'amandier. L'action du manganèse continua à se manifester l'année suivante dans la formation des noyaux des fruits mûrs : les valves s'ouvrirent encore sur les branches et les grains se mirent à germer. On constata également que les fruits et les feuilles étaient plus petits, ce qu'il fallait sans doute attribuer à la croissance trop brusque de la plante et à l'insuffisance des substances nutritives tirées du sol.
Et quoique l'arrosage avec une solution de permanganate soit resté sans effet sur les élèves des plantes à pépins (pommier, poirier, cognassier, sorbier, etc.), le fait cité nous permet d'espérer que dans un proche avenir nous trouverons des substances capables de hâter la croissance des diverses plantes à fruit.


Je connaissais l'usage du permanganate de potassium pour lutter contre l'oïdium mais là, la seule chose qui me parait plausible est que le permanganate ait stérilisé le substrat, ce qui a permis une croissance plus rapide mais des fruits à deux ans, ça, ça m'épate !

Qu'en pensez-vous ???
fred2949 a écrit le 03/02/2007 16:38 (ref msg # 6015 )
Surprenant ! Et très intéressant ! Ca me donne envie de me renseigner un peu plus longuement sur le sujet : quels sont les facteurs qui influencent la durée de mise à fruit des fruitiers ?

Si quelqu'un a d'autres écrits comme celui-là sous la main, je suis totalement preneur...

Fred
Alex a écrit le 05/02/2007 13:52 (ref msg # 6137 )
Très surprenant, en effet !

A tous ceux qui veulent s'amuser à expérimenter, je ne peux m'empêcher de signaler que le KMnO4 est assez / très dangereux à l'état solide (comburant très puissant) et qu'il est classé, entre autres, ...
R22 : Nocif en cas d'ingestion (vous ne penseriez pas à l'avaler, mais vos enfants ?)
R50/53 : Très toxique pour les organismes aquatiques, et peut entraîner des effets néfastes à long terme sur l'environnement aquatique
S 61 : Eviter le rejet dans l'environnement
Etc...

Bref, les solutions aqueuses fortement diluées (à 0.02 %, en masse ou en volume, c'est le cas) se manipulent très bien et presque sans danger (attention, ça tâche énormément !) mais consultez les données de sécurité avant d'aller jouer et faites attention à protéger nos rivières

NB : ce lien Wiki est très bien...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Permanganat...

Alex, "Crazychemist" pour l'occasion
André a écrit le 05/02/2007 15:40 (ref msg # 6140 )
Est-ce que quelqu'un (Alex au hasard ) peut confirmer l'effet du permanganate de potassium sur l'oïdium comme cela est expliqué ici :
http://fr.wikipedia.org/wiki/O%C3%AFdium
Alex a écrit le 05/02/2007 17:21 (ref msg # 6146 )
Difficile à dire, d'autant qu'ils ne précisent pas vraiment le mode d'action du KMnO4... En y réfléchissant...

Comme le bicarbonate de soude (évoqué sur Wiki), le KMnO4 en solution est basique (pH 7-9 à 20g/L soit 0.02 % massique). Est-ce qu'il agit comme le bicarbonate en empêchant les "spores de champignon de germer" ?

En même temps, le KMnO4 est un formidable oxydant, utilisé comme antiseptique cutané (contre les champignons) autour de 1 g/L (usage EXTERNE !) et qui aurait, de plus, la capacité de détruire les virus... Est-ce que le KMnO4 oxyde les parois des champignons oïdium et les détruit ?

Est-ce une action combinée des deux effets : base + oxydant ?

Dans tous les cas, le dosage préconisé varie entre 1.5 g/L et 15 g/L, ce qui n'est pas une différence négligeable !

Quoi qu'il en soit, l'effet du KMnO4 sur l'oïdium semble bien recensé sur Google mais, pour la vigne, on lit que le KMnO4 est un "bon savon pour laver les spores d’oïdium, [mais] après un traitement il faut tout de suite recouvrir avec un fongicide comme le soufre car le permenganate ne protège pas des nouvelles infections"
http://www.fibl.org/francais/publication...
André a écrit le 06/02/2007 10:18 (ref msg # 6180 )
"Alex" a écrit :
le KMnO4 est un "bon savon pour laver les spores d’oïdium, mais après un traitement il faut tout de suite recouvrir avec un fongicide comme le soufre car le permanganate ne protège pas des nouvelles infections"

Ce qui voudrait dire que le soufre a une action longue durée après un seul passage ou qu'il faut appliquer régulièrement du soufre ?

Dans ce dernier cas, qu'est ce qui empêche d'appliquer aussi régulièrement du permanganate ?
Alex a écrit le 06/02/2007 13:23 (ref msg # 6189 )
D'après ce que j'ai compris, le permanganate est curatif mais non préventif; le soufre est préventif et curatif...
André a écrit le 06/02/2007 15:08 (ref msg # 6196 )
Je suis étonné car j'avais lu que l'effet du soufre disparaissait à la première pluie et que même avec du soufre mouillable, il s'accrochait mal aux feuilles (sauf en mettant un peu de savon dans la solution).

La meilleure solution semble etre la mise en place de petites boites pleines de soufre et recouvertes de façon à les protéger de la pluie. En faisant de petites ouvertures latérales, des vapeurs soufrées s'échappent dés qu'il fait chaud et éliminent ainsi les spores d'oïdium.


greffer.net >> Hors-sujet