Greffe de gros ceps de vigne

greffer.net >> Vigne

patrice a écrit le 11/02/2006 18:44 (ref msg # 268 )
Bonsoir,

Les greffes classiques de la vigne sont à l'anglaise ou omega, ce qui sous entend que greffon et porte greffe sont de meme diametre. D'ailleurs la plupart du temps on fait une greffe-bouture.

Peut on faire des greffe sur des porte-greffe de plus gros diametre que le greffon? J'ai au fond d'un champ un "sauvageon" de diametre environ 2 cm, dont le bois est donc bien cépé.

N'ayant pas lu quoiquece soit sur la greffe de la vigne sur gros sujet, je me posais la question de la faisabilité de la chose...

Bonne soirée
Message modifié 1 fois ; la dernière fois le 22/08/2007 15:49 par patrice
Ejalade a écrit le 11/02/2006 21:37 (ref msg # 269 )
Dans le cas de la vigne, mais aussi pour d’autres espèces, quand on ne peut pas faire une anglaise ( simple ou refendue) à cause des diamètres , on fait une cadillac. Ce n’est pas très rapide mais on peut greffer 3 ou 4 fois sur le même porte-greffe. (Voir dans croqpomlim.free.fr page sauvegarde d’une collection de pommiers et de poiriers) ça augmente les chances de réussite. Au départ la cadillac pratiquée en août se faisait uniquement pour la vigne. (cadillac est dans le vignoble je crois)
La greffe semble être un sujet de prédilection sur le forum. Contrairement à ce qu’affirment beaucoup de traités et livres, greffer est très simple si on respecte quelques principes incontournables
Au moment de greffer il faut... imaginer, penser, les deux cambiums et vouloir qu’ils soient en contact ; A partir de là on trouve les gestes et on fait comme il faut.
Il faut des greffons ramassés en période de repos ( janvier) et mis en attente, immergés totalement dans du sable ( à l’horizontale).
Il faut respecter les moments pour greffer selon la greffe choisie Prémisses du débourrement du P.G. pour la fente et l’anglaise Débourrement complet du bourgeon terminal pour commencer la couronne ou faire de la flûte. Ecrire qu’on greffe en hiver n’a aucun sens pratique.
Au sujet du noyer (je n’en ai pas greffé mais j’ai vu faire) Mon gars greffait le plus tard possible, en couronne (La greffe du noyer est sensible aux variations thermiques tout comme le châtaignier- pour lui j’ai de la pratique) Le greffeur que j’ai vu faire, enfilait une bouteille sans fond (plastique), retournée sur le porte-greffe juste après l’avoir sectionné . Il laissait tomber la bouteille sur le collet, greffait , et serrait fortement (noeud du pêcheur) sans faire toucher les tours de raphia. (mastic pas obligatoire) . Greffe terminée, il remontait la bouteille qu’il bloquait à hauteur de la greffe avec un chiffon serré sur le tronc et remplissait de sable pour entourer la greffe jusqu’au dernier bourgeon du greffon. Pour lui c’était un volant thermique pour lisser les écarts de température( entre la nuit et le jour)et maintenir de la fraîcheur. Mais encore une fois je n’ai pas pratiqué.
rustaghja a écrit le 11/02/2006 22:30 (ref msg # 270 )
Salut, sur le site jardinierauvergne.free.fr j'avais enregistré 2 pages sur la greffe :

Le lien n'existe plus alors voici au moins le texte :

Greffe en fente de la vigne sur souche.
Elle est la plus usitée de toutes celles qu'on pratique sur la vigne ; on l'emploie dans les vignobles pour changer les cépages et renouveler toutes les mauvaises variétés. Elle se fait à la même époque et de la même manière que la précédente ; seulement il faut déchausser le cep et le couper horizontalement au-dessous du niveau du sol.
On fend également le sujet dans le milieu de son diamètre, et comme les souches sont ordinairement très noueuses et tortueuses, il n'est pas toujours facile d'y placer convenablement les scions ;
il faut cependant les faire coïncider avec les écorces du sujet sur le plus grand nombre possible de points.
Ensuite on recouvre la plaie avec de l'onguent de saint Fiacre, et l'on comble le trou avec la terre, en ayant soin de laisser l'œil supérieur de chaque scion à l'air libre. Il n'est pas nécessaire de mettre de la cire à greffer lorsque la reprise est assurée, comme je l'ai indiqué pour la greffe précédente.

La figure 6 la représente :
aa, ligne indiquant le niveau du terrain ;
A, greffe effectuée.


Fig. 6 http://img95.imageshack.us/img95/9677/sanstitre27mj.png
hendy a écrit le 12/02/2006 01:07 (ref msg # 271 )
les greffes, que l' on fait en hiver, peuvent correspondent a ceux fait au printemps car on ne vit pas tous dans les même zones climatiques. Sur un site quelqu' un parlait déja de la floraison de ses pruniers. quand on est rendu là, on peut greffer.. Dans mon secteur il y a encore 45 cm de neige..
patrice a écrit le 12/02/2006 07:26 (ref msg # 272 )
"Ejalade" a écrit :
(Voir dans croqpomlim.free.fr page sauvegarde d’une collection de pommiers et de poiriers)


Je regrette de ne pas vivre dans une région pomologiquement active (lorsqu'on regarde la carte de france des adhérents sur le dernier bulletin national des croqueurs, je suis encadré des départements les plus désertés!).

A propos de cadillac, je vais m'y exercer ce matin, j'ai lu sur un livre que ca pouvait se faire en février pour le chataignier.
patrice a écrit le 12/02/2006 07:44 (ref msg # 274 )
"rustaghja" a écrit :
sur le site jardinierauvergne.free.fr j'avais enregistré 2 pages sur la greffe :


J'ai retrouvé cet article ainsi que d'autres techniques sur la vigne (en fente fin mars), dans le fichier suivant : http://pasmab.chez-alice.fr/greffage.pdf
patrice a écrit le 12/02/2006 09:40 (ref msg # 275 )
Et sur des gros sarments comme indiqué ci dessous, une greffe en fente ou cadillac est envisageable ?



Ejalade a écrit le 12/02/2006 12:19 (ref msg # 277 )
La greffe Cadillac c’est super pour ajuster les diamètres . Sur le P.G., la lame pénètre (sens descendant) comme pour faire un biseau pour une anglaise. Si la lame va jusqu’à la moelle le fond de la fente qui recevra le double biseau du greffon est trop large ( dans le cas des diamètres diffèrents) mais si la lame s’arrête avant, le fond de fente est plus étroit . L’astuce est donc d’entailler en regardant la largeur du « copeau » sur le fil de la lame qui grandit au fur et à mesure que la lame pénètre et en comparant avec le diamètre du greffon pour stoper quand il faut. C’est dur à expliquer sur le clavier. Mais c’est de la géométrie dans l’espace pour un bon menuisier. Ensuite on joue sur l’angle d’attaque pour ne pas aller trop vite vers le centre et lever un copeau assez long pour recevoir et recouvrir un double biseau de 1,5 cm.
Le greffon est poussé fortement dans la fente ; Il doit tenir tout seul avant ligature. Astuce pour l’introduire saisir la tête du P.G. et l’arquer à l’opposé sans faire casser pour faire ouvrir la fente ;La seconde main pousse le greffon. Attention a faire un double biseau assymétrique sur le greffon. Dans le cas de la photo, il ne semble pas y avoir de difficulté. D’autant plus qu’à l’extrème limite, on peut se contenter d’aligner sur un seul côtéde la greffe.
Faire de la cadillac sur châtaignier en février ? tout dépend de la région . Sans doute possible dans le Var. Peut-être en mars au pays de Bouche-Rouge mais seulement début avril en Limousin .
Pour la bouturedu chât. c’est un universitaire de Toulouse qui a mis le truc au point. Je connais un ami à lui (corrézien comme les pépinières Coulié) qui à un doc sur le sujet. Cet ami a communiqué un article au bulletin des Croqueurs
patrice a écrit le 12/02/2006 15:12 (ref msg # 278 )
"Ejalade" a écrit :
L’astuce est donc d’entailler en regardant la largeur du « copeau » sur le fil de la lame qui grandit au fur et à mesure que la lame pénètre et en comparant avec le diamètre du greffon pour stoper quand il faut. C’est dur à expliquer sur le clavier.


c'est tres clair, j'ai bien compris.

Faire de la cadillac sur châtaignier en février ? tout dépend de la région . Sans doute possible dans le Var.


J'ai lu ca dans "Chataignes et Marrons" du CTIFL.
Pour la cadillac, ils indiquent février à debut avril
Fente : mars-avril...

Etant en climat méditerranéen, ca ne coute rien d'expérimenter...


Cet ami a communiqué un article au bulletin des Croqueurs


Article paru ou à paraitre?

Merci pour toutes ces informations.
Ejalade a écrit le 13/02/2006 01:07 (ref msg # 282 )
Voir n° 102 page 19 (4ème trimestre 2003) Voir aussi n° 89 avec un article pratique
sur la greffe du noyer En fait la plage pour greffer le noyer et réussir est très étroite
patrice a écrit le 13/02/2006 06:39 (ref msg # 283 )
Merci.
patrice a écrit le 07/03/2006 10:28 (ref msg # 821 )
Sur ces greffes en fente réalisées sur des sarments de gros sujets, j'ai un début de débourrement sur les greffons... la vigne commence à pleurer aussi... C'est bon signe. Je poste des photos des que ca se confirme...
André a écrit le 14/12/2006 23:51 (ref msg # 5032 )
"Ejalade" a écrit :
Débourrement complet du bourgeon terminal pour commencer la couronne

De quel bourgeon parles-tu dans la mesure ou pour une greffe en couronne, on greffe sur un arbre qui a été assez sévèrement rabattu à la fin de l'automne précédent et qui n'a donc plus de bourgeon terminal ?
patrice a écrit le 01/03/2008 20:01 (ref msg # 14805 )
"patrice" a écrit :
C'est bon signe. Je poste des photos des que ca se confirme...


La greffe n'a pas survécu. La protection anti-déshydratation est vraiment indispensable (sorte de manchon rempli de sable humide par exemple).


greffer.net >> Vigne