Greffage sur une poire sauvage

  1. greffer.net
  2. >>
  3. Poirier


john_at_argentat a écrit le 30/12/2020 11:49 (ref msg # 68480 )
Salut,

Je suis assez nouveau dans le domaine de la greffe. Début mars 2020, j'ai greffé beaucoup de pommes, et 3/4 d'entre elles ont fonctionné. J'étais content de ça.

Sur mon terrain à Argentat en Corrèze, il y a plusieurs poiriers sauvages. J'ai essayé de greffer plusieurs variétés de poires dessus, y compris des nashi, et aucune d'elles n'a fonctionné.

Ai-je greffé au mauvais moment? Qu'est-ce que la greffe de pommes et de poires est si différente?

Merci,

John
patrice a écrit le 31/12/2020 05:20 (ref msg # 68481 )
Bonjour.

Non, guère de difficulté, sauf parfois un phénomène de faux débourrement, où le bourgeon du greffon gonfle, s'ouvre et ne forme pas tige, avec parfois deuxième départ plus ou moins fructueux.
Etes-vous sûr déjà que votre porte-greffe est du poirier ? Ne voyez rien d'offensant dans cette question, mais comme vous indiquez débuter, il y a peut-être erreur au niveau de l'identification de l'espèce du porte-greffe ?
john_at_argentat a écrit le 31/12/2020 08:19 (ref msg # 68482 )
Certains arbres mesurent moins de 2 mètres de haut et je ne les ai pas vus de fruits. Cependant, l'un des arbres mesure bien plus de 2 mètres, et je l'ai vu à l'automne couvert de petites poires dures. Cet arbre du moins, je ne doute pas que ce soit une poire sauvage.

Toutes mes greffes ont échoué. Pas un seul bourgeon n'a gonflé.

Pourtant, je préfère votre réponse à une réponse que j'ai eue d'un horticulteur anglais, qui m'a dit que greffer des poires était tellement plus difficile à greffer que des pommes, c'était une perte de temps et d'argent même à essayer!

John
François du Perche a écrit le 31/12/2020 14:20 (ref msg # 68484 )
Les anglais ne font jamais les choses comme tout le monde, pour moi, la greffe de poirier donne sensiblement le même % de réussite que celle de pommier, en tout cas pour les greffes de printemps avec des greffons dormants. Le bois de poirier est assez dur et les greffes en fente sont + faciles à réaliser que les anglaises, à part ça c'est similaire en terme de résultats comme le montre ce site si vous parcourez les différentes discussion sur le poirier.
Il faut bien regarder tous vos paramètres, greffons et prélèvement, période de greffe, type de greffe, etc. Une photo des échecs permettra d'émettre des hypothèses.

Message modifié 1 fois ; la dernière fois le 31/12/2020 14:22 par François du Perche
john_at_argentat a écrit le 31/12/2020 19:54 (ref msg # 68485 )
Tout d'abord, permettez-moi de préciser que l'homme qui m'a dit que les poires sont trop difficiles à greffer n'était pas anglais. C'était en fait un producteur gallois de pommiers, qui a de nombreuses vidéos d'instructions sur son site Web.

Je suis cependant anglais. Cela ne peut pas être aidé. Ce n'est pas une question de choix (j'ai voté pour rester Européen, mais cette option a été supprimée!).

Je dois vous dire cela parce que j'ai trouvé une seule photo de mes efforts pour greffer un poirier, et je m'attendrais à ce que vous disiez, bien sûr que cela n'a pas fonctionné - ce n'est pas une façon normale de faire un greffe du tout!

Eh bien, je le sais. La plupart des greffes que j'ai faites étaient des greffes simples de fouet et de langue. Il n'y avait rien de spécial à photographier là-bas. Mais certaines de mes greffes étaient une expérience, comme sur la photo. J'ai copié l'idée d'un Italien que j'ai vu la démontrer sur Internet.

J'ai gratté l'écorce et le cambium de l'extrémité inférieure d'un greffon sur environ 1,5 cm. J'ai ensuite percé quelques trous dans le tronc du porte-greffe (la poire sauvage) exactement de la même taille (pour vérifier, j'ai utilisé un micromètre numérique!). Au bord du trou, j'ai utilisé une fraise pour faire une forme en V autour du bord du trou, pour révéler plus de zone de cambium. J'ai ensuite façonné le cambium au bas du greffon pour qu'il corresponde au fraisage, et j'ai poussé le greffon. Les greffons ont fait des ajustements très serrés, et je suis sûr que les cambiums du porte-greffe et le greffon étaient en bon contact.

Eh bien, comme je l'ai dit, c'était une expérience. Les greffes de l'Italien ont réussi. J'étais un peu déçu que ces greffes ne fonctionnent pas. C'était assez rapide à faire et la jointure était vraiment forte.

Vous pouvez blâmer les Anglais et leurs manières idiosyncratiques si vous le souhaitez, mais je vais blâmer l'Italien je pense.

Je vois sur la photo que j'ai fait ces greffes (et les greffes de fouet et de langue) le 4 mars 2020.

Certains des scions que j'ai achetés et conservés au réfrigérateur dans un sac en plastique avec un peu de papier humide. Ils semblaient dans le même état lorsque je les ai utilisés qu'à leur arrivée. J'ai pris d'autres greffons d'arbres locaux (anglais) et je les ai traités de la même manière.

Les bourgeons des porte-greffes venaient de s'ouvrir lorsque j'ai fait les greffons.

John

clow a écrit le 02/01/2021 04:22 (ref msg # 68488 )
Excuse my colleague the confinement makes us all a little confined on ourselves.
I'm just trying to make it a little funny, for those who understand the puns of course.

But back to your problem, the best is to use a simple technique like whip and tongue grafting.
Then you may have grafted a little too early.
Another possibility is the compatibility of the pear varieties with the rootstock.

If you want to trade with me on the exchange here:
https://www.fruitiers.net/verger_de.php?...
So I could ask you for scions from your wild pear tree and check its compatibility with various rootstocks.
We will discuss it further if you are interested.

Excuse mon confrère le confinement nous rend tous un peu confiner sur nous même .
Ni vois rien de méchant je tente juste de tourné cela de manière un peu comique, pour ceux qui comprendrons les jeux de mots bien entendu.
Excuse moi François si le jeu de mot te froisse un peu il ne t'est pas dirigé. Et encore c'est qu'une partie d'un petit texte que j'avais écrit à des ami, mais je trouve que le confinement rend tout cela assez ironique et encore .

Mais revenons à ton problème, le mieux est d'utilisé une technique simple comme la greffe de fouet et de langue.
Ensuite tu a peut être greffer un peu trop tôt .
Autre possibilité: la compatibilité des variétés de poires avec le porte greffe.

Si tu veux viens faire un échange avec moi sur la bourse ici:
https://www.fruitiers.net/verger_de.php?...
Comme cela je pourrais te demander des scions de ton poirier sauvage et ainsi vérifié sa compatibilité sur diverses porte greffe.
Nous en discuterons plus en détails si tu est intéresser .



patrice a écrit le 02/01/2021 05:45 (ref msg # 68490 )
Bonjour.

Il semblerait que ce soient des greffes "à la perceuse", a-t-il été essayé des greffes conventionnelles ?

Quant à la proposition d'inverser porte-greffe/greffon pour tester une compatibilité n'oublions pas que certaines sont unilatérales, pas seulement variétés mais aussi espèces (poirier sur pommier et pommier sur poirier....). Ainsi cela me paraît peu compréhensible.

Subsidiairement, quant à l'usage de la bourse, afin de traiter tous les membres égalitairement et éviter des dérives, il faut privilégier les usages prévus, à savoir faire une fiche variétale dédié à ce qui est proposé, et seulement indiquer sur le forum qu'il est proposé sur la bourse.

Merci.
François du Perche a écrit le 02/01/2021 09:49 (ref msg # 68492 )
Concernant la greffe à la perceuse, je pense que c'est une mauvaise idée de finaliser le perçage en faisant sur les derniers millimètres un trou en V avec une fraise (qui sert à faire les trous pour vis à tête fraisée) pour faire comme un entonnoir. Il vaut mieux faire un trou droit du même diamètre que le greffon et charcuter le moins possible le cambium.
Il faut aussi que le greffon (et le trou) soit bien perpendiculaire (s) à la branche, sur la photo, on voit que le greffon de Conférence est incliné, donc il y a un mauvais contact avec les cambium. Et il est préférable de mettre délicatement un peu de mastic (genre Lac Balsam) autour du trou après introduction du greffon pour protéger le point de contact.
Et les greffons sont trop longs : 2 ou 3 yeux suffisent. Plus c'est long, plus les risques de déshydratation sont élevés.
Message modifié 4 fois ; la dernière fois le 02/01/2021 12:17 par François du Perche
clow a écrit le 02/01/2021 14:27 (ref msg # 68493 )
Où tu vois Patrice que je propose d'inverser porte greffe et greffon?

Il s'agit vraisemblablement selon les dire de l'intéresser d'un poirier. Et je compte juste en tester des greffons sur divers porte greffe .
Et dans un 2ème temps y surgreffer des variétés avec une variété à large compatibilité .

Et qui a dit que j'allais tester cela sur pommier ?

Et oui la greffe de fouet et de langue est une greffe conventionnel Patrice aussi connu chez nous comme greffe à l'anglaise compliqué .
Et c'est justement ce que je lui conseil .
Enfin bref
john_at_argentat a écrit le 02/01/2021 17:59 (ref msg # 68494 )
Salut,

Merci pour tous les commentaires.

Les greffes que j'ai faites avec le pereuse n'étaient que quelques-unes, à titre expérimental. La plupart de mes greffes étaient des greffes simples de fouet et de langue (en français, est-ce que cela s'appelle alors des `` greffons anglais ''?), Comme je le faisais sur certains pommiers en même temps, et tout fonctionnait plutôt bien avec les pommes.

Je ne suis pas en France maintenant, donc je ne peux pas envoyer certaines pièces, j'en ai peur, mais merci beaucoup pour l'offre. Je ne pourrai probablement pas revenir avant d'avoir reçu le vaccin Covid, et je suis 18 000 000e dans la file d'attente ici au Royaume-Uni.

Mais je peux le déduire de ceci:

J'aurais pu le faire trop tôt.
J'aurais peut-être laissé les scions trop long.
Avec les greffes de pereuse, j'apprécie d'avoir fait un certain nombre d'erreurs là-bas! Lorsque vous ne regardez qu'une seule vidéo, toutes sortes de détails importants peuvent être manqués.
Et j'accepte que je ne suis pas tout à fait sûr de certains des arbres, s'il y a vraiment des poires sauvages - elles se ressemblent toutes, et le plus gros était couvert de petites poires à l'automne. Mais je ne suis pas encore un expert!
patrice a écrit le 03/01/2021 06:20 (ref msg # 68496 )
"clow" a écrit :

Où tu vois Patrice que je propose d'inverser porte greffe et greffon?


C'est ainsi que j'avais compris :
"Comme cela je pourrais te demander des scions de ton poirier sauvage et ainsi vérifié sa compatibilité sur diverses porte greffe."
à savoir récupérer du greffon de son porte-greffe et le greffer sur d'autres porte-greffes.

"clow" a écrit :

Et qui a dit que j'allais tester cela sur pommier ?

Je voulais indiquer, en reprenant le cas des pommiers/poiriers et poiriers/pommiers que parfois les compatibilités ne marchent que dans un sens... Dans l'esprit, tel j'avais compris, de tester la compatibilité de greffons du poirier sauvage sur d'autres porte-greffes en vue d'en tirer une affirmation de compatibilité.
Message modifié 1 fois ; la dernière fois le 03/01/2021 06:22 par patrice
argos31 a écrit le 03/01/2021 10:36 (ref msg # 68497 )
Bonjour à tous
Comme il y a très longtemps j'ai eu 3 échecs sur pyrus pyraster avec " Bon chrétien ,Général Leclerc" En fait je n'ai jamais réussi de greffe sur ce poirier sauvage -.J'ai laissé choir ce poirier comme P.G après avoir lu sur Wikipédia que ...Toutes les populations sauvages de poiriers sont diploïdes auto-incompatibles et auto-infertiles avec les poirier cultivés. Il est certain que depuis des relevés d 'A D N ont été effectuès qui peuvent justifier ou non cette affirmation.Si quelqu'un peut peut " piocher" une info sur le net ;Merci pour John et moi
ppmiscs a écrit le 24/01/2021 19:49 (ref msg # 68602 )
Argos,
Sur pg pyraster, je ne sais pas, mais sur amygdaliformis, je n'ai pas plus de recul que trois ans... mais pour l'instant, 'curé ' ; 'Sucré vert' ; 'Douillard' et 'Beurré morettini' se portent bien.
C'est pourtant un poirier sauvage.
Je n'ai peut-être pas compris le sens de ta contribution...
gavot a écrit le 24/01/2021 21:59 (ref msg # 68603 )
Je n'ai pas d.experience de pratique personnelle de greffes sur poiriers sauvages, mais j'ai vu dans le Var et les Alpes de Haute Provence des greffes âgées portant de belles poires. Cela semble avoir été une pratique courante dans le passé. Je n'ai pas noté dans mes observations l'espèce pg et les cultivars greffés.
. Quant au niveau de ploidie il ne devrait pas avoir d'importance, seule la sève circule entre pg et greffon, les cellules respectives constituent localement une chimère . Il n'y a pas de fécondation qui impliquerait une correspondance de chromosomes, laquelle n'est pas possible en présence de niveaux de ploidie différents.
argos31 a écrit le 25/01/2021 10:20 (ref msg # 68604 )
Bonjour
ppmisc; Mon intérêt pour pyraster est que :Il pourrait faire un bon p g pour certaines variétés de poires ., Vu sa grande longévité .C'est entendu il pousse lentement, moi j'ai raté (mais je ne suis pas jésus).. Sur "au jardin" on prétend qu'il est utilisé par les pépiniéristes comme p g .Etant jeune en ai connus 3 ou4 avec un terminal en épine et un bois extra dur à grain fin utilisé en lutherie.
argos31 a écrit le 25/01/2021 10:45 (ref msg # 68605 )
Bonjour gavot Je comprends tout juste ce que vous écrivez , car je n'ai fait aucune étude sérieuse en botanique .J"étais électronicien ou tout est mathématique . Mais suivi les découvertes sur l' A D N dans les revues sctentifiques.


greffer.net >> Poirier