greffe à une ou deux racines ou plus

  1. greffer.net
  2. >>
  3. Greffage


clow a écrit le 21/01/2020 22:56 (ref msg # 66388 )
Je vous présente une méthode de greffage qui utilise les racines, les technique de greffage sont les même mais utilisé avec les racines.
Pour permettre les affranchissements en sécurité c'est à dire que même si on à peur que la racine enterrer peut posé problème on peu à la manière de l'exemple en greffé une qui dépasse du sol .
Ou toutes idées qui peuvent paraître un peu folle comme tenté de greffé des racines de plusieurs porte greffe ( ex une de cognassier, une de poirier, une d'aubépine sur un même greffon de poirier ).
C'est une technique qu'une amie chinoise utilise pour créer des racines aérienne pour des bonsai également .
L'intérêt m'a telle dit c'est qu'une partie de la zone du greffon est enterrer et peu donc être légèrement gratter pour une autosuffisance du greffon à la manière de la greffe tschudi d'une part.
D'autre part cela permet qu'un greffon ne risque en principe pas la déshydratation .
Comme c'est une variante aussi de la tschudi selon comment on greffe, cela permet aussi le greffage des espèces délicate et le greffage hors saison ( selon ses dire je n'ai pas testé hors saison ) .

On peut greffé la racine du bas en Anglaise, en fente ou autre et selon son expérience possible avec de très gros greffon en greffant des racines en couronne .
Comprendre que c'est la même chose qu'on pratique d'habitude mais inversé .
Photo dans le message suivant.
clow a écrit le 21/01/2020 22:59 (ref msg # 66389 )






























clow a écrit le 21/01/2020 23:08 (ref msg # 66390 )
De cette manière on peu s'assurer lors d'un affranchissement qu'un des points de greffe est en sécurité .
On peu également sur de jeune arbres dont les racines sont faible en ajouté de la même espèce ou autre.

Ex un cognassier faible pourrais recevoir une racine supplémentaire de cognassier ou une de poirier le temps de re développé un système racinaire fort en pépinière.

Quand on achète un porte greffe ou l'obtient par semis et qu'on a l'habitude de greffé sur du faible diamètre cela permet de multiplier par 3, 5 voir plus le nombre de porte greffe à la manière dont bibifox en parle avec sa greffe e cerisier sur morceau de racine.

Il s'agit en réalité d'une pratique très proche de la sienne au final.
floyd a écrit le 22/01/2020 22:03 (ref msg # 66403 )
Très intéressant .

Pour mémoire, Denis-Jacques Chevalier démontre lors de ses conférences, que le sens du greffage n'a en fait aucune importance.
C'est surprenant, mais vrai!
patrice a écrit le 25/01/2020 09:42 (ref msg # 66408 )
C'est une petite expérience à laquelle s'est livrée presque tout greffeur amateur, greffer un greffon à l'envers..
clow a écrit le 25/01/2020 11:18 (ref msg # 66411 )
J'ai dû mal m'exprimé puisque vous avez tout deux compris de travers.
L'objectif n'est pas de greffé un greffon à l'envers d'ailleurs est ce le cas sur les photos ?

Non quand je dit que les techniques sont utilisé en mode inversé c'est qu'au lieu de greffé un greffons ( classique ) sur une charpentière on vas y greffé une racine ( avec un stock de terre ) .
Ou greffé en couronne sur le greffons des racines .
En gros le greffons à bois n'est pas le sujet principal même si il peu être utilisé comme sur cette exemple sur lequel on a greffé 2 racines pour furure affranchissement .
Mais les racines principalement ou une greffe de racine greffé sur une charpentière permet de récupéré un pied déjà assez grand ( similaire à une marcotte aérienne ) chose rarement vue avec les pratiques qu'on a l'habitude d'utilisé.

Bien que je sais pas si cela est plus clair faudra sans doute que j'ajoute les différentes pratiques et photos pour plus de clarté .
Message modifié 3 fois ; la dernière fois le 25/01/2020 11:22 par clow
François du Perche a écrit le 25/01/2020 18:07 (ref msg # 66412 )
Si l'objectif est d'obtenir un beau plant bien vigoureux et développé, il vaudrait mieux greffer des racines (avec un petit stock de terre) sur des gourmands bien droits et vigoureux, en haut de l'arbre, plutôt que sur une charpentière. ça reviendrait à faire comme tu le dis, un marcottage aérien sur des arbres qui normalement ne se marcottent pas, comme beaucoup d'arbres fruitiers. Et ce serait vraiment novateur comme technique. Sur un site anglais, j'avais vu qu'ils greffaient avec succès des racines en tête d'arbre, mais c'était juste pour voir, à titre expérimental, pas pour marcotter des arbres non marcottables.
Message modifié 2 fois ; la dernière fois le 25/01/2020 18:12 par François du Perche
patrice a écrit le 25/01/2020 18:37 (ref msg # 66413 )
"clow" a écrit :

J'ai dû mal m'exprimé puisque vous avez tout deux compris de travers.


En effet, j'avais pris cela pour un aparté par rapport au sujet initial.

Le terme technique qui correspond à adjoindre un deuxième système racinaires est appelé pontage. Utilisé en dernier ressort pour sauver un arbre qui a son système racinaire d'origine menacé en adjoindre des nouveaux apports de sève.

Le greffage sur racine ( on ne conserve que ce qui est en dessous du collet), est appelée greffe au collet.

Tschudi est un simple effet de vase d'eau sur une base de greffon, le temps de l'aider à ne pas dépérir le temps de la reprise de greffe.
clow a écrit le 25/01/2020 22:02 (ref msg # 66419 )
François et Patrice les technique de greffage utilisé sont les même dans le fond ( anglaise, couronne, etc ) mais pas la forme puisque au lieu de se focalisé sur un greffons à bois comme on a l'habitude de le faire .

On se focalise sur l'utilisation des racines.

Et bien entendu cela n'empêche pas ce que tu dit François de greffé une racine sur un gourmand avec bien entendu un stock de terre sinon la racine vas dessécher .

Donc en effet Patrice rien empêche un pontage ou une greffe au collet.
L'intérêt résidant dans le fait d'utilisé au mieux les ressources à la fois du greffon ( qu'il soit en partie enterrer ou encore alimenté par l'arbre mère ) et de la racine ( qui soit enterrer soit fixé avec un stock de terre au bout d'une branche ou autre ) ne risque pas la déshydratation .
Sans compté que cela permet en effet d'ajouté un système racinaire auxiliaire au espèce se bouturant lentement ( ex cormier ) sans pour autant les empêcher de s'affranchir .

Mais en aucun cas il s'agit d'une greffe au collet, ni d'un pontage classique. Et franchement pratiquer une greffe à 2 racines et quand même plus pratique à réalisé que la greffe tschudii avec sa réserve d'eau.
Là il suffit de planté la tige jusqu'au niveau de la deuxième racine et voilà .

Enfin tant que j'aurais pas démontré tout le potentiel de cette façon de pratiquer ce sera sans doute difficile à chacun d'y voir clair .
Là c'est juste une manière de faire, au printemps je compte bien exploité les autres possibilité et je posterais par la suite les photos explicatif.


greffer.net >> Greffage