protection souterraine des tuteurs en bois

  1. greffer.net
  2. >>
  3. Hors-sujet


François du Perche a écrit le 21/11/2019 19:22 (ref msg # 65889 )
Les tuteurs "traités" arrivent quand même à pourrir en quelques années dans la partie enterrée. Il semble que la créosote soit maintenant interdite car nocive pour l'environnement. Goudron et huile de lin ne sèchent jamais complètement, rendant toute manipulation des tuteurs assez salissante. Voici deux recettes "bio" , la première, un peu compliquée, je l'expérimente avec succès depuis 4 ou 5 ans, la deuxième est bien plus simple à réaliser. Toutes les deux sèchent complètement en 1/2 journée (1 journée par sécurité).

1) latex + argile verte. Si l'argile verte est en granulé, la passer au moulin à café pour faire une poudre fine. Il faut un mixer avec possibilité de vitesse lente (kitchenaid par exemple). Diluer le latex (sikalatex en bidons de 2l) à raison de 1 volume de latex pour 2 volumes d'eau.
Exemple de mélange : 700ml latex dilué + 300g d'argile verte.
Mettre le latex dilué dans un récipient, démarrer le mixer et incorporer progressivement la poudre jusqu'à obtention d'une pâte fluide comme de la peinture. Le mélange se conserve bien à l'abri de l'air, 6 mois sans problème. Le rebattre avec une cuillère à soupe avant utilisation s'il s'est épaissi.
Badigeonner les tuteurs sur 50 à 60cm (partie enterrée) . Bien laver le matériel à l'eau, mixer, etc, de suite car le latex une fois séché est insoluble.
Impossible à faire sans mixer, ça fait des grumeaux très collants.

2) silicone + bouillie bordelaise (ou sulfate de cuivre en poudre ultrafine)
On utilise une recette bien connue dans le bâtiment pour étancher les pierres genre tuffeau et autres matériaux poreux : 80g de silicone + 1 litre de white spirit, agitez, ça se dissout tout seul, ça se badigeonne au pinceau. Ici, on ajoute de la bouillie bordelaise pour bien colorer le mélange, la bouillie reste prisonnière du silicone (qui résiste bien à l'humidité) et agit probablement très longtemps. Le white spirit n'est sans doute pas "bio" mais le silicone ne se dissout pas dans l'eau et il rend le mélange très mouillant. Cette deuxième recette est très économique et très facile à réaliser sans matériel spécifique.
Et le fait d'avoir un changement de couleur permet de savoir facilement de combien on a enfoncé le piquet.





Message modifié 2 fois ; la dernière fois le 21/11/2019 19:29 par François du Perche
floyd a écrit le 22/11/2019 15:46 (ref msg # 65897 )
Intéressant, mais combien de temps un tuteurage s'imposerait-il pour tes plantations ?
Je remarque que les tuteurs sont issus de sciage, à vue de nez du 30x30… ce qui fait un peu gros comme tuteur à tomate.
Pour aider des scions issus de greffage, jeunes et vigoureux, pour un an ou deux, un simple bambou (local) ne peut-il suffire?
Pour des sujets plus gros, type T 10/12 et +, un tuteurage ne s'impose guère au delà de 3 années.
Bref, la pérennité du tuteur n'est pas un gros problème.
clow a écrit le 22/11/2019 22:48 (ref msg # 65899 )
A part que comme Floyd cela me laisse songeur quand à l'utilité d'un tuteur à grande longévité.
Si ce n'est bien entendu pour les récupérer ( oui floyd quand je vois les 4 tasseaux de dimension proche chez moi pour 45 euros, non raboté et avec un peu de gauche et pas en teck ) oui je peu comprendre l'utilité qu'il peu y avoir à augmenter leur longévité .

Bref cela mis à part François tu parle d'argile verte mais pourquoi ?
Une autre argile serait problématique avec le latex et qu'en est il de la cendre à la place de l'argile ?
François du Perche a écrit le 23/11/2019 12:57 (ref msg # 65905 )
La plupart de mes tuteurs font 24x24mm et 1m50 de long. Soit en sapin traité (tuteurs à tomates) soit en châtaignier non traité (tuteur forestier qui se met souvent en banane). Le but est de les utiliser le + longtemps possible car c'est vexant de jeter des tuteurs en bon état car ils sont devenus trop courts.
Argile verte : simplement pour colorer, l'argile blanche doit convenir. J'avais pensé à l'argile car quand les paysans plantent leurs piquets en châtaigniers dans des zones très argileuses, ils se conservent mieux. La cendre est-elle fongicide ? Tu peux toujours essayer.
petite remarque : la bouillie bordelaise du commerce contient un colorant bleu soluble dans l'eau. Si on fait le mélange silicone + bouillie, même après séchage, ça reste un peu salissant pour les mains, on peut se transformer en schtroupf. Il faut utiliser de la bouillie bordelaise non colorée ou bien, après séchage, rebadigeonner au latex pour bien fixer le colorant, mais ça complique le procédé.
Autre recette : latex dilué + bouillie standard (colorée), ça ne poudre pas et c'est très simple à réaliser. Bien plus simple qu'avec de l'argile.
Message modifié 1 fois ; la dernière fois le 23/11/2019 12:58 par François du Perche
floyd a écrit le 23/11/2019 15:35 (ref msg # 65910 )
Cet échange m'oblige à mieux réfléchir… et c'est très bien!
La destruction du bois d'un tuteur concerne en priorité la partie située au raz du sol.
Là où les effets des intempéries et de la vie microbienne sont les plus intenses, les plus permanents.

Peut-être suffirait-il de protéger cette zone, sans devoir enfermer toute la pointe du tueur dans une gangue étanche qui de toute manière maintiendrait une humidité forte à l'intérieur du matériau.
Je reste persuadé qu'une carbonisation procure une stérilisation assez durable et la BB un utile complément.

Entre deux utilisations, un passage à la flamme hygiénisera efficacement.
François du Perche a écrit le 23/11/2019 18:09 (ref msg # 65912 )
étanche, oui avec le silicone mais non avec le latex qui reste microporeux. Le mélange latex + bouillie devrait permettre de ne pas conserver l'humidité dans le bois. Le silicone serait une solution durable si on pouvait le faire pénétrer à coeur, sous vide par exemple, mais ce n'est pas simple. Une imperméabilisation en surface est peut-être problématique, je n'ai pas encore de retour d'expérience alors qu'avec latex+argile, c'est flagrant que ça améliore énormément. Et latex+bouillie est bien + simple que latex+argile.
Et tu as raison, c'est en général à la limite sol/air que ça lâche, mais parfois, c'est + profond, ça dépend de la nature du sol, donc protéger toute la partie enterrée + 10cm par sécurité n'est pas illogique.
François du Perche a écrit le 28/03/2020 11:13 (ref msg # 66763 )
Voici une nouvelle recette très économique qui est très facile à réaliser et qui doit être bien + performante qu'argile + latex. L'accroche sur le bois est très solide, ça résiste même à la brosse métallique : Latex + argile + bouillie bordelaise.
Utiliser du latex dilué (1 latex + 2 eau). Avec un batteur de cuisine, incorporer progressivement au liquide une égale quantité d'argile verte broyée et de bouillie bordelaise jusqu'à obtenir une consistance de peinture. Avec un pinceau badigeonner les piquets. Là, j'ai peint tout le piquet pour qu'il se voie bien. La couleur bleu/vert est assez douce & naturelle et se distingue de loin (je les utilise en forêt pour numéroter des allées de plantation). J'ai utilisé pour ces 20 piquets 2 cuillères à soupe de chaque poudre et environ un verre de latex dilué.
Mais il faut l'appliquer sur un piquet neuf qui a été préalablement traité à coeur ou sur un vieux piquet réimprégné de fongicide pour bois extérieurs (j'utilise Xilovertox) après lavage et séchage complet. Une simple couche de peinture ne peut pas faire des miracles. Le but est de recycler et prolonger.



Message modifié 2 fois ; la dernière fois le 31/03/2020 12:18 par François du Perche
François du Perche a écrit le 18/04/2020 09:25 (ref msg # 66906 )
Autre application de ce mélange pâteux latex+argile+B.B : utilisation comme fongicide sur des plaies suspectes sur des arbres fruitiers, genre coulures de gomme ou noircissement ponctuel sur des cerisiers ou fissures sur tronc ou branches de poirier avec apparition de nécroses, ou vieux tronc avec des zones pourries. Le mélange qui s'applique au pinceau est assez épais donc bouche les fissures et agit comme un enduit de rebouchage, et la BB agit comme fongicide. Le latex permet le durcissement et rend le tout insoluble donc indélavable, contrairement à un simple badigeon de BB. Bien sur, il faut bien nettoyer préalablement la zone à traiter pour enlever les particules non adhérentes, bois pourri, etc.


greffer.net >> Hors-sujet