spécificité du greffon

greffer.net >> Greffage

lance a écrit le 21/12/2006 17:32
je voulais savoir si aprés la greffe le greffon gardait son phénotype ou si celui ci s'adaptait a celui du porte greffe ?
klakos a écrit le 21/12/2006 18:18
Oulala !
Déjà, c'est quoi ?
http://fr.wikipedia.org/wiki/Ph%C3%A9not...
Ah ouais, 4 niveaux de définition !

Je passe mon tour
Ferréol a écrit le 21/12/2006 21:29
Salut,

classiquement, on dit que le phénotype est le résultat de l'expression conjuguée deu génotype et de l'environnement.

Dans le cas de la greffe, le porte-greffe est un facteur de l'environnement.

Le porte greffe influe sur le greffon mais théoriquement pas sur son génotype... donc si on greffe toujours le même génotype sur le même porte greffe, on obtiendra des plantes comparables.

Si on utilise des portes-greffes différents, on obtiendra des plantes sensiblement différentes. Cela va de différences très peu marquées à la perte de sa forme typique en étoile du fruit chez la pomme api étoilée lorsqu'elle est greffée sur certains portes-greffes...
patrice a écrit le 22/12/2006 07:27
Je ne suis pas biologiste mais jardinier du dimanche. Néanmoins, lors de lectures sur le sujet, j'ai pu apprendre qu'il se produit, de façon exceptionnelle, des hybridations de greffe.

Par exemple entre un rosier et un églantier, un botaniste indiquait :
"Des modifications d'ordre morphologique et chimiques se sont exercées entre l'épibiote Maréchal Niel et l'hypobiote Rosa canina ; elles se sont manifestées distinctement, 30 ans après un greffage par oeil sous écorce".

Il y a de nombreux rapports sur ces hybrides de greffe et des heures de lectures passionnantes.

On trouve cela sur la bibliothèque numérique de la BNF : http://gallica.bnf.fr .
Taper des mots clefs dans le moteur de recherche genre "hybride de greffe", "greffe", ou bien recherchez les notes sur les travaux du Professeur Lucien Daniel qui s'était spécialisé dans la greffe végétale.
(malheureusement la BNF n'a pas encore scanné et mis en ligne ses 4 tomes d "Etudes sur la greffe" mais seulement des extraits publiés dans les bulletins de l'académie des sciences).

Pour les jardinier du dimanche, nous en restons basiquement à l'influence du porte greffe sur la vigueur du plant...
Alex a écrit le 22/12/2006 08:55
Bonjour,

Je suis tenté de suivre les avis de Patrice et Ferréol... En supposant que le greffon prélevé soit strictement du même génotype que l'arbre considéré (pas de mutation de bourgeon) et que la formation du cal cicatriciel ne passe pas par une recombinaison génétique (hybride / chimère de greffage); la pousse issue du greffon a strictement le même genotype que l'arbre initial... Pourtant, selon qu'on greffe sur PG nanifiant ou sur franc, la vigueur de cette pousse sera très différente (comme la longévité et la durée de mise à fruit)... Le phénotype est donc influencé par le PG.

De plus, on peut supposer que la sève brute (issue du PG) qui alimente le greffon doit être différente en fonction des PG (aptitude à la fixation des métaux / minéraux / oligoéléments, résistance à la secheresse, etc.). La sève élaborée qui en découle (fabriquée par la photosynthèse du greffon... sève qui "alimente" les fruits...) devrait logiquement être différente, sans que ça n'ai forcément d'effet très visible.


greffer.net >> Greffage