Vieux Pommiers Abandonnés...

greffer.net >> Pommier

Gui a écrit le 23/01/2018 16:13 (ref msg # 61652 )
Bonjour à toutes et à tous,

Pour une première intervention, je me présente rapidement.
Paysagiste de métier, je commence à pratiquer les "cultures vivrières" sur mes temps libres. Mon jardin tenant plus du "micro-jardin" que de la grande propriété, de fil en aiguille, je me suis fait prêter une petite parcelle agricole en friche, abandonnée depuis 15 ou 20ans. Surprise, au milieu des ronces et autres arbres spontanés, je découvre les restes d'un verger (pommiers)-potager. Malheureusement, toute cette vie spontanée a submergé les pommiers et je n'en ai conservé que 3, sur une douzaine.

Évidemment, ces arbres méritent quelques soins, mais j'ai du mal à trouver les informations pour ces cas un peu particuliers... D'où ma présence parmi vous

Le pommier qui me chagrine aujourd'hui est un arbre de 6m de haut peut-être, tige et 3 charpentières à env 2.5m du sol, d'un diamètre d'environ 20cm chacune. J'ai attendu la chute des feuilles pour estimer la progression du gui... résultat peu enthousiasmant, on trouve du gui jusque sur les premières petites branches se développant sur les charpentières...

En découvrant votre site, et les multiples possibilités de greffage que je ne soupçonnais pas, je me suis laissé imaginer à rabattre très très sévèrement les charpentières, puis à faire des greffes en couronnes sur ce qu'il en resterait. Quand j'en parle autour de moi, la réaction est plutôt unanime: "pourquoi faire, autant abattre et replanter"
Je me dis qu'un arbre déjà bien implanté pourrait me servir de porte-greffe efficace, sans compter que je gagnerais ainsi un peu d'espace au sol (et oui, cette parcelle n'est pas immense) et de rapidité de mise à fruit (il n'est pas impossible que je déménage dans un avenir plus ou moins proche). Mais une telle opération a-t-elle une chance de réussite ? Le gui ne reviendra-t-il pas de toute façons?...

Bref, vos avis d'experts m'aiderait à prendre une décision réfléchie.

J'ai quelques questions pour les deux autres pommiers rescapés, voire pour un autre projet de plus grande envergure, mais chaque chose en son temps !

Merci d'avance.

PS: Ce pseudo 'Gui' n'a rien à voir avec le gui des arbres à l'origine... drôle de coïncidence
François du Perche a écrit le 24/01/2018 10:15 (ref msg # 61673 )
d'abord le gui : si l'arbre est rabattu, le peu de gui restant s'enlève à la serpette, et s'il revient l'année suivante, on l'enlève de nouveau. ce n'est pas très contraignant, ça ne pousse pas très vite. Autrefois les fermiers (locataires) de Normandie devaient l'enlever régulièrement des pommiers à cidre, c'était stipulé dans le bail.
A mon avis, la 1e question à se poser est de savoir quelle variété est greffée sur ce franc, car si ce grand 'arbre donne des pommes acceptables, pourquoi le greffer, d'autant qu'avec de si grosses charpentières (20cm de diamètre), ce sera difficile de faire des greffes solides qui résisteront aux vents violents. Et il faudra une échelle pour faire ces greffes à 2m50. De plus :
il n'est pas impossible que je déménage dans un avenir plus ou moins proche

Greffer un pommier multivariétés est une oeuvre de longue haleine, incompatible avec ce qui précède.
Autre solution si on veut absolument greffer, couper le tronc à 1m de haut et greffer en couronne, ou greffer l'année d'après sur les branches qui vont repercer. ça permet de positionner les charpentières à une hauteur plus raisonnable que 2m50, s'agissant d'un petit terrain.(et le bois de pommier est un excellent bois de chauffage).
Gui a écrit le 24/01/2018 13:26 (ref msg # 61680 )
Merci François pour ta réponse.

Si je te suis bien, ta première proposition serait de rabattre pour éliminer toutes les pousses de gui. Dans le cas de ce pommier, si j'enlève aussi toutes les branches basses mortes étouffées par la végétation spontanée, j'ai bien peur qu'il ne lui reste pas beaucoup de branches... il est réellement envahi. D'où mon idée de greffe... et je n'ai aucune idée de la variété, aucun fruitier du secteur n'a supporté la floraison précoce et les gelées tardives de l'année passée...

Concernant la problématique de faire des projets sans connaitre ma localisation dans un, deux ou quatre ans, c'est pas évident à vivre tous les jours, mais il faut bien continuer à avancer ! Je me disais aussi que ce "porte-greffe" déjà bien installé permettrait une mise à fruit assez rapide. (?)
et comme on dit parfois, on ne plante pas un arbre pour soi, mais pour ses enfants (ou ceux des autres). J'espère donc faire de cette parcelle un lieu assez intéressant pour qu'elle ne soit pas "labourée" dès mon potentiel départ...

L'arbre est proche d'une haie champêtre (chênes, érables, aubépines, noisetiers...) qui protège plutôt bien des forts coups de vents d'ouest (dominants par chez moi). Mais c'est vrai que pour une première greffe, ce serait surement plus facile à hauteur d'homme.
J'imaginais que la cicatrisation de la coupe était d'autant plus difficile que le diamètre de la coupe est importante...

Merci encore pour ces infos, ça me redonne espoir de ne pas abattre un pommier de plus.
Gui a écrit le 24/01/2018 13:37 (ref msg # 61681 )
Je crois avoir mal compris...

En fait tu me propose:
- soit de rabattre sur les charpentières, et de laisser repousser/repercer la variété qui avait déjà été sélectionnée sur cet arbre.
- soit de rabattre sur le tronc, et donc de repartir du porte-greffe (cette année ou la prochaine).

En fait, je me rends de plus en plus compte de mon ignorance...
un arbre tige comme celui-ci aurait de fortes chances d'avoir été greffé "en hauteur" ?
c'est ce que j'aurais pensé "naturellement", mais je crois me tromper. Donc le tronc est à priori de la variété sélectionnée ?

Si la première solution est envisageable, elle me plaît assez.
François du Perche a écrit le 24/01/2018 17:01 (ref msg # 61683 )
oui, c'est ça, il me paraît plus simple de tailler l'arbre en rabattant les charpentières et en éliminant les branches basses mortes. Avec des charpentières de 20cm de diamètre, il ne faut pas rabattre trop sévèrement, mais simplement reformer un arbre équilibré avec 3 ou 4 charpentières en éliminant si possible la partie haute centrale, mais c'est assez dangereux de travailler en hauteur avec sa tronçonneuse si on n'a pas une bonne expérience de ce genre de travaux. Le gui seul ne doit pas guider la sévérité de la taille, ce gui s'élimine assez facilement et fera des cicatrices ponctuelles là où il aura été enlevé.
S'il n'y a pas moyen de faire un arbre équilibré, si par exemple il y a 3 charpentières d'un côté et zéro de l'autre, alors il faut se résoudre à couper le tronc avec un petit risque que ça ne reparte pas, car si les charpentières font 20cm de diamètre à 2m50 de haut, alors le tronc doit être très gros (40 -50cm ?). Une photo aurait été bienvenue pour que des membres du forum puissent donner leur avis.
Gui a écrit le 24/01/2018 18:23 (ref msg # 61687 )
Pour le travail en hauteur, j'ai un peu l'habitude ; )
La base des charpentières est plutôt bien équilibrée.
Bien sûr pour la photo, je trouverai un moment en fin de soirée pour transférer, réduire, héberger. ..
Merci encore pour le coup de main
clow a écrit le 24/01/2018 21:06 (ref msg # 61697 )
Greffer est une chose et la méthode de François et très bonne .

Après reste que greffé un arbre qui à la possibilité de donné des pommes et bien car cela donnera rapidement, mais faudrait que tu lui laisse la possibilité de produire et constaté ce qu'il est capable de donné avant.

De toutes manière tu perdra pas grand chose question temps et trouvera peut être une rareté qui intéressera peut être un conservatoire .

Je te propose de nettoyé et taillé pour rajeunir le tout comme François le suggère et de le laissé fructifié une fois au moins.
LAGRIC a écrit le 24/01/2018 21:08 (ref msg # 61698 )
Gui, un doc pour mieux appréhender le rabattage sévère (recepage) dans le but d'obtenir un scion propice à une greffe réussie et solide
http://www.promhaies.net/wp-content/uplo...

(il y ait dit qu'il y a un risque de mort de l'arbre quand il est gros et âgé)
clow a écrit le 24/01/2018 21:28 (ref msg # 61701 )
Oui mais à ce niveau c'est du très sévère, ce qui selon les cas ( et la vigueur de l'arbre ) n'est pas toujours obligatoire, pour moi cela reste la dernière option.

Tout dépend surtout de l'arbre si sa vigueur et l'ensemble après nettoyage ( gui etc ) est convenable ou non.
LAGRIC a écrit le 24/01/2018 22:13 (ref msg # 61703 )
Oui Clow, je ne préconise pas spécialement le recepage (ce serait malvenu vu ma maigre expérience dans la greffe).
Comme François a, entre-autre, parlé par deux fois de couper le tronc pour obtenir des rejets, je partage ce document pour que Gui comprenne le truc.
Quelle que soit l'option qui sera choisie au final, sujet intéressant pour moi.
Gui a écrit le 25/01/2018 12:30 (ref msg # 61725 )
Me revoici avec une photo datant un peu, mais qui peut peut-être aider

">


(Le"truc" au premier plan pourra faire l'objet d'une autre discussion )
Il a encore ses feuilles mais on distingue grosso modo un étage bas mort (ronces...), un étage moyen envahi de gui et un étage supérieur "feuillu". L'arbre semble avoir encore suffisamment de vigueur pour tenter de pousser "au-dessus" des principales boules de gui (et du lierre, et des ronces...).
Je vais partir sur un nettoyage au moins partiel pour "faire le tri" et reprendre quelques photos. De toutes façons, je peux difficilement faire tomber de très grosses branches, cultures en cours proches (boulet...) et clôture pas neuve mais pas à moi...
Concernant l'hypothèse d'un recépage, je n'y crois pas trop vu l'age de l'arbre. Ceux que j'ai abattus, qui était en moins bons états, n'ont pas repercés.
Merci encore pour vos contribution.
Je devrais pouvoir avancer avant milieu de semaine prochaine, je vous tiendrai au courant.
patrice a écrit le 25/01/2018 20:14 (ref msg # 61730 )
Un petit reportage photo qui pourrait inspirer...

http://croqpomlor.over-blog.com/tag/form...
Gui a écrit le 27/01/2018 18:42 (ref msg # 61775 )
Merci pour le lien, très intéressant

La tronçonneuse a chauffé, difficile de l'arrêter.. et surtout difficile de trouver des branches accessibles sans grosses pousses de gui.
Bref, résultat:




Désolé pour la qualité des photos... pas évident non plus de trouver le bon angle pour avoir un bon aperçu de la charpente en entier.

Bref, j'ai taillé disons au plus long possible sans garder de pousses de gui, et sans me mettre en danger. Je n'ai réussi à conserver qu'un tire sève qui n'a quasiment pas de gui.
Arrivé à ce stade, je me disais, autant tailler plus court... ce serait dommage que les nouvelles pousses soient toutes en haut de l'arbre et favoriser les nouvelles pousses plus basses.
Des avis ?

Une autre question, le vieux lierre... mieux vaut l'enlever pour éviter des sources de pourrissement de l'écorce ? ou alors, l'écorce qui n'a pas vu le jour depuis des années risque de ne pas aimer ?...

à bientôt
Gui a écrit le 27/01/2018 18:47 (ref msg # 61776 )
deuxième photo


Gui a écrit le 27/01/2018 18:50 (ref msg # 61777 )
une dernière


LAGRIC a écrit le 27/01/2018 23:57 (ref msg # 61782 )
Gui post_id=61775 time=1517074935 user_id=72201 a écrit :

Arrivé à ce stade, je me disais, autant tailler plus court... ce serait dommage que les nouvelles pousses soient toutes en haut de l'arbre et favoriser les nouvelles pousses plus basses.
Des avis ?


Je suis aussi de cet avis, voyons ce que les autres en pensent.

Gui post_id=61775 time=1517074935 user_id=72201 a écrit :

Une autre question, le vieux lierre... mieux vaut l'enlever pour éviter des sources de pourrissement de l'écorce ? ou alors, l'écorce qui n'a pas vu le jour depuis des années risque de ne pas aimer ?...


Je ne pense pas qu'un pourrissement puisse être dû à du lierre. C'est sûr que qu'il fait office de pare-soleil. J'ai lu quelque part que, dans les conduites en futaie d'une forêt, cette plante était favorisée sur les troncs pour empêcher les départ de ramification. Il abrite aussi une faune dont je ne sais rien mais qui participe à la biodiversité. Je le laisserais tout en le cantonnant sur le tronc. En fait, je pense que personne ne peut vraiment affirmer s'il est bénéfique ou maléfique
Gui a écrit le 28/01/2018 09:23 (ref msg # 61784 )
Je n'ai pas été clair sur le lierre. Cet été j'ai coupé à la base tout le lierre, certains gros comme un bras... peut être une erreur.
Je pense bien en laisser pousser un peu, ne serait-ce que pour abriter et nourrir un peu de vie au jardin.
Mais le lierre mort va se décomposer...? Si oui, l'écorce de l'arbre risque de ne pas aimer...?
LAGRIC a écrit le 28/01/2018 10:28 (ref msg # 61786 )
Gros bois morts plaqués aux troncs ou pas, Je crois que beaucoup s'accorde à dire qu'on ne laisse pas en état.

HS :cette plante est une bonne mellifère de fin de saison; morte, elle se dégrade assez vite.
François du Perche a écrit le 28/01/2018 16:13 (ref msg # 61794 )
je trouve que la situation actuelle est satisfaisante, je ne toucherais + à rien cet hiver. Le tire-sève n'était pas absolument nécessaire mais il ne peut pas faire de mal. Au printemps, ça va repercer de partout et le tire-sève peut être coupé l'hiver prochain pour mieux équilibrer l'arbre. Quant au lierre, il faut tout enlever, l'écorce de ce vieil arbre est bien épaisse et ne craint pas les coups de soleil. D'ailleurs les branches vont se couvrir de feuilles et le tronc sera à l'ombre quand le soleil est haut dans le ciel.
Avec un peu de chance, il peut y avoir quelques fruits cette année, notamment sur le tire-sève, ça permettra de connaître la variété.
Gui a écrit le 30/01/2018 22:09 (ref msg # 61829 )
Merci à tous pour vos commentaires.

Je ne vais pas plus le traumatiser pour le moment, attendons de voir sa réaction.
Et je vais donc le débarrasser de tout ce lierre mort.

J'ai profité de l'élan pour commencer à nettoyer le bois mort d'un autre spécimen, encore plus grand, mais beaucoup moins atteint par le gui.
Malheureusement, les 2 ou 3 boules de gui de la cime ont commencé à se "ressemer" un peu partout dans l'arbre, de préférence près de la lumière, là où je ne saurai pas accéder...
Bref, je continue de le nettoyer, notamment le gros lierre mort (ça va pas être une partie de plaisir) et les branches à demi-mortes. Je vais me laisser une chance de récolte cette année. Mais j'ai bien peur de devoir l'élaguer l'année prochaine... j'ai le temps d'y réfléchir (par ex, à comment atteindre le gui au plus près, grimper avec un échenilloir ?...)

Bref, le 3ème pommier conservé est complètement différent.
beaucoup plus jeune (tronc de 10 à 15cm de diamètre), couché à 45°, deux troncs, tige de 1.5m (?), 2 charpentières coupées à raz au printemps dernier pendant le défrichage (je sais, c'est pas bien, mais c'était compliqué de faire autrement...), quelques "branchettes" ont été conservées, ça a un peu repercé sur le tronc, beaucoup au pied (coupé puis paillé)



Message modifié 1 fois ; la dernière fois le 30/01/2018 22:20 par Gui


greffer.net >> Pommier