Avocatiers du commerce

greffer.net >> Autres fruits

flying_squirrel a écrit le 11/04/2016 20:04 (ref msg # 52389 )
Bonjour,

Il y a quelques mois, j'ai décidé de faire germer les noyaux des avocats que je consommais. J'ai eu pas mal de déconvenues (moisissures surtout) mais j'ai réussi à en planter deux qui ont bien pris (aujourd'hui ils sont en pot et font 20 et 30 cm environ avec de belles feuilles bien vigoureuses, je les sors en journée quand il fait beau et ils profitent bien). J'en ai un troisième qui va pas tarder à être planté et trois noyaux qui sont prometteurs (les derniers que je ferai).

Je me suis plusieurs fois posé la question de ce que j'allai faire de ces avocatiers. Je pensais en faire des plantes d'intérieur au pire, mais j'avais aussi dans l'idée de les utiliser comme portes-greffe. Je suis très partagée vis-à-vis de cette idée car je n'ai aucun indice concernant leur rusticité entre autres choses ce qui rend la chose hasardeuse et contre-productive (je ne sais même pas où ont poussé les avocatiers dont ils sont issus, ce n'est pas moi qui les ait achetés).

J'ai vu sur le forum/site un protocole qui m'intéresse, l'affranchissement, mais je ne suis pas sûre d'avoir bien compris :
- semer un avocatier issu d'un noyau quelconque, comme ceux que j'ai;
- semer un avocatier d'un type intéressant et ayant une rusticité convenable (noyau récolté dans la région ou acheté dans une boutique spécialisée par exemple);
- une fois que les deux avocatiers font une taille raisonnable, prélever une bouture de l'avocatier intéressant pour affranchir l'avocatier du commerce;
- l'avocatier du commerce va finir par mourir et l'avocatier intéressant par "s'auto-bouturer".

Du coup, si je comprends bien, ça permet de faire des boutures de la variété intéressante (mais difficile à bouturer autrement) pour pouvoir ensuite utiliser les plantes affranchies comme portes-greffe pour une troisième variété dont on aura obtenu un greffon tout en ayant un plan B (l'avocatier intéressant qui a été semé au départ n'est pas mort lui, on peut refaire une bouture si la greffe ne fonctionne pas et en parallèle obtenir un nouveau greffon pour recommencer). Ai-je bien compris l'idée ou pas du tout ?
JM a écrit le 22/04/2016 12:25 (ref msg # 52586 )
On utilise la variété Duke 7 qui résiste à des maladies et un peu au froid. Les qualités sont transmissibles par clonage (par semis, on risque d'en perdre). Mais il ne se bouture pas et ce sont ses racines qui sont intéressantes. Donc on le greffe sur un semis d'avocatier quelconque. Quand ça a pris on rempote en enterrant bien le point de greffe. Le Duke 7 émet des racines au niveau du point de greffe enterré et s'affranchit. On a donc un porte-greffe cloné ! On peut greffer dessus après des cultivars fruitiers.
On fait cette opération parce que le porte-greffe Duke7 est d'un grand intérêt. Greffer du semis (peut être que tu penses à mexicola ?) sur du semis du commerce et l'affranchir n'a pas d'intérêt. Tu retrouveras en fin d'opération les mêmes qualités racinaires que si tu avais utilisé directement ton semis de mexicola.


greffer.net >> Autres fruits