Conservation des variétés anciennes

greffer.net >> Greffage

André a écrit le 20/10/2006 15:43 (ref msg # 4012 )
Je me pose une question concernant la conservation des variétés anciennes.

D'après ce que j'ai pu lire, le porte-greffe interagit avec son greffon. Ainsi, si j'ai une variété A greffée sur un porte-greffe B, les rameaux que j'obtiendrai par la suite ne seront pas du A mais du AB (même si ce AB est composé de 99% de A et 1% de B).

Au cours des générations suivantes, ma variété pourra être greffée sur tout un tas de différents porte-greffes en récupérant à chaque fois un peu du code génétique de ceux-ci.

Le seul moyen de conserver une variété "pure" serait donc de la bouturer puisque dans ce cas aucun apport extérieur n'a lieu.

La question est donc la suivante : est-il possible de conserver une variété fidélement au cours des siècles sans la bouturer ?
rustaghja a écrit le 20/10/2006 17:33 (ref msg # 4018 )
Je pense que même dans le cas d'une bouture, il peut y avoir une mutation (spontanée, ou sous l'influence du milieux), d'un bourgeon.
Pour la greffe on conseille de prendre le bois sur certaines parties de l'arbre uniquement (pas de gourmands par exemple) . çà voudrait dire que cette partie ne contient pas le même patrimoine génétique ? C'est plus probablement lié à la présence de certaines hormones dans cette partie de l'arbre, mais je crois qu'en réalité le "clonage" par greffage a ses limites...
Gérard71 a écrit le 20/10/2006 18:46 (ref msg # 4024 )
Je crois aussi qu'on ne prélève pas de gourmands car l'arbre aurait plus de mal à se mettre à fruit (transmission de la vigueur). On préfère des rameaux inclinés à environ 45°.
André a écrit le 22/10/2006 20:26 (ref msg # 4090 )
Extrait du bouquin de Sageret :

J'ai ouï dire que depuis un certain temps l'on se plaignait que le paradis, destiné à recevoir les greffes, paraissait avoir gagné en force et en vigueur, ce qui avait l'inconvénient de n'avoir plus aussi aisément des pommiers nains.
D'où cela peut-il venir ? Serait-ce pas aussi parce que le paradis recevant perpétuellement la greffe d'espèces beaucoup plus fortes que lui, les rejetons pris au pied de ces pommiers greffés ont gagné quelque chose de la force de ces greffes ?
Ferréol a écrit le 22/10/2006 21:28 (ref msg # 4094 )
"André" a écrit :
La question est donc la suivante : est-il possible de conserver une variété fidélement au cours des siècles sans la bouturer ?


Salut,

il est impossible de conserver une variété à l'identique au niveau génétique au cours des sciècles car la mutation se produit de manière inexorable et naturelle sur le code génétique.

Cepandant, on peut conserver le "type variétal" c'est a dire les caractères visibles qui font d'une variété ce qu'elle est.
Il faut pour cela reproduire les plantes par des methodes sans remaniement génétique (la greffe et la bouture par exemple) et dans les descandants issues de ces méthodes, il faut eliminer sans pitié (ou alors conserver sous un autre nom) tout ce qui ne correspond pas exactement au "type variétal", de cette manière on conserve la variété (même si il y a évolution du code génétique de celle-ci).

Pour ce qui est de la vigueur des porte greffe paradis, je reste perplexe sur l'explication. Il se peut aussi que les méthodes de culture aient suffisament varié pour que les portes-greffes semblent plus vigoureux.


greffer.net >> Greffage