Mes problèmes avec les chataigners

  1. greffer.net
  2. >>
  3. Hors-sujet


druere a écrit le 16/10/2006 19:05 (ref msg # 3881 )
Je possède un verger (altitude 4OO M Acidité 5,5) des chataigners sauvages poussent d'eux-mêmes et deviennent très beaux et mieux produisent. Tout est donc rassemblé afin que mes chataigners prospèrent
Depuis plusieurs années j'achète des chataigners greffés - des arbres assez beaux et au bout de 2 ou 3 ans ils crèvent - J'en ai acheté 6 l'an
dernier et un seul a survécu (de 3 provenances différentes)
Celui qui a survécu a été planté (par mes soins) pratiquement les pieds
dans l'eau car je manquais de place - Les autres qui étaient plantés sur la partie sont morts (et pourtant je les ai arrosé un peu durant la canicule)

Mais peut-être fais-je une erreur en les plantant (je mets dans le fond du
trou de la cornaille qui n'est pas en contact avec les racines

Qu'en pensez-vous - Merci d'avance
klakos a écrit le 17/10/2006 08:31 (ref msg # 3890 )
A priori, je me plante peut-être complètement, le pb se situerait au niveau du système racinaire. Les chataigniers sauvages auraient un pivot alors que les "cultivés" seraient traçants ?
patrice a écrit le 17/10/2006 09:07 (ref msg # 3891 )
Apparement, le seul indice ayant laissé celui qui a survecu c'est l'eau.
J'ai un chataignier de 5 ans d'age, qui demande encore des apports réguliers d'eau pendant l'été, sans quoi il dépérirait...
Michel_Alpes a écrit le 17/10/2006 09:37 (ref msg # 3892 )
Bonjour,
J'ai eu aussi des plans de chataigniers qui n'ont pas survécu ,et c'était bien dû à (aux) sécheresses. Je pense que, quand on transplante de jeunes sujets, les premières années, si la météo n'est pas généreuse en pluie, il faut compenser. La mortalité s'est produite sur des plans gréffés sur des francs locaux mais transplantés, alors que ceux gréffés en place ont moins souffert ou plutôt ont survécu.
L'exemple type,j'ai un jeune chataignier qui bénéficie du surplus de récupération d'eau pluviale du toit de la maison et il est de toute beauté.L'arrosage est parfois impossible suivant la situation géographique.
Quand à la corne broyée,je fais un apport aussi mais juste sous la surface du sol et de façon circulaire.
Je ne pense pas que le chataignier en général ait un système racinaire à pivot .Lors de la germination de la chataigne,on voit comme un début de pivot mais tres vite les racines s'étallent; en tous cas ,ce nest pas un sytème racinaire comme le noyer qui a un vrai pivot...à la condition que sa germination et son jeune age n'ait pas été "corrigé" par la main de l'homme. Beaucoup de plantations de noyers ont été "laminées" par les ouragans car certains sujets issus de pépinières n'avaient pas de pivot.
druere a écrit le 17/10/2006 11:22 (ref msg # 3893 )
Merci à vous trois de vos réponses

J'avais cru lire à une certaine époque que le chataigner n'aimait pas les endroits humides Cela ne semble pas se confirmer aujourd'hui

Il est vrai aussi que les chataigners greffés achetés en pépinière ne sont pas toujours très jolis

Je vais donc greffer au maximum dans la place (bois (en vous mettant à
contribution pour l'obtention de greffons le moment venu)

Bonne journée à vous tous
patrice a écrit le 17/10/2006 11:24 (ref msg # 3894 )
Il est sur que c'est l'idéal, le porte greffe "sauvage" démontrant sa capacité d'adaptation au milieu.

Toutes mes greffes "sauvages" sur des francs de talus ont une vigueur autre, et une résistance à la secheresse bien meilleure, que des greffes sur porte greffe marcottés.


greffer.net >> Hors-sujet