Le pyrus mamorensis peut-t-il servir de PG ?

greffer.net >> Poirier

tropique a écrit le 25/03/2015 22:42 (ref msg # 47751 )
Bonsoir

Je viens de dénicher un coin,ou je pourrais récupérer plusieurs rejets de poirier mamorensis Maire de différentes tailles.
Mais avant de passer à l action,je voudrais bien m assurer s ils me seront utiles en tant que PG poiriers




Pour les plus grands,je serais bien équipé




Feuille de près

Le mois de mai,j y retournerai dans le coin secret,pour récolter les fruits et pour ....

Merci infiniment

tropique

Bruno a écrit le 25/03/2015 22:57 (ref msg # 47752 )
Est-ce que c'est le même poirier que le pyrus bourgaeana ? Si c'est le même il peut servir de porte-greffe, mais n'aime pas les sols calcaires.
Mais de toutes façon je crois que les pyrus peuvent se greffer les uns sur les autres. Je n'ai du moins jamais entendu qu'il y avait une incompatibilité entre eux.
J'ai vu sur un site qu'il pouvait avoir 10 mètres de haut. Dans ce cas il ne doit pas être nanifiant.
tropique a écrit le 26/03/2015 22:01 (ref msg # 47782 )
Bonsoir Bruno

Merci pour ton aide

Ce n est pas le pyrus bourgaeana.Voici ce que j en sais sur le marorensis:

Celui-ci ne pousse dans dans cette région,ou il n en reste que quelques spécimens.
Affectionne les sols sablonneux,voire calcaires.Résiste à la sécheresse
Drageonne énormément.Taille énormelus de 8 m
Donne des fruits en forme de petites poires,les autochtones les consomme.Fructification très précoce
Fin mai,je ferais un saut pour récolter et, j en profiterai pour collecter d autres info.

tropique
Ferréol a écrit le 27/03/2015 08:16 (ref msg # 47784 )
ça doit pouvoir fonctionner mais sa tendance la drageonner que tu signales n'est vraiment pas une qualité.

Sa grande vigueur n'est pas forcément une qualité aussi, pour des raisons pratiques ainsi que pour la lenteur de la mise à fruit des porte-greffes trop vigoureux, la plupart des arboriculteurs (y compris amateurs) préfère largement les porte-greffes de vigueur faible à modérée pour le poirier.
Bruno a écrit le 27/03/2015 09:15 (ref msg # 47785 )
Peut-être par contre que cette variété pourrait être intéressante pour créer de nouvelles variétés par croisement, notamment pour la précocité des fruits. Si tu en goûtes, un jour tu pourras nous dire ce que tu en penses. Si le Goût était vraiment original, ce pourrait être un caractère intéressant à transmettre par croisement.
youcef a écrit le 27/03/2015 14:30 (ref msg # 47795 )
tres interessant, ce poirier mamora. je crois qu'il se trouve uniquement au maroc ?
J'aimerai bien avoir quelques greffons l'année prochaine.
tropique a écrit le 27/03/2015 23:33 (ref msg # 47801 )
Bonsoir

Ferreol--Certainement,les arboriculteurs éviteront ce genre de PG,toutefois,celui-ci sera apprécié par les particuliers,en zone subtropicale ,en raison de sa résistance à la sécheresse,sa tolérance au calcaire,et surtout,il n est pas du tout exigeant en froid .La région ou il prospère,ne descend pas sous les +7°c,moins de 200 h/an.

Bruno--Une bonne idée que celle de vérifier ce que donnera un croisement
D après les dires,le fruit n est pas terrible,mais ça passe lorsqu il n y a pas mieux à portée de la main

Ton idée avait déclenché une autre idée:
Comme la floraison du mamorensis est superbe,je pense le greffer sur du nanifiant,ainsi,tous les poiriers d un verger profiteront de son pollen abondant.Le hic,c est le décalage dans les périodes de floraison

Youcef--Oui,celui-ci n existe qu au Maroc,et plus particulièrement dans une zone limitée.Vu le nombre de spécimens connus (09),j ai peur qu un jour il ne sera plus parmi nous.Pour cela,j aimerai bien à ce qu il soit protégé ailleurs,on ne sait jamais...
Pour les greffons,cela ne me fera que plaisir.Il ne te reste qu à revoir à la baisse la date d expédition.Pour info:celui-ci commence à fleurir dès février

Merci à vous tous,pour votre intervention fructueuse

tropique
Ferréol a écrit le 29/03/2015 11:13 (ref msg # 47824 )
C'est vrai pour la résistance à la sécheresse et au calcaire, en revanche pour les histoire de besoin en froid, cela peut apportera peut être un plus mais ne confèrera probablement pas ces qualités au greffon.

Sinon en terme de variété de poire très hâtive avec laquelle vous pouvez vous amuser a essayer de faire des croisements, il y a les poires du groupe muscatelle - poire de la saint-jean - sept en bouche variétés de poires déjà bien répandues dans le bassin méditerranéen.
klakos a écrit le 29/03/2015 12:24 (ref msg # 47831 )
De fait des pépins de ce poirier pourraient m'intéresser... mais il faudrait qu'ils soient issus d'un arbre poussant au beau milieu de la forêt de Mamora.
Comme pour tout, le risque d'hydridation est sinon élevé.
tropique a écrit le 30/03/2015 03:00 (ref msg # 47842 )
Bonsoir

Merci Ferréol pour ces précisions
Les prochains jours,je me lancerai à la recherche de l une des variétés citées

Klakos--sois rassuré,les autres variétés de poirier ne réussissent pas dans cette région,en plus,les quelques pieds mamorensis sont distantes l une de l autre,de plusieurs centaines de mètres.

tropique
Bruno a écrit le 30/03/2015 05:45 (ref msg # 47846 )
"Ferréol" a écrit :

Sinon en terme de variété de poire très hâtive avec laquelle vous pouvez vous amuser a essayer de faire des croisements, il y a les poires du groupe muscatelle - poire de la saint-jean - sept en bouche variétés de poires déjà bien répandues dans le bassin méditerranéen.

Et bien ça ne fera pas de grosses poires surtout "sept en bouche", celle du mamorensis étant déjà petites. Je ne sais pas les noms (je me suis embrouillé les pinceaux dans les étiquetages), mais dans les poiriers que j'ai obtenu en prenant des greffons au Conservatoire Botanique National de Gap-Charance j'en ai certains qui sont extrêmement précoces, plus que le poirier St. Jean que j'ai et plus grosses. (Mais après tout peut-être que le "st jean" que j'avais acheté n'en ai pas un, il y a souvent de mauvais étiquetages dans les pépinières).
tropique a écrit le 07/04/2015 22:13 (ref msg # 47990 )
Bonsoir

Enfin,je suis arrivé à me procurer un scion pyrus précoce.Malheureusement,le vendeur était pas en mesure de m en préciser la variété.




Superbe fil de fer de presque 2m, qui a besoin d être travaillé les deux prochaines années




C est surtout ce bouquet de fleurs sur la partie terminale,qui m avait incité à le ramener chez moi.Je pourrais au moins connaitre comment sont faits ses fruits

Voici comment je compte procéder:
--Après la récolte,je le taillerai à 90 cm
--Puis,j y grefferai ,à 90 cm de la base, le pyus mamorensis ( écusson et chips)
--En même temps,je grefferai en fente mon nouveau pyrus sur mamorensis
Tout cela dans le but de vérifier la compatibilité PG-greffon et puis,profiter de la floraison généreuse du mamorensis pour obtenir une fructification abondante

Pour le moment,il est pincé,afin de dévier la sève vers les fruits et jeunes rameaux

Svp,pourrais-je faire mieux ?
Merci

tropique
tropique a écrit le 21/05/2015 02:51 (ref msg # 48551 )
Bonsoir

Je viens de faire un tour en forêt,afin de vérifier ou en sont les fruits du pyrus mamorensis:




Arbuste de 5/6 m




Fruits immatures de la taille d une cerise .Une fois matures,leur taille sera double




Les fruits ne commenceront à mûrir,qu à partir du mois d aout

Ce que j avais pu collecter comme renseignements:
--Ecorce très fissurée
--Les fruits,quoique comestibles,ne sont pas terribles. Aucun jus,ça étouffe
--Nécessite une pollinisation croisée
--Excellent PG pour les pyrus
--Feuillage caduc
--Résiste à la sécheresse : 8 mois,voire plus.
Les températures dans cette région ne descendent jamais en dessous de +5°c,donc pas possible d avoir une idée sur sa rusticité

Aujourd hui,je vais tester le bouturage et greffes sur cydonia et pyrus

Je les revisiterai fin août, pour récupérer gaines et greffons.Quant aux rejets,les chêvres en ont profité

tropique
tropique a écrit le 20/07/2015 22:55 (ref msg # 49159 )
Bonsoir

Je viens de revisiter le pyrus mamorensis pour vérifier ou en sont les fruits.





Les fruits arrivés à maturité,sont immangeables,aucune différence avec du bois sec.
Après mûrissement,ils deviennent aussi dures qu une noisette et,restent accrochés au pied mère

tropiques
floyd a écrit le 20/07/2015 23:51 (ref msg # 49162 )
Mon latin est un peu rouillé, mais "marmorensis" doit bien évoquer le marbre!
Ce qui en dit long sur la tendreté du fruit.
Bruno a écrit le 21/07/2015 07:23 (ref msg # 49164 )
C’est vrai que "marmor" veut dire marbre en latin, mais ce n’est pas "marmorensis" mais "mamorensis". C’ est un mot inventé qui veut dire de Mamora (grande foret de Mamora (ou Maamora) au Maroc). De même il existe un bollet de Mâmora (bolletus mamorensis) mais là il s’agit de la ville de Mâmora en Italie.
Ceci dit on aurait peu être pu appeler ce poirier "marmorensis" en raison de la dureté de ses poires. Ces poires me font un peu penser à celles du poirier à feuilles d'amandier qui sont dures et immangeables.
floyd a écrit le 21/07/2015 07:47 (ref msg # 49165 )
Sur ce lien, http://www.ars-grin.gov/cgi-bin/npgs/htm....pl?448611, les deux orthographes présentées comme synonymes.
tropique a écrit le 22/07/2015 02:15 (ref msg # 49166 )
Bonsoir

Juste quelques jours après cueillette,je suis obligé d utiliser un petit marteau pour pouvoir en récupérer les graines.
Donc,les deux noms sont valables
Mamorensis : pour préciser son origine
Marmorensis : pour préciser sa dureté
Je n avais réussi à trouver que ce lien qui en parle:
https://books.google.co.ma/books/about/L...

Puisqu il résiste à la sécheresse et tolère le sol calcaire,il peut être utilisé comme PG,à condition de fermer les yeux sur les drageons et la vigueur.
Très florifère,il fera un très bon pollinisateur.
Quant aux vertus médicinales,tout reste à prouver

tropique


greffer.net >> Poirier