Bouturage avocatier (test)

greffer.net >> Multiplication végétative

tropique a écrit le 08/05/2015 21:31 (ref msg # 48413 )
Bonsoir

Les boutures de l avocatier,objet du premier post,qui sont à leur cinquième mois, végètent toujours.
Je me demande si leurs réserves ne sont pas inépuisables :

Il y a vingt jours,j avais bouturé dans l eau d autres tronçons,avec le même résultat:






[attachment=0]bouture avocatier vue de près.jpg[/attachment
Vue de près: je me demande si se sont vraiment des ébauches de racines :

Merci pour votre avis

tropique
diospyros a écrit le 09/05/2015 03:22 (ref msg # 48418 )
Je crois que la bouture de l'avocatier il faut vraiment oublier...

Meme en labo, ils ont du mal a faire de la micro propagation en tube a essai!!

La seule chose qui marche, c'est l'étiolation : je resume et j'expliquerai plus en detail plus mais en gros :

Faire pousser une tige dans une chambre noire puis une fois que celle ci a une taille suffisante, pratiquer une marcotte, mais inutile de pratiquer l'incision annulaire, il suffit juste d'inciser la branche de plusieurs coup de scapel verticaux d'ou partiront les racines et d'appliquer une hormone de bouture pour aider l'emission de racines...
tropique a écrit le 11/05/2015 00:03 (ref msg # 48450 )
Bonsoir

"diospyros" a écrit :
Je crois que la bouture de l'avocatier il faut vraiment oublier...

Meme en labo, ils ont du mal a faire de la micro propagation en tube a essai!!

La seule chose qui marche, c'est l'étiolation : je resume et j'expliquerai plus en detail plus mais en gros :

Faire pousser une tige dans une chambre noire puis une fois que celle ci a une taille suffisante, pratiquer une marcotte, mais inutile de pratiquer l'incision annulaire, il suffit juste d'inciser la branche de plusieurs coup de scapel verticaux d'ou partiront les racines et d'appliquer une hormone de bouture pour aider l'emission de racines...


Oublier le bouturage:que dire à ces boutures de 5 mois qui respirent encore ?
Les échecs permettront à d autres d explorer d autres possibilités,sans perdre du temps
Puisque le bois d une marcotte s enracine,je trouve cela très encourageant
Pour étioler,il suffirait d enrouler du ruban d électricien sur un tronçon d une branche déjà bien formée,et le tour est joué

L inconvénient,c est que personne ne souhaite être confronté à de telles contraintes,afin de pouvoir offrir.A quelques exceptions près

La bonne nouvelle,c est que je m étais inspiré sur la méthode du marcottage que tu viens de décrire,afin d inciser et badigeonner d hormone mes boutures dans l eau,avant tout empotage
Merci
tropique
diospyros a écrit le 11/05/2015 00:53 (ref msg # 48451 )
Pourquoi perdre du temps a faire ce que des gens dont c'est le métier ont déjà tenté à plusieurs reprises et de façon bien plus pointue que nous... A moins que tu n'aies une nouvelle façon de faire!

En général les boutures dépassent difficilement le stade de cal...

Pour l'etiolation, pourquoi perdre du temps à étioler une rameau qui a déjà pris la lumière (le retour au stade antérieur sera bcp plus long et incomplet) alors qu'avec la technique que j'évoque on le privé de tout début de photosynthèse....

Faire pour défaire c'est un peu dommage...
tropique a écrit le 13/05/2015 00:17 (ref msg # 48470 )
Je crois tout ce que disent les labos,ainsi que les amateurs éclairés
Toutefois,ces connaisseurs n interdisent pas aux passionnés de tester



Ces boutures sont là depuis 5 mois,qui me dit qu elles ne s enracineront pas après un an?





Cette bouture avait été empotée après avoir été installée dans l eau pendant 20 jours
Au départ,la soucoupe était remplie d eau,afin que le passage du liquide au solide se fasse en douceur
Après 15 j,une pousse vient de surgir du substrat





Après un bouturage dans l eau ( 20j),j avais incisé et badigeonné de l hormone

S il y aura échec,je passerai à d autres méthodes


Quant à la méthode que tu conseille,je ne vois pas l utilité de bouturer une tige issue de semis,particulièrement en ce qui concerne l avocatier
Il se peut que je n ai pas compris ce que tu voulais dire,merci de m expliquer en détails

tropique
diospyros a écrit le 13/05/2015 00:26 (ref msg # 48471 )
Encore une fois, tu fais ce que tu veux, si ça t'amuse... Je ne fais que partager les informations que j'ai!


Je n'ai pas parlé de reproduire d'avocatier de semis, j'ai parlé d'étiolation. Libre a toi de multiplier ce que tu veux...

C'est la méthode utilisées par les plus gros producteurs d'avocatiers du monde en Californie, en Espagne et en Afrique du sud. Ils multiplie ainsi les portes greffes les plus résistants aux maladies ou a la salinité....

Il s'agit de laisser une poussée végétative se développer dans l'obscurité totale. Le résultat est une tige toute blanche complètement étiolée.

Après avoir pratiquer de petites incisions et en badigeonnant d'hormones de bouturage, on procède comme lors du marcottage en ensachant la tige étiolée.

Résultat : l'enracinement est garanti a 100% ou pas loin, le système racinaire est puissant et rapide. Et les nouvelles plantes ainsi obtenues ont un système racinaire qui va continuer a se développer plus rapidement qu'avec un bouture qui ne donne pas de bons résultats...
François du Perche a écrit le 13/05/2015 08:18 (ref msg # 48476 )
Il s'agit de laisser une poussée végétative se développer dans l'obscurité totale. Le résultat est une tige toute blanche complètement étiolée.


Cette technique d'étiolation est-elle applicable à d'autres arbres car j'aurais pensé qu'un arbre crèverait s'il était complètement privé de lumière, ce qui est facile à réaliser en pleine terre en le mettant sous (grande) cloche.. On voit souvent sous des bâches noires se développer des mauvaises herbes qui restent toutes blanches complètement privées de chlorophylle et qui reverdissent en quelques jours quand elles sont exposées à la lumière, on peut voir aussi de jeunes arbres pousser ainsi mais ce sont des semis, donc pas ce qu'on cherche, pour la bouture, on veut un cultivar bien référencé.
tropique a écrit le 13/05/2015 19:34 (ref msg # 48483 )
Merci Diospyros pour ces explications claires
Je pense comme François,déjà le poirier et manguier me captivent
tropique
gavot a écrit le 20/05/2015 15:34 (ref msg # 48546 )
Bonjour,
voici mes boutures d'avocatier (Zutano)après 40 jours. Plongées en eau de pluie, plastique opaque en partie basse du récipient, à l'intérieur, température jamais inférieure à 15°.Les points blancs sont apparus depuis trois semaines environ, pour se généraliser sur la partie immergée de la bouture, en devenant bruns. Je ne crois pas qu'il s'agisse d'ébauches de racines. Il me semble que si c'était le cas, l' apparition des points blancs précurseurs ne se généraliserait pas à l'ensemble du rameau immergé. En même temps, un bourgeon s'est développé, aux dépens des substances nutitives contenues dans la bouture car l'eau de pluie ne contient aucun fertilisant.
Je vais toutefois mettre en pot en substrat allégé.



diospyros a écrit le 23/05/2015 02:59 (ref msg # 48573 )
"François du Perche" a écrit :
Il s'agit de laisser une poussée végétative se développer dans l'obscurité totale. Le résultat est une tige toute blanche complètement étiolée.


Cette technique d'étiolation est-elle applicable à d'autres arbres car j'aurais pensé qu'un arbre crèverait s'il était complètement privé de lumière, ce qui est facile à réaliser en pleine terre en le mettant sous (grande) cloche.. On voit souvent sous des bâches noires se développer des mauvaises herbes qui restent toutes blanches complètement privées de chlorophylle et qui reverdissent en quelques jours quand elles sont exposées à la lumière, on peut voir aussi de jeunes arbres pousser ainsi mais ce sont des semis, donc pas ce qu'on cherche, pour la bouture, on veut un cultivar bien référencé.



Je sais que cette technique a été developpée d'abord pour l'avocatier néanmoins, je reste persuadé qu'elle est applicable à bon nombre d'autres espèces notamment les agrumes....



Pour l'avocatier, elle sert surtout à multiplier des portes greffes homogènes avec des caractéristiques bien déterminées (résistance aux maladies, a la salinité....)

Un greffon d'une variété résistante est greffée sur un porte greffe quelconque.
Il est mis a débourrer dans l'obscurité, lorsque la pousse a atteint la longueur souhaitée, on place un container percé sur la base de la nouvelle pousse, en pratiquant des incisions que j'ai évoqué plus haut et en appliquant une hormone de bouturage.

Après un certains temps, le container est remplis de racine, il est temps de sevrer le plan ainsi obtenu.

Ce plan servira de porte greffe et sera a son tour greffé avec la variété que l'on souhaite reproduire.
tropique a écrit le 09/07/2015 22:52 (ref msg # 49090 )
Bonsoir

Je pense que ça bouge coté bouture avocatier




Huit mois après bouturage,ça commence à bourgeonner au sommet




Vue de près

Je ne dirais que c est gagné,que lorsque les tiges et racines seront là.Ce n est qu à ce moment là que je rempoterai et partagerai.

tropique
François du Perche a écrit le 10/07/2015 06:51 (ref msg # 49092 )
Bravo, ça semble en bonne voie : huit mois, c'est un délai raisonnable pour accoucher ops:
Toutefois, si on reprend tes essais, il y avait déjà eu bourgeonnement sur la photo du 8 février, mais c'était deux mois après bouturage. ça a périclité d'après ce que j'ai compris.
Il faudra également vérifier que l'avocatier (de variété) réussit bien sur ses propres racines, ce qui n'est pas sur du tout, l'exemple du pommier le prouve. Il faut voir la vigueur et la taille des fruits.
Encore quelques années avant de conclure et bravo pour la persévérance.
tropique a écrit le 10/07/2015 19:02 (ref msg # 49094 )
Bonsoir

Merci François pour tes encouragements

Effectivement,le bourgeonnement observé après deux mois,avait périclité.
Tu as raison,même en cas de réussite,le chemin restera encore long,avant d en tirer une quelconque conclusion.Les connaisseurs s en chargeront de la suite.

Surement, des inconvénients seront là,mais des avantages aussi:
--L absence du pivot,facilitera la culture en pot peu profond
--Disponibilité à domicile de greffons ,dont on est sûr de la variété
Si en plus, l arbuste se révélera nain,cela ne fera que du bonheur à ceux qui souhaitent en cultiver dans leur véranda

tropique
tropique a écrit le 20/07/2015 23:32 (ref msg # 49161 )
Bonsoir

Les jeunes feuilles de la bouture d avocatier,poussent à vue d oeil,l ancienne feuille commence à se dessécher.




Vu la cadence de croissance,vers fin aout,je n hésiterai pas à déterrer pour vérifier si les racines bougent aussi.Je partagerai

tropique
JM a écrit le 29/08/2015 11:18 (ref msg # 49427 )
Très intéressant, parce que normalement c'est réputé ne pas se bouturer. Les grandes pépinières ont une technique particulière pour produire du porte-greffe clonal.
http://brokawnursery.com/rootstock.html
tropique a écrit le 29/08/2015 23:43 (ref msg # 49431 )
Bonsoir

Merci JM,pour ce lien très intéressant

Si j ai bien compris,la pousse issue de semis,disparaitra en fin de compte.
Si c est le cas,on pourrai s en passer,si on cultive un duke
Je m explique:
On marcotte sur le duke,après enracinement,on y greffe le hass.Il ne restera qu à couper et empoter

Qu en penses-tu,svp?
Merci

tropique
belinsecte a écrit le 03/02/2016 11:45 (ref msg # 51017 )
Bonjour Tropique,
Depuis fevrier 2015, comment se portent tes avocatiers bouturés? et marcottés?

Bonjour Gavot,
Je suis d'accord pour semer, mais difficile de prévoir si le semis garderait les gênes de rusticité du juke 7? (-10°C 2 jours par temps sec, garantit le fournisseur qui le multiplie par clonage)
Quel avocatier as tu expérimenté de rustique en france? A quelles températures négatives a-t-il survécu?

Merci
JD
belinsecte a écrit le 03/02/2016 11:56 (ref msg # 51018 )
"François du Perche" a écrit :
Bravo, ça semble en bonne voie : huit mois, c'est un délai raisonnable pour accoucher ops:
Toutefois, si on reprend tes essais, il y avait déjà eu bourgeonnement sur la photo du 8 février, mais c'était deux mois après bouturage. ça a périclité d'après ce que j'ai compris.
Il faudra également vérifier que l'avocatier (de variété) réussit bien sur ses propres racines, ce qui n'est pas sur du tout, l'exemple du pommier le prouve. Il faut voir la vigueur et la taille des fruits.
Encore quelques années avant de conclure et bravo pour la persévérance.



Aurais tu des sources d'info concernant l'affranchissement des pommiers? leur réussite ou échec, tu écris que l'exemple du pommier prouve qu'une variété ne réussit pas toujours sur ses propres racines?
François du Perche a écrit le 03/02/2016 15:54 (ref msg # 51020 )
concernant l'affranchissement ou le bouturage des pommiers (ce qui revient au même), voir :
https://www.greffer.net/discussion/viewt...
Il en résulte que c'est une fausse bonne idée, très à la mode, que de vouloir conduire des pommiers sur leurs propres racines. C'est possible, mais ça donne des arbres médiocres. Depuis au moins 5000 ans qu'on cultive les pommiers, ça se saurait si ça donnait de bons résultats !
diospyros a écrit le 03/02/2016 19:45 (ref msg # 51022 )
Des nouvelles de ta bouture Tropique?


greffer.net >> Multiplication végétative