Semis de mirabelles et de quetches

greffer.net >> Greffage

noone1504 a écrit le 12/12/2014 21:19 (ref msg # 46266 )
Bonjour
Il me semble que la mirabelle et la quetche se reproduisent fidélement par semis .
Pouvez vous me confirmer ??
Merci du retour
Cordialement
floyd a écrit le 12/12/2014 22:41 (ref msg # 46267 )
Il y a peu de dérive, les arboriculteurs l'ont remarqué et publié dès le XIXe.
Mais la "fidélité" c'est comme la "résistance" des termes encourageants et très relatifs.

Ceci dit, le greffage reste la méthode de choix pour conserver une variété remarquable et supérieure.
noone1504 a écrit le 13/12/2014 21:27 (ref msg # 46273 )
Bonjour
Je me doutais de la réponse
De passage en Ardéche, je me suis retrouvé chez un papy vraiment formidable
Sur son terrain , poussait un grand nombre de fruitier
Le plus remarquable était un poirier de 5 métres de haut.Je ne me souviens pas le nom de la variété
C'est en visitant son champ qu'il ma dit que la mirabelle et la quetche se reproduisait bien par semis
Je n'ai vu aucun point de greffe sur les siens .
Il m' a même donné des graines que je compte semer aprés leur stage au frigo.
On verra ce que dame nature nous résérve
Cordialement
floyd a écrit le 13/12/2014 23:52 (ref msg # 46275 )
Ce qui serait intéressant, serait de comparer en un même lieu, les arbres et leurs productions, entre ceux issus de greffages et les autres issus de semences "fidèles".
Car la mémoire est une chose fragile, si l'on s'en tient à de vagues souvenirs 20 après, du genre "oui ça ressemble, mais c'est mieux sur tel point et moins bien sur tel autre…"
gavot a écrit le 14/12/2014 08:02 (ref msg # 46277 )
Il me semble que une variété peut être durablement reproduite fidèlement par semis si elle est constituée par une population (et non par un clone, propagé lui habituellement par bouture ou greffe). Et là il faut encore que la pollinisation croisée nécessaire au maintien de la diversité génétique intra population se fasse entre sujets de la variété donnée, alors que souvent les pollens porteurs de génotypes plus éloignés (par exemple présence de reines claude à proximité du verger de mirabelles) sont plus efficaces pour féconder...Il faudrait donc (en principe)que le verger de mirabelles soit suffisamment éloigné de variétés de prunier différente... Ou bien que les gènes déterminant les caractéristiques de la mirabelle soient dominants en croisement. Mais cela ne marchera qu'à la première génération.
Le cas d'ne variété clonale qui se reproduirait fidèlement par semis (issus d'autofécondation) me parait impliquer qu'elle soit très homozygote (du moins pour les gènes déterminant les caractéristiques du fruit) Il y a beaucoup de chances alors qu'elle soit homozygote pour beaucoup de caractères, et donc assez fragile et peu adaptable. Dans ce cas, l'autofécondation ne semble pouvoir conduire qu'à un appauvrissement génétique progressif, rendant les descendants de plus en plus fragiles
floyd a écrit le 14/12/2014 10:06 (ref msg # 46278 )
Je partage et j'apprécie cette analyse du problème.
La mise en culture comparée que je proposais, permettrait d'éclairer (dans quelques années…) le propos.
gavot a écrit le 14/12/2014 12:27 (ref msg # 46279 )
Je partage tout à fait ton point de vue : la mise en culture comparée est bien le seul moyen pratique de vérifier cette "fidélité" lors des générations successives.
La génétique ne parait me permettre que d'avancer des hypothèses, à vérifier par l'expérience.
Bruno a écrit le 16/12/2014 09:35 (ref msg # 46312 )
Il me semble que même si une variété est classiquement fidèle au semi, on n'est jamais à l’abri d'une fécondation par un autre arbre d'une variété voisine.
noone1504 a écrit le 16/12/2014 21:09 (ref msg # 46320 )
Bonjour
En toute chose, ne voyez qu'en moi le "candide " qui cherche à comprendre.
En clair,la graine d''une fleur de pissenlit fécondée en 2013 ne donnera pas la même plante en 2014 ?
Parce qu'elle aura pu être en contact avec un pollen d' orties par exemple .
Hors j'ai bien devant moi , en 2014, un plant de pissenlit,
Donc le patrimoine génétique du pissenlits de 1980 n'a aucun rapport avec celui de 2014?
La je raisonne par l'absurde bien sur ???
Cela dit, par jeu un copain instit a essayé de semer des pépins de raisins et le résultat n'était
pas fameux l La plante est toujours resté rachitique,
Donc le greffage et le marcottage sont les seules maniéres de reproduire exactement le même plant
Mais ça, nous le savons déja!!
Cordialement
floyd a écrit le 16/12/2014 21:35 (ref msg # 46322 )
Une notion à ne pas négliger, celle de la barrière des espèces; sauf très rares exceptions, deux plantes d'espèces différentes ne se pollinisent pas.
L'ortie et le pissenlit n'ont aucun moyen de se féconder par pollinisation. (et heureusement!)

Il faut aussi admettre que tous les petits d'hommes sont issus d'une femme et d'un homme, mais qu'ils sont également tous différents mais tous humains.
Ben, pour le pissenlit c'est pareil!


greffer.net >> Greffage