pommier sans porte greffe

greffer.net >> Pommier

pajam a écrit le 19/10/2014 18:57 (ref msg # 45597 )
bonjour
je voudrais faire des boutures de jeromine (peu vigoureuse) pour une replantation a la place de pommiers
Pour mettre toute le chance de mon côté je voudrais utiliser de l'eau de saule comme hormone de bouturage.
Je compte faire des fagots de boutures en novembre couchés dans du sable puis les planter au printemps.
Quand s'utilise l'eau de saule? pour la formation du cal liégeux au moment du bouturage en novembre ou lors de a prise de racine en mars?
merci
floyd a écrit le 19/10/2014 20:44 (ref msg # 45599 )
Bonjour pajam,
Les recherches bibliographiques que tu as pu faire t'ont certainement alerté sur la difficulté du bouturage du pommier.
En outre, l'efficacité de cette "eau de saule" est une fable largement colportée.
Je crains que ton projet soit fondé sur des bases erronées.

Je suggère que tu produises des PG francs à partir de pépins et dans un an ou deux que tu réalises un écussonnage classique.
Solution simple, efficace… quoi d'autre?
Bruno a écrit le 20/10/2014 07:04 (ref msg # 45607 )
Il est en effet plus simple de greffer, mais il semblerait que certains pommiers peuvent se bouturer. J’ai personnellement réussit des boutures de PG M9. Tu peux toujours essayer, ça ne coute rien. Peut-être qu’au lieu d’eau de saule on peut utiliser une hormone de bouturage classique. Il y a eu un topic sur les boutures de pommiers. https://www.greffer.net/discussion/viewt...
Je pense qu’il est plus facile de bouturer le pommier que le poirier (je n’y suis jamais arrivé).
Il semble tu veuilles planter des pommiers en quantité de la même variété, si c’est le cas ce n’est probablement pas en amateur. Dans ce cas je crois qu’il serait préférable d’acheter (ou de les reproduire) des PG qui correspondent bien à tes besoins et de les greffer. En effet je crois avoir lu que des pommiers obtenus par bouturage mettaient beaucoup plus de temps à fructifier que ceux obtenus par greffe.
pajam a écrit le 20/10/2014 17:43 (ref msg # 45615 )
en fait le probleme du pommier c est la replantation.
En 4eme generation meme 106 n 'est plus assez vigoureux pour faire pousser des variétés faibles tel que jeromine.
Surtou que je suis dans des sols issu de moraines glaciaire très caillouteux.

IL me faut seulement 300 plants, Je voulais les elever en hors sol pendant la première année ( ce qui fonctionnent tres bien en pêcher et abricotier en pot de 30L) de façon a ne pas perdre de cm de pousse.

Es que qunlqu un en sait un peu plus sur les hormones de bouturage et leur efficacité

L'autre solution consisterai a faire des plants sur pajam 2 et a les affranchir des la plantation, mais j'ai peur que certain ne s 'affranchissent pas et que mon verger soit tres heterogene
floyd a écrit le 20/10/2014 18:35 (ref msg # 45616 )
Je ne connais pas ces sols de moraines, est-ce possible d'y planter un verger productif ?
Y a-t-il des vergers pro, aux alentours?

Un PG puissant capable d'aller chercher loin et profond eau et sels minéraux me parait indispensable.
D'où le recours aux francs.
pajam a écrit le 20/10/2014 21:13 (ref msg # 45618 )
j'ai moi même 14 hectares de vergers dans ces moraines.
j'ai des terres qui sont en pommier depuis les années 50. le pommier laisse des tanins dans le sol et rien ne pousse a la place.
avec 106 et des variétés traditinnel on arrive a faire un verger. mais avec jeromine ou story c es plus dur car elle sont faible a la base.

J'ai deux rang de leratess qui pousse pas du tous à cause de l'usure du sol, je veux les arracher et replanter des jeromines
vu que le bouturage à l'air compliqué, je m'oriente vers un préformage des plants en hors sol et peut être ramener un peu de terre végétal dans les trous à hauteur de 0,1m3 par trous.
couteux mais aparement efficasse
merci
floyd a écrit le 21/10/2014 09:24 (ref msg # 45624 )
"tanin dans le sol", "usure du sol", des termes inhabituels sur le forum.
Et en tout cas des notions qui nous éloignent de la reproduction végétative, mais ce serait intéressant d'en savoir plus.
François du Perche a écrit le 21/10/2014 10:17 (ref msg # 45627 )
Il y a eu un autre topic, plus récent, sur le bouturage du pommier
https://www.greffer.net/discussion/viewt...
Il faut bien distinguer entre le bouturage des porte-greffe qui semble marcher assez bien et le bouturage des variétés qui semble voué à l'échec.
"tanin dans le sol " : est-ce le pourrissement des racines qui restent dans le sol qui empêche toute végétation ? Dans des sols "normaux", je ne l'ai pas constaté.
Bruno a écrit le 21/10/2014 16:43 (ref msg # 45633 )
"floyd" a écrit :
Je ne connais pas ces sols de moraines, est-ce possible d'y planter un verger productif ?
Y a-t-il des vergers pro, aux alentours?

Un PG puissant capable d'aller chercher loin et profond eau et sels minéraux me parait indispensable.
D'où le recours aux francs.

Oui, mais il faut je pense si l'on sème des pépins, garder les individus les plus puissants. Il est écrit partout que les PG les plus puissants sont les francs. En réalité quand on sème des pépins, on obtient toutes une palette d'individus de vigueur différentes, il y en a des nains.
floyd a écrit le 21/10/2014 21:38 (ref msg # 45635 )
J'ai lu que les pépins étaient souvent récupérés dans les marcs de pommes après le pressage des variétés à jus/cidre.
Ces variétés sont à priori, très poussantes.

La présence de champignons ou de nématodes dans le sol constitue une explication logique d'un défaut de croissance.
Mais qu'est-ce que sont ces tanins et d'où viendraient-ils?
pajam a écrit le 22/10/2014 19:46 (ref msg # 45644 )
En fait les tanins se sont des substances secrétée par la plante naturellement pour éviter l'implantation d'autres plantes trop proches de sont environnement.
C'est pour cela que l'on doit utilisé un porte greffe à chaque fois plus fort lors de replantation à la même place.
Ces subtances disparaissent rapidement après l'arrachage pour la plupart des espèces fruitières, mais celle du pommier sont plus persistantes.
Je vais justement faire des essais de semis de luzerne à la place de vergers de pommier pour voir si l'apport d'azote favorise la dissolution de ses subtances.
floyd a écrit le 22/10/2014 21:08 (ref msg # 45647 )
Le taux de tanin est une caractéristique mesurée des différentes variétés de pomme.
Leur présence dans le sol, ma foi je ne connais pas.
Sur la toile, guère d'info, ou j'ai mal cherché!
Bruno a écrit le 24/10/2014 23:09 (ref msg # 45673 )
Ce qui est traditionnel quand un arbre fruitier meurt c'est de planter un arbre à noyaux à la place d'un arbre à pépins et vice versa. Mais ça c'est évidemment parce qu' ils n’ont pas les mêmes maladies. Les tanins sont des polyphénols, qui sont des molécules organiques, logiquement ils doivent se dégrader dans le sol sous l'effet des bactéries comme pour tous les composés organiques d'origine biochimique.
ké20 a écrit le 25/10/2014 21:59 (ref msg # 45677 )
salut Pajam
Pour l'eau de Saule , je coupe des bouts de branches de 2-5cm , je laisse macérer à l'ombre ou mi-ombre pendant 10-12jours dans de l'eau de pluie, il faut que l'eau est une couleur rougeâtre, avec une forte odeur.
Je laisse tremper quelques minutes les boutures, puis je plante , et j'arrose même un peu avec cette eau ensuite toutes les boutures une fois plantées.
Il m'arrive aussi de combiner cette méthode avec la méthode de grain de blé, tu augmentes tes chances.

Je n'ai jamais tenté pour le pommier , et les seules boutures vraiment échouées étaient avec l'argousier auto-fertile.... tentées en même temps que pour le kiwi début août (si quelqu'un connait une astuce)
floyd a écrit le 25/10/2014 23:15 (ref msg # 45678 )
Le gros inconvénient des recettes rustiques c'est leur manque de précision et le taux régulièrement très faible des cas de réussites.
En outre, peu d'expérimentations sérieuses, quantifiées, au protocole parfaitement connu, menées en parallèles avec un témoin non traité.
Bref l'eau de saule reste un fantasme qu'il devient urgent de ne pas colporter.


greffer.net >> Pommier