Moniliose sur abricotier... la galère

  1. greffer.net
  2. >>
  3. Hors-sujet


JLoup a écrit le 18/09/2014 17:40 (ref msg # 45265 )
Bonjour à tous,

Lorsque j'ai planté mes premiers arbres il y a 5 ans, j'ai planté deux abricotiers bergeron.
Depuis trois ans, il fleurissent abondamment mais la monilise me grille quasiment tous mes rameaux...
J'envisage de les arracher pour replanter autre chose.
Cette fois ci j'aimerai bien éviter cve problème de monilise sur fleurs.
Je cherche donc la meilleur couple porte greffe / variété greffé pour résister à ce fleau.
Cette fois ci plutot que d'acheter des arbres tout fait je voudrais me les faire puisque maintenant je greffe

Pour info, je suis en corrèze avec des hivers pas trop rigoureux (ça semble pas idéal pour l'abricotier...) sur un sol assez pauvre au pH apres neutre.
Je suis en agriculture biologique donc limiter dans les traitement envisageable.
Et j'aimerai bien des abricotiers précoces car nous récoltons nos fruits pour les transformer en sorbets que nous vendons en été sur les marchés.

Voila vous savez tout.
Si vous avez des conseils, des idées je suis preneur

Cordialement

JLoup
François du Perche a écrit le 18/09/2014 18:24 (ref msg # 45266 )
Le sorbet à la poire est délicieux et ça évite de cultiver des abricotiers qui sont un vrai cauchemar paraît-il vu toutes les maladies que ça attrape. Si en plus vous ne pouvez utiliser que des produits "soft", ce sera surement difficile.
JLoup a écrit le 18/09/2014 18:33 (ref msg # 45267 )
Parmis notre gamme de sorbet nous avons effectivement un très bon sorbet à la poire.
Mais l'abricot s'est bien aussi et en confiture (que nous produisons aussi un peu) c'est génial.
J'aimerai donc bien trouver une solution qui me permette d'avoir quelques abricotiers qui produisent en résistant à la moniliose.

Il me semble avoir capter quelque part que en greffant haut on améliorait la résistance à cette maladie.
D'autre part, la variété bergeron semble très sensible à la moniliose.
Il doit donc il avoir des piste pour tenter de faire des abricots

JLoup
floyd a écrit le 18/09/2014 21:05 (ref msg # 45268 )
On organise assez facilement une prophylaxie contre la moniliose… si l'on s'attache à collecter et à détruire les fruits touchés, les rameaux et toutes les feuilles contaminées.
La taille au sécateur désinfecté, permet d'alléger les charpentières en ouvrant plus largement les houppiers au soleil et à l'air.
Ne pas la négliger.

"Bio" ne veut pas dire "ne rien faire, ne rien tenter".
A la chute des feuilles, une BB supprime une large part des spores.

La variété 'Bergeron' est commune, il est normal d'en entendre plus souvent parler.
Une greffe en haute tige permet aussi de laisser se développer un houppier large. Mais la cueillette et le suivi deviennent plus difficiles.
klakos a écrit le 19/09/2014 07:05 (ref msg # 45270 )
"JLoup" a écrit :

Je cherche donc la meilleur couple porte greffe / variété greffé pour résister à ce fleau.
Cette fois ci plutot que d'acheter des arbres tout fait je voudrais me les faire puisque maintenant je greffe

On conseille de greffer sur pêcher (avec une préférence sur Cadaman, mais bon...)
Je n'ai malheureusement guère de sources écrites.
floyd a écrit le 19/09/2014 09:22 (ref msg # 45271 )
L'effet d'un PG dans la lutte contre certaines maladies est maintenant connu pour les tomates greffées. Le PG résiste à la progression du champignon, et fait barrage à la progression vers la tomate. Un cas particulier qui fonctionne pour une maladie venue du sol.

On note que la moniliose pénètre par les blessures de l'épiderme.
Une bonne raison de veiller à la suppression des branches et des rameaux qui frottent les uns sur les autres.
Dans ce contexte, l'effet espéré du PG n'a rien d'évident.
argos31 a écrit le 22/09/2014 13:35 (ref msg # 45297 )
Bien sûr que tu as raison floyd ,mais tu sais bien que la propagation des conides se fait par le vent et que de toute façons : Il y aura infection et que suivant l'hygrométrie tu auras une partie ou souvent la totalité des fleurs détruites .Donc j loup Si tu veux des abricots faut nettoyer les fleurs aux stades B ,C ,C3 avec un antifongique efficace ,Switch ,Chorus Score,Topsin ...Ce dernier est très efficace je mets 10 grammes pour une quinzaine d'abricotiers et Tous les ans dois éclaircir et enlever les 3/4..Ensuite pour la moniliose des fruits (tardifs) ou péchers :Faut passer une autre pulvérisation pratiquement 1 mois avant la maturité...Par contre ces antifongiques sont résrvés aux " pros" surtout la quantité .Ca se vend par 5 kg mini et t'en consomme 10/20 grammes ...Moralité faut se grouper et Pas la peine de greffer si l'on ne peut pas soigner correctement ses fruitiers.
floyd a écrit le 22/09/2014 13:42 (ref msg # 45298 )
JLoup annonce cultiver en bio; vanter les mérites de spécialités phytosanitaires réservées aux usages professionnels, si tu veux Argos, mais quand même!…
argos31 a écrit le 22/09/2014 15:12 (ref msg # 45299 )
C'est vrai..j'avais pas bien lu . 2 abricotiers je pensais que c'était pour sa consommation personnelle .En bio j'ai essayé bien des molécules rien retenu de valable...je ne connais aucun porte-greffe qui évite ces invasions fongiques .Ca adapte au type de sol point final.
Par contre floyd tu pourras lui expliquer que l'abricotier doit avoir un certain quota de froid pour son bien-être (Etudes de l' I N R A)
floyd a écrit le 22/09/2014 15:31 (ref msg # 45300 )
L'ABRICOTIER

Exigences agro-écologiques

L'abricotier est une espèce assez exigeante en froid hivernal (700 à 1000 heures en dessous de 7,2°C). Il fleurit juste après l'amandier et avant le pêcher. Il est assez sensible au gel hivernal, mais les bourgeons floraux peuvent résister à des températures de -16°C à -24°C quand ils sont dormants. C'est une espèce qui redoute les printemps pluvieux et humides à cause des attaques des maladies cryptogamiques. Elle est sensible à la mouche méditerranéenne et au capnode sur racine. L'abricotier préfère les sols profonds argilo-limoneux bien drainants.


Le besoin en froid est certainement satisfait en Lozère.
Par contre, la qualité du sol et le climat du printemps y jouent contre l'abricotier.
JLoup a écrit le 24/09/2014 08:23 (ref msg # 45311 )
Bonjour à tous,

Merci pour ces infos.
Comme on est en bio sur la ferme (en Correze, pas en Lozere ) j'ai peur que les produits phyto évoqués ne soit pas autorisés.
Je vais refaire quelques essais (changement de lieu, changement de variétés) mais sans trop de convictions. Un voisin m'avait dit que les abricotier chez nous c'est compliqué, il devait avoir raison

JLoup
floyd a écrit le 24/09/2014 08:48 (ref msg # 45312 )
Corrèze, juste une erreur de frappe!
Si tu peux trouver des parcelles bien exposées, éventuellement facile à abriter des pluies et de l'humidité.
Le tout en complément de la prophylaxie évoquée plus haut.
JLoup a écrit le 24/09/2014 10:15 (ref msg # 45315 )
Salut Floyd

J'ai un terrain plein sud, bien exposé au vent.
Par contre pour la pluie, je ne pourrai pas faire grand chose.
Vent + BB comme tu le proposes on verra ce que cela fait

JLoup
François du Perche a écrit le 24/09/2014 13:02 (ref msg # 45317 )
Par contre pour la pluie, je ne pourrai pas faire grand chose.

Un organisme anglais de recherche a démontré qu'avec un abri anti-pluie sur les pêchers, on n'avait plus de problème de cloque (je n'ai pas retrouvé le lien). ça doit être faisable sur des abricotiers. Bien sûr, cela ne peut pas s'appliquer sur de grands arbres, mais s'ils sont palissés contre un mur et taillés en palmette, pourquoi pas. Le polycarbonate est facile à travailler, pas cassant mais il faut penser qu'il y a parfois de fortes bourrasques de vent...........
floyd a écrit le 24/09/2014 22:07 (ref msg # 45323 )
Tout à fait François.
Le principe de l'abris est ancien, on peut encore le découvrir dans le Potager du Roi à Versailles.

En bord de mer c'est encore plus facile…
François du Perche a écrit le 24/09/2014 22:33 (ref msg # 45325 )
En bord de mer c'est encore plus facile

C'est vrai, mais l'abri côtier ne marche pas pour les pêches.
Il y a pas mal de côtes en Corrèze, ceux qui font du vélo le savent, donc ça doit être facile aussi.
floyd a écrit le 24/09/2014 22:38 (ref msg # 45326 )
Foufouche a écrit le 25/09/2014 00:01 (ref msg # 45327 )
"François du Perche" a écrit :
Un organisme anglais de recherche a démontré qu'avec un abri anti-pluie sur les pêchers, on n'avait plus de problème de cloque

J'ai fait cette expérience sans le vouloir cette année en abritant complètement de la pluie plusieurs pêchers en pot qui ont au moins 5 ans (d'habitude à l'extérieur) jusqu'à mi mai je crois. Leurs feuillages n'a jamais été aussi beaux et intacts que cette année ce qui n'était pas le cas en pleine terre pour les autres pêchers qui sont, comme d'habitude, plus ou moins touchés.
Il paraît assez logique qu'en maintenant le feuillage en conditions plus sèches il y est moins de problème mais je réitérerais l'expérience car j'ai quand même du mal à croire que cela supprime complètement le problème de cloque sachant en parallèle mes conditions d'humidité atmosphériques très élevées. On a eu un beau printemps cette année mais en cas de mauvais humm...

En tout cas ça peut aussi être une solution intéressante et facilement applicable sur les formes naines.
François du Perche a écrit le 25/09/2014 08:43 (ref msg # 45330 )
je ne retrouve plus le lien anglais mais voici un autre témoignage.
http://www.jardipartage.fr/lutte-inutile...
Mais ce n'est pas prouvé que ça marche aussi avec les abricotiers.
floyd a écrit le 25/09/2014 09:07 (ref msg # 45333 )
Témoignage intéressant, les commentaires, certains, ne sont pas piqués des hannetons.
L'éternel filet de coquilles d'œufs… mais rien d'étonnant quand le site dispose d'un calendrier lunaire.

Pour revenir sur les protection possible d'une palmette d'abricotier, on peut déjà prévoir une "casquette" composée d'un matériaux translucide.
Toute solution qui peut éviter que le feuillage soit mouillé est bonne à prendre.

Pour le moins, sur un sujet de plein-vent, l'ouverture du houppier (taille centrifuge par exemple) doit assurer une bonne ventilation, préalable d'un séchage rapide.


greffer.net >> Hors-sujet