Obtention de variétés rustiques par pépins de citranges ?

greffer.net >> Agrumes

Bruno a écrit le 11/05/2014 12:59 (ref msg # 44149 )
J’ai fais des boutures à l’étouffée de citranges. Il s’agit d’un citrange qui était le PG d’un kumquat. Il ne s’agit pas à priori d’un citrange Troyer car il vient de la propriété de mes beaux parents autrefois en Corse et mon beau père m’avait dit que ses kumquats étaient greffés sur les plus modernes des citranges. (il avait des clémentiers gréffé sur citrange Troyer). C’est donc probablement soit du citrange Carrizo soit du citrange C35. Je me demande si une fois qu’ils auront fructifié et que des pépins semés auront germé et après avoir éliminé tous les sujets issus de poly embryons et tous ceux qui ont des feuilles trifoliées, on ne peut pas sélectionner des agrumes qui ressemblent plus à des orangers qu’à des poncirus et qui malgré tout ont une résistance au froid importante par persistance de gènes antigels de poncirus. (crossing over).
ké20 a écrit le 20/05/2014 22:03 (ref msg # 44262 )
je m'intéresse pas mal aux agrumes , mais là , c'est trop technique !
Bruno a écrit le 24/05/2014 07:56 (ref msg # 44302 )
Je me suis peut-être mal exprimé. Mon idée est liée tout simplement aux lois de Mendel en génétique. Si on croise un cobaye blanc à poils courts avec un noir à poils longs, on obtient à la première génération que de cobayes noirs à poils courts. Mais en croisant un frère et une sœur on obtient une petite proportion de cobayes blancs à poils longs. (On obtient aussi des noirs à poils courts, des noirs à poils longs, des blancs à poils courts).
Le citrange étant un croisement entre un oranger qui a bon goût et qui gèle avec un poncirus qui a mauvais goût et qui ne gèle pas on peut probablement obtenir à la 2ème génération (c’est-à-dire en semant simplement des pépins de citrange) des individus produisant des fruits bons et qui ne gèlent pas. Il faut pour cela bien sûr que ce soit une reproduction sexuée (dont éliminer les poly-embryons). Il faut aussi faire une sélection des individus obtenus, par la morphologie et le froid. Ce travail est à la porté de tous, il demande simplement un peu de temps et d'espace.
floyd a écrit le 24/05/2014 17:35 (ref msg # 44309 )
La référence aux lois de Mendel suppose des "lignées pures" dites homozygotes; ce qu'on oublie parfois de rappeler.
Il est indispensable de les fabriquer pour que les calculs si élégants se réalisent.
La difficulté commence là.
Bruno a écrit le 25/05/2014 06:24 (ref msg # 44315 )
D'accord mais il ne s'agit pas de faire un calcul exact dans les probabilités comme ça été fait avec l'exemple que j'avais pris pour les cobayes où les "gènes poils courts" et "noir" sont dominants. il s'agit de sélectionner des variétés d'agrumes qui soient bonnes et qui résistent au froid.
D'ailleurs les lignées vraiment homozygotes pures sont peu réalisables. ça a été fait souvent en laboratoire par exemple chez des souris, il faut croiser frères sœur une cinquantaine de fois. Un beau matin quant on arrive dans le labo, on trouve tous les animaux morts car contaminés par un virus alors que pour des animaux de race non pure, il y a toujours un nombre d'individus qui résistent. Les citranges ne sont pas fait avec des lignées pures, mais on est parti de 2 variétés différentes bien précises "oranger" et "poncirus".
floyd a écrit le 25/05/2014 09:12 (ref msg # 44319 )
Les progrès de la science génétique ont montré que chacun des caractères intéressants pour l'arboriculteur sont dépendant de plusieurs ensembles de gènes. L'épi-génétique en outre a montré que la réalité est encore plus complexe.
Difficile donc de s'appuyer exclusivement sur la première loi de Mendel.

Travailler à partir de variétés bien précises; oui certainement, si le génome en est connu en détail.
Donc pour l'amateur, comme pour l'obtenteur du XIXe, il n'y a que la patience et la persévérance.
ké20 a écrit le 25/05/2014 12:03 (ref msg # 44321 )
je comprends ton raisonnement
Cela doit pouvoir fonctionner , il y a bien des choses tentées (outre les semis chanceux du premier coup) comme cela avec les pommes , poires , cerises ... pour ainsi obtenir certaines variétés.
Cela peut prendre en effet pas mal de temps , mais cela doit être une expérience sympa mais longue à réaliser
floyd a écrit le 25/05/2014 12:38 (ref msg # 44323 )
L'œuvre d'une vie autant commencer jeune, et/ou au sein d'une association.
Bruno a écrit le 28/05/2014 06:32 (ref msg # 44343 )
Une vie entière est peut-être un peu exagérée. Il ne faut pas décourager les gens à l’avance. C’est certain comme je l’ai dit précédemment que ça prend du temps, mais c’est un travail qui vaut le coup car ça permettrait de faire remonter la culture des agrumes plus au nord. Il faut faire un grand nombre de semis et faire de la sélection mais il y a sur ce site des passionnés ainsi que sur d’autre forum comme www.agrumes-passion.com . Il y a d’ailleurs des membres communs. Plus il aura de personnes qui feront des recherches comme cela, plus il y aura des résultats, c’est pourquoi je lance l’idée. On peut aussi d’ailleurs se lancer dans des croisements par fécondations en enlevant les étamines avant qu’elles soient mûres et en fécondant à la main et mettre un petit sac pour empêcher, la fécondation par des insectes ou le vent. Je l’ai fait dans le passé sur des iris et j’ai obtenu quelques beaux résultats.
floyd a écrit le 28/05/2014 10:31 (ref msg # 44348 )
C'est ainsi qu'on pratique depuis le XIXe et avant.
Plusieurs fois sur le forum, en matière de pomme, les croisements complexes mis en œuvre au XXe et visants à l'obtention de variétés résistantes ont été décrits.

Ce qui est rapide pour des iris, demandent pour des espèces de rapport du temps pour la mise à fruit et pour la vérification de la présence des critères sélectionnés et réciproquement pour s'assurer qu'aucun défaut majeur n'a été introduit.

N'entretenons pas cette sympathique illusion de la facilité.
Sinon les premiers échecs signeront encore plus efficacement le découragement qu'une mise en garde.
François du Perche a écrit le 28/05/2014 11:23 (ref msg # 44350 )
Pourquoi chercher de nouvelles variétés rustiques alors qu'il en existe déjà (citrons Yuzu, mandarines Changsha, Owari, etc) et que nous n'arrivons pas à les cultiver sérieusement dans nos froides contrées à cause de l'humidité et des vents froids. C'est certes intéressant de découvrir une nouvelle variété (des passionnés expérimentés le font déjà dans le monde entier) mais c'est un peu vain si on a pas préalablement de technique de culture spécifique adaptée à notre cas particulier. (voir "agrumes en Bretagne")
Bouladou a écrit le 21/06/2014 19:48 (ref msg # 44525 )
La question de Bruno est intéressante, mais il lui faudra beaucoup de patience et de chance. s'il fait une centaine de semis de citrange, il peut en avoir 2 maxi non trifolié qu'il gardera en vie. Attendre mini 5 à 10 ans avant d'avoir des fruits qui auront peut être un arrière goût de poncirine et tiendront un peu mieux au froid qu'un oranger.
Je tenterai plutôt des hybridations entre des orangers qui tiennent déjà bien au froid et plutôt bon avec des bigaradiers ou citranges mangeables et rustiques. Pour exemple voici ceux qui pourraient avoir des hybridations ayant les 2 avantages. :
Oranger cara cara red navel R-12°c
Oranger navel new hall R-10°c
Oranger de la montagne Corse R-10°c
Oranger gosset R-11°
avec:
Bigaradier australien R-13°c
Citrus taiwanica R-15°c

Citrange Us 119 R-15°
Citrangequat thomashville: R-15°
Bouladou a écrit le 23/08/2014 19:39 (ref msg # 45006 )
Bruno, sur le sujet dont tu parles, j'avais mis quelques discussions dans le forum que tu cite dans lequel je ne peux plus m'exprimer.
Si ça t’intéresse encore? j'ai mis des discussions et textes sur ta question dans ce bon forum sur les Agrumes:
http://www.forum-agrumes.com/viewtopic.p...
forum-agrumes.com : Multiplication


greffer.net >> Agrumes