Pièges à guêpes "parapluie"

  1. greffer.net
  2. >>
  3. Hors-sujet


François du Perche a écrit le 24/04/2014 10:19 (ref msg # 43966 )
Les mouches, guêpes & papillons nuisibles sont de vrais ennemis qu'il convient d'éradiquer.
A un stade précoce (carpocapses), sur les tout jeunes fruits, sur les fruits mûrs, pommes, prunes sucrées, raisin, etc, donc le piège est utile 8 ou 9 mois par an.
On connaît le piège (gratuit) réalisé avec une bouteille d'eau minérale dont on coupe puis retourne le goulot, ça marche très bien mais
1) ça se dégrade assez vite (plastique très fin)
2) la fixation (étanche aux petites mouches) entre le goulot et le corps de la bouteille est assez casse-pieds à réaliser et à démonter à chaque fois
3) en cas de pluies abondantes, l'eau coule naturellement dans l'entonnoir et le piège se désamorce lorsque le niveau arrive au goulot.
Pour pallier à ces défauts, et devant l'absence de pièges efficaces à des prix raisonnables, voici un système économique, une scie sauteuse avec lame métal est nécessaire. Les accessoires (vis, écrous, anneaux, etc) doivent être en inox ou laiton pour résister dans le temps.
Le parapluie est juste enquillé, donc démontable, en effet, ça prend de la place et dans certains cas, on en a pas besoin.
C'est pas cher, la bouteille transparente assez solide (2,5mm d'ép.) vaut un peu moins de 10€ chez Casto.(introuvable ailleurs), le parapluie 1€, les accessoires vis inox et anneaux laiton sont standard.
Le système d'ouverture et fermeture est particulièrement simple et efficace, un gros joint caoutchouc qui s'emboîte de force. Pas de filetage ni de boulons & écrous, c'est + rapide.
L'entonnoir est le haut d'une bouteille de Coca light, plastique assez épais.
Voici quelques photos pour illustrer la fabrication de ces pièges que je mettrai en service dans 15 jours (et qui ne sont pas à vendre





François du Perche a écrit le 24/04/2014 10:20 (ref msg # 43967 )
et une photo complèmentaire

floyd a écrit le 24/04/2014 19:06 (ref msg # 43975 )
Le liquide, dont il existe plusieurs recettes, doit cependant être attractifs contre les nuisibles et répulsifs des butineuses.

Si l'on piège les frelons, pensez à sauvegarder ceux d'Europe et à trouver le moyen efficace de tuer ceux d'Asie.

Les pièges commercialisés ont en principe trouvé la solution à ces problèmes.

Sinon jolie fabrication…
François du Perche a écrit le 24/04/2014 19:52 (ref msg # 43977 )
je mets du sirop d'orgeat dilué + un peu de vinaigre, jamais je n'ai attrapé d'abeilles ni de bourdon. Quant au distingo entre les frelons asiatiques et les frelons français, je ne suis pas adepte de la préférence nationale et pense qu'il faut s'en débarrasser à tout prix sans faire le détail.
floyd a écrit le 25/04/2014 08:59 (ref msg # 43984 )
Les entomologistes estiment que la faune locale doit être préservée, "notre frelon" a sa place dans la nature. Ce n'est pas un ravageur comme son cousin venu de loin.

J'insisterai sur ce forum aussi pour que les techniques et autres astuces soient respectueuses de la nature.
Je me réjouis que le piège que tu as inventé ne capte ni abeille ni bourdon.
klakos a écrit le 25/04/2014 09:12 (ref msg # 43986 )
Un apiculteur confirme ce fait. Les abeilles ne sont pas attirées par les préparations qui fermentent.
François du Perche a écrit le 25/04/2014 09:39 (ref msg # 43987 )
"notre frelon" a sa place dans la nature

Tu as raison Floyd, dans la nature mais pas sur nos fruits. A ce compte, les guêpes qui sont également "les ennemis de nos ennemis" ont aussi leur place dans la nature, mais pas sur nos fruits, nos pots de confiture & nos assiettes.
Piéger les guêpes sans pièger les frelons semble impossible, d'ailleurs quand on a un nid de frelons chez soi, on le détruit, alors que pour un essaim d'abeilles, on appelle un apiculteur pour le déménager.
On a le droit de choisir ses prédateurs, entre la gentille coccinelle et le méchant frelon même si St François d'Assise pensait qu'ils avaient tous droit à la vie.
floyd a écrit le 25/04/2014 10:22 (ref msg # 43988 )
Ton saint Patron n'avait pas tort et plus les entomologistes recueillent de connaissances sur la faune à 6 pattes, plus on comprend le rôle et les responsabilités des bestioles… y compris celles qui nous grappillent quelques fruits en fin de saison.

Penser à placer dans un sac papier les fruits les plus beaux.
François du Perche a écrit le 25/04/2014 10:38 (ref msg # 43990 )
Penser à placer dans un sac papier les fruits les plus beaux.

C'est un peu fastidieux mais c'est vrai. Et que faire pour les mirabelles et Reines Claude dont les guêpes & frelons raffolent et qui rendent le ramassage de ces fruits assez périlleux.
klakos a écrit le 25/04/2014 10:51 (ref msg # 43991 )
"François du Perche" a écrit :
C'est un peu fastidieux mais c'est vrai. Et que faire pour les mirabelles et Reines Claude dont les guêpes & frelons raffolent et qui rendent le ramassage de ces fruits assez périlleux.

Te lever de bonne heure
car ils sont actifs aux heures les plus chaudes...
François du Perche a écrit le 25/04/2014 13:05 (ref msg # 43996 )
on est pas loin, avec cette discussion, de "faire subir aux mouches les derniers outrages".
François du Perche a écrit le 30/04/2014 11:27 (ref msg # 44068 )
une petite réflexion "écologique" : je donne à mes gardons tout le produit de mes pièges, ils adorent cette préparation sucrée-salée qui les change de leur ordinaire et ça permet de respecter la chaîne alimentaire.
Les protéines des insectes sont très à la mode, elles seraient l'avenir de l'humanité. Plutôt que de faire des forêts fruitières et entrer en conflit avec les hôtes des forêts, pourquoi ne pas utiliser le produit des pièges pour nourrir cette même humanité, il suffit de relever les pièges quotidiennement, pour que les mouches soient bien fraîches. Il n'y a pas si longtemps, la bonne société se régalait d'écrevisses pêchées avec des vieilles têtes de mouton, ils ne faisaient pas la fine bouche, comme on pourrait le faire en pensant à l'endroit où se trouvaient les mouches avant qu'on ne les attrape...
Saint Jean-Baptiste se nourrissait bien de sauterelles, peut-être aurait-il préféré des mouches lyophilisées sauce aigre-douce.

floyd a écrit le 30/04/2014 13:10 (ref msg # 44072 )
Les appâts pourraient être un peu éloignés de la vigne qui doit être protégée.
Malgré toute la science des mélanges sucrés, un ravageur s'il a le choix, ne se trompera pas entre l'erzat et l'original.
André a écrit le 30/04/2014 13:44 (ref msg # 44074 )
Jolie fabrication ! Je fais à peu près la même chose en beaucoup moins joli avec une bouteille de soda (plus résistante que les bouteilles d'eau). Pour le parapluie, j'utilise les petits plats de polystyrène fin qui emballent le poulet ou la viande dans les grandes surfaces.

Pour le maintenir au dessus de la bouteille, j'utilise 2 fils de fer un peu épais que j'accroche des deux côtés via de petits trous percés dans la bouteille et le parapluie. ça fonctionne bien ! Voir une photo ici : http://fr.wikipedia.org/wiki/Vespa_velut...

Mais je n'utilise ces pièges que de février à fin avril (période de recherche de nid pour les fondatrices de frelons asiatiques). A partir de début mai, les frelons européens débarquent et je ne souhaite pas les piéger. Bien sur, les guêpes et frelons se servent pas mal sur mes fruits mais comme j'en produis bien plus que je n'en consomme, je me dis que c'est leur juste rémunération pour leur travail d'auxiliaires puisque ces prédateurs me débarrassent de tas de moustiques, mouches, chenilles, araignées et autres indésirables...
François du Perche a écrit le 26/02/2019 13:52 (ref msg # 64649 )
Il semble bien que la tendance maintenant soit de capturer les frelons vivants avec des nasses. Quand ils ont été piégés, ils dégageraient des odeurs qui attirent les autres, ce qui n'est pas le cas quand on les noie. ça doit être pareil pour les guêpes. J'ai vu une vidéo d'un apiculteur , que je n'arrive plus à retrouver, mais en voici une autre équivalente :
https://www.google.com/url?sa=t&rct=...
non pas avec une nasse grillagée, mais avec ce principe de bouteille ici décrit mais où l'appât (bière + vin blanc + sirop de cassis) est enquillé sous le piège, dans un petit récipient à part. Il fait des trous de 4mm dans le fond de la bouteille pour que les odeurs passent, il fait aussi des trous de 6mm, latéralement, dans le haut de la bouteille pour permettre aux petits insectes de s'échapper.
Ainsi, il en attrape beaucoup plus et c'est + sélectif.
Par contre, on récupère un piège bourré de frelons vivants, il faut, après avoir enlevé le petit récipient avec l'appât, plonger le tout dans une bassine d'eau.
Si on ne veut pas percer son piège, on peut introduire au fond de la bouteille un petit récipient contenant l'appât, avec un grillage fin pour empêcher que les insectes n'aillent s'y noyer. Je vais le tester cette année.
Message modifié 2 fois ; la dernière fois le 26/02/2019 14:13 par François du Perche


greffer.net >> Hors-sujet