Comment greffer plusieurs variétés sur un même arbre?

greffer.net >> Greffage

Atalante a écrit le 10/12/2013 13:23
J'ai un jardin de dimension réduite. J'aimerai avoir plusieurs variétés de pommes, de poires, de cerises, de prunes, sur un nombre limité d'arbres. Je suis novice et pour moi le greffage reste du chinois. Quelle(s) technique(s) de greffage permet d'obtenir 2 (ou +) variétés sur un même arbre.
Je sais que c'est possible, puisque dans ma rue, un ancien propriétaire a greffé une branche de cerisier du Nord sur un cerisier du Japon. De sorte que l'arbre possède les 2 floraisons (blanche et rose) et que les 2 variétés vivent ensemble, sans que le Serrulata ne prenne le dessus. Un jour j'ai même vu un rosier pleureur avec 3 couleurs de roses.
De ce que j'ai pu lire sur le site, le greffage en couronne nécessite que je décapite le porte-greffe. Cela n'empêche-t-il pas le porte greffe de donner des fruits? Apparemment cette technique est déconseillée pour les cerisiers. Par quoi la remplacer?


Merci pour vos réponses.
floyd a écrit le 10/12/2013 13:50
Bonjour,
Par chance les articles, nombreux, de ce site et de son forum sont rédigés en français moderne.
Dans ton premier message, je ne vois pas la description de l'arbre qui serait susceptible de recevoir de nouveaux greffons.
Avant de procéder à un rabattage rigoureux préalable à un greffage en couronne délicat, on peut envisager le recours aux autres techniques de greffage, de l'écussonnage à la greffe en fente, en passant par toutes les autres solutions.
Atalante a écrit le 11/12/2013 02:54
Bonsoir.
Pour l'instant il n'y a que du gazon. Mais à terme, j'aimerai 1 pommier, 1 poirier, 1 prunier, 1 cerisier, 1 pêcher, 1 abricotier et 1 figuier. Pour info j'habite la Belgique. Quelle technique accessible à la débutante que je suis, permettrait d'obtenir le meilleur résultat?

Bonne journée.
floyd a écrit le 11/12/2013 20:45
7 arbres de plein-vent prendront déjà beaucoup de place, on peut compter 50 m2 par arbre.
Si des murs épais de cloture sont disponibles, la palissage devient une solution; elle est classique et demande un peu de soin.

Tout à fait possible de greffer plusieurs bourgeons su un même porte-greffe nanifiant.
C'est à la porté d'une personne débutante… qui se sera entrainée.

Procédons dans l'ordre, quels emplacements disponibles pour quels arbres?
Atalante a écrit le 12/12/2013 13:07
Bonjour.
Le jardin est un rectangle 400m2, plein sud. Je pensais mettre les arbres les plus sensibles au gel près de la façade.
floyd a écrit le 12/12/2013 20:52
Abricotier et figuier, tout contre la façade sud, et faciles à protéger par un rideau isolant.
L'avantage d'un palissage contre un mur est aussi celui là.

Pour les arbres à pépins on a la possibilité de former une haie fruitière, dense, à la façon moderne des vergers pro les plus en pointes, ceux qui suivent les préceptes développés à la suite de Lespinasse.
10 ans se sont écoulés, les techniciens poursuivent le travail.

On peut vraiment oublier la conduite en palmette!

Quelques arbres en plein vent, comme le cerisier ou le prunier, à condition de leurs donner de la place, 50 m2 à minima.

La diversité apportée par plusieurs variétés va aider à une bonne pollinisation.
Il faut parfois se plonger dans les tableaux qui indiquent les variétés à complanter.
Tableaux présents sur le forum, mais où?
klakos a écrit le 13/12/2013 05:52

La diversité apportée par plusieurs variétés va aider à une bonne pollinisation.


Et c'est à ce moment qu'on se dit qu'avoir du voisinage n'est pas si mal !
Atalante a écrit le 13/12/2013 09:45
Bonjour.
Pour l'abricotier et le figuier, c'est ce que je pensais faire, tout en choisissant des variétés qui résistent au climat d'ici (humide et gla-gla).
Aïe encore du chinois! Lespinasse? Conduite en palmette? Porte-greffe nanifiant? Kesako?
Je suppose que si je demande au pépiniériste quelles variétés peuvent se complanter il saura me le dire.
Autres questions: faut-il greffer sur le tronc ou sur des branches charpentières? Je suppose que ça dépend de la technique de greffage. Du genre, écussonnage sur le tronc et greffe en fente sur la branche. Je vois que ces deux techniques nécessitent de décapiter le porte-greffe. Dans mon cas est-ce que je dois décapiter le tronc? Je suppose que cette opération n'est pas bénigne pour l'avenir du porte-greffe. Y a-t-il des techniques de greffage à privilégier pour permettre à la branche greffée de supporter le poids des fruits?
Le site à beau être bien fait, avec de belles photos et de beaux schémas, ce n'est pas évident pour la profane que je suis.... Rien ne vaut les gens qui ont la connaissance pour répondre à nos questions...
Bonne journée.
floyd a écrit le 13/12/2013 15:19
Jean Marie Lespinasse est le chef de file d'un groupe de chercheurs et de praticiens en arboriculture qui a publié les connaissances récentes dans ce domaine.
Son ouvrage est devenu la référence.
J'insiste souvent pour dire que tous les ouvrages plus anciens sont obsolètes.

Une palmette est un arbre conduit à plat; plusieurs formes classiques.

Port greffe nanifiant; les centres de recherches ont sélectionné des PG très peu vigoureux. Ces PG donnent des arbres de petit format, des "arbres nains"…

Un greffon donne naissance à des rameaux qui deviennent des branches; elles seront toujours assez solide pour porter de belles récoltes. Aucun soucis à avoir!

S'il y a de multiples techniques c'est qu'il y a de multiples cas, selon que le PG est un jeune semis, une bouture, un tronc déjà formé, un sujet plus ancien muni de grosses branches que l'on tente de surgreffer.

Tout le savoir accumulé sur ce forum, est repris régulièrement dans les articles. On ne saurait trop recommander de les lire en priorité.
Atalante a écrit le 14/12/2013 23:05
Bonsoir.
Merci pour ces réponses. Donc je reviendrai sur le forum quand j'aurai mes porte-greffes et mes greffons. Bonne journée.
Eric a écrit le 15/12/2013 01:17
Pour repondre a la question de depart , j ai choisi de greffer les varietes les unes sur les autres.

Je crois que c est une bonne solution pour une taille en palmette.
Apres le temps ou un plus experimente me dira si j ai eu raison.
floyd a écrit le 15/12/2013 11:57
C'est dans la conduite attentives des arbres fruitiers multi-greffés que survient ensuite la difficulté.

La vigueur des variétés différentes exigera certainement des tailles suivies, si jamais on constate qu'une variété préférée se trouvait compromise par le développement exubérant d'une autre.
François du Perche a écrit le 16/12/2013 20:03
Greffer sur chaque charpentière plutôt que faire une couronne sur le tronc permet de bien réguler les diverses variétés si elles ne sont pas de vigueur analogue. Et on évite le risque de stagnation d'eau & de mousse au milieu du fouillis entre les greffes où les saletés risquent de s'accumuler.
Voir l'exemple sur pommier https://www.greffer.net/discussion/viewt...
yeti8360 a écrit le 17/12/2013 20:38
Lorsqu'il me manque des porte-greffes et que j'ai reçu des greffons rares, plutôt que de décapiter, je greffe sur les charpentières. Cela fonctionne bien pour les pommiers et poiriers mais c'est plus difficile pour les fruits à noyau, surtout pour un novice. J'ai un pommier avec 9 variétés et je connais des collectionneurs qui en ont plus de vingt.
Je ne sais pas de quelle région vous êtes mais il y a des stages de greffage organisés un peu partout en Belgique.
En fonction du terrain, il est bien de faire un schéma de plantation et d'adapter la vigueur des porte-greffes.
Atalante a écrit le 18/12/2013 00:14
Merci François du Perche et Yeti8360. J'habite près de Wavre, mais les km ne me font pas peur. Si je peux me libérer, je viendrai au stage de greffage le 29 mars prochain à Soumagne. Bonsoir.


greffer.net >> Greffage