Greffe du poirier sur aubépine

  1. greffer.net
  2. >>
  3. Poirier


Haroun.S a écrit le 25/11/2019 20:36 (ref msg # 65938 )
merci pour ces pistes...
j'ai donné un coup de couteau et sa semble du cal cicatriciel bien vert, sous une couche fine marron...c'est vivant et pas de matière morte..le noir brillant est plus du au mastic qui brille, la ou le mastic est parti on voit bien la couleur marron...je vais couper une lamelle et posterai la photo.




floyd a écrit le 27/11/2019 10:57 (ref msg # 65954 )
Je n'ai pas encore trouvé de documentation adéquate sur poirier, mais sur Forsythia on connait tous la gale (à priori spécifique) qui produit des proliférations de tissus.
Donc la piste bactérienne aussi serait à creuser.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Bactérie_...
patrice a écrit le 27/11/2019 11:07 (ref msg # 65955 )
"Haroun.S" a écrit :

merci pour ces pistes...
j'ai donné un coup de couteau et sa semble du cal cicatriciel bien vert, s

Sous cet angle de vue et de plus près effectivement cela n'évoque pas une rouille grillagée "passée".
Haroun.S a écrit le 27/11/2019 23:37 (ref msg # 65966 )
ce post a commencé en 2013!! klakos, François du perche ;diospyros ; bayart; floyd; den' ; sapindo; gavot; noir; ced 80..........peut-on avoir des nouvelles de vos greffe poire sur aubépine????? 6 ans ont passé et sa ce porte bien? sa fructifie ?? je reste impatient de vous lire et peut être de voir de belles photos!! j'ai plein de belle aubepine de 7 a 77 ans et je les greffes et je suis curieux des retours d’expériences vrais!!
jdsjds a écrit le 22/04/2020 23:49 (ref msg # 66995 )
Suite de la greffe de 2016 montrée en page4
Première floraison pour cette greffe. J'ai cru voir des petites poires; à confirmer.
Le bourrelet de greffage est ... je vous laisse regarder . A noter qu'à l'origine le greffon est beaucoup plus fin que le PG .
Il semble que le PG ne grossisse pas assez vite.
Pour l'instant, je suis content du résultat.
Allez, voici les premières images :








D. Noyau a écrit le 30/08/2020 14:45 (ref msg # 67879 )
En vacance chez mes grands-parents, j'ai tenté quelques greffes de poirier sur aubépine. Habitant loin, je ne pourrai pas du tout m'en occuper, alors j'espère qu'une fois la reprise démarrée (si tant est qu'elle démarre), la greffe sera "autonome". J’ai essayé deux méthodes sur aubépine : chip et fente, et aussi sur cognassier en greffe anglaise simple.

Chip budding poirier sur aubépine (comme je n'avais pas emporté beaucoup de parafilm, j'ai économisé en utilisant un mauvais* ruban par dessus pour serrer plus fort) :



Le cambium n'est ajusté que du côté visible sur la photo (greffon un peu trop petit).

Fente terminale poirier sur aubépine (la protection anti-déshydratation est 100% parafilm, mais là aussi, le serrage est fait avec le ruban bon marché :




Je suis encore novice en greffage (je m'améliore lentement sur les agrumes) et ce sont mes toutes premières greffes de poirier. J’ai lu que le poirier Williams n'est pas compatible avec l’aubépine ; ne connaissant pas la variété du poirier greffé, j’espère que ça donnera quelque chose !



* même si j'ai vu des gens s'en servir sur des vidéos, avec apparemment un très bon taux de réussite.
Message modifié 4 fois ; la dernière fois le 30/08/2020 14:51 par D. Noyau
patrice a écrit le 31/08/2020 12:15 (ref msg # 67884 )
Bonjour.

L'oeil utilisé pour le chip ne semble pas être un oeil à bois unique mais une cobrindille portant des yeux à bois ? Une sorte de greffe "à talon" taillée à chip, est-ce bien cela ?

D. Noyau a écrit le 31/08/2020 18:54 (ref msg # 67886 )
Oui, je crois bien que c’est ça (même si je ne maîtrise pas tout le vocabulaire). Est-ce que ça compromet les chances de réussite ?

[edit] Après relecture et recherche sur ce qu’est un talon, je confirme
Message modifié 1 fois ; la dernière fois le 31/08/2020 19:03 par D. Noyau
François du Perche a écrit le 01/09/2020 12:20 (ref msg # 67891 )
C'est un chip budding avec un rameau au lieu d'un oeil, pourquoi pas ? Je ne crois pas que ça existe. Si ça réussit bien, il faudra trouver un nom de baptême.
patrice a écrit le 01/09/2020 13:41 (ref msg # 67892 )
"D. Noyau" a écrit :

Oui, je crois bien que c’est ça (même si je ne maîtrise pas tout le vocabulaire). Est-ce que ça compromet les chances de réussite ?


Absolument pas, une greffe nécessite un oeil à bois viable (quoiqu'on puisse aussi greffer des yeux à fruits, tout dépend de la finalité visée) et une mise en contact de zones génératrices entre greffon et porte-greffe au bon moment dans des circonstances adaptées. Là tout paraît réuni pour une réussite.

Le terme "talon" que j'ai employé est surtout utilisé en bouture. Je ne sais plus si cette greffe là est référencée, il y a tellement de variantes existantes ou à inventer.
floyd a écrit le 02/09/2020 11:51 (ref msg # 67896 )
Ce talon est selon les cas découpé, mais plus souvent arraché de la branche du pied-mère. Méthode expéditive qui parait destinée à créer des boutures plus robustes, et disposant de ressources potentielles et de bourgeons latents.

Le terme "cobrindille" m'est inconnu. Classiquement ce serait un dard. Pousse courte dont le bourgeon terminal est durci en forme de pointe. Il apparait lorsque la croissance rapide d'un rameau est entravée, effet de la dominance ou pauvreté de la sève. Mais, et c'est tout l'intérêt, il dispose de plusieurs bourgeons disponibles pour constituer plusieurs pousses, parfois une coursonne, et potentiellement un bourgeon à fleurs.
En outre, l'angle entre l'axe du dard et l'axe de la branche du PG, est naturel et idéal.

Pour assurer le contact le meilleur possible entre PG et chip-bud , le prélèvement à l'aide d'un greffoir me parait indispensable.
Inversement un arrachage ne serait guère aisé!


greffer.net >> Poirier