Greffe du poirier sur aubépine

greffer.net >> Poirier

klakos a écrit le 17/01/2014 08:03 (ref msg # 42664 )
"diospyros" a écrit :
J'ai pincer (comme un pied certes) en juillet dernier et j'ai eu la surprise de trouver ce bourgeon dont je suis sur que ce n'est pas qu'un bourgeon a feuille mais n'etant pas familier des poiriers, si quelqu'un pouvait m'eclairer.


Effectivement, à mon avis, vu comme est positionné ce bourgeon, il allait sans doute se transformer en bourgeon à fleur. Mais comme son voisin immédiat a périclité, il va sans doute repasser "à bois".
Au pire si le rameau de trouve comme bloqué par une fleur, il suffira sans doute de pincer pour que le tout reparte sur les stipulaires. Car à ce stade, toute fleur doit être supprimée.
sapindo a écrit le 17/01/2014 10:39 (ref msg # 42666 )
Jolies greffes et la vigueur est étonnante
diospyros a écrit le 17/01/2014 11:03 (ref msg # 42667 )
Klakos, en fait ce bourgeon s'est developpé après que j'eus pincé.

En Juillet, j'ai voulu faire ramifier cette pousse qui s'allongeait et j'ai pincé. A mon retour en Décembre, je me retrouvais avec ça...



Sapindo merci
gavot a écrit le 21/01/2014 18:18 (ref msg # 42728 )
En fait de rapidité de mise à fruit de poirier sur aubépine, j'ai obtenu des poires williams l"année suivant celle du greffage (n+1).
Concernant la longévité des crataegus autochtone , celle ci est réputée très grande , de plusieurs siècles semble t'il pour ce qui est des sujets en milieux méditerranéens. C'est plutôt la longévité propre du poirier, ou bien la disproportion croissante entre le pg (croissance lente) et la greffe (développement rapide), qui serait cause de rejet ou de mortalité.
klakos a écrit le 21/01/2014 18:44 (ref msg # 42729 )
Il faut peut-être dans ce cas affranchir (pratique d'usage avec la Williams sur cognassier) ?
diospyros a écrit le 21/01/2014 18:47 (ref msg # 42730 )
Pas bete mais le poirier se comporte comment sur ses propres racines??
klakos a écrit le 21/01/2014 19:23 (ref msg # 42733 )
Ce sont les américains qui utilisent cette variété sur ses propres racines. Tout ce que j'ai retenu de ce que j'ai pu lire parci-parlà est que l'arbre est vigoureux.
diospyros a écrit le 21/01/2014 19:34 (ref msg # 42734 )
C'est plutot une bonne nouvelle... a tenter alors!!

Mais une petite question : meme une essence reputée difficile a bouturer / marcotter fini par s'affranchir si on bute le point de greffe?
floyd a écrit le 21/01/2014 21:59 (ref msg # 42738 )
Certainement, et heureusement puisque c'est ainsi que le marcottage en touffe produit des plants bien racinés.
diospyros a écrit le 21/01/2014 22:24 (ref msg # 42740 )
Marcottage en touffe comme pour multiplier les porte greffes de pommier.

Sauf que la on bute pour faire raciner la partie aerienne. Et autaut certains pommiers ont une propension a se raciner plus que d'autres autant les poiriers sont plus recalcitrants si jai tout suivi....
gavot a écrit le 22/01/2014 08:36 (ref msg # 42743 )
Merci Klakos pour le conseil de butter pour affranchir le poirier... mais il est greffé à 1m de haut sur les branches maîtresses de l'aubépine. Pas possible pour celui-là !
François du Perche a écrit le 22/01/2014 17:08 (ref msg # 42748 )
si on affranchit le poirier et qu'il pousse sur ses propres racines, on perd l'effet nanifiant de l'aubépine comme PG. Et on risque d'avoir un arbre trop vigoureux qui prend trop de place et dont les fruits sont perchés trop haut.
gavot a écrit le 22/01/2014 18:19 (ref msg # 42750 )
Mon poirier qui ne peut être affranchi restera donc de taille modeste, et ainsi ne fera pas d'ombre à ses voisins!
diospyros a écrit le 27/02/2014 00:09 (ref msg # 43196 )
En greffant sur aubepine (qui n'est pas hyper vigoureuse par rapport a un franc) on est d'accord que le PG donne un caractère "nanifiant" au poirier que l'on a greffer dessus?

Je m'explique je discutais avec quelqu'un qui m'a refilé des greffons notamment la variété Louise Bonne qui est très vigoureuse, et il avait l'air de me dire que l'association aubepine/Louise Bonne n'était pas une bonne idée parce que le greffon en grandissant allait épuisé le PG.

Or je pensais plutot que le greffon allait simplement vivre au rythme de l'aubépine.
François du Perche a écrit le 27/02/2014 13:45 (ref msg # 43197 )
.....la longévité du poirier greffé sur aubépine qui, d'après de nombreux témoignages périclite en qques années après un départ très vigoureux.

Voir message du 16 juillet.
Il ne faut peut-être pas incriminer spécifiquement la Louise Bonne
klakos a écrit le 27/02/2014 18:38 (ref msg # 43199 )
Peut-être que l'affinité aubépine/Bonne-Louise d'Avranches n'est pas bonne, comme elle est aussi avec le cognassier. Il faut alors utiliser un intermédiaire type Catillac..
diospyros a écrit le 27/02/2014 19:50 (ref msg # 43200 )
Mais au delà de l'affinité entre aubépine et une variété donnée de poire, est ce qu'un porte greffe moins vigoureux est épuisé par une variété de grande vigueur ou est ce qu'il a juste un effet nanifiant?

Pour la longévité du poirier sur aubépine j'ai vu des arbres de bonne taille qui ont sûrement plus de 10 ans mais dont le développement était resté en deçà de ce que ça aurait donné fut ce t ils greffé que franc !

En fait je crois que je viens de répondre a ma propre question....
noir a écrit le 27/04/2014 09:58 (ref msg # 44014 )
J'ai tenté dans le bois une dizaine de greffes de conférence et williams sur aubépine. Cela semble très bien partir, à vérifier en fin d'été.
Ced80 a écrit le 27/04/2014 12:06 (ref msg # 44017 )
"noir" a écrit :
J'ai tenté dans le bois une dizaine de greffes de conférence et williams sur aubépine. Cela semble très bien partir, à vérifier en fin d'été.

En fente ou en couronne ?
noir a écrit le 27/04/2014 12:31 (ref msg # 44019 )
Je n'ai fait que de la fente cette année. les arbres n'étaient pas encore en montée de sève.


greffer.net >> Poirier