Dispositif pour bouturage herbacé

greffer.net >> Multiplication végétative

nicollas a écrit le 19/04/2013 10:29 (ref msg # 39948 )
Salut,

j'aimerais bien me bricoler un système pour faire du bouturage herbacé dans les meilleures conditions, pour maximiser les chances de réussites ou tenter des boutures plus marginales (morus, fruitiers classiques pour les mettre sur propres racines)

Est-ce que vous auriez des idées/astuces pour constuire le meilleur système ou augmenter les chances de reprises ?

Dans un premier temps, j'aimerais étendre le concept de boutures en bouteilles en passant par des pots dans une grande malle en plastique. Les pots baignent dans un fond d'eau, l'eau qui est évapotranspirée cycle donc dans le bac, comme dans la bouteille en plastique.

Un ami expérimente ce système, seulement pour les semis cette année :

http://biodiva.free.fr/spip2/IMG/cache-440x324/mini_serre_chauffante_png-440x324.png

http://biodiva.free.fr/spip2/article.php...

Je suppose que la résistance qui maintient un haut degré dans la caisse doit augmenter sérieusement la reprise, car elle augmente aussi l'hydrométrie ambiante.

En même temps si la bouture se fait en juin, la température doit être suffisante (ou alors la constance de la température même la nuit grâce à la résistance pourrait aider)

Le problème de la résistance et que l'eau serait peut être trop chaude pour immerger les pots dans l'eau, et du coup on perd le cycle de l'eau ? Ou au contraire une eau chaude qui circule dans le pot aiderait à la reprise ?

Je me pose une question bête mais tant pis, faudrait-il mieux prendre la grosse caisse transparente ou opaque noire ?

Peut être remplacer l'eau par de l'eau de saule ...

Il faut aussi penser le meilleur médium pour les pots, et aussi prendre les meilleures boutures (âge du bois, diamètre, nb de noeuds, type de branche, partie de l'arbre ...)

Retours, idées, astuces bienvenues, merci !
François du Perche a écrit le 19/04/2013 11:26 (ref msg # 39951 )
il serait + simple d'utiliser une serre chauffante qui comporte déjà les résistances (réglables ou non, si c'est pour tjrs le laisser à fond, inutile d'avoir un réglage qui augmente le prix) et d'y adjoindre un rectangle en plastique transparent, 30cm de haut par exemple (polycarbonate ou autre) qu'on préforme soi même à chaud, pour gagner de la hauteur. Car ces serres toutes faites sont plutôt utilisée pour les semis, donc trop basses pour les boutures.
On déjà le couvercle et le bac chauffant, on n'a + qu'à fabriquer (ou trouver) la pièce intermédiaire.
nicollas a écrit le 19/04/2013 11:33 (ref msg # 39952 )
Merci de ta réponse,

comme ça a chaud, ça m'a l'air plus compliqué de prendre une serre inadaptée et de mouler un support autour, mais je vais regarder mieux ces serres chauffantes pour semis. Le but n'est pas de laisser la résistance à fond, mais de pouvoir adapter la température.

concernant la température, voici un article qui peut aiguiller :

A medium temperature of 25°C was harmful to auxin-treated peach cuttings, but excellent rooting could be obtained at a temperature as low as 12°C.

source
François du Perche a écrit le 19/04/2013 11:45 (ref msg # 39953 )
Je ne voulais pas dire mouler une pièce autour de l'existant mais créer & mettre une pièce intermédiaire, démontable, entre le socle chauffant et le couvercle. Les couvercles de serres sont déjà équipés d'aérations réglables, ce qui fait un pb de - à résoudre.
nicollas a écrit le 19/04/2013 11:56 (ref msg # 39954 )
ok j'avais mal compris, je regarderai les serres tout en un.
fretka a écrit le 24/04/2013 10:44 (ref msg # 40002 )
Ce que l'on fait au boulot, c'est table de culture, armature métallique, bache plastique.
On arrose bien les pots au moment de la mise en terre des boutures, on laisse ressuyer pour qu'il n'y ait pas de gouttes sur les feuilles
Surtout pas d'eau stagnante dans lequel le pot baignerai.
On ajoute pour maintenir une humidité ambiant élevée un humidificateur à ultrason sous la bâche, sur minuterie, 15 minutes chaque 2 heures la journée et moins la nuit (c'est à régler au cas par cas).
L'avantage de ce type de brumisation de vapeur froide est que si elle est bien gérée en quantité, aucune gouttelette d'eau ne se dépose sur les feuilles et la pourriture a moins de risques de se développer.
Nous ne chauffons pas le substrat, mais j'ai entendu de bons résultats avec 2°C de plus dans le substrat.
Je travaille surtout avec des plantes médicinales.
Bonne chance
nicollas a écrit le 24/04/2013 10:49 (ref msg # 40003 )
Le but de tremper les pots dans l'eau c'est justement pour me passer du brumisateur, car là on passe à un autre stade d'équipement.

Mais peut être que le bouturage est voué à l'échec si le médium est saturé d'eau, alors que faire ... ouvrir chaque jour pour arroser ?
floyd a écrit le 24/04/2013 21:26 (ref msg # 40008 )
La chose est claire, si le substrat est gorgé d'eau, il n'y reste plus d'air pour la bonne santé des racines…
Et la base de la bouture ne doit pas être immergée; c'est la cata assurée.

D'accord avec le protocole décrit par fretka; éviter de mouiller mais maintenir une hygrométrie de l'air à 100%.

D'ailleurs ouvrir chaque jour ajoute des risques de contamination d'un milieu qu'on suppose sain dès le départ.
fretka a écrit le 25/04/2013 07:51 (ref msg # 40009 )
Alors le plus simplement, tu arroses le pot et le mets sous plastique, et tu peux brumiser tous les jours avec un brumisateur/vaporisateur à main.
Tu ne brumises pas directement sur les plantes pour que les gouttelettes ne se déposent pas sur les boutures, mais tu vises à côté, la ou tu auras laissé un espace libre sous la bâche.
Dans cet espace libre, tu peux aussi stocker un bol d'eau, qui va, par les lois de la physique, saturer l’atmosphère sous la bâche.
Bonne chance
nicollas a écrit le 25/04/2013 08:04 (ref msg # 40010 )
Merci pour ces bons conseils


greffer.net >> Multiplication végétative