Pépinières : conseils d'achat

greffer.net >> Pépinières

patrice a écrit le 16/02/2013 10:22
Quelques suggestions afin d'éviter des déconvenues lors d'achats à des pépiniéristes, surtout par correspondance.

Comme dans toutes professions, il existe des bons et des mauvais professionnels. Une erreur d'étiquetage ne fait pas un mauvais pépiniériste, l'erreur arrive à tout le monde, gardons cela à l'esprit. C'est pour cela qu'il est important de faire des retours d'expériences, positifs comme négatifs, ici-même dans la section "pépinières", afin d'avoir de nombreux avis qui donneront une tendance.

Comme dans toute clientèle, il existe des bons et des mauvais clients, certains seront mécontents de la marchandises reçue alors qu'elle est parfaitement conforme à ce qui a été promis, le client n'ayant pas bien lu les caractéristiques du produit vendu, ou n'ayant pas pris soin de demander des compléments d'information avant achat.

Se renseigner sur le pépiniériste
Que ce soit ici dans la section "pépinières", ou bien en tapant le nom de la pépinière dans votre moteur de recherche favori, rechercher des retours d'expériences d'usagers.
Les produits vendus sont produits par la pépinière, ou bien revendus (ce qui peut être le cas sur certaines espèces du catalogue.. exotiques ou autres)? Dans ce dernier cas, peut être se renseigner sur le nom du producteur (afin de rechercher des avis sur lui)?

Se renseigner sur la variété
La variété existe-t-elle ? La question peut paraître saugrenue, mais parfois on peut voir sur des catalogues de noms inconnus, et dans ce cas, peut-être se renseigner sur l'origine de cette variété?
Cela n'en fait pas forcément une variété non méritante, mais dans notre démarche de consommateur (cf chapitre "vérifier la conformité variétale"), il ne faut pas oublier une recherche documentaire sur la variété.
Un pépiniériste ne va pas dénigrer ce qu'il vend : "rare, exceptionnel, sublime, délicieux". Certains commentaires sont très rigoureux, d'autres peuvent être surfaits.
En recherchant des informations sur la variété (descriptions variétales dans les ouvrages pomologiques, ...) cela permettra de comparer (au sujet des descriptions pomologiques anciennes, ne pas oublier que la plupart des commentaires gustatifs sont fait sur les références de saveurs et variétés connues de l'époque... ).
Les goûts étant si personnels, l'idéal est néanmoins de pouvoir goûter préalablement le fruit (chercher une personne qui possède la variété pour la goûter ou lui demander un avis ? ...)

Bien étudier la fiche produit
La notion de "scion" est assez vague : plant greffé non formé d'au moins un an de croissance. Vous pouvez vous retrouver avec un sujet magnifique ou un bonsaï. Vérifier une éventuelle notion de taille minimum sur le catalogue, ou se renseigner avant achat.
Pour les plantes vendues en container (lianes, ...) il est fréquent que la seule information fournie soit la capacité du container. Le container reçu aura un volume conforme à celui commandé, mais pourra aussi bien contenir une rachitique bouture qu'un plant bien développé.

Vérifier la conformité variétale
Une fois que votre fruitier aura produit, à partir de toute la documentation que vous aurez pu récupérer, vérifier la conformité variétale, c'est-à-dire que le fruit et l'arbre correspondent bien aux descriptions officielles. Nul n'est à l'abri d'une erreur d’étiquetage, ou autre.
patrice a écrit le 16/02/2013 10:22
... si quelqu'un voit d'autres propositions d'ajout par rapport à cette petite compilation.
Sorbifolia a écrit le 16/02/2013 13:21
Il n'est pas nécessaire d'attendre la fructification pour repérer des erreurs au niveau de l'espèce.
Forme des bourgeons ( très important), présence d'épines incongrues sur une variété de consommation, couleur et aspect de l'écorce...
Etat du point de greffe... en observant il est possible de voir si un porte greffe a pris le dessus, il arrive que le greffon affaibli ait été "nettoyé" un an avant ou plus ou avant la vente...
Sorbifolia a écrit le 16/02/2013 13:43
Je parle de plantes achetées en hiver sans feuilles, si les feuilles sont présentes on peut voir bien sûr une éventuelle erreur d'espèce ( mais pas de variété sauf exception).
Malgré toutes ces précautions n'importe quel acheteur peut se tromper, j'ai acheté un jour un Eleagnus étiqueté multiflora "goumi" alors que les fruits bien en évidence sur le plan n'avaient rien à voir, cétait un vulgaire E.umbellata de toute évidence et je le savais, en principe...
Méfions-nous de la puissance de l'étiquette...
Sorbifolia a écrit le 16/02/2013 15:06
Important aussi : vérifier l'état de l'intérieur du conteneur, nature du substrat pour une plante en pot, les plantes sont parfois replantées de la veille sans véritable reprise dans un vague terreau, voir l'état racinaire bien sûr.
Mais aussi vérifier la qualité des conditionnement des plantes à racines nues, la tourbe annoncée est parfois du copeau de bois déssechant pour les racines ( et toxique en tant que terreau de surface ), à refuser absolument à mon avis.
Un défaut de qualité de conditionnement doit interroger sur la qualité générale des produits, et donc sur la rigueur de l'étiquetage.
Privilégier les plantes indiquant le nom du producteur de base à ne pas confondre avec le distributeur intermédiaire (quand la production n'est pas locale bien sûr). Bref traçabilité.
Eric a écrit le 16/02/2013 17:47
Parcourir les forums .
En general les internautes decus ne se genent pas pour le faire savoir.
Les internautes satisfait ,partagent parfois leurs satisfaction.

Lors des premiers contactes EMAIL ou tel ,l on se fait vite une bonne
idee du serieux de l entreprise. Surtout lors que l on commence a demander
des details avant meme d avoir confirme une commande.
Par exemple demander prix et disponibilite. Puis dans un deuxieme temps
demander les delais de livraison et frais de transport .
Eviter de poser plus de deux questions dans une meme courrier.
Les gens repondent rarement a plus d une question et n en donnent
aucune au-dessus de deux question.
Sorbifolia a écrit le 04/03/2013 21:31
C'est beaucoup demander en france, mais la présence de la dénomination latine exacte et complète ( en binome ) donne une idée du sérieux du producteur ou du diffuseur.
Certains sites VPC en ligne font l'effort de le faire...les catalogues papiers grand public... jamais.
patrice a écrit le 10/03/2013 06:49
Déjà que parfois c'est le massacre avec le nom courant.
Par exemple j'ai pu voir la poire "Beurre et Hardy"
clow a écrit le 02/11/2017 21:47
Ce qui manque souvent et qui n'est pas vendeur pour moi car en général le vendeur et souvent un revendeur ( heureusement pas toujours le cas ) et ce parfois même chez de bonne pépinière dont tout n'est pas produit chez eux.

A savoir le porte greffe c'est très rare sur l'étiquette ( moins sur les catalogue type baumaux )

L'eau d'arrosage, oui cela paraît con comme cela mais c'est rarement spécifier eau calcaire accepter ou eau de pluie ( acide ou neutre ) obligatoire.

Tout les autre critères y sont généralement indiquer mais ces 2 là manque souvent et font souvent défaut selon ce que l'on décide de faire.

Et le pire c'est que le vendeur n'y connait souvent rien et en arrive même à inventer, combien de fois je peu reprendre un vendeur de jardinerie ou pépinière pour vouloir vendre un produit en conseillant son client incorrectement.

Ceci sont 2 détails que je trouve cruellement manquant et sur lesquels il faut tenter d'obtenir des réponses avant achat.


greffer.net >> Pépinières