pommier et poirier haute tige : intermédiaires de greffe

greffer.net >> Greffage

lamori a écrit le 04/11/2012 15:33 (ref msg # 37404 )
quelles variétés intermédiaires peut-on greffer sur pommier et poirier pour obtenir des troncs droits et vigoureux
klakos a écrit le 05/11/2012 06:26 (ref msg # 37411 )
Des variétés qui font de beaux troncs lisses, montent droit... On n'a ainsi pas à supprimer d'éventuelles branches secondaires, car la plaie laissée par la taille présente un risque minime, est une "porte d'entrée" aux maladies.

Concernant le pommier, on utilise traditionnellement "Président Descours".
Il y avait Noire de Vitry.
Je sais qu'en Allemagne, on aime utiliser Jacques Lebel.
La liste n'est pas exhaustive.

Le poirier : lorsqu'on "démarre" d'un cognassier : OK c'est connu : Beurré Hardy, Curé, Gaubert, etc
mais à partir d'un franc ?
Peut-être parce que poirier se suffit à lui-même... Je dirais : une variété à poiré de préférence.
lamori a écrit le 05/11/2012 07:18 (ref msg # 37412 )
Merci pour ces infos;

je vais essayer le poirier à Poiré; je suis dans une région où ces magnifiques arbres ont été préservés.

J P L
klakos a écrit le 05/11/2012 10:27 (ref msg # 37418 )
Pour cet usage, je choisirais aussi parmi les variétés archi-anciennes de variétés d'été "à peine consommables".
"une poire pour la soif"... après 15 jours dans le désert peut-être
Ici, on redécouvre la poire "de cadeau (cado)" (une "madeleine").
Le fruit n'est pas ce qui se fait de mieux (les anciens n'étaient vraiment pas difficiles). Je pèse mes mots.
Par contre, en ce qui concerne la vigueur, la résistance aux maladies, à la sécheresse, à l'humidité j'imagine => surprenant.

Je conseillerais plutôt effectivement une variété locale de chez toi.

À ce propos, je suis allé à coté de Dinan ce week-end (à Quévert exactement). Là-bas, je te dirais "poire de bique" ou alors Besy du Quessoy. Ce n'est pas le choix qui manque. Certainement pas une variété à couteau obtenue après... disons 1850.


greffer.net >> Greffage