Traitement hormonal pré-greffage

greffer.net >> Greffage

Lombriculteur a écrit le 22/09/2012 16:31
Bonjour,

Je profite de ce premier post pour me présenter : jardinier amateur, je me suis récemment mis à la greffe (écussonnage d'automne sur cerisier) et ce forum m'a beaucoup aidé...

Je me demandais si certains d'entre vous avait testé ou connaissance de pratique consistant à faire tremper vos greffons dans des solutions nutritives et/ou hormonales avant la greffe ou le temps de greffer (entre prélèvement du greffons et greffage).

J'pensais notament à ces produits utilisés en bonsai type Tonus V ou autres... voir même au jus de lombricompost....

Merci
floyd a écrit le 22/09/2012 22:11
L'asepsie reste une donnée de base du greffage.
Désolé il faut oublier le lombri… pour ce qui nous concerne!

L'avantage des techniques de greffage éprouvées, c'est qu'elle n'ont besoin de rien pour réussir.
Ce qui ne permet pas d'affirmer que les cas difficiles ne pourraient pas se trouver mieux d'un apport.

Nous avions discuté de la mise en bouche du greffon préparé; le mouillage par de la salive avait des partisans et quelques opposants… dont je suis.

Si l'on recherchait un effet de soudure accéléré, une cicatrisation plus prompte, on pourrait aller rechercher les solutions-cocktail préparées pour la culture in vitro, vitaminées et enrichies en diverses hormones.

Je parie que la mise au point serait longue, très longue.
Lombriculteur a écrit le 23/09/2012 12:09
Wui, je suis d'accord pour l'aseptie, en fait pour être clair, je me demandais si certains d'entre vous trempait leurs greffons dans certaines solutions...

Le tonus V relativement bien connu en bonsaïculture comporte une foule d'hormones, vitamines, éléments minéraux...
Lorsque je procède au bouturage, j'aime bien laisser tremper les boutures dans un verre d'eau en contenant...

J'pensais à une démarche équivalente pour les greffons, même si il est vrai que la soudure est certainement plus le fait du porte greffe que du greffons....(Dites moi si j'me trompe) Et que dans ce cas peut etre que le produit dopant doit etre appliqué au pied du PG ou même peut etre en pulvérisation sur le raphia....
floyd a écrit le 23/09/2012 20:51
Le PG est de fait capable d'amener la sève brute… mais enrichie des éléments nécessaires, dont des hormones aptes à provoquer la cicatrisation.
Le greffon, simple bourgeon ou tronçon à deux ou trois yeux, dispose de peu de réserves, il est vrai. Mais le déssèchement est la principale cause de l'échec quand ce n'est pas une conséquence.
Voilà pourquoi raphia et mastic ont été remplacé par des rubans souples.

A priori je ne vois pas trop la nécessité des hormones dites de bouturage qui induisent la rhyzogénèse.

A priori je ne vois pas non plus l'urgence de fertiliser le PG, en éléments solubles assimilables. On constate la plupart du temps que les pousses issues du greffon sont largement assez vigoureuses… ce qui n'est pas sans poser parfois problème.

Quant aux applications en périphérie, je vois plutôt ça comme la certitude de favoriser moisissures et champi divers.


greffer.net >> Greffage