Feu bactérien, PG et variétés résistantes

greffer.net >> Poirier

nicollas a écrit le 28/08/2012 15:53
Bonjour,

je cherche à mettre des poiriers sur mon sol sec et calcaire, et ma recherche de PG m'a amené à regarder du côté de P. amygdalformis, P. elaeagnifolia et P. syriaca.

Malheureusement ces trois PG sont sensibles au feu bactérien. Je me demandais si je pouvais régler ce problème en greffant des variétés résistantes (ex Beurré Giffard), ou bien si de toute façon c'est le PG qui risquait de périr du feu quand bien même la variété serait insensible ? (dit autrement, est-ce que le risque de feu entre PG et greffon est le risque minimum entre les deux, ou si o multiplie le risque ?)

Merci !
klakos a écrit le 28/08/2012 17:46
La sensibilité moindre du PG a malheureusement peu d'incidence sur celle de la variété.
planteur123 a écrit le 28/08/2012 17:53
Où trouvez-vous le Pirus syriaca ? je n'arrive pas à en trouver
nicollas a écrit le 28/08/2012 17:54
Dommage,

cela dit c'est plutôt l'inverse qui m’intéresse, est-ce qu'un PG susceptible créé beaucoup de risques même si la variété est résistante ?
klakos a écrit le 28/08/2012 18:02
Oui, je l'avais compris
La logique doit être la même.
nicollas a écrit le 28/08/2012 18:02
@planteur: je n'en ai pas encore trouvé, mais je n'ai commencé les recherches que depuis aujourd'hui.

Par contre contrairement aux deux autres, ce PG est nanisant (30%) mais la productivité n'est que de faible à moyenne. (Les deux autres sont productifs et vigoureux)
TheChti a écrit le 29/08/2012 13:49
De ce que j'en sais, le feu bactérien se propage par les feuilles (me démentir si je me trompe). Si l'on conduit bien son porte-greffe, il ne doit plus être qu'un simple tronc à terme, et ne plus présenter de risque.
floyd a écrit le 29/08/2012 16:31
Les éléments bactériens s'ils contaminent un arbre, de toute façon c'est coupe, déssouchage et incinération.
Simple précaution prophylactique…
Bruno a écrit le 29/08/2012 20:19
Oui encore qu'aux USA, il y a eu des traitements à la streptomycine. (interdits en France).
Pour les portes greffes, je ne crois pas qu'il y en ait qui résiste au feu bactérien, je crois que pratiquement tous les Maloideae y sont sensibles.
floyd a écrit le 29/08/2012 23:02
… et on ne joue pas avec les antibiotiques quand on a le soucis d'éviter l'apparition de bactéries résistances à telle ou telle molécule nécessaire pour les antibiothérapies médicales.
Outre-atlantique, ils le savent aussi, sans doute…
TheChti a écrit le 30/08/2012 08:40
"les antibiotiques, c'est pas automatique" .... pour les humains. Pour les poulets, porcs, veaux et, je le découvre les plantes aussi, ça l'est.

On vit dans un monde bizarre, mais c'est un autre débat.

Dans tous les cas effectivement, il serait bon de couper, déssoucher et d'incinérer le plant atteint ... à condition de reconnaître à temps la maladie. Dans mon petit coin de campagne, je n'ai jamais vu de feu bactérien et j'ai bien peur de ne pas être assez averti pour reconnaître cette maladie à temps.
Bruno a écrit le 30/08/2012 09:07
… et on ne joue pas avec les antibiotiques quand on a le soucis d'éviter l'apparition de bactéries résistances à telle ou telle molécule nécessaire pour les antibiothérapies médicales.
Outre-atlantique, ils le savent aussi, sans doute…


Je suis tout à fait d'accord, mais il y a des gens qui le font tout de même.


greffer.net >> Poirier