chute de fruits et porte-greffe?

  1. greffer.net
  2. >>
  3. Hors-sujet


jean-baptiste a écrit le 27/06/2012 09:33 (ref msg # 36068 )
Bonjour,
J'ai planté un "reinette de la reine" (j'ai déjà parlé de la variété il y a quelques temps ici) il y a bientôt 9 ans et je pense que cette année (il y a encore 50 pommes) il va produire... Je m'explique : tous les ans, il fleurit mais manque de chance, les fruits à peine formés tombent les uns après les autres, les derniers (2,3 ou 4) sont systématiquement mangés par les oiseaux en été... A quoi est du ce phénomène? Je pense que c'est le porte greffe intermédiaire. Pour info c'est un demi tige. Si c'est la même variété que les hautes tige c'est "pomme d'or". J'ai eu tous mes arbres chez le même pépiniériste. A noter que j'ai le même problème sur poirier curé (en basse tige) qui n'arrive pas à nouer. Il y a un conférence à 3 m de lui, est super productif...
Merci de vos lumières.
JB
floyd a écrit le 27/06/2012 10:31 (ref msg # 36070 )
Cette chute physiologique après la nouaison sur cette 1/2 tige de Reinette de la Reine, est préoccupante.

Les causes agronomiques et climatiques générales (sol, pollinisateurs, pluviométrie, température…) seront vite passées en revue puisque des arbres du verger sont fertiles.

Reste à réfléchir sur ce pommier en lui-même, sur le mode de conduite qui lui est appliqué et sur la variété en question.
Si la vigueur permet un développement correct de la ramure, pas de raison pour qu'un arbre ne puisse alimenter ses fruits.

Quelle est la vigueur de ce sujet? Des tailles, traitements, fertilisations, arrosages, particuliers lui sont-ils appliqués?
jean-baptiste a écrit le 27/06/2012 12:48 (ref msg # 36074 )
alors, il est conduit en forme libre sans taille depuis la plantation. Seulement, la vigueur est vraiment faible. S'il fait 3 m 50 de haut, c'est le max et 1M50 de diamètre de mémoire. Les pousses de chaque année varient de 5 cm à 30 grand max. Pas de traitement, pas de ferti pas d'arrosage un paillage pour cette année en cas de sécheresse comme l'an dernier (mais c'est tout l'opposé cette année).
C'est un pré fauché tous les ans (ou presque), le sol est très pierreux et séchant. Je ne pense pas que ce soit le point limitant pour la fructification car les autres arbres sont très fertiles et ont une bonne production chaque année.
Je pense greffer sur un M9 ou mm106 pour voir si c'est le pour PG ou bien la variété...
floyd a écrit le 27/06/2012 13:45 (ref msg # 36079 )
La vigueur semble compatible avec la qualité du sol et à priori suffisante pour tenir quelques fruits.
Sans entrer dans le détail, une taille légère et une fertilisation modérée pourraient être tentées.

Difficile à examiner sur un sujet en place, le système racinaire est souvent le point faible de certaines plantations. Car une alimentation déficiente au moment du grossissement est logiquement une cause de la chute physiologique.

L'état de ce système racinaire dépend de plusieurs facteurs, dont il est vrai le PG, mais également le mode d'élevage en pépinière et bien entendu les soins à la plantation.

Le greffage de la variété sur d'autres PG est une bonne idée qui doit permettre des comparaisons, mais tant qu'à faire, ce PG devrait être choisi aussi vigoureux qu'un franc pour tenir sur ton sol.
jean-baptiste a écrit le 27/06/2012 14:56 (ref msg # 36081 )
J'ai l'avantage d'avoir plusieurs types de sol de très secs à très humide : tourbe et marécage donc, tous les PG sont "plantables" ! le plus sec est celui cité précédemment. L'an dernier l'herbe arrivait à crever par endroit. Cette année à la même place, elle atteint parfois 2 m ! Mais il n'y a pas de réserve en profondeur. Quelqu'un nous a dit une fois que ça valait une carrière de pierres!
Je pense que cette variété est quand de faible vigueur... Quand je vois les autres arbres : Claque pépin et une autre variété mystère... qui y ressemble pourtant sans que les pépins ne "sonnent" ont un développement assez important : ils ont près de 5 m d'envergure en 7 ans... Ils sont tous espacés de 7 m. Je tente de faire une photo aujourd'hui pour donner une idée...
yeti8360 a écrit le 27/06/2012 20:51 (ref msg # 36093 )
Ne serait ce pas les campagnols qui ont réduit le système racinaire? J'ai eu le cas où ils n'avaient laissé qu'un bout de racine.
jean-baptiste a écrit le 28/06/2012 09:17 (ref msg # 36104 )






Je ne pense pas que les mulots posent de problème car il n'y en a pas... Heureusement d'ailleurs.
floyd a écrit le 28/06/2012 18:47 (ref msg # 36110 )
Par contre la proximité de cette haie bocagère, peut venir par ses racines concurrencer les fruitiers.
Sur le cliché cela semble proche, mais quelle distance entre deux?
jean-baptiste a écrit le 29/06/2012 08:40 (ref msg # 36116 )
La haie se trouve à peu près à 10 m, je n'ai pas mesuré. Mais je ne suis absolument pas convaincu qu'elle provoque une compétition sur l'eau, sauf pour la lumiere...
François du Perche a écrit le 29/06/2012 09:51 (ref msg # 36121 )
la lumière ne doit pas être primordiale, j'ai 5 pommiers (3 variétés) contre une facade N.E. Après 11h du matin, ils ne voient plus le soleil, ils produisent bien tous les 5 tous les ans.
jean-baptiste a écrit le 29/06/2012 10:15 (ref msg # 36122 )
Ah bon? pas tous les ans? et le goût des fruits, est il moins sucré?
François du Perche a écrit le 29/06/2012 13:01 (ref msg # 36123 )
si si, tous les ans. Il y a 2 colonnaires Villandry, très sucrées/acidulées, mais je n'ai pas de point comparaison avec d'autres. Il y a un Jubilé, les pommes sont moins colorées que les 2 autres Jubilé que j'ai qui sont en plein soleil. Elles grossissent un peu moins, sont peut-être un peu moins sucrées mais très acceptables. Cette année, il en est couvert, j'ai dû éclaicir assez sévèrement la semaine dernière en faisant la taille en vert.
Désolé de remuer le couteau dans la plaie.
jean-baptiste a écrit le 29/06/2012 13:44 (ref msg # 36124 )
A oui, j'ai mal lu avec 5 et tous les ans...
T'en as de la chance d'avoir autant de pommes mal la pluie du mois d'avril...
Ici, c'est la cata.
François du Perche a écrit le 29/06/2012 14:47 (ref msg # 36125 )
il y a des tas de microclimats et de facteurs divers qui conditionnent une bonne mise à fruits, mon voisin le + proche (200m) n'a pratiquement aucune pomme cette année. Photo de ce Jubilé avec les pommes sélectionnées. Comme j'en produis trop, j'essaie maintenant d'en avoir beaucoup moins mais + grosses : la taille joue énormément sur la qualité du fruit.


planteur123 a écrit le 29/06/2012 15:08 (ref msg # 36126 )
Quand vous écrivez "la taille joue énormément sur la qualité du fruit", s'agit-il de la taille comme action de tailler le pommier ou de la taille (dimension) du fruit ?Au cas où c'est le dernier sens dont il s'agit, j'ai justement constaté que souvent les grosses pommes sont fades et ont tendance à être farineuses, et les petites ont un arôme supérieur, plus "concentré"...
François du Perche a écrit le 29/06/2012 16:23 (ref msg # 36127 )
par taille, je voulais dire "grosseur", mais au sein d'une même variété. Une reinette clochard est beaucoup + savoureuse qu'une Grand Alexandre, 3 ou 4 fois + grosse, l'énorme Jumbo n'est pas terrible, c'est vrai, mais ce n'est pas cela que je veux dire.
P.ex pour les Delbard Jubilé, Festival ou Villandry, les Chanteclerc ou d'autres, je constate depuis plusieurs années que les + grosses de chaque arbre sont les meilleures, les + sucrées, les + savoureuses et de beaucoup, c'est très flagrant. Il y a peut-être des contre-exemples.
floyd a écrit le 29/06/2012 23:05 (ref msg # 36132 )
Il faut se souvenir que la lumière solaire est nécessaire pour la photosynthèse. La plante bien éclairée, bien alimentée en eau et en minéraux est à même de produire les sucres et autres qui vont constituer le fruit, son jus, ses couleurs et ses arômes.

Voilà en très résumé, pourquoi on peut déjà expliquer les difficultés de ce pommier par la concurrence qu'il subit de la part de la haie, tant pour la lumière que pour l'espace souterrain.

Une distance de 10 mètres peut paraître grande, mais en considérant que le pommier explore dans un rayon de 2 mètres, il vient à la rencontre des racines des grands arbres. Les plus actives sont donc déjà au contact des racines du pommier.
planteur123 a écrit le 30/06/2012 09:19 (ref msg # 36142 )
François, c'est bien ce que j'avais compris, mais il semble que ce ne soit pas le cas avec d'autres variétés ou selon le mode de culture. En fin de saison, quand les pommes de mon jardin sont finies, j'en achète chez une arboricultrice de Touraine qui vient vendre ses trente variétés sur les marchés parisiens, elle vend des Chantecler notamment, et je n'ai jamais constaté ce que vous dites sur ses fruits, y compris sur cette dernière variété. Je ne connais pas les autres que vous mentionnez.
Bruno a écrit le 01/07/2012 18:50 (ref msg # 36153 )
Certaines variétés comme la starking par exemple deviennent farineuses quand elles sont trop mûres. C’est ce qui se passe souvent dans le commerce. Personnellement je suis assez d’accord avec François.


greffer.net >> Hors-sujet