Greffe de fruits

greffer.net >> Greffage

winch a écrit le 24/04/2012 00:44
Dans la série greffe asiatique que j'ai lue avec intérêt, nous pouvons remarquer qu'ils greffent aussi des fruits.

Voici une série depuis la greffe jusqu'à la récolte.
Les gourmands sont utilisés pour alimenter des greffes d'un bouton à fruits, sur lequel ne sont conservés que 3 fruits, probablement des poires nashis, puis ensachés.
Les greffons sont coupés d'avance et la partie supérieure, trempée dans un liquide spécifique : paraffine ?

Ca me donne des idées....

http://www.youtube.com/watch?v=VI5wM_Q0E...
http://www.youtube.com/watch?v=xCEtgyOzQ...
http://www.youtube.com/watch?v=zkvFgJpH0...
http://www.youtube.com/watch?v=7xM-PJiIk...
http://www.youtube.com/watch?v=srp1xe4Va...
http://www.youtube.com/watch?v=s_6toP69R...
http://www.youtube.com/watch?v=IRxsNSVc8...

http://0928836296.blogspot.fr/

Quelqu'un a déjà essayé ?
youcef a écrit le 24/04/2012 11:47
je ne sais pas si on peut dire, mères porteuses.
mais l'escabot, j'ai bien aimé.
TheChti a écrit le 25/04/2012 08:23
La tenue de travail de cette dame est disons .. surréaliste ....
François du Perche a écrit le 25/04/2012 10:48
très intéressant. Mais quel travail, c'est un éternel recommencement car ils recoupent la greffe chaque année en récoltant la grappe de fruits. La conduite de ces arbres est incompatible avec nos coûts de M.O & nos mentalités. Mais pour des amateurs, ça peut être intéressant de tirer parti de l'extraordinaire vigueur des gourmands, quand on en a. Cela joue probablement sur le calibre et permettrait peut-être de gagner des concours du + gros fruit (pour Lescrets par ex.).
deux idées intéressantes :
- cette greffe Pendule qui est très solide car elle supporte le poids de 3 ou 4 fruits quelques mois après, il est vrai qu'elle est sérieusement renforcée par un gd nbre de tours de scotch d'électricien
- l'effeuillage autour des fruits pour bien les dégager, je pensais qu'il fallait les laisser pour alimenter le fruit ; avec des gourmands il semble que ce ne soit pas nécessaire.
winch a écrit le 25/04/2012 11:07
Cela n'interpelle personne ?
- greffe de fruit
- utilisation des gourmands

C'est nouveau pour moi, je n'en avais jamais entendu parler.
Jusqu'à présent :
1. les gourmands => suppression.
Il est vrai que leur fort potentiel d'irrigation en sève, était plutôt une contrainte. Dans ce cas, c'est un atout.

2. les fleurs sur les greffes => à éviter

La remarque de Youcef "mère porteuse" est tout à fait adaptée. Les arbres deviennent des ressources à sève et ils y cultivent des fruits.
D'ailleurs, une vidéo vue du dessus, montre un "champ de greffons".
Dans ce cas, ce n'est pas une culture pérenne, puisque les greffes sont supprimées avec la récolte.

Quant à la tenue de la dame... pt'être qu'il fait très froid ?
François du Perche a écrit le 25/04/2012 11:23
merci Winch pour tous ces liens
les fleurs sur les greffes => à éviter

c'est parcequ'avec nos greffes habituelles, le poids des fruits ne serait pas supportable et la cicatrisation sur une branche "ordinaire" pas suffisante pour assurer un bon débit de sève. Avec un drageon (+ pas mal de scotch) tout est permis.
Garder des drageons va défigurer nos arbres mais ce serait intéressant de voir l'incidence sur le calibre de qques fruits tests. Assez facile à faire p.ex en haut de palmettes, on peut laisser un drageon par branche verticale et greffer l'année suivante un oeil à fleur, on verra si la pomme se transforme en citrouille.
youcef a écrit le 25/04/2012 12:30
j'ai un nashi (korean giant), qui donne des yeux à fleurs sur les brindilles d'une année.
François du Perche a écrit le 25/04/2012 13:27
sur les pommiers aussi, on a souvent des brindilles couronnées dont l'extrémité peut servir de greffon (à fleur). Sinon, on peut en prélever des + gros sur du bois de 2 ans. Si on fait juste qques essais, le sacrifice ne sera pas gd.
Sur les palmettes à 4 branches, 4 essais n'affecteront pas l'harmonie de l'ensemble, on a sans doute intérêt à garder une certaine longueur (30 à 50cm ?) de gourmand pour bénéficier pleinement de sa vigueur.
Est ce que ce nashi (Korean Giant) est bon ? Les nashis que j'ai goûtés, achetés dans le commerce, n'ont aucun intérêt.
youcef a écrit le 25/04/2012 16:59
Est ce que ce nashi (Korean Giant) est bon ? Les nashis que j'ai goûtés, achetés dans le commerce, n'ont aucun intérêt.

oui un bon gout, par rapport aux fruits du commerce.
peut etre question de maturité du fruit.
François du Perche a écrit le 26/04/2012 17:56
Winch nous donne des liens et demande
Cela n'interpelle personne ?

Silence assourdissant.
Ce système, c'est du jamais vu. Sur le plan pratique et économique, c'est un peu comme si on demandait à nos grands céréaliers de faire des semis de blé dans leurs granges et de tout repiquer à la main comme le font les asiatiques avec le riz.
Mais il y a surement des applications intéressantes, sauvegarde de greffons chétifs boostés par ces gourmands, fruits exceptionnels, etc, toutes choses qui n'ont pas été testées parceque dès qu'on voit un gourmand, on le coupe.
floyd a écrit le 26/04/2012 22:49
Disons qu'en suivant les indications données par Lespinasse et Leterme, le rôle du sécateur devient anecdotique.
L'arcure, ou simplement le fait de ne pas recouper le gourmand suffisent à la mise à fruit.

On peut continuer à lire les ouvrages techniques du XIXe et s'étonner de perpétuer des problèmes insolubles de gourmands à répétition et de mises à fruits tardives… mais on est pas obligé!

Etre un habile greffeur asiatique n'empêche pas de raisonner la taille fruitière… si ça peut économiser du temps et de l'énergie.
winch a écrit le 26/04/2012 23:08
Je pense que les asiatiques connaissent aussi bien que nous maintenant le rôle du sécateur, et que ce n'est pas par méconnaissance, qu'ils engagent cette méthode.
Ils cultivent les fruits sur greffons, d'une grosseur remarquable et privilégient la qualité au dépend de la quantité. Le fait d'ensacher les fruits ne fait que confirmer ce choix.

Cela dit, notre mode de culture industrielle, comme le rappelle François, ne permet pas un tel engagement de main d'oeuvre, mais pour l'instant ce n'est pas ce qui leur manque.

Par contre, c'est tout à fait à la portée d'un particulier passionné pour l'expérimentation.

Je n'ai pas pour habitude de conserver des greffons à fleurs et de toute évidence, il serait trop tard pour réaliser ces greffes et leur permettre d'être pollinisées naturellement.

Je retiens cette idée pour l'année prochaine.
François du Perche a écrit le 27/04/2012 10:15
Et pour cette année, en + des boutons à fleurs, il faudrait avoir des gourmands, qui ne vont se développer que dans les mois qui viennent.
Rendez-vous l'an prochain. J'essaierai sur des pommiers pour voir l'incidence sur la taille des fruits.


greffer.net >> Greffage