greffes "bizarres" et fruit

greffer.net >> Autres techniques et expérimentations

fredbrahim a écrit le 27/11/2011 12:54 (ref msg # 32300 )
Bonjour,
En surfant sur le forum j'ai trouvé des post qui parlent de greffe que je qualifierais de "bizarre", du genre pommier sur cotoneaster ou pêcher sur peuplier.
Quelqu'un peut-il m'en dire plus en ce qui concerne les fruits obtenus? Sont-ils bon? et surtout, n'y a-t-il pas de risque d'obtenir des fruits toxiques? (je pense en particulier à la greffe de pommier sur cotoneaster, car à ma connaissance, les fruits de cotonéaster ne sont pas comestibles)
Bruno a écrit le 29/11/2011 09:21 (ref msg # 32325 )
Pour le pommier sur cotonéaster, ça marche mais greffer un arbre à feuilles caduques sur un arbre à feuilles persistantes fait que la greffe ne passe pas le premier hiver.
fredbrahim a écrit le 29/11/2011 14:18 (ref msg # 32326 )
Merci pour votre réponse, mais en fait ma question ne portait pas tant sur la viabilité d'une telle greffe que sur les fruits obtenus: y a-t-il un risque que ceux-ci ne soient pas commestibles?
Bruno a écrit le 29/11/2011 15:59 (ref msg # 32327 )
Je ne pense pas car ce qui est toxique dans les baies de cotonéaster est l'amygdaline qui n’est pas une toxine très dangereuse à faible dose, que l’on retrouve dans beaucoup de végétaux dont l’amande amère, les noyaux de beaucoup d’arbres fruitiers : cerisiers, abricotiers, pruniers, pêchers et dans les pépins de pommes. Voir lien : http://fr.wikipedia.org/wiki/Amygdaline
Si les pommes ne prennent pas un gout amer, je ne pense pas que ça soit dangereux d’en manger. Les toxines des plantes n’ont pas obligatoirement la même concentration dans toutes les parties de la plante. Par exemple l’if qui est probablement le végétal le plus toxique d’Europe avec l’aconit, est toxique dans toutes ses parties sauf dans la pulpe des petits fruits rouges, mais la graine qu’il contient est toxique.
floyd a écrit le 29/11/2011 19:10 (ref msg # 32329 )
Bonjour fredbrahim,
Une littérature ancienne maintes fois recopiée peut encore laisser croire que l'on peut greffer un rameau de pêcher sur peuplier. Ces greffages entre familles si différentes sont non seulement bizarres mais non viables.
Il ne faut accorder aucun crédit scientifique à ces vieilles lunes.

Au sein d'une même famille, comme celle des rosacées, toutes les combinaisons ont été tentées depuis bien longtemps. Celles qui sont viables et productives ne sont pas si nombreuses que ça. Si la question mérite d'être posée, à ma connaissance aucune d'elles n'est connues comme posant un problème de toxicité.

On pourra ajouter que c'est le greffon qui génère et nourrit les fruits éventuels. Personne ne va multiplier volontairement une espèce toxique.
Il faudrait donc que les molécules toxiques soient issues du PG, et en première approche de la sève brute.

Les plantes à toxicité aigüe sont bien répertoriées. En choisir une comme PG relève soit d'une expérimentation menée avec prudence dans un but scientifique précis, soit d'une tentative que le principe de précaution condamne avec bon sens…

Enfin, on distinguera, comme pour les champignons, les plantes toxiques de celles qui sont simplement non comestibles pour tout un tas de raisons comme l'amertume, la dureté, l'absence de jus, l'âpreté du fruit… ou l'inexistence d'une chair digne d'intérêt.
fredbrahim a écrit le 30/11/2011 09:31 (ref msg # 32336 )
Je vous remercie tous deux pour avoir pris le temps de me répondre. Je crois que le mieux est que je me cantonne aux greffes qui ont fait leurs preuves, là au moins il y a peu de risques d'avoir de mauvaises surprises!
TheChti a écrit le 04/12/2011 13:00 (ref msg # 32370 )
Comme le dit si bien Floyd, c'est un peu le fil rouge qui revient sans cesse. J'ai moi-même testé du cerisier sur du peuplier et ça ne marche pas. Il y a greffe intergénérique et greffe intergénérique. En règle générale, dès que l'on sort de la même famille de plantes, c'est un échec.

La question de la toxicité du fruit revient avant tout à se poser la question de la réussite de la greffe. Pas de greffe ... pas de fruit.

En règle générale, le fruit reste plus ou moins le même, le calibre peut changer en fonction du porte-greffe (nanifiant etc ...) mais pour les autres paramètres, c'est plus rare et plus variable. Il ne faut jamais oublier que c'est le greffon qui fait le fruit.

N'hésitez pas à vous promener dans le forum, vous y trouverez de multiples discussions à ce sujet.
TheChti a écrit le 04/12/2011 13:02 (ref msg # 32371 )
J'ai oublié de dire que cette année j'ai goûté ma première poire d'un greffon qui pousse sur de l'aubépine. Elle était tout ce qu'il y a de plus banal (dommage, d'ailleurs )
floyd a écrit le 04/12/2011 14:23 (ref msg # 32374 )
Il est vrai qu'on souhaiterait que les fruits produits soient d'une qualité supérieure. Mais on a avec l'exemple du poirier sur aubépine de Thechti, la démonstration que le porte-greffe n'amoindrit pas la qualité… c'est déjà ça et je trouve ça rassurant.
nounours a écrit le 04/12/2011 19:46 (ref msg # 32379 )
bonjour a tous

j'ai plusieurs greffes de poirier sur aubepine avec la variete conference, et je peut dire que je les trouvent un peu plus farineuses que sur un porte greffe cognassier !!
en avez vous fait l'experience !!
TheChti a écrit le 06/12/2011 16:39 (ref msg # 32409 )
Il faudra alors voir avec le temps, je n'ai pas assez de recul, je n'ai eu qu'une seule et unique poire cette année sur du PG aubépine ...
hendy a écrit le 11/02/2012 20:50 (ref msg # 33725 )
J' avais un poirier greffer Olia puis que j' ai regreffé..
avec différentes choses...Pommier( ce devait-être de bonne pomme mais le gout du poirier olia passait), poirier(différentes sortes mais donnant le gout du poirier Olia), aubépine (Crimson Claud), sorbier à feuille de Chêne( fruit intéressant), cotoneaster( greffe morte après 2 ans à cause de la souffleuse à neige, très petite feuille )

J' ai finalement du couper cet arbre car il prenait un volume trop envahissant.. ref. prob.. de haie, visibilité.

Pour la greffe je placais sur le greffon un sac transparent à pain pendant au moins 15 jours.. Cela empêchait la déhydratation du greffon et le taux de réussite montait à presque 90-95 % de réussite..
sapindo a écrit le 09/04/2012 17:09 (ref msg # 34813 )
Bonjour

Je confirme ce qui a été dit précédemment. La greffe sur cotoneaster persistant marche. Je pense que ça se maintient si l'on veille à laisser du feuillage sur le porte greffe. La mienne était repartie année 2 après l'hiver...mais s'est cassée accidentellement (la soudure ne semblait pas très forte).
Le poirier sur aubépine donne vite des fruits en quantité.
J'ai greffé poirier sur sorbus latifolia. Mais ça ne pousse pas vite.
J'ai greffé du pommier sur de l'amélanchier ça a duré un an.
J'ai greffé par erreur du poirier sur du pommier; ça se maintient mais ne pousse pas.
J'ai essayé à nouveau cette année sur du cotoneaster du pommier...on verra


greffer.net >> Autres techniques et expérimentations