feu bacterien

greffer.net >> Poirier

bassami.med a écrit le 31/08/2011 16:01
Bonjour,


Existe t ils des greffes pour lutter contre le feu bacterien!?

Merci d'avance.
patrice a écrit le 31/08/2011 17:59
Bonjour.

Non, la méthode de greffe n'a pas d'influence.
Il existe juste de porte-greffe (pyriam, farold) réputés moins sensibles que d'autres.
Lire : https://www.greffer.net/?p=359
klakos a écrit le 31/08/2011 18:19
L'INRA des environs emploie majoritairement le Pyriam (j'ignore dans quelles proportions exactes. Beaucoup sans doute, comme il vient de chez eux...). Ça ne les a pas empéché de subir une attaque très sérieuse l'année dernière.
patrice a écrit le 31/08/2011 18:29
A ce que j'ai compris, c'est le porte-greffe qui est plus résistant, mais cela n'a pas d'impact sur ce qui est greffé dessus...
floyd a écrit le 31/08/2011 18:34
On y trouve des chercheurs qui sont en pointe dans le domaine, sur pommier:
http://www.biotechnologiefrance.org/fr/r...

… et qui ont reçu une visite de faucheurs.
flavien a écrit le 11/10/2011 08:32
bonjour,j'ai fait au primptemps des greffes en couronne et fente de pyrus sur aubepine,ce dernier est issus de semis sauvage.
Le résutat semble tres satisfaisant,mais un amis pepinieriste m'a dit que l'aubepine issus de semis est interdite car elle propagerait le feu bactérien...des infos la dessus??
patrice a écrit le 11/10/2011 09:25
Bonjour,

Oui il y a eu des restrictions quant à la diffusion des aubépines, sensibles au feu bactérien. Cela concerne toujours aussi certaines variétés de poires, telle la "passe crassane".

La réglementation concernant la lutte contre le feu bactérien a été mise en jour en mai 2010 :

http://www.legifrance.gouv.fr/affichText...
floyd a écrit le 11/10/2011 09:43
C'est pas faux, Flavien, mais…
Les rosacées à pépins sont susceptibles d'être contaminées par la bactérie Erwinia, l'aubépine en particulier.

Parmi les mesures de prophylaxie, les pouvoirs publiques n'ont autorisé à la vente que des aubépines dans le cadre réglementaire et sanitaire de pépinières très contrôlées par les services de la protection des végétaux.

Il reste possible pour l'amateur de placer dans son jardin une aubépine prélevée au bout de la haie. A lui d'être vigilant et de ne pas faire de son jardin un foyer de contamination.

http://www.snhf.org/cultivez-vous/face-a...

… et j'ai un problème technique avec le lien donné par Patrice.
patrice a écrit le 11/10/2011 09:50
Le lien marche pourtant.
Tape dans ton moteur de recherche :

Arrêté du 12 août 1994 relatif à l'interdiction de plantation et de multiplication de certains végétaux sensibles au feu bactérien

NOR: AGRG9401623A
Version consolidée au 01 mai 2010
floyd a écrit le 11/10/2011 10:11
http://legifrance.gouv.fr/affichTexte.do...

Je ne sais pas pourquoi, mais il me manquait un bout de code…

Il faut lire toute la rigueur de la rédaction de l'article 1 pour comprendre que l'interdiction de planter ou multiplier, s'applique à tout un chacun. Contrairement à ce que j'ai écrit plus haut…

Le texte de l'arrêté détaille les conditions dérogatoires qui sont imposées au pépiniériste.
Ferréol a écrit le 11/10/2011 12:51
L'arrêté ne s'applique pas pour les professionnels aux plants de Crataegus destinés à servir de porte-greffe.
On peut donc toujours en théorie se procurer chez les pépiniéristes des plants de poirier greffés sur aubépine mais je pense, vu le caractère marginal de l'aubépine comme porte-greffe que peu de pépiniéristes se prennent la tête avec ça, d'autant plus qu'il faut se justifier à chaque contrôle du SRPV quand on a des aubépines dans ses rang...

Pour ce qui de l'article de la SNHF, il y a pas mal d'inexactitudes dedans, par exemple: le fruit des pomoïdés (ou maloïdés) n'est pas une baie mais un piridion.
Au niveau de la lutte:
- l'arrachage ne suffit pas, il faut aussi brûler la plante arraché, si possible sur place pour ne pas transporter la bactérie et surtout, avant toute chose il faut prévenir le SRPV qui dira si c'est bien du feu bactérien, cette maladie étant difficile à diagnostiquer.
- certains produits ayant une action de stimulateur de défenses naturelles sont déjà homologués et auraient une efficacité partielle.
- il faut surtout être très attentif à l'état de son verger surtout au moment de la floraison et peu après, moment ou la bactérie se transmet préférentiellement, avec l'aide des pollinisateurs qui jouent un rôle prépondérant dans la dissémination du feu bactérien.
flavien a écrit le 11/10/2011 19:15
Ok....c'était juste une expérience en collines que je voulais faire,apparemment,la vigueur est moindre que sur pyrus ou malus.Savez vs si il y a des avantages(hormis que ca pousse partout)?
Ferréol a écrit le 11/10/2011 19:35
Rien ne t'empêche de greffer sur des aubépines sauvages. Cependant, tu ne pourras pas déplacer cette aubépine greffée, la plantation étant interdite.

En plus de la disponibilité, il y a plusieurs avantages à greffer sur aubépine:
- la tolérance au calcaire
- l'aubépine pousse dans des sols assez ingrats, peu favorables aux autres portes-greffe de poirier
- la longévité, l'aubépine pouvant dépasser largement la centaine d'années, par contre je ne sais pas si la greffe peut tenir aussi longtemps dessus.

Par contre, l'aubépine est réputée pour émettre régulièrement des pousses en dessous du point de greffe, il faut donc entretenir régulièrement la plante.
flavien a écrit le 11/10/2011 20:01
Merci bcp pour l'info
TheChti a écrit le 12/10/2011 11:19
Rien ne t'empêche de greffer sur des aubépines sauvages. Cependant, tu ne pourras pas déplacer cette aubépine greffée, la plantation étant interdite.


La France est un habitat naturel de l'aubépine et vouloir interdire la dispersion de cette plante, c'est comme de vouloir interdire aux poissons de nager ou à la pluie de tomber. Ce genre de loi m'a toujours amusé et je me demande vraiment, en dehors du milieu professionnel comment ça peut être vérifié.

En outre ça n'est pas à moi de m'interdire certaines choses parce que les professionnels, pour des raisons mercantiles (que je ne discute pas d'ailleurs) mettent au point des variétés qui toussotent au moindre coup de vent.

Donc ma position, c'est que je m'assois un peu sur ce genre d'interdit on va dire ...

C'était mon petit aparté.
floyd a écrit le 12/10/2011 11:53
Difficile d'aller dans ton sens… Des variétés anciennes, des espèces sauvages sont particulièrement sensibles à la bactérie. L'argument du mercantilisme ne tient pas.

Les techniciens et la loi ne prétendent pas obtenir un résultat garanti à 100%. Chacun sait que l'obligation de résultat est impossible.
Par contre, compte tenu des connaissances et de l'expérience acquise, un faisceaux de pratiques peuvent être prescrites pour répondre à une obligation de moyens.

Alors oui, ce sont des contraintes que l'on peut accepter… ou non. La loi réprime le vol, cela n'empêche pas les voleurs.
J'imagine qu'un particulier qui aurait mis en culture un grand nombre d'aubépines porteuses de la bactérie qui aurait contaminé quelques centaines d'hectares de vergers productifs… se verrait rapidement mis en cause, tant par les services de la protection des végétaux que par l'arboriculteur.
fredbrahim a écrit le 22/11/2012 20:06
Puisque l'aubépine est tellement sensible au feu bactérien, pensez-vous qu'il serait judicieux d'éliminer celles qui poussent naturellement dans une haie qui borde mon verger?
floyd a écrit le 23/11/2012 00:53
Comme mesure prophylactique (éviter les vecteurs de la maladie) cela peut se justifier si seulement quelques pieds sont à arracher.

Rapidement on en vient à se dire qu'il faudra arracher aussi les variétés fruitières réputées sensibles. Bien évidemment aussi les pyracanthas et les cotoneasters d'ornement.

On perd alors rapidement en biodiversité… ces espèces étant souvent mellifères. (pollen ou nectar selon les espèces).

S'y résoudre si vraiment des foyers proches sont connus.
nicollas a écrit le 23/11/2012 09:13
D'ailleurs, j'en profite pour demander s'il existe des cartes françaises sur la répartition des différentes maladies ou ravageurs localisés ?


greffer.net >> Poirier