Marcottage aérien du noisetier.

greffer.net >> Noisetier

Michel a écrit le 22/07/2010 15:17 (ref msg # 27750 )
Bonjour,

Quelqu'un a-t-il déjà essayer de faire une marcotte aérienne de noisetier?

Merci.
patrice a écrit le 24/07/2010 11:09 (ref msg # 27764 )
Le noisetier se multiplie entre autres par marcottage par couchage.
Donc il devrait en théorie très bien se prêter au marcottage aérien.
Il n'est peut être pas trop tard pour tenter l'expérience cette année.
Merci de nous tenir au courant du résultat. (durée de formation d'un système racinaire conséquent).
Michel a écrit le 27/07/2010 09:11 (ref msg # 27789 )
Bonjour,

Je vous tiens au courant.

Cela peut surprendre, cette volonté de marcottage aérien. Il se trouve que ma voisine possède une variété de noisetier qui m'intéresse et qui doit être un corylus maxima (amandon allongé à peau chamois, feuillage vert). Le tronc mesure environ 2 mètres et la cime atteint le pignon de la maison (soit environ 8 m). Les branches les plus basses sont à 1,50 mètre du sol. Je me vois mal aller chez la voisine, même si elle est gentille, tirer une branche sans la casser et creuser un trou dans le gazon.

Michel.
patrice a écrit le 26/05/2011 07:39 (ref msg # 30692 )
Bonjour

Le marcottage aérien du noisetier a été fructueux?
Michel a écrit le 26/05/2011 07:46 (ref msg # 30694 )
Non, pas l'ombre d'une racine. Il reste une seule marcotte sur l'arbre, j'attends l'hiver. Les autres ont malheureusement été taillées par des jardiniers venus couper des branches. J'essaierai de recommencer mais en appliquant cette fois-ci la méthode du couchage (dans un pochon en plastique). A dans un an pour les résultats!
patrice a écrit le 26/05/2011 07:50 (ref msg # 30696 )
Quelle méthode de marcotte aérienne? (quel type d'incision?)
Michel a écrit le 27/05/2011 07:29 (ref msg # 30712 )
Bonjour,

Lors de mes essais de marcottage aérien, j'ai pratiqué une incision annulaire. La terre était pourtant restée humide et adhérente à la tige, mais rien ne s'est produit.

Pour les prochains essais, il s'agira donc de la classique méthode par couchage. Ce qui change est qu'elle sera réalisée en l'air! Je pratiquerai ou non une incision (une entaille seulement) au niveau de la courbure extérieure.
Michel a écrit le 28/03/2013 16:58 (ref msg # 39631 )
Bonjour,

Le marcottage "aérien par couchage" semble réussir. Malgré la sécheresse de l'été dernier, quelques racines se sont formées (environ un an). J'attends un chevelu plus conséquent avant le sevrage.

Michel.
dentpierre a écrit le 29/03/2013 08:41 (ref msg # 39641 )
Cela n'a rien à voir, mais je multiplie les noisetiers en octobre.

Je taille des branches de plus de deux ans, les enterre en laissant dépasser quelques bourgeons et laisse passer l'hiver.

En avril-mai-juin, j'arrose un peu et tout démarre.



Pourquoi s'embêter avec une marcotte aérienne ?
nicollas a écrit le 29/03/2013 08:43 (ref msg # 39642 )
Parce que le noisetier est réputé difficile à bouturer,

vous avez combien de réussite avec vos boutures ?
floyd a écrit le 29/03/2013 09:48 (ref msg # 39645 )
"dentpierre" a écrit :
... je multiplie les noisetiers en octobre. Je taille des branches de plus de deux ans, les enterre en laissant dépasser quelques bourgeons et laisse passer l'hiver.
En avril-mai-juin, j'arrose un peu et tout démarre.

Climat, sol, longueur des boutures... dans le détail les clés de cette réussite. Merci de quelques précisions encore dentpierre.

Pour revenir à la marcotte en aérien, l'incision doit permettre d'enlever un anneau d'écorce afin d'interrompre le mouvement vers le bas de la sève élaborée et des messagers hormonaux véhiculés. Incision qui pourra être faite au droit d'un bourgeon, dont on peut attendre qu'il évolue plus facilement en formant des racines.
Les amateurs de bonzais s'appuient sur cette technique pour produire leurs nouveaux sujets.
dentpierre a écrit le 29/03/2013 09:51 (ref msg # 39646 )
Quasiment 100 %


J'avais constitué un verger dans le midi et lorsque je l'ai vendu, j'ai prélevé des marcottes de tous mes noisetiers, de mes vignes, cognassiers, figuiers et tout a reprit à l'exception des figuiers pour lesquels le printemps avait été trop froid (ils ont pourri).

Détail, en juillet, je fais des incisions sur le bois d'un an révolu ; le cal cicatriciel favorise l'émission de racines au printemps suivant lorsque celui-ci est mis en terre.

J'enterre en tranchée car les racines ne se forment que dans les 10-15 premiers centimètres de terre ; je couche sur 40-50 cm, et laisse dépasser 10 cm.

Cette année, j'ai bouturé une vingtaine de vignes, je vous ferais des photos.
nicollas a écrit le 29/03/2013 10:02 (ref msg # 39647 )
Si vous avez 100% de réussite sur le bouturage de noisetier, ça va intéresser du monde ici,

On dirait une sorte de marcottage différé
dentpierre a écrit le 29/03/2013 10:28 (ref msg # 39649 )
Les points clef :


- inciser sur le bois d'un an vers juillet ; le temps que la cicatrisation se fasse avant les froids ;
- ne pas utiliser les branches trop vigoureuses, ni les trop faibles ;
- prélever les branches lorsque les feuilles sont tombées et les mettre à leur place définitive ;
- l'opération précédente doit être faite le plus tôt possible afin de profiter d'une terre encore chaude ;
- enterrer pas très profondément ; maxi 15 cm car j'ai remarqué qu'en dessous, il n'y a pas d'émission de racines et arroser au printemps jusqu'à la reprise ;
- attention aux mulots qui rongent les écorces l'hiver et aux taupes qui creusent dans les tranchées régulièrement arrosées.


Cela fonctionne pour les noisetiers, les grenadiers, la vigne, les figuiers, les cognassiers, les buis et j'en oublie.

Je ne pense rien avoir oublié.
nicollas a écrit le 29/03/2013 10:41 (ref msg # 39650 )
Si j'ai bien compris les boutures font donc 50-60 cm de longueur,

vous incisez à un endroit particulier de la branche ?

vous coupez vos boutures sur le cal, ou un peu avant ?

Merci pour les précisions !
patrice a écrit le 29/03/2013 10:46 (ref msg # 39651 )
Bonjour.

"dentpierre" a écrit :

- inciser sur le bois d'un an vers juillet


1. Position de l'incision par rapport à un oeil? (je suppose juste en dessous...) ?

2. Force de l'incision ? juste un trait à profondeur du bois? Ou une forme plus large que l'incision d'une lame?

merci.
dentpierre a écrit le 29/03/2013 11:39 (ref msg # 39653 )
SVP, il faut me tutoyer.


Oui, sous un oeil ; jusqu'au bois, sur un tiers de la circonférence ; j'en fais d'autres tout le long de la tige qui sera couchée à l'automne, multipliant ainsi les départs racinaires potentiels.

largeur de l'incision, une sorte de "sourire", de façon à ce que cela ne cicatrise pas en une semaine.

Lorsque je prélève les boutures, je taille en dessous du cal de cicatrisation, 3-4 cm, car c'est à partir de là que les racines se forment ;


Je vais vous faire des photos des incisions de l'an dernier et de cette année sur figuier.

Il me faut retrouver mon appareil photo.



Henri
nicollas a écrit le 29/03/2013 12:31 (ref msg # 39654 )
Merci pour tes précisions,

si jamais tu as assez de temps pour prendre des photos des étapes de ta méthode de bouturage de noisetiers en juillet, ça aiderait beaucoup de monde, moi le premier !

As-tu essayé avec des longueurs moins importantes pour tes boutures de noisetier ? Pourquoi 50 cm ?
dentpierre a écrit le 29/03/2013 13:37 (ref msg # 39655 )
car je fais une tranchée et j'y mets les branches dedans ; la longueur est à mon sens une assurance d'une maximum de points racinaires ; avec deux mètres, il y aurait plus de racines encore, mais 50 cm me semble suffisant.

A+
patrice a écrit le 29/03/2013 14:57 (ref msg # 39656 )
Et as tu testé l'incision de juillet + bouturage (et non marcottage) hivernal, pour le noisetier?


greffer.net >> Noisetier