Variété de chataîgnier à bois résistant à l'encre

greffer.net >> Chataignier

nico a écrit le 09/05/2010 21:07 (ref msg # 27256 )
Merci André,

Je me mets au travail
André a écrit le 09/05/2010 21:12 (ref msg # 27258 )
Pas de quoi.

Cela dit, il est un peu tard pour planter cette année. Mieux vaut préparer ça pour l'automne prochain.
nico a écrit le 12/11/2010 09:43 (ref msg # 28775 )
Suite de mes recherches


On peut lire sur le forum :
Marsol CA07.:
C. sativa x C. crenata (sélection INRA, Lalevade d’Ardèche)
Grande vigueur.
Bonne productivité.
Assez faible résistance à la maladie de l’encre.
Assez sensible à l’asphyxie racinaire.
Résistant au virus de la mosaïque.
Un peu sensible au chancre de l’écorce.
Bonne résistance aux froids.
Très bonne affinité au greffage.

Or je viens de contacter Coulié qui me dit que le Marsol est résistant à l'encre qui faut-il croire ?

Je voulais associer aux Marigoule des Marsol comme vous me l'avez conseillé mais étant dans un secteur très touché par l'encre je voudrais bien un autre avis.

Merci
patrice a écrit le 12/11/2010 18:08 (ref msg # 28781 )
Je suis en déplacement, je regarderai ma doc à mon retour.
patrice a écrit le 16/11/2010 08:48 (ref msg # 28807 )
Voici la source de l'information :

Chataignes et marrons, monographie
CTIFL
novembre 1995
page 110 :

MARSOL, clone CA07

Encre : peu résistant
nico a écrit le 16/11/2010 18:14 (ref msg # 28815 )
Merci patrice,

Je vais donc abandonner les Marsol et me tourner vers le Marigoule.

Certains utilise le porte greffe "Iphara" celui est-il résistant ?

La greffe sur Marigoule est elle vraiment difficile ?

Merci.
patrice a écrit le 16/11/2010 18:23 (ref msg # 28816 )
Marsol : à part la doc ctifl, je n'ai pas d'autres sources de documentation, donc difficile de comparer divers avis quant à sa résistance à l'encre.


Ipharra = châtaignier japonais ou Castanea Crenata
donc cela implique des restrictions de culture liées à cette espèce.

Selon la précédente source ctifl, marigoule , comportement au greffage : bon.

(je n'ai pas pratiqué ces porte-greffes, donc ne peut t'indiquer que ces apports documentaires, et non un avis personnel)
nico a écrit le 16/11/2010 18:49 (ref msg # 28817 )
Je vais partir sur le Marigoule et en planter aussi au jardin pour faire marcotter.

Par contre je n'arrive pas à joindre ces deux producteurs avez-vous d'autres numéros

MOUTET Pierre
Chassagnes bas
07140 Les Vans

04 75 94 90 55
06.99.03.05.48

grand choix de sativa sur hybride


Pépinières BONNAURE
La Domerguerie
07260 Rosières

Encore merci pour les renseignements.
André a écrit le 17/11/2010 12:18 (ref msg # 28821 )
J'ai contacté le "pape du châtaignier", Henri Breisch, auteur de "Châtaignes et marrons". Voici sa réponse in extenso :

MARIGOULE est une variété multipliée sur ses propres racines et malheureusement ce n'est pas un porte-greffe car elle n'accepte que très peu de variétés à cause d'un manque d'affinité au greffage général, de plus sa sensibilité au cynips (insecte très dangereux pour le châtaignier produisant des galles) fait craindre pour son avenir. Dans la pratique j'ai rencontré quelques rares cas de phytophthora sur MARIGOULE mais à chaque fois il y avait un ou des facteurs favorisants : asphyxie racinaire, fortes carences notamment en bore, sols très superficiels...

Pour une parcelle à reboiser, MARSOL serait intéressant d'une part pour sa bonne résistance à l'encre : je n'ai jamais rencontré de cas d'encre en verger sur MARSOL. D'autre part, sa vigueur et son port forestier en ferait un excellent arbre forestier s'il n'y avait pas cette forte sensibilité au cynips, ce dernier a commencé à envahir l'Ardèche depuis 2010.

Aussi pour une plantation de 10 ha je ne sais trop quoi vous conseiller. Il me paraît dangereux de faire une plantation monovariétale, l'arrivée du cynips vient nous rappeler les dangers de ce genre de pratiques. Les forestiers préfèrent toujours utiliser des semis pour conserver une grande diversité génétique et ainsi ne pas tout perdre en cas de catastrophe imprévue. Dans le cas du châtaignier, des semis de Castanea sativa présentent le risque d'une forte sensibilité à l'encre générale même si certains prétendent qu'ils résistent mieux à la sécheresse. Le moins risqué serait de faire des semis d'hybrides à partir de châtaignes de MARIGOULE, MARSOL et d'autres variétés que vous pourrez trouver.

Si votre projet prévoit quand-même une production de fruits : utiliser MARSOL comme porte-greffe et mettre dessus les variétés les moins sensibles au cynips : BOUCHE DE BETIZAC (résistante jusqu'à aujourd'hui), BOUCHE ROUGE (peu sensible), VIGNOLS un hybride peu sensible que nous re-multiplions car il avait été abandonné pour cause de cloisonnement. Nous sauront mieux dans un avenir à moyen terme si d'autres variétés méritent d'être cultivées en situation infestée par le cynips.

Voilà ce que je peux vous dire pour le moment.
Restant à votre service.


Henri BREISCH
Ingénieur Ctifl
patrice a écrit le 17/11/2010 18:54 (ref msg # 28825 )
Henri Breisch, auteur de "Châtaignes et marrons"
MARSOL serait intéressant d'une part pour sa bonne résistance à l'encre : je n'ai jamais rencontré de cas d'encre en verger sur MARSOL


Y'a un soucis alors, car le bouquin du ctifl auquel je me réfère est justement écrit par Henri Breisch.



André a écrit le 18/11/2010 09:48 (ref msg # 28829 )
La réponse de Mr Breisch :

Bonjour,

En effet, c’était l’opinion qui ressortait des tests INRA en 1994. Il faut reconnaître que sur le terrain c’est un peu différent :

- MARSOL seul (non greffé) a toujours eu un très bon comportement, personnellement je ne me souviens pas en avoir vu crever pour quelques raisons que ce soit ;

- MARSOL comme porte-greffe : observé le plus souvent avec BOUCHE DE BETIZAC comme greffon, la sensibilité au gel de la variété est réelle si le greffage est au collet, par contre si le greffage est à 1 m ou 1,50 m de hauteur, il y a beaucoup moins de dégâts voire pas du tout. Il m’est arrivé de trouver un de ces arbres qui est mort d’une attaque d’encre au-dessus du collet et donc au-dessus du point de greffe à cause d’un manchon de plastique qui était resté au collet et dans lequel des fourmis avaient construit une gaine de terre tout autour du tronc, c’est la variété BETIZAC qui a eu les dégâts et le porte-greffe MARSOL était sain. Cependant lorsqu’on observe des dégâts de gel d’hiver, dans les zones du verger où les dégâts sont les plus forts, les arbres meurent au printemps et certains n’ont pas de rejets de pieds comme si les racines étaient toutes mortes aussi, ce qui n’est pas prouvé. On ne peut pas dire que dans ce cas l’encre soit la cause de cette absence de rejets, ce peut être un phénomène inhérent à la souche, certaines souches ne rejettent pas (en rapport avec l’origine marcotte ou bouture du plant, différente du semis qui lui est très pourvu en bourgeons latents au collet). J’ai pu observer récemment un MARIGOULE avec un dégât d’encre : chancre au collet, une parte des racines mortes, dépérissement progressif de la cime…, je n’ai jamais vu de tels symptômes avec MARSOL en porte-greffe ou seul.

Voilà ce que je peux vous dire aujourd’hui sur MARSOL. Personnellement j’ai assez confiance dans ce matériel.

Salutations,

Henri BREISCH.
nico a écrit le 14/03/2011 21:09 (ref msg # 29793 )
Bonsoir,

Pour cette année j'ai finalement pris des Marigoules et des Bouches de Bétizac sur porte greffe Marsol.

On verra bien

En tout cas merci pour toutes vos informations .
André a écrit le 15/03/2011 16:56 (ref msg # 29812 )
Très bien !

Si ton sol est pauvre, l'idéal serait d'amender le sol au moins sur 1 m de diamètre autour de chaque arbre.

Par ailleurs, un pollinisateur (type Belle épine) est nécessaire au moins un rang sur 3 pour que Marigoule fructifie correctement.
François du Perche a écrit le 05/08/2011 11:46 (ref msg # 31199 )
citation d'André :
Le Marigoule étant vigoureux, ne pas dépasser 100 arbres/hectares soit une plantation en 10*10 m.

bonjour,
Je dois replanter 2ha suite à une coupe de chênes (85%) & chataîgniers (15%), en Basse-Normandie, sur une bonne terre forestière. Je serais assez tenté d'utiliser des Marsol et pour limiter les frais & les heures à passer, j'envisage de les planter à 10mx10m soit 100/ha pour faire une structure de base viable qui pourrait être complétée par la régénération naturelle (chênes & chataîgniers sativa) et si nécessaire par une plantation de chataîgnes de Marigoule que j'ai à disposition en quantité à proximité et que les sangliers n'apprécient pas trop - ouf !)
Pensez-vous que cette densité de Marsol soit OK, pourrait-on envisager 12mx12m ou au contraire faudrait-il serrer plus : 8X8m p.ex.
floyd a écrit le 05/08/2011 23:35 (ref msg # 31205 )
Quel est le but à atteindre; verger de châtaigniers ou boisement forestier?
Après une coupe, on peut s'attendre à une levée en masse et à des repercements sur souche. Bref de la densité à très court terme et de quoi "noyer" les plants fruitiers, non?
François du Perche a écrit le 06/08/2011 20:33 (ref msg # 31210 )
Boisement forestier exclusivement. Les chênes étaient très agés (certains + de 200 ans) et la régénération naturelle est faible voire inexistante dans certaines zones. Les chataigniers repercent bien sur mais c'est largement insuffisant. L'idée était de compléter avec des plants forts (100/120cm) de Marsol de Beylard, faciles à repérer et entretenir mais ce n'est peut être pas l'idée du siècle compte tenu du cynips.
L'autre formule serait d'utiliser des sativa (de Lemonnier) mais ils seront beaucoup + petits et nécessiteront + d'entretien et d'essayer de sélectionner qques chênes vigoureux dans la régénération naturelle.
floyd a écrit le 06/08/2011 22:42 (ref msg # 31211 )
Le cloisonnement est La Technique préconisée actuellement pour la gestion des boisements en régénération. Un passage de 4 m tout les 15 à 20 mètres. De quoi accéder facilement aux jeunes plants pour les "aider" quand il le faut puis pour procéder aux coupes d'éclaircies indispensables.
Tu pourrais donc envisager des lignes de plantation à 8 ou 10 mètres sur la ligne, en une ou deux lignes dans le taillis entre les deux passages de 4m.
Se rapprocher du CRPF pour étudier ça plus finement.
André a écrit le 23/08/2011 18:14 (ref msg # 31284 )
Pour du reboisement forestier, je me contenterai de semer des châtaignes en masse sur des rangs espacés de la dimension d'un girobroyeur disponible pour l'entretien avec semis d'une châtaigne toutes les 50 cm sur le rang.

Une fois les semis levés, nettoyage (ou suppression) chaque année des plants abîmés par les chevreuils et les sangliers et passage du giro entre les rangs tous les 2 ans pour mettre les plants sains dans la lumière.

Puis au fil des ans, sélection des plants et déplacement de certains si taux de réussite trop important. Au final, un 10 x 10 m me semble bien.
floyd a écrit le 23/08/2011 18:29 (ref msg # 31287 )
Les forestiers t'indiqueraient, André, que la manière que tu proposes, entraine le compactage du sol par le train de roues du tracteur. Rien de plus néfaste, sur l'emprise du système racinaire.

Donc, ne pas poursuivre sur cette idée.
André a écrit le 23/08/2011 18:51 (ref msg # 31289 )
Sauf si on utilise un mini-tracteur voire une chenillette pour tracter le giro. Le compactage est alors très limité.

On peut aussi envisager un passage de déchaumeuses à dents rigides pour aérer si nécessaire.


greffer.net >> Chataignier