Les Racines : face cachée des arbres

  1. greffer.net
  2. >>
  3. Hors-sujet


autrevie a écrit le 11/03/2010 15:50 (ref msg # 26462 )
http://www.decitre.fr/gi/23/978290474092...

je viendrais moucharder les passages les plus pertinents...
patrice a écrit le 11/03/2010 19:39 (ref msg # 26471 )
J'en profite pour glisser un lien vers le catalogue de l'institut pour le développement forestier : http://www.foretpriveefrancaise.com/le-c...
autrevie a écrit le 11/03/2010 20:36 (ref msg # 26474 )
super!
le dernier cris sur la meilleur façon de cultiver le chêne!
,le hêtre,le chataigners,noyers,frêne,mersier..j'amerais bien les lire sans les acheter!!!...
haaa c'est frustrant...
ca semble bien pertinent d'offrir les meilleurs conditions de culture pour ces magnifiques essences.
et le froissartage....info précieuse!
Merci Patrice.
floyd a écrit le 11/03/2010 20:47 (ref msg # 26477 )
Salut autrevie,
Tu peux sans doute te rapprocher des techniciens du Centre Régional de la Propriété Forestière (CRPF) qui sont gens sympas et compétents!
patrice a écrit le 12/03/2010 06:41 (ref msg # 26484 )
Fais aussi un tour dans les grosses bibliothèques publiques de ton secteur. (elles ont généralement des sites internet pour consulter leur catalogue généralement, cela t'evitera de te déplacer sans succès).
autrevie a écrit le 12/03/2010 18:53 (ref msg # 26505 )
Merci.
autrevie a écrit le 03/04/2010 11:41 (ref msg # 26748 )
déja la table des matières
qu'est ce qu'une racine
le fonctionnement des racines fines et des mycorhyzes
le developpement des racines
l'architecture racinaire
les racines en chiffres
les interaction racinaires
la santé des racines
qu'est ce qu'un sol
l'influence des racines sur le sol
l'ancrage racinaire
les racines face au contraitres hydriques
" " " " " mécaniques
" " " " " chimiques
études de cas sol/racines
produire des racines de qualité
savoir gérer la mycorhyzation
favoriser l'installation des racines
réduire la compétition racinaire
maitriser l'eau dans le sol
fertiliser ou amander les sol
concilier racines et sol urbain
mulching
prévenir des dégats racinaires sur les infrastructures
annexes... ... ...classification des sol,notation pédologiques,listes d'essences ecto et endo et légumineuses,comment voir les racines.


J'en suis à 1/3 du livre et je prefère commencer à reporter quelques info (synthétisé à l'extrême)


en gros il y a deux types de mycorhizes ,les ectno-mycorhizes (exterieur) et les endo-mycorhiez (induite) les ectno enveloppent les cellules sans les pénétrer,cela donne un manteaux protecteur et nourricier et des fructification du genre truffes bolets chanterelles russules lactaires amanites cortinaire.
les endomycorhyzes pénètrent les cellules,toute la racines en est chargé,parfois il y a formation au niveau des racines de "boules" qui sont des sortes d'usine "actinorhizes" de symbiose (racine/champignon)c'est proche des nodosités des légumineuses.

liste des essences ectno et endo:plus tard...



il y a plusieurs phase à l'enracinement
notamment une phase ou l'arbre agé perd ses pivots secondaire.phase dite; sénescente
en gros malgré que chez certaines essences l'ordre soit inversé,voir inexistant,cela donne:
ramification du pivot primaire
mise en place des charpentières
apparitions des pivots secondaires
perte de dominance du pivot primaire
renforcement du réseau traçant
Sénescence du système racinaire.




l'oxygène est la principale "cause" de l'élongation des racines.
un arbre qui crée de nouvelles racines (comme le figuier bagnan) ou les hêtre tortueux,ou autres qui marcottent naturellement sont potentiellement immortel.
Bien que plusieurs essences de la même espèces planté trop proches se font concurrence,certaines espèces fusionnent au niveau des racines,et une fois que l'ont coupe (éclaircit le bosquet) le ou les arbres que l'ont à laissé en place bénéficient de l'enracinement des autres.
c'est pour cela,qu'il arrive,lors des coupes d'éclairsissement que les souches font des bourlets de cicatrisation parfois jusqu'a 8 ans apres la coupe...(car les racines vivent toujours,du moins une partie,grace à des fusions racinaires des arbres vivant à proximité)
Nous pension que la principale "cause" du gain de vigueurs des arbres laissés vivant apres éclaircit,était du à l'augmentation de la luminosité,en fait pas que.
aucune fusion de racine n'est possible entre différentes essences.
il est possible d'améliorer l'enracinement d'une essence en la faisant entrer en compétition avec une autre essence,tel que l'aulne qui a un enracinement non tracant et principalement plongeant,certaines essences d'arbres comme le pin maritime fait une seul et unique génération de racine,d'autre comme le frêne ou le être en font continuellement.
certaines essences ne sont pas apte à émettre une "fourche" en cas de "coupe" de la racine,d'autre au contraire fourchent à la moindre contraite contrainte (obstacle),globalement,plus un sol est "difficile" plus les racines avancent lentement en sinuant.
les arbres enracinés dans de l'argile tiennent mieux au vent car tout l'ensemble des racines bouge ensemble.
alors qu'en sol léger,certaines zones seront bp plus sollicités que d'autres.
les racines sont bp plus grosse du coté des vents dominant
la quantité de racines qui meurent chaque année est tres importante,seul une infime quantité des racines produite durant l'année ont un avenir.
50% de l'énergie capté par les feuilles vont aux racines
par exemple chez lepin sylvestre 5% de la masse des racines est constitué de racines fines annuelle,mais ce sont elles qui représente 90% de la longeurs totale de l'enracinement(c'est qu'elles sont tres nombreuses!)

les racines agradent les roches en liberant de nombreux acides et surtout en permanent aux bactéries de vivre plus proche de la roche mère,l'agradation chimique et mécanique est donc intense.une experience de décrite avec des jeunes plants qui agradent une plaque de marbre (c'est efficace!)
en aucun cas les souches des arbres abattues constituent des obstacle à l'enracinement des plants vivant,(les racines bénéficireront de l'oxigène et emprinterons le chemin des racines mortes.
il est donc stupide de dessoucher pour replanter sauf en cas de maladie,passage du livre que je ne reporte pas pour l'instant.
le sol produit en moyenne 15tonnes de co²/ha/an sa teneur dans le sol 6 à 30 fois supérieur à l'atmosphère (cela est du à l'activité des bactéries)
il faut quelques milliers d'annees voir plusieurs dizaines de milliers d'année pour créer un à deux mètres de terre.

voici une liste des principaux procesus de la pédogénèse en climat tempérer
(je ne reporte pas les descriptions)
décarbonatation
décalcification
brunification
lessivage
Lixiviation
podzolisation
andosolisation
hydromorphieles
tableau est descriptions abondent dans cette ouvrage.

triste nouvelle,l'enracinement des arbres ne représente (en moyenne) que 20% de la masse totale de l'arbre...
et...les racines superficiels sont les plus... "vivantes" les pivots de toute facon finissent par disparaitre.

note perso:
Luttons contre l'érosion! vive les racines fixatrices des sols et foreuse de roche mère ainsi que les essences "fourragères" pour le sol tel que les boulot,sorbus aucuparia,tilleul,hêtres,cornus florida,et autres,vive le vers de terre!
le plus facile,pour nous,humain,c'est (entre autre) d'améliorer la litière de surface,c'est la plus importante/vivante.

n'aillez pas peur de l'ailanthe,elle disparait comme la ronce en sous étage d'arbres dominant,préférons voir une forêt d'ailante au désert du Larzac.
la lutte contre l'érosion (la désertification)est notre devoir en tant que humain,respecter voir renforcer notre environnement est un acte ethique.
floyd a écrit le 03/04/2010 20:20 (ref msg # 26757 )
Salut autrevie,
Merci de nous faire partager tes notes de lecture.

Je réagirai vivement à ton plaidoyer pour l'ailanthe en soulignant qu'il est une plante invasive et dénoncée comme telle par les botanistes et les experts.

Je te laisse faire une rapide recherche en tapant "ailanthe et invasive" pour t'en convaincre.
Gardarem lo Larzac…
autrevie a écrit le 03/04/2010 22:21 (ref msg # 26762 )
Oui Floyd,je connais bien l'ailanthe et j'ai choisis justement de nommer cette essence car elle fait particulièrement peur aux écologistes,ou connaisseurs.
En permaculture,le problème est la solution,l'ailanthe à ses vertues,utilisons la grassement dans les pires endroit,ce ne sera jamais pire que rien (surtout dans le Larzac par exemple),l'ailanthe colonise vite (et trop facilement)mais n'est pas un arbre dominant,et disparait sous les grandes essences,la colonisation de pionniers est le commencement du meilleur.
chênes frênes platanes noyer etc y germeront facilement et n'étiolerons à merveille sous les ailantes.
ce n'est qu'un point de vus,d'autres s'émerveillent de la diversité des herbes du Larzac et trouve terrible de parler d'invasion à l'ailanthe,moi,je trouve ca triste de chercher à conserver un désert aussi riche soit il en petites plantes souffreteuse.
ce ne sont pas les petites plantes qui agraderons la roche mère n'y produiront de l'humus.
certe,une prairie peux produire assez facilement 7x plus de matières organiques que la foret en une année,mais il faut tout l'ensemble du système d'agradation pour que le complexe argilo humique s'installe et fixe l'humus/les minéraux.
sinon les minéraux sont inutilement emportés en profondeur,certe il y a les vers qui contribuerons à en fixer une bonne partie.
le sujet est vaste.
savait tu Floyd que le cèdre résiste bien à la sècheresse?
je pensais que comme c'est un grand arbre il avait besoin d'un sol "profond" et assez humide....
je vais coloniser 8 hectares avec des essences pionnières,et sous l'ombre de ces dernier,planter des grandes essences rustique au sol sec et superficiel.
dans une génération humaine il deviendra possible de planter des essences moins spartiates.
et dans mes tourbières je pense planter des aulnes,saules et pinus contorta(thuya plicata) ce sont parait il (surtout pour les aulnes) parmis les plus résistant à l'hydromorphie,et il a été mainte fois prouvé que les aulnes drainent les sol et font baisser la nappe.
dans ces conditions,je vais pouvoir planter 60 pieds de myrtilles.
floyd a écrit le 03/04/2010 22:42 (ref msg # 26764 )
Cedrus atlantica le cèdre de l'Atlas marocain a tenté les forestiers français pour ses qualités nombreuses… Cedrus libani peut-être.

Je crois qu'il ne s'agit pas de "conserver un désert" au prétexte qu'il existe, mais bien d'éviter toute tentative maladroite aux effets incontrôlables et irréversibles.

Les écologues connaissent les plantes pionnières indigènes qui suffisent à faire évoluer un biotope vers un climax à priori plus satisfaisant.
Pour faire reverdir les déserts d'Afrique bien des tentatives maladroites ont été perpétrées à coup d'eucalyptus et autres acacias qui sont bien incapables d'entamer le processus d'agradation.

Et ce processus complexe suppose en outre, le retour d'une faune diversifiée et de tout un cortège floral. Je conçois l'envie de faire plus vite que la nature, mais est-on sûr de faire aussi bien?

Je me méfie des affirmations comme "le problème est la solution".
On connait déjà tellement de solutions qui sont devenues des problèmes…
autrevie a écrit le 04/04/2010 15:06 (ref msg # 26767 )
oui tu as raison,c'est sagement parlé,je distingue notre différences d'age.
ddev a écrit le 06/04/2010 10:37 (ref msg # 26798 )
Au sujet de cette histoire de biotope, il y a eu, il y a quelques semaines un comparatif entre l'agriculture Américaine et l'Européen au tournant de 1492.

Le reportage faisait bien état d'une supériorité d'alors de l'agriculture européene sur l'américaine, avec un échange judicieux (cercle vertueux) entre végétaux et animaux de paturage (fertilisateur bio).

(en amérique il n'y avait guère que le lama, animal de troupeau domestiqué)


Ecouté ce week-end en auto
je ne serait dire si c'était france info ou bfm
un scientifique sur
les échanges champignons/plantes (échanges surtout de sucres)
certains champi se nourrissent par la plante dans une symbiose - mycorhize
certains fournissent des sucres à la plantes, cas de la truffe me semble-t-il
certaines plantes pionnières n'ont pas besoins de champi, mais suite à colonie les champi arrivent, car ils apporten un +
intéressant mais dur à comprendre avec la route.
floyd a écrit le 06/04/2010 20:19 (ref msg # 26804 )
Cette supériorité supposée me parait hativement affirmée:
- Les empires pré-colombiens ont subi rapidement les conséquences dramatiques de l'exploitation des populations, des terres et de leurs productions. Les cultures de traditions ont été remplacées inexorablement par les céréales et le bétail des colonisateurs.
- Pour les amer-indiens ce scénario plus radical encore n'a guère laissé le temps de mesurer l'intérêt des pratiques.

Il semble bien par contre que la formule " la forêt précède les hommes, le désert les suit" soit sur tous les continents une triste vérité.

Cela rend plus qu'utiles les démarches scientifiques de connaissances du sol et encore plus indispensables les créations de lieux exemplaires par la diversité des espèces végétales et fruitières… comme et en particulier dans le Morvan.
ddev a écrit le 07/04/2010 15:23 (ref msg # 26817 )
"floyd" a écrit :
Cette supériorité supposée me parait hativement affirmée:


Tout à fait, je ne résumerais pas 2h si facilement cf
http://www.arte.tv/fr/semaine/244,broadc...

C'est bien plus subtile.
Je dirait mélange au lieu de remplacement,
la culture mexicaine n'est pas totalement "hispanique" et pas non plus totalement "aztèque"...

Par avantage à l'agriculture d'origine européene, il y a/avait pour bonne part cette symbiose élevage/culture, que les incas avec le seul et pauvre lama ne rivalisaient pas.

Savez vous que les espagnols avait l'habitude d'abandoner quelques cochons sur chaque iles explorées (iles souvent relativement "pauvre en protéines").

Moins d'une poignée de chevaux rendu libre au mexique ont crée cette race/espèce de mustang de nos western (les lointains chevaux étaient d'ailleurs originaire d'amérique-> comme un retour aux sources).
-> les espèces voyagent ! que ce soit avec ou sans l'aide de l'homme

...

Il semble bien par contre que la formul...


En Europe la pêche en eau douce a commencé à nourrir beaucoup de monde (des chrétiens), puis est arrivé l'agriculture/ et "le développement urbain" à grande échelle qui a amoché les rivières et les forets, cette par adaptation / ou fuite en avant (comme on le sens) l'épopée de la pèche maritime fut lancée...

Pour le moment l'homme a été bon pour dévaster / ou transformer de manière radicale.
Un des moments ou les forets ont repris du poil de la bête -> c'était pendant la peste noire.
Puis plus récemment pendant l'industrialisaton qui allait de pair avec le délaissement des campagnes + la création d'espace protégé
(protégé étant relatif
http://www.lalibre.be/actu/international...)


Cela rend plus qu'utiles les démarches scientifiques de connaissances

ok
patrice a écrit le 07/04/2010 18:00 (ref msg # 26823 )
merci de rester dans les sujets du forum, même si c'est intéressant... ca m'évite du travail de nettoyage par la suite, merci...


greffer.net >> Hors-sujet