Le robinier l'avenir de la construction durable ?

  1. greffer.net
  2. >>
  3. Hors-sujet


ddev a écrit le 01/03/2010 13:47 (ref msg # 26373 )
http://nature.jardin.free.fr/arbre/ft_ro...

Avez vous vu sur Envoyé Spécial, le reportage sur le bois exotique surexploité ?

A la fin, on parlait du robinier une espèce tempéré à croissance rapide, rabbatable jusqu'à 40 fois et produisant du bois de très bonne qualité directement classe 4 (imputrécible).

J'ai depuis quelques temps déja, l'envie de construire un "abri" en bois cordé ... et ca peu attendre ...

En cherchant sur le web, j'ai été surpris d'apprendre que cet arbre d'ornement dans un parc voisin et que j'estimais être un fabacé (car produisait des fruits à la forme d'haricot) était surement un robinier !

Alors je me tâte pour en planter en moyenne-haute montagne, dans une prairie de mon père ...

Rebutant,
le fait que les fruits et les racines semblent être un peu toxique pour le bétail ...
eh bien le massif central est bien réputé pour cela.

C'est fou ce que les acacias peuvent être revanchard !
J'ai vu récemment un autre reportage sur Arte qui exposait la théorie du "cerveau racine" ou l'on parlait d'Acacias qui empoisonnait des gazelles venant trop les ruminer durant les périodes de sécheresses.

Devrais-je m'abstenir de propager cette espèce ?
druere a écrit le 01/03/2010 14:00 (ref msg # 26375 )
Bonjour,

Tout d'abord, est-ce que dans les parages immédiats de votre terrain poussent des robiniers de manière naturelle ?
Deux choses :

- les robiniers sont employés pour fabriquer des piquets de cloture (la
récolte intervient dans les 1O années qui suivent la plantation) et le
robinier ressouche...dans ce cas la croissance est très rapide...

- beaucoup moins rapide pour obtenir un arbre destiné au sciage avec un
beau fût...plus de 5O ans...

et à ma connaissance le marché est assez étroit....

Peut-être y a-t-il d'autres expériences....mais il est vrai que c'est un
bois dur....très dur....qui présente la particularité de bien bruler vert....
ddev a écrit le 01/03/2010 14:38 (ref msg # 26376 )
Merci

Pour le bois cordé, la circonférence d'un bon bras ou de 2 piquets suffit amplement.

50 ans de patience ca n'ira pas
druere a écrit le 01/03/2010 15:36 (ref msg # 26377 )
Je voudrais revenir sur la toxicité du robinier, car je me souviens qu'étant enfant, en période de sécheresse, lorsque les vaches n'avaient plus grand chose à manger, nous allions couper des branches d'accacias et de frêne dans les haies de pré afin que les bêtes mangent encore un peu, et les agriculteurs donnaient de ces branchages aux lapins qui mangeaient les feuilles et l'écorce..pour les racines....je ne sais pas...

A une époque, j'avais regardé pour planter du robinier et finalement j'ai planté du merisier et de l'alisier torminal...en raison d'un marché plus large
plumesagilles a écrit le 01/03/2010 19:24 (ref msg # 26378 )
L'agence Méditerranéenne de l'Environnement classe le robinier parmi les plantes envahissantes
Pour ce qui est de la toxicité les fleurs sont fréquemment utilisées pour faire des beignets
floyd a écrit le 01/03/2010 23:59 (ref msg # 26380 )
L'acacia pose par son coté invasif, un vrai problème. Espèce d'origine américaine, pleine de qualités… et de quelques défauts.

Je l'ai fait mettre en œuvre pour une terrasse. Le bois venu du Limousin, est très nerveux. Certaines lames adoptent des formes bizarres… heureusement pas toutes.

Adopter une sylviculture très attentive, pas de fourche, de nœuds, ni aucun défaut pour que les sciages soient bien valorisés.
En piquet ou en tronçon pour bois cordé, le second choix passera toujours.

Comme alternative penser à l'orme résistant.
palustris a écrit le 02/03/2010 03:00 (ref msg # 26383 )

C'est fou ce que les acacias peuvent être revanchard !
J'ai vu récemment un autre reportage sur Arte qui exposait la théorie du "cerveau racine" ou l'on parlait d'Acacias qui empoisonnait des gazelles venant trop les ruminer durant les périodes de sécheresses.

Devrais-je m'abstenir de propager cette espèce

Dans ce cas la on parlais surement de véritables acacias qui poussent en afrique tropicales et pas de Robinier (robinia pseudoacacia
appellé couramment accacia)
floyd a écrit le 02/03/2010 10:12 (ref msg # 26390 )
Il me semble que l'anecdote est déjà connue depuis longtemps. Il faut l'enthousiasme de journalistes pour oser le titre de "cerveau-racine" qui ne peut que conforter certaines imaginations fertiles dans l'idée que la plante est douée de capacités cérébrales qu'elle n'a pas.

Peut-être le documentaire a-t-il évoqué les mécanismes physiologiques, il y a fort à parier que des régulations hormonales y sont pour quelque chose.

Ceci dit, le présent sujet concerne effectivement Robinia pseudoacacia
… il me semble que le redoublement du "c" n'est pas nécessaire, pour écrire "acacia".
patrice a écrit le 02/03/2010 10:13 (ref msg # 26391 )
Non du tout. Par la racine "tête", le reportage entendait la partie de "l'être" qui ingurgite la nourriture.
ddev a écrit le 02/03/2010 10:45 (ref msg # 26393 )
Suivant mes souvenirs,

il y avait la théorie du "cerveau-racine" qu'aurait émise Darwin (ou des Darwiniens), dans le but de montrer que les végétaux ne sont pas des être si bête qu'on aurait tendance à le penser.

-> comme le pense aussi ici "floyd"...?, les végétaux à leur manière sont des fleurons si ce n'est un "mode de vie" parmis les plus avancés sur terre
-> d'ailleurs l'idée Darwinienne du "corail de la vie" -> laisse entrevoir qu'il y aurait plusieurs espèces au top de la vie chacune dans son domaine -> homme (conscience/intel) certaines bactéries championnent de l'adaptation en milieu hostile ...


Les observations faites dans un parc en AF du Sud sont remarquables :
dans un contexte de grande sécheresse
des gazelles meurent empoisonnées après avoir manger des feuilles d'acacia
-> on y trouve un poison de défense "inhabituel"
ce poison apparait aussi dans des arbres qui n'ont pas subit d'agression des gazelles
-> on a communication entre les arbres du danger -> mise en place de la défense chimique

Il y a aussi l'expérience de la décapitation de la racine pivot :
- avec décap :
racine plus "bête" qui se faufille comme elle peut
mais qui il me semble retrouve un peu de son intelligence avec le temps
- sans déca :
racine intelligente qui sais trouver un chemin pour aller au plus profond
floyd a écrit le 02/03/2010 11:02 (ref msg # 26396 )
Ce que tu relèves ddev, est exactement ce que je redoute… La critique n'est pas personnelle bien entendue.

L'autorité et la crédibilité de Darwin et de ses partisans n'est pas à remettre en cause. Sauf que… les intuitions qui ont vu le jour au XIXe ne seraient évidemment pas les mêmes aujourd'hui.
On ne peut tenir pour vrai des affirmations anciennes seulement parce qu'elles sont anciennes. Elles doivent être passées au crible des connaissances actuelles. Il n'en manque pas, hormones, phéromones, contact racinaires…


greffer.net >> Hors-sujet