Enorme bourrelet de greffe sur cerisier ornemental

  1. greffer.net
  2. >>
  3. Cerisier


floyd a écrit le 08/07/2011 20:47 (ref msg # 30979 )
L'évolution rapide des modes esthétiques et des besoins techniques justifient largement le remplacement des arbres d'ornement de nos villes et de nos jardins.
30 à 40 ans c'est déjà presqu'une éternité.

La clientèle recherche des végétaux sans problème, agréable à voir, poussant vite et restant dans un volume limité sans nécessiter de taille de formation ou d'entretien. Ce sont parfois des souhaits pleins de contradictions.

Pour l'ornement comme pour les variétés fruitières, le greffage permet de multiplier un cultivar précis sans avoir à tenter un bouturage plus difficile. Le PG assure un tronc standard et une adaptation au sol large.
Ce sont des arguments très concrets.

La présence d'un bourrelet de greffage trop visible, est toujours jugée comme inesthétique. Au greffeur de choisir la bonne greffe et le greffon bien compatible.
André a écrit le 03/04/2014 14:47 (ref msg # 43635 )
"TheChti" a écrit :
Si l'on greffe ces cerisiers d'ornement, c'est je suppose qu'il sont d'une faible vigueur.

Pas forcément. De nombreux Cv de cerisiers à fleurs sont stériles (car les fleurs doubles proviennent de la mutation des étamines en pétales donc pas de fruit). Ils ne sont donc propageables que par greffe.

Pour en revenir à la question initiale, ou en est cet arbre ?

Je me disais que tu pourrais commencer par récupérer des greffons (à greffer sur un PG en attente) pour préserver le CV si tu ne disposes pas de greffons ultérieurement.

Une solution pourrait être de passer un coup de tronçonneuse sous le point de greffe puis de regreffer la saison suivante sur 8 des rejets qui apparaîtront probablement tout autour de la coupe. Cela fera autant de canaux de diffusion de sève. L'arbre aura une drôle de tête pendant quelques années mais ça devrait s'améliorer avec le temps.
tom a écrit le 07/04/2014 22:03 (ref msg # 43731 )
"André" a écrit :
[quote="TheChti"]Si l'on greffe ces cerisiers d'ornement, c'est je suppose qu'il sont d'une faible vigueur.

Pas forcément. De nombreux Cv de cerisiers à fleurs sont stériles (car les fleurs doubles proviennent de la mutation des étamines en pétales donc pas de fruit). Ils ne sont donc propageables que par greffe.

[/quote]

C'est quelque chose que je ne comprends pas... Comment un arbre peut-il être stérile et ne pas faire ce qu'il peut pour perpétuer son espèce ? Comment la nature laisse-t-elle faire cela ??
floyd a écrit le 07/04/2014 22:19 (ref msg # 43732 )
Question hautement philosophique qui a pourtant une réponse simple; quand les tous individus d'une espèce/variété/cultivar (quelle qu'elle soit) sont inaptes à la reproduction, elle disparait…
La "Nature", elle, n'en saura rien!
André a écrit le 07/04/2014 22:52 (ref msg # 43734 )
"tom" a écrit :
Comment la nature laisse-t-elle faire cela ??

Ce n'est pas la Nature qui crée les cultivars mais l'Homme qui fait des milliers de croisements contrôlés pour obtenir telle ou telle caractéristique (une couleur, une forme de fleur, etc...) Lorsque le sélectionneur obtient une plante satisfaisante, peu lui importe qu'elle soit stérile si elle est reproductible par bouture ou par greffe. Parfois, cette stérilité est même un avantage. En l'occurrence, les cerisiers à fleurs seraient moins vendus si à chaque début d'été, les trottoirs et les pare-brises se retrouvaient couverts de cerises aigres et tachantes. J'imagine même que les sélectionneurs ont travaillé avec les objectifs suivants :
- ne plus avoir de fruits (pour éviter les salissures)
- avoir des fleurs plus grosses et de couleurs plus chatoyantes

Par ailleurs, la reproduction est un phénomène moins évident et systématique qu'on pourrait le croire. Par exemple, pour l'Homme, on estime que dans le monde, environ 13% des couples sont stériles.
floyd a écrit le 08/04/2014 00:05 (ref msg # 43736 )
"André" a écrit :
…les cerisiers à fleurs seraient moins vendus si à chaque début d'été, les trottoirs et les pare-brises se retrouvaient couverts de cerises aigres et tachantes. J'imagine même que les sélectionneurs ont travaillé avec les objectifs suivants :
- ne plus avoir de fruits (pour éviter les salissures)
- avoir des fleurs plus grosses et de couleurs plus chatoyantes

Très certainement.

On se souvient aussi que seuls les ginkgo mâles sont mis en culture pour constituer de beaux alignements.
Quelle mauvaise surprise quand un pied femelle a échappé à la vigilance du pépiniériste!
André a écrit le 08/04/2014 01:25 (ref msg # 43737 )
Pas pour tout le monde !

Il y a une rue à Neuilly sur Seine ou ont été plantés une bonne vingtaine de ginkgos dont 3 ou 4 femelles et grâce à ces "erreurs" j'ai pu faire mes propres semis de ginkgos (qui mesurent aujourd'hui un bon mètre !) et fournir en graines bon nombre de passionnés !
tom a écrit le 08/04/2014 19:04 (ref msg # 43742 )
Question hautement philosophique qui a pourtant une réponse simple; quand les tous individus d'une espèce/variété/cultivar (quelle qu'elle soit) sont inaptes à la reproduction, elle disparait…
La "Nature", elle, n'en saura rien!



Mais comment l'Homme a-t-il réussi à obtenir des cultivars stériles, qui disparaîtraient parce qu'inaptes à la reproduction ?
floyd a écrit le 08/04/2014 21:41 (ref msg # 43745 )
Inaptes à la reproduction sexuées, mais heureusement d'une multiplication facile par bouture ou greffe selon le cas.
C'est un choix technologique, raisonné, assumé.


greffer.net >> Cerisier