Checklist avant d'ajouter des cerises à un merisier

greffer.net >> Cerisier

Pointeurdevide a écrit le 23/02/2010 15:15
Bonjour !

Avant que je me lance, vous pourriez peut-être corriger mon élan, des fois que je parte dans la mauvaise direction...

J'ai un merisier qui a trouvé tout seul le meilleur coin du jardin. Il a sauvé sa peau (...son écorce) en se faisant passer pour un pommier aux yeux d'une "experte" de la famille. Le temps que je bichonne le machin, il est beau, fort, haut de 3m après raccourcissement, avec un tronc comme un bon mollet... et il donne très tard de tout petits fruits quasi noirs que les mauvaises langues trouvent acides . Là, je me dis que je veux le garder et vais y ajouter des cerises plus précoces et douces.

Déjà, j'ai envie de garder la belle forme du merisier, et même ses merises qui arrivent après les autres fruits. De plus, il m'a semblé que les arbres greffés en couronne ont le tronc ou les branches qui deviennent creux plus tôt. En outre, couper un simple biseau proprement pour une greffe anglaise était suffisamment difficile pour moi. Je compte donc greffer à l'anglaise une vingtaine de rameaux provenant de bons cerisiers du coin. Commentaires ?

Un voisin me fournira des Burlat et Edelfinger. D'un autre voisin, j'aurai une variété précoce, douce et à gros fruits. Je repère encore quelques sources dans le coin. Y a-t-il des incompatibilités, entre des cerisiers adultes se plaisant ici ? D'autres greffes à tenter, plus exotiques mais faciles ?

Je rassemble les greffons maintenant. Les bourgeons sont encore fermés ici. Je conserve au réfrigérateur avec journal humide et enveloppe en plastique. Tout juste ?

Et j'attends pour greffer que le merisier ouvre ses bourgeons. Ou bien j'opère le même jour où je prélève, comme en septembre ?

Merci !
patrice a écrit le 23/02/2010 15:18
Bonjour.

Le problème classique des arbres greffés avec multiples variétés est qu'il faut des variétés de vigueurs de croissance similaires, afin d'avoir un developpement harmonieux de l'arbre.

Pour la conservation des greffons : https://www.greffer.net/?p=32 et https://www.greffer.net/?p=503
Pointeurdevide a écrit le 23/02/2010 15:50
Merci !

J'ai effectivement lu les tutoriels du présent site, et auparavant l'article de Wikipedia qui m'a tout l'air d'en être une bouture... Même le style ressemble, n'est-ce-pas cher administrateur ?
patrice a écrit le 24/02/2010 12:29
l'article de Wikipedia qui m'a tout l'air d'en être une bouture... Même le style ressemble,


Quel article? C'est peut être André, il compile régulièrement des infos du forum sur wikipedia...
Pointeurdevide a écrit le 25/02/2010 17:57
Et voici un portrait récent du candidat porte-greffe, que d'aucuns appellent mon bonzai :



Le premier étage de branches arrive au sternum maintenant, et je vais à nouveau agir pour limiter l'altitude de la cime.

Je compte implanter les greffons sur le premier étage de branches - plus accessible - et en direction des donateurs respectifs, comme aide-mémoire. Au moins pour l'instant, les branches au Nord sont très bien ensoleillées.
André a écrit le 26/02/2010 15:42
Pour Wikipedia, c'est effectivement surement moi le coupable

Pour ton arbre, pourquoi est-il ficelé ainsi ?
Pointeurdevide a écrit le 26/02/2010 19:46
Par les ficelles, j'oriente les rameaux dans la direction que je souhaite. Par exemple à droite sur la photo, les branches rencontreraient une haute butte en terre, mais resteront à bonne hauteur par cet artifice. Passée la première année et le changement de couleur, les branches ne se laissent plus orienter, mais conservent la forme donnée au rameau.

Je pourrais aussi me contenter de la forme naturelle (moins jolie) ou couper tous les rameaux mal orientés en espérant en avoir de meilleurs un jour (pas sûr, et plus long).

Déformer les rameaux fonctionne aussi avec le nashi, et moins bien avec les mirabelliers, dont les rameaux reprennent leur direction d'origine après avoir passé le point de tire, donc il faudrait agir en permanence.

D'où le surnom de ce merisier... Qui a la plus jolie forme du jardin.
Pointeurdevide a écrit le 27/02/2010 21:32
Voilà, j'ai prélevé des greffons de Burlat et d'Edelfinger sur des arbres grands et vieux donnant de bonnes cerises. Pas au sommet des arbres pour des raisons techniques... suis pas pompier moi... mais effectivement au Sud, parce que les rameaux dirigés autrement avaient crû trop peu l'année écoulée.

J'ai effectivement trouvé ces rameaux en moyenne fort petits comparés à la croissance annuelle du merisier. Du coup, dans l'espoir qu'ils ne soient pas noyés par la croissance des rameaux de merisier concurrents, j'ai choisi les greffons pour leur allongement annuel identique au porte-greffe, plutôt que pour leur angle. Est-ce sensé ?

Un autre cerisier du voisinage donne de bons fruits, mais je viens de voir que ses rameaux ont crû de 2cm l'an dernier... Vous confirmez que je laisse tomber celui-ci ?

Le PG croît d'un demi-mètre par an dans chaque direction - je suppose grâce à sa jeunesse - et ses rameaux gagnent 15 ou 20cm en un an.
floyd a écrit le 27/02/2010 22:01
Salut pointeurdevide,
Tu as donc choisi les greffons pour "leur allongement annuel identique au porte-greffe, plutôt que pour leur angle".
Des rameaux sains et vigoureux de l'année, ce qui est bon sens.
La question de l'angle concerne l'inclinaison d'origine du rameau par rapport à la verticale:
- rameau vertical, c'est un gourmand ou une flèche vigoureuse,
- rameaux obliques, les plus courants, et donc les plus employés,
- rameaux retombants, en principe peu vigoureux et délaissés.

Redire que les bois de deux ans et plus sont en principe exclus car ils présentent logiquement de nombreux yeux à fleurs.

Veiller à contrôler strictement le développement des rejets du merisier devenu porte-greffes.
patrice a écrit le 01/03/2010 10:20
Bonjour.

Personnellement, à moins de vouloir le faire "pour le fun" ou pour m'entrainer au greffage, je ne me verrais pas trop greffer 20 anglaises en extrémité de branches de cet arbre.
Pointeurdevide a écrit le 02/03/2010 03:50
Si chaque rameau me prend aussi longtemps que mon unique tentative jusqu'ici, je serai fatigué avant, c'est clair... En fait, je caresse l'espoir insensé d'opérer plus vite en acquérant l'habitude. Je verrai bien...

Je compte greffer seulement sur le premier étage de branches, qui compte de nombreux rameaux, même si on le voit mal en hiver. Accessible à pied, ou sur une petite échelle maniable.

Après avoir regardé à nouveau ledit merisier, il croît encore plus vite qu'annoncé précédemment. La majorité des rameaux a gagné 30cm et plus l'an dernier, ceux du haut jusqu'à 75cm. Ce qui explique que le petitou s'élargisse d'un mètre chaque année. Dans deux ans, ce sera un grand arbre.

Du coup, je n'ai pas et ne peux pas avoir de greffon grandissant aussi vite que le merisier : au mieux 15cm par an. Ils vont rapidement disparaître dans la croissance du PG, c'est ça ?
patrice a écrit le 02/03/2010 09:27
Il ne vous faut pas une variété greffée de vigueur similaires au porte-greffe.
C'est, uniquement dans le cas où vous greffez plusieurs variétés sur un unique porte-greffe, que les différentes variétés greffées aient une vigueur similaire. Si vous greffez 20 fois la même variété, sur 20 branches d'un même porte-greffe, pas de problème de déséquilibre de vigueur. (même si dans le cas de votre arbre, ca sera plus pour s'initier que greffer de façon conventionnelle ; vu l'age et les dimensions de l'arbre, il est difficile de faire quelquechose de cohérent).
floyd a écrit le 02/03/2010 10:25
"faire les choses pour le plaisir" n'est-il pas le propre de l'amateur?
vomito a écrit le 02/03/2010 10:54
Il reste une solution plus propre et qui autorise les ratages : le multi-écussonage ou multi-chip budding. On peut en placer 2 ou 3 par charpentière, et sélectionner l'année suivante.

Avec des anglaises, d'autant si tu débutes et qu'il y a plus de ratés, les greffes réussies peuvent prendre le pas sur les rameaux mutilés.

En tout cas, il faut avant tout te poser la question de la forme finale, car tu ne pourras pas laisser l'arbre en l'état. Les branches sont disparates en vigueur et il faut compter que tu perdras naturellement des branches. Sachant aussi qu'un merisier, ça ne se limite pas comme ça en hauteur.
vomito a écrit le 02/03/2010 10:58
Je vais m'autocompléter

Il y a déjà du ménage à faire dans la structure de ce jeune arbre, pas mal de petites branches à éliminer sur chaque étage...pour y voir clair...pour greffer tranquillement et bien préparer son coup pour 2011.
Pointeurdevide a écrit le 18/03/2010 19:48
J'ai déballé aujourd'hui ma première greffe, réalisée en septembre avec un greffon prélevé immédiatement avant.



Craignant une soudure faible, j'ai laissé l'élastique trop longtemps, qui a comprimé le rameau et s'y est imprégné:



Je ferai de nouvelles erreurs la prochaine fois, mais plus celle-là.

La chance du débutant a fonctionné. Les bourgeons du greffon ont crû, j'espère les voir débourrer prochainement. D'ici là, je dois greffer d'autres rameaux.
youcef a écrit le 18/03/2010 20:00
attention ça risque de ce decoller.
il faut refaire la ligature sans trop serrer.
Pointeurdevide a écrit le 19/03/2010 21:33
La ligature doit rester si longtemps ?
J'avais greffé en septembre, donc il y a six mois.
youcef a écrit le 20/03/2010 05:57
l'arbre été au repos pendant les six mois et le greffon n'a pas encore
debourré.
donc la soudure n'est pas encore solide.
Pointeurdevide a écrit le 03/04/2010 04:11
Ce serait effectivement une raison. Mais aujourd'hui, au lieu d'emmailloter à nouveau cette première greffe, j'en ai ajouté 12 en provenance du même donneur, donc si je perds cette première, ce ne sera pas très grave. Elle commence à débourrer maintenant, avec 3 jours de retards sur les branches natives : l'extrémité de l'oeil est verte quand quelques autres montrent des bouts de feuille fripés. Nous saurons bientôt si elle résiste.

Donc, 12 greffons implantés cet après-midi, entre les averses. Tout en anglaise compliquée. Après le haut mirabellier, ce jeune merisier est un plaisir : je ne greffe qu'à hauteur d'homme ou sur une petite échelle, les rameaux ont presque tous les même dimensions qui sont similaires au donneur (les greffons sont un peu plus courts, mais allez trouver un cerisier gagnant 50cm par an dans chaque direction...). J'ai remplacé sur deux charpentières tous les bouts des rameaux (sauf les plus petits) par de la cerise miam-miam du voisin.

Aux prochains jours de temps sec (même par épisodes) j'ajoute autant d'Edelfinger et autant de Burlat sur une paire de charpentières chacune. Les branches du haut resteront en merise, comestible et utilement tardive. Les branches du bas se chargeront de remettre de la merise sur leurs anciennes parties.

Les quelques branches les plus hautes et les plus verticales sont enlevées depuis la photo, car je n'aurais plus pu y accéder pour maîtriser leur hauteur. Je vais rabattre les autres avec des piquets.

Avec du soleil et des résultats plus parlants que le seul montage mécanique, je prends quelques images et vous raconte.


greffer.net >> Cerisier