Vigueur du porte-greffe transmise au greffon ?

greffer.net >> Greffage

André a écrit le 12/02/2010 21:28
Savez-vous si le fait de greffer une variété peu vigoureuse sur un PG vigoureux (comme un franc par exemple) permet de rendre la variété greffée plus vigoureuse ?
floyd a écrit le 12/02/2010 22:19
La question d'André rejoint mes propos sur les facteurs édaphiques.
Plus et mieux nourrie, la variété va pouvoir exprimer son potentiel en commençant par se construire une robuste charpente, faire du bois, et nourrir son système racinaire.

A quels exemples de variétés peu vigoureuses penses-tu?
Hybride ou variété ancienne stable et autofertile?
André a écrit le 12/02/2010 22:34
La pomme de l'Estre ou la Cox par exemple.
floyd a écrit le 12/02/2010 23:46
Comme pour toutes ces variétés anciennes il est peu probable que les greffons actuels soient strictement issu d'un clône ayant pour origine un unique pépin… Donc même nom mais des petites différences.

Dans une même variété, on peut donc s'attendre à voir des greffons produire des sujets à la vigueur accrue après greffage sur franc et d'autres déjà à leur optimum ne pas aller au delà.
Voilà une raison qui exclut la réponse unique!

… et une image plus mécanique:
On peut booster un arbre comme on peut débrider une moto. Mais une motocyclette ne fera jamais une moto de grand prix.
Alex a écrit le 14/02/2010 11:02
Bonjour,

Pour ma part, avec des pommiers, j'ai des résultats très contrastés qui me laissent perplexe...

J'en suis venu à me demander si la qualité de la greffe (parfaite vs. bien réussie vs. moyennement réussie vs. ....) et la santé des greffons (virus ou non) n'avaient pas une influence déterminante...


Par exemple, si je considère certaines greffes de 2007 sur du Pajam 1....

- J'ai greffé ce que je pense être un 'Eclat'. Le plant mère (récolté dans un ensemble de cordons des années 50 aujourd'hui à l'abandon) est extrêmement vigoureux... Pourtant, la vigueur de mon plant greffé est très faible : en 2 saisons de croissance, il a poussé de 30 cm au maximum...

- Le plant voisin est un 'Api étoilé'. La vigueur de ce cultivar est considérée comme moyenne... Pourtant, en deux ans, en pousses cumulées (en comptant ce que j'ai taillé), il a produit plus d'un mètre de tige...

- Un troisième plant d'une pomme inconnue très côtelée (on dirait une grosse api étoilée, jaune lavée de rose à l'insolation); a poussé de plus de 2 m en deux ans et m'a gratifié d'une dizaine de fruits cette année, ce qui aurait pourtant du limiter la croissance !


Ces disparités de croissance sont aussi valables pour les plants greffés sur M106 la même année... Certains sont déjà au stade de formation en Haute tige tandis que d'autres atteignent péniblement le mètre de hauteur...

Alex
André a écrit le 14/02/2010 11:12
Etonnant en effet !

Ces PG étaient-ils tous comparables (Diamètre du plant et chevelu racinaire) ?

Idem pour les greffons ? Avaient-ils été sélectionnés comme indiqué ici : http://tinyurl.com/yj9ts4v ?
Alex a écrit le 14/02/2010 11:42
Bonjour André,

Les PGs étaient très similaires, et venaient directement d'un arrivage unique (commande groupée du forum, je ne me souviens plus chez qui). C'est pourquoi j'exclue d'office la possibilité de m'être mélangé les pinceaux dans les étiquettes de PGs... Après un an de culture en "pépinière", je les ai déplacés à leur emplacements définitifs et les enracinements étaient assez comparables...

Les greffons venaient en partie d'une récolte perso (je suis à peu près certain de ce que j'ai prélevé) et le reste venait d'un membre très respectable du forum qui, je suppose, sait prélever des greffons (Patrice ).

C'est pourquoi j'en suis vraiment venu à me demander si la qualité de la greffe et la santé du greffon n'étaient pas les facteurs déterminants... Maintenant, deux ans c'est un peu court comme retour d'expérience; il faut peut être que j'attende encore un an ou deux... En tous cas, si la faible croissance de certains plants est liée à un problème de mauvaise soudure lors du greffage, je ne constate pas plus de rejets du PG que sur les plants bien vigoureux... Et celà n'explique pas les très fortes croissances observées sur certains plants greffés sur Pajam1.

Alex
André a écrit le 14/02/2010 11:50
Reste un paramètre possible : les conditions de culture. Tous ces pommiers sont-ils exposés de la même façon et dans une terre de qualité égale (ou apports d'engrais identiques) ?
Alex a écrit le 14/02/2010 11:55
Celà va sans dire

Plein Sud, sans engrais la première année.
Du fumier décomposé et de la scorie potassique à la plantation définitive...

Les plants les plus vigoureux n'ont pas été taillés trop sévèrement la première année (pour ne pas trop forcer la croissance). Certains des plants plus faibles ont été taillés plus sévèrement, ce qui n'a pas donné le résultat escompté.

Alex
floyd a écrit le 14/02/2010 12:03
On touche du doigt, avec les remarques d'Alex et d'André, l'éternel problème de l'expérimentation et de la statistique.
L'une et l'autre sont d'un accès difficile même dans les centres de recherche qui travaillent sur des lots nombreux, aussi homogènes que possible et d'origine génétique connue.
Aucun amateur éclairé n'est à l'abri des surprises s'il tente de comparer le résultat d'une greffe réussie d'un greffon sain sur un PG très poussant avec une greffe moyenne d'un greffon virosé sur un PG incertain.
Ecrivant cela je ne mets bien entendu aucun des membres très respectables de ce forum en cause…
Alex a écrit le 14/02/2010 12:19
Ecrivant cela je ne mets bien entendu aucun des membres très respectables de ce forum en cause…


Bonjour Floyd,

Y'a pas intérêt
floyd a écrit le 14/02/2010 12:49
Bonjour Alex et merci également pour le lien très intéressant sur le gui que je viens de parcourir.
Le gui, plante chlorophylienne, prélève sur son hôte la seule sève brute.
On peut en dire autant du greffon, d'autant que le PG est au final totalement dépourvu de feuille et de bourgeon aérien. La sève élaborée mise en circulation provient donc du greffon. Avec cette sève circule une très grande part des hormones végétales comme l'auxine.
D'où l'idée que l'on serait avisé de parler de l'influence du greffon sur le porte-greffe.
A la nuance près que le système racinaire du PG produit les gibbérélines et les citokinines dont l'influence est tout aussi fondamentale sur la "machinerie" végétale.
Ferréol a écrit le 14/02/2010 13:17
Tout a fait, en fait, le porte greffe comme le greffon ont leur influence sur la vigueur de la plante greffée.

Pour les variétés peu vigoureuses il est recommandé de les greffer sur un porte-greffe très vigoureux si on veut obtenir un arbre de bonne vigueur.

A l'inverse, il est recommandé de greffer les variétés très vigoureuses sur des porte-greffes peu vigoureux si on veut en contenir la croissance.

C'est aussi pour cela qu'on définit la vigueur d'un porte-greffe non pas de manière absolue mais de manière relative. Par exemple le Pajam 1 à une vigueur qui vaut 73% de celle du MM106.
floyd a écrit le 14/02/2010 15:52
Voilà qui donne envie d'en savoir plus sur cette échelle chiffrée des vigueurs des différents PG.

Existe-t-il pour les variétés une telle échelle relative?

J'imagine que les variétés obtenues par hybridation peuvent avoir une vigueur supérieure aux parents.


greffer.net >> Greffage