cerisier greffé sur merisier : en tête ou au pied ?

greffer.net >> Cerisier

bataille41 a écrit le 20/01/2010 16:26
dans une jardinerie j'ai vu 2 burlat en demi-tige ,tous deux greffes sur merisier,un greffé en pied et l'autre en tête .hormis le fait que celui greffé en tête aura un tronc beaucoup plus joli (très lisse) que pourra être la différence quand ceux-ci seront adultes?
claudeduvar a écrit le 20/01/2010 21:18
les bigarreaux sont de gros consommateurs de sèves, ils se developpent bien sur mérisiers à condition d'avoir un sol assez profond et frais mais burlat n'a pas une superbe compatibilité sur mérisier ( mes expériences ), il vient bien sur st lucie mais il vaut mieux prendre des selections de st lucie car dans la nature ce PG est malgré son apparence assez hétéroclite.
bataille41 a écrit le 21/01/2010 09:11
bonjour
oui je suis d'accord avec cette reponse mais je voulais savoir la difference entre ces deux mode de greffe avec le meme porte-greffe et le meme fruitier
floyd a écrit le 21/01/2010 10:14
Salut bataille41,
Etonnante question qui parait simple et ne l'est pas tant que ça!

Une tentative de reformulation:
Au delà des différence visuelles, évidentes, peut-on attendre bénéfices ou inconvénients à choisir un mode de greffage plutôt que l'autre?

En espérant aller au delà des conclusions générales à tous les couples espèces/PG il faudrait donc renseigner pour Burlat/Merisier, un tableau du genre:
- greffe en pied/avantage/inconvénient
- greffe sur tige/avantage/inconvénient

Question accessoire, pourquoi cherches-tu des renseignements à ce sujet, bataille41?
bataille41 a écrit le 21/01/2010 11:17
bonjour floyd
la question est simple(pour moi tout du moins),pourquoi 2 burlat en demi-tige cote à cote,tous deux greffés sur merisier mais un greffé en pied et l'autre en tete.quelle différence pourra t-il avoir quand ces deux arbres seront adultes?(vigueur?longévite?ou simplement aspect esthétique?)
patrice a écrit le 21/01/2010 12:29
Baltet recommande

pour le merisier : un greffage en tête

pour le sainte lucie : un greffage en pied, sauf les cerisiers d'ornement à greffer en tête

sans en préciser les raisons.

Pour l'instant, je ne trouve pas d'autre information. (généralement, toutes espèces confondues, le greffage en tête se pratique lorsque la variété greffée n'est pas capable de former un tronc droit, dans ce cas là on greffe sur un porte-greffe qui pousse bien droit ou bien on passe par un intermédiaire... Mais là ce ne sont que des généralités, pas le cas précis du cerisier, d'autant plus que le merisier forme un tronc droit ; et personnellement, greffant le merisier en pied, je n'ai pas vu pour l'instant de problème...).
floyd a écrit le 21/01/2010 12:37
La vigueur et la longévité sont deux critères importants. Paradoxalement un jardinier amateur pourra rechercher une vigueur modérée parce que son verger est petit. La longévité au delà de 20 à 30 ans et dans ce monde qui va si vite, peut encore intéresser les plus optimistes des jardiniers.

D'où les demandes paradoxales que je suppose être celles de ta clientèle. Elle peut être séduite par une arboriculture "paysanne", les variétés anciennes et le PG quasi sauvage. Il n'en reste pas moins qu'elle espère des fruits rapidement, tout les ans, sans complication ni recours à la grande échelle imposé par les tiges greffées à 2,20m et plus.

D'où la demande actuelle et assez générale d'arbres fruitiers en demi-tige, en quenouille sans presque de tronc, voire la touffe à peine charpentée.

Les indications de Baltet que Patrice rappelle judicieusement, sont bien significatives d'une époque déjà lointaine où l'arbre de plein vent greffé sur haute-tige était la norme.

La greffe de pied sur merisier semble-t-elle donner une vigueur accrue?
patrice a écrit le 21/01/2010 12:56
La vigueur et la longévité sont deux critères importants.

Mais quel rapport avec la hauteur du point de greffe?

La vigueur et la longévité sont surtout influencées par le porte-greffe.

Il est généralement admis que la croissance d'un cerisier greffé sur Sainte Lucie s'arrête au bout de 25 à 30 ans ; alors qu'une même variété greffée sur merisier continue à augmenter sa ramure durant 40 à 50 ans (pour une durée de vie totale pouvant atteindre 100 ans).




La greffe de pied sur merisier semble-t-elle donner une vigueur accrue?


Je n'ai pas de quoi comparer. Je ne greffe pas le merisier en tête. Et greffé en tête implique généralement un porte-greffe bien plus âgé, avec un système racinaire sans rapport avec un jeune franc de diamètre 5 mm au collet.
floyd a écrit le 21/01/2010 13:14
La vigueur et la longévité sont surtout influencées par le porte-greffe.


Bien d'accord, je ne faisais que donner écho aux critères formulés par bataille41.
Quant au rapport avec la hauteur du point de greffe qui est le cœur de la question qu'il formule, je n'ai hélas pas de point de comparaison.

Je te rejoins quand tu écrit que "greffer en tête implique généralement un porte-greffe bien plus âgé, avec un système racinaire sans rapport avec un jeune franc de diamètre 5 mm au collet"
On peut donc avoir un démarrage plus vigoureux sur une tige que sur un greffage en pied, mais avec un équilibrage à court terme.

Toutes ces considérations restent générales; elles n'ont rien de spécifiques aux greffages Burlat/Merisier.
patrice a écrit le 22/01/2010 07:35
Même dans les ouvrages professionnels contemporains (ici Atlas d'arboriculture fruitière de Bretaudau & Fauré, chez Tec&Doc Lavoisier), la consigne est reprise pour le Merisier :

"Avant leur greffage, les jeunes sujets sont éduqués en baliveaux, on les greffe en suite en tête (jamais en pied) à oeil dormant en septembre ... Si la greffe en écusson n'a pas repris, on peut tenter la greffe en fente ou incrustation dans les premiers jours d'octobre suivant".

et sans expliquer pourquoi.
floyd a écrit le 22/01/2010 09:20
Ce que tu nous rapportes, Patrice, confirme que faute de question nouvelle, on en reste au copier/coller des réponses/pratiques classiques consignées par Baltet dès le XIXe.

Le besoin d'avoir un tronc est une chose, mais rien n'exclurait de cultiver en touffe une variété de cerisier si l'attente de la clientèle des amateurs est celle-là.
youcef a écrit le 22/01/2010 11:57
un cerisier greffé en tête sur sainte lucie, question esthetique rien à dire.

c'est tres beau de voir un vieux cerisier greffé à plus de 1 metre du sol.


greffer.net >> Cerisier