Semis de pommiers

greffer.net >> Pommier

Michel_Alpes a écrit le 05/06/2006 14:36 (ref msg # 2002 )
Bonjour,
Par curiosité, cette année, chaque fois que je mangeais une pomme, je semais les graines (pépins)dans des godets et tres vite je me retrouve avec une cinquantaine de plants.Ils ne sont pas tous identiques ,probablement en fonction de la pomme mère.Golden,Royal gala,reinette Canada. Certains ont un scion herbacé rose,d'autres blanc.
Est ce qu'un PG issu de semis de pomme garde certaines propriété du porte greffe nourrissant la pomme mère ou s'agit-il d'un franc quelconque ?
J'ai été surpris du taux de germination qui doit avoisiner les 100%.
Si vous écorcez le pépin délicatement,la germination a lieu en moins d'une semaine en serre.
patrice a écrit le 12/06/2006 20:18 (ref msg # 2029 )
C'est une bonne question. Je pense que non.

Par exemple un ami avait greffé des pommiers sur francs de semis issus de golden (le plant sur lequel avait eu lieu la récolte était greffé sur m106). Le m106 a la propriété d'une mise à fruit rapide (3 à 5 ans) et de "moyenne" taille (~4 à 5 metres). 8 ans après le pommier greffé sur franc est un arbre vigoureux mais n'a toujours pas mis à fruit.

Mais cela ne m'empeche pas l'hiver lors de promenade d'amener une pomme à manger et de jetter le trognon... Pour greffer dans la nature quelques années plus tard.
André a écrit le 30/10/2006 23:25 (ref msg # 4291 )
Et inversement, que se passe-t-il si on greffe un greffon issu d'un franc de 2 ou 3 ans sur un PG à mise à fruit rapide.

Est-ce que cela permet d'avoir des fruits plus rapidement qu'en attendant que le franc mette à fruit (ie 10 ou 15 ans !!!) ? Si oui, cela permettrait de détecter plus vite des éventuels "semis chanceux".

Rappelons qu'un grand nombre de variétés célèbres (comme la golden par exemple) sont issues de "semis chanceux".
patrice a écrit le 31/10/2006 05:54 (ref msg # 4292 )
Je ne pense pas. Car lorqu'on greffe, on prélève généralement des greffons fructifères. Donc si on greffe un greffon prélevé sur franc de 3 ans d'âge, il n'est pas fructifère.
thibaud a écrit le 31/10/2006 09:17 (ref msg # 4300 )
j'ai semé une année plein de pépins de pomme.En réalité je ne croyais pas que ça allait germer donc je les avait mis au frigo pendant un moi en me disant que ça allait aller plus vite! et en 15 jours on pouvais voir les premiers qui germaient et puis 100% de réussite!!
je les ait repiquer dans mon jardin en rang. il y a eu beaucoup de pertes mais vu le nombre que j'avais... Par contre après ils ont poussé vigoureusement mais les lapins les épointa pendant l'hiver
et puis ont avait un talu qui n'avais rien donc on a planté une haie avec un peu de tout!! et avec ces fameux pomiers! et maintenant ils mesurent plus de 30 cm!(le talu est très sec! )
alors je pense les laisser là et voir ce qu'il donnent comme fruits!!
mais vu leur taille, dans combien de temps pourrais-je voir les premiers? :
AberBleu a écrit le 06/11/2006 20:03 (ref msg # 4453 )
Pour avoir des PG de M106 à volonté, j'ai planté le PG que j'ai laissé grandir.
C'est aujourd'hui un bel arbre qui produit beaucoup de pommes qui en plus sont bonnes. Il a donné ses premiers fruits vers ses 5 ans je crois ou peut-être 4 ans, mais sûrement pas plus de 5 ans.
André a écrit le 07/11/2006 01:55 (ref msg # 4460 )
"AberBleu" a écrit :
Pour avoir des PG de M106 à volonté, j'ai planté le PG que j'ai laissé grandir.

En quoi cela permet-il de le multiplier ? tu veux dire que après tu en as fait des boutures ?
patrice a écrit le 07/11/2006 06:32 (ref msg # 4470 )
Boutures, marcottes... Oui, tout comme font les pépinieristes pour multiplier les porte greffe qu'ils nous vendent.
CB a écrit le 07/11/2006 07:33 (ref msg # 4472 )
"André" a écrit :
Et inversement, que se passe-t-il si on greffe un greffon issu d'un franc de 2 ou 3 ans sur un PG à mise à fruit rapide.

Est-ce que cela permet d'avoir des fruits plus rapidement qu'en attendant que le franc mette à fruit (ie 10 ou 15 ans !!!) ? Si oui, cela permettrait de détecter plus vite des éventuels "semis chanceux".

Bonjour,

Les chances sont minimes mais, si tu as la place, tu peux tenter et sur-greffer si le résultat est décevant pour limiter le rique lié au "jeu".
AberBleu a écrit le 07/11/2006 10:14 (ref msg # 4474 )
oui, comme dit Patrice, c'est ainsi que font les pépiniéristes. Ils procédent de la même façon avec les rosiers.
michel29 a écrit le 09/11/2006 12:46 (ref msg # 4496 )
pour répondre à michel-alpes, le semis de pépins peut être intéressant. Si on a de la place, on peut laisser grandir les plants qui ont des feuilles ou des couleurs intéressantes. en effet, les "francs "classiques ont des feuilles plus petites.
j'ai procédé ainsi et après 6 ans, j'ai obtenu une variété de pommes originale, que n'ai vu nulle part ailleur (des varétés commercialisées comme la golden sont issues de selis et du hasard).
Un test intéressant : les chevreuil consomment de préférence les pommiers greffés ou qui produisent des fruits "à couteux". je l'ai constaté dans mon verger à maintes reprises !
Michel_Alpes a écrit le 09/11/2006 17:09 (ref msg # 4502 )
Bonjour,
Le semis que j'ai fait était simplement un test ,car on ne voit pas beaucoup de pommiers francs dans la nature,comparativement aux autres espèces,noyer,chataignier,merisiers.Pourtant chaque pomme coupe-faim consommée le long des sentiers laisse un trognon sur place.
Suffit il que la main de l'homme intervienne pour que çà se passe mieux?
Les pépins de mon semis n'avaient pas été stratifiés car chacun sait que les pommes passent un bout de temps au frigo avant d'arriver sur votre table.Le fait d'écorcer le pépin accélère la germination.Levée en 8 jours en serre.
Les premiers plantés en février 2006 donnent des francs de 1 mètre de haut pour un diamètre de 1 cm, donc greffable à l'anglaise en mars 2007.Ils ne sont pas tous identiques,probablement en fonction de la pomme mère,mais malheureusement je n'ai pas étiqueté.Deux ont été foudroyés par un feu bactérien ,au milieu des autres,sans contagion de voisinage semble t il.
Pour ce qui est des chevreuils gourmands, ici leur préférence va aux jeunes pousses de rosiers (à 10 mètres de la maison) et surtout aux greffons de chataigniers au demarrage car ils les broutent complètement et parfois décallent les greffons.
André a écrit le 29/02/2008 18:45 (ref msg # 14733 )
Pour ceux qui cherchent à découvrir de nouvelles variétés, pourquoi ne pas essayer de semer des pépins issus des premiers fruits à peine mature de jeunes arbres.

Selon Van Mons, ce serait une bonne façon de créer de bonnes nouvelles variétés.

+ d'infos : http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Baptis...
patrice a écrit le 29/02/2008 19:07 (ref msg # 14735 )
A chaque fois, il transplantait les jeunes semis et taillait leurs racines afin de perturber la croissance et de provoquer des transformations.


As-tu plus de détails techniques sur cette taille de racines?
floyd a écrit le 29/02/2008 20:50 (ref msg # 14741 )
Bonsoir,
"André" a écrit :
… semer des pépins issus des premiers fruits à peine mature de jeunes arbres. Selon Van Mons, ce serait …

Sur wiki en tout petit on peut lire:
Cette théorie a été réfutée par Joseph Decaisne en 1858 dans son livre :"Le Jardin fruitier du Muséum"


La taille des racines, une pratique adopté par les amateurs de bonsai, mais pour de "vrais arbres" je suis curieux de savoir si l'on peut se contenter de bécher une circonférence plus ou moins loin du tronc ? (technique du cernage)
André a écrit le 29/02/2008 22:55 (ref msg # 14756 )
"patrice" a écrit :
As-tu plus de détails techniques sur cette taille de racines?


La réponse de AJ Downing, p33 de "Fruit of America"

Tailler pour induire la fructification.
Quand un jeune arbre fruitier est trop luxuriant et emploie toute son énergie à faire des pousses vigoureuses, mais qui font peu ou pas de bourgeons à fleur et donc pas de fruits, nous avons le pouvoir de le tailler pour atténuer cette sur-luxuriance, et l'obliger à dépenser son énergie en fructifiant. La meilleure méthode consiste à tailler ses racines, une pratique très appréciée des jardiniers européens.

La taille des racines doit être effectuée en automne ou en hiver, et elle consiste généralement à mettre à nu les racines et à couper les principales racines à une distance de quelques pieds du tronc (en proportion de la taille de l'arbre). M. Rivers, un pépiniériste anglais célèbre, qui a pratiqué cette méthode avec grand succès, creuse une tranchée au début de novembre, de 40 à 50 cm de profondeur autour des arbres en coupant les racines avec une bonne lame. En suivant cette pratique chaque année, il ne pousse pas seulement ses arbres (Pommiers, poiriers, et autres) à fructifier plus tôt mais il les force aussi à se nanifier et à devenir ainsi plus prolifique en ne dépassant pas les deux mètres et en prenant une forme conique pleine de branches fruitières.

La suite ici :
http://books.google.fr/books?id=7A8DAAAA...
floyd a écrit le 29/02/2008 23:11 (ref msg # 14757 )
Bonsoir,
L'idée de la taille des racines est donc très ancienne. (XIX siècle)
C'est donc le cernage, mais répété semble-t-il chaque année.
Une tranchée de 40 à 50cm c'est beaucoup de sueur!
Quant à dire que le XIX c'est l'age d'or de l'horticulture…

Greffer sur PG nanifiant doit avoir d'autres avantages.
André a écrit le 29/02/2008 23:27 (ref msg # 14758 )
Il est sur qu'il n'y a rien de mieux qu'un bon M9 mais cette solution peut etre utile pour ceux qui ont un pommier issu de semis qui pousse à tout va depuis 10 ans sans vouloir fructifier. La tranchée permettra certainement d'obtenir (enfin !) des fruits.

Autre intérêt, pour ceux qui ont un fruitier mal placé dans leur jardin et qui hésitent à le déplacer. Ils seront heureux d'apprendre qu'ils peuvent faire d'une pierre deux coups, le replanter au bon endroit et faciliter sa mise à fruit.
floyd a écrit le 29/02/2008 23:55 (ref msg # 14760 )
Bonsoir,
Pour l'affutage d'une bonne bêche étroite de pépiniériste, il faut une lime plate batarde et reformer un biseau sur l'extérieur. Soigner le manche à l'huile de lin.

Pour la pioche passe-partout à deux pannes, un forgeron pourra lui donner deux tranchants efficaces et durables par la trempe.
belinsecte a écrit le 19/11/2015 09:48 (ref msg # 50100 )
Bonjour
J'ai vu que AberBleu a fait des boutures de pommiers, qui aurait déjà réussi avec royal gala? (cette variété a tenu le plus longtemps lors de mes tentatives de bouture de pommiers); j'aimerais échanger des boutures racinées de royal gala contre autre chose, car je pense que dans 100 ans il aura pérénnisé par rejets.
Et qui aurait réussi la greffe de cherimoya sur asiminier?


greffer.net >> Pommier