Comment améliorer un sol trop sablonneux ?

  1. greffer.net
  2. >>
  3. Hors-sujet


André a écrit le 04/01/2010 10:32 (ref msg # 25527 )
Je dispose d'un terrain très sablonneux, très acide et très pauvre situé sur une lande en Gironde.

Le sol est constitué par endroit exclusivement de sable. Du coup, le drainage est très important et le sol devient très sec dés que les précipitations se raréfient.

On m'a parlé d'incorporer pendant 5 ans consécutifs un amendement composé d'un mélange de 1 kg de compost + 500g de bentonite /m2.

Qu'en pensez-vous ? J'avais plutôt pensé à un simple chaulage. Le résultat sera-t-il très différent ?

Avez-vous d'autres idées pour améliorer un sol très (trop) sablonneux ?

PS: Bonne année 2010 à tous !
floyd a écrit le 04/01/2010 11:16 (ref msg # 25530 )
Merci pour tes bons vœux,
Un programme sur 5 années me parait judicieux.

Chaque apport sera suivi d'un fraisage de plus en plus profond sur les secteurs dépourvu de racines. Le semis chaque année d'un engrais vert rendra ce long chantier visuellement acceptable.

Le chaulage seul, ne sert à rien, strictement à rien.
La bentonite et le compost vont constituer la capacité d'échange cationique (CEC) qui assure la fertilité du sol ainsi créé.

La bentonite est importée du Canada…
André a écrit le 04/01/2010 11:24 (ref msg # 25531 )
"floyd" a écrit :
Le chaulage seul, ne sert à rien, strictement à rien.

Donc première année uniquement amendement puis ensuite amendement et chaulage (simultané ?)

La bentonite est importée du Canada…

Pas très écolo donc ! On a rien d'équivalent en local (Sud Ouest) ?
floyd a écrit le 04/01/2010 12:18 (ref msg # 25533 )
Plus qu'un apport exclusif de chaux, un épandage à dose modérée d'un engrais de fond binaire, P et K, comme une scorie phospo-potassique peut aider à constituer des réserves.

Plus complet, avec le cyanamide de chaux, le produit vendu sous l'appelation de "scoramide", reste d'un coût raisonnable. Il est présenté sous forme de granulés plus faciles à épandre que la poudre noirâtre des scories.

Sur la chimie de engrais voir ici:
www.unifa.fr/01_actu/fichiers/chap10.pdf

Créer un sol est un travail de longue haleine. Il est vain de chercher des raccourcis ou de faire des impasses.
André a écrit le 04/01/2010 12:48 (ref msg # 25535 )
Je pensais pouvoir améliorer l'ensemble de mon terrain mais cela me parait maintenant difficile et coûteux (la bentonite coûte environ 150 euros/tonne).

Je pense que je vais plutôt m'orienter vers un amendement localisé autour des zones de culture, c'est à dire tout le potager et 1 m autour des fruitiers plantés.

Peut-être qu'un apport de bentonite en fond de trou de plantation permettrait de créer une sorte de réserve d'eau et de barrage au trop fort drainage naturel, non ? Un peu à la manière d'une coupe sous un pot...
druere a écrit le 04/01/2010 12:55 (ref msg # 25536 )
Bonjour André, Bonjour à tous

Un chaulage, l'année suivante un bon fumier....de bovin...par exemple
moins cher non...et plus développement durable.....
floyd a écrit le 04/01/2010 13:29 (ref msg # 25537 )
"André" a écrit :
Peut-être qu'un apport de bentonite en fond de trou de plantation permettrait de créer une sorte de réserve d'eau et de barrage au trop fort drainage naturel, non ? Un peu à la manière d'une coupe sous un pot...

ula: Restons sérieux!
La bentonite est la plus efficace des argiles. Un apport même modeste a cependant un effet bénéfique mais c'est par un fraisage qu'il faut l'incorporer au sable en place.

Des terres un peu fortes, limono-argileuses, dans un rayon de 100 kilomètres et pour le prix du transport pourraient être valablement utilisées dans les mêmes conditions.
Ferréol a écrit le 04/01/2010 13:37 (ref msg # 25539 )
Un marnage peut être avantageux car il présente le double avantage d'apporter des argiles et du calcium.

Reste à savoir si il existe des marnières dans ta région.
gaia-project a écrit le 04/01/2010 14:11 (ref msg # 25540 )
Eh oui pas facile de changer un terrain sableux, donc pauvre, en terre arable!
Je suis sur un terrain siliceux, acide, avec heureusement une petite part d'argile. Je trouve que ce type de sol à beaucoup de qualités, travail facile, bon drainage, acidité interessante...mais autant de défauts, sèchage rapide, pauvreté, parfois trop acide...
Une solution pour l'enrichir est l'épandage annuel, en grande quantité parfois, de fumur organique, type fumier bovin (surtout pas fumier de cheval, qui est trop acide, et qui à tendance à apauvrir) ou encore de la poudre de basalte. Pour changer le pH, on peut incorporé du lithothame ou tout autre "calcaire" à dissolution lente.
vomito a écrit le 04/01/2010 14:20 (ref msg # 25541 )
Il manque une information capitale, tu nous parles de terrain mais de quels moyens disposes-tu ? Pas tant financiers que matériels (équipement lourd pour intégration, accès des camions au terrain), et temps disponible.

Sur du sable pur, il va falloir t'accrocher très fort.
André a écrit le 04/01/2010 14:39 (ref msg # 25542 )
"floyd" a écrit :
... mais c'est par un fraisage qu'il faut l'incorporer au sable en place.

Pour que je sois sur de bien comprendre, par fraisage, tu entends l'action de creuser des trous dans les sols et les remplir d'argile, c'est bien ça ?

Ferréol, pour le marnage, bonne idée, je vais essayer de trouver ça dans mon coin.

Gaia, merci pour l'info sur le crottin de cheval, je ne savais pas qu'il était acidifiant et appauvrissant (mais comment cela est-il possible ?)

Vomito, pour les engins, pas de souci d'accès au terrain et je pense trouver un épandeur et un rotavator chez mes voisins agriculteurs.
gaia-project a écrit le 04/01/2010 15:26 (ref msg # 25543 )
Gaia, merci pour l'info sur le crottin de cheval, je ne savais pas qu'il était acidifiant et appauvrissant (mais comment cela est-il possible ?)


En faite, il acidifit le sol sur lequel il est répandu. Plus un sol est acide, moins il retient l'humus, absence de formation du complexe argilo-humique, donc apauvrissement du sol.
André a écrit le 04/01/2010 16:09 (ref msg # 25544 )
Je n'arrive pas à trouver d'infos confirmant l'acidité du crottin de cheval. As-tu une source fiable ?
Eric a écrit le 04/01/2010 16:34 (ref msg # 25545 )
Chez mes parents nous avons transforme une ancienne carriere de
sable en pature .
Pour y arriver nous avons fait deposer durant des annees des dechets
d arbres broye .Nous les recevions,il suffit de proposer aux pepinieristes
et entreprises de jardin de venir deverser gratuitement les copeaux chez
vous.
De preference avant que les copeaux chauffe il faut les etendre sur une
epaisseur de 2 cm ,sans retourner le sol.Semer directement dessus a la
bonne saison ( printemps /automne) .Les annees suivantes l on en rajoute
une couche mais sans etouffer l herbe . Apres 5 a 10 ans l on obtient un
humus plus ou moins epais dependament des apports .
Il faut eviter le fumier ,qui va produire un sol beaucoup trop riche et
qui pollura la nappe phreatique .Il est possible d ameliorer encore la
structure d un sol sableux en y rajoutant de l argile qui devra etre
intimement melanger au sable.Mais de toute facon l apport de matiere
organique est un passage oblige.
Chauler n est pas une bonne idee,cela active les micro organismes qui
vont digerer l humus pour en liberer les engrais .En definitive ,l on brule
la chandelle par les deux bouts .C est un calcule a court terme qui dans
le cas qui nous occupe est non seulemnt sans interet ,mais surtout
aggrave le probleme.
Avant de penser engrais il faut penser humus.C est le secret de recoltes
a profusion avec un minimum de frais .L engrais est offert par l humus
si l on sais le respecter ( eviter produits ,labours,mise du sol a nu,
passages de machines lourdes...,laisser les coupe de tonte sur place
,pareil pour les parties de plantes non consommees dans un potage.. ) .
gaia-project a écrit le 04/01/2010 17:51 (ref msg # 25547 )
Pour le fumier de cheval, constatation perso, trop riche en acide urique et ammoniac.
Ferréol a écrit le 04/01/2010 18:13 (ref msg # 25548 )
Peut-être que le fumier de cheval acidifie les sol mais ce n'est dû ni à l'acide urique qu'on ne trouve chez les mammifères que dans l'urine de certains primates ni à l'ammoniaque qui est basique.
gaia-project a écrit le 04/01/2010 18:15 (ref msg # 25549 )
Pour l'ammoniac, mea-culpa, pour l'acide urique, on le trouve sous la forme d'acide hippurique chez les chevaux.
Ferréol a écrit le 04/01/2010 19:12 (ref msg # 25552 )
L'acide urique et l'acide hippurique n'ont pas grand chose a voir.
Le premier est le produit de la dégradation des purines chez certains animaux (certains primates mais aussi les oiseaux et les reptiles). La plupart des mammifères (et je crois que le cheval ne déroge pas a cette règle) les dégradent en allantoïne.
L'acide hippurique lui est la forme d'excrétion des cycles de type benzène et toluène.
Cependant, je pense que l'acidité apporté par le fumier de cheval ne vient pas de la faible quantité d'acides qu'on peut trouver dans les urines des chevaux mais plus des acides organiques issus de la décomposition du crottin.
Je pense que si le fumier de cheval est plus acidifiant que les autres fumiers (ce que je ne sais pas mais que tu as observé), cela vient plutôt du fait que le crottin de cheval est beaucoup moins décomposé que les autres fumiers, le cheval ne digérant que très peu sa nourriture et est par conséquent plus riche en acides organiques.
gaia-project a écrit le 04/01/2010 20:42 (ref msg # 25554 )
Soit, tu as peut être raison, mais là on s'éloigne du sujet.
floyd a écrit le 04/01/2010 23:03 (ref msg # 25555 )
Un fumier est encore meilleur quand son rapport C/N est bon et qu'il a été composté en tas.

Un fraisage se pratique à l'aide d'un rotavator ou d'une moto-bineuse.


greffer.net >> Hors-sujet