Des porte-greffes sont radiés du catalogue officiel.

  1. greffer.net
  2. >>
  3. Hors-sujet


patrice a écrit le 01/12/2009 16:45 (ref msg # 25113 )
Bonjour.

http://www.legifrance.gouv.fr/jopdf/comm...


Sont radiés du catalogue officiel les porte-greffes cognassier d'angers et de provence, ainsi que prunus domestica et Prunus insititia.
hendy a écrit le 02/12/2009 01:35 (ref msg # 25124 )
On reste toujours surpri par une annonce comme celle-là.. Qu' elles sont les motifs amenants cette exclusion..maladie, contamination, insecte...
J' aimerais plus de précision..
patrice a écrit le 02/12/2009 06:45 (ref msg # 25125 )
Oui, l'explication fait défaut..

La suppression des cognassiers d'Angers et de Provence : est-ce uniquement les "communs" ou aussi les sélections clonales (BA29, Sydo...)?.

Concernant le cognassier porte-greffe, il commence à tomber de toute façons en désuétude... Les nouvelles générations de porte-greffes sont bien sympathiques (meilleure résistance au feu bactérien, affinités au greffage, résistance aux chloroses...) et de plus en plus utilisées.

Quant à la suppression du prunier franc comme porte-greffe, je la comprends moins.
klakos a écrit le 03/12/2009 06:55 (ref msg # 25127 )
"patrice" a écrit :
Concernant le cognassier porte-greffe, il commence à tomber de toute façons en désuétude... Les nouvelles générations de porte-greffes sont bien sympathiques (meilleure résistance au feu bactérien, affinités au greffage, résistance aux chloroses...) et de plus en plus utilisées.

Il faudrait effectivement que j"essaie un jour le pyriam par ex.
Certains ont des retours d'expérience (affinité : surement bonne puisqu'il s'agit d'un pyrus, résistance à l'eau stagnante, à la sécheresse, durée de mise à fruit, calibre, etc )?
patrice a écrit le 03/12/2009 07:04 (ref msg # 25128 )
Pour ma part, hormi les porte-greffes achetés, je n'ai qu'un poirer un pleine terre depuis deux ans greffé sur un tel porte-greffe (scion acheté chez Demols, qui apparemment ne greffent plus sur cognassier). En arrosant une fois par semaine, vu la jeunesse du plant, cela se passe très bien.
Grippon a écrit le 25/12/2009 10:21 (ref msg # 25415 )
Bonjour
Conséquence de cette radiation ? ils ne seront plus cultivés ?
patrice a écrit le 25/12/2009 10:28 (ref msg # 25416 )
Une non-inscription au catalogue officiel équivaut à une interdiction dans le circuit commercial (vente de porte-greffe et scions greffés dessus).

Sont concernés les producteurs de porte-greffes certifiés, les pépiniéristes qui vendent des scions greffés sur ces porte-greffes (et de ce fait leurs clients, dans le cadre d'un acte commercial).

Cela ne concerne pas l'amateur et son auto-production pour son usage personnel de porte-greffe. Vous avez le droit de semer un noyau de prunier dans votre jardin, et de le greffer.
vomito a écrit le 19/02/2010 18:08 (ref msg # 26188 )
Pour le cognassier, c'est finalement une bonne chose, parce qu'en pratique il ne devrait plus être utilisé. Ca pouvait se concevoir à une certaine époque, pour avoir de petites formes adaptées à certaines productions. Avec les poiriers de sélection actuels, la question ne se pose vraiment plus et le cognassier n'expose que ses inconvénients : compatibilité et durée de vie pas terrible, sensibilité au calcaire et chlorose,...ces arbres n'ont jamais l'air bien en forme. C'est l'heure de la retraite.

J'imagine aussi qu'une telle décision peut permettre aux institutions d'imposer une certaine charte de qualité en vue de fournir un meilleur produit au consommateur !
Ferréol a écrit le 19/02/2010 18:42 (ref msg # 26189 )
"hendy" a écrit :
On reste toujours surpri par une annonce comme celle-là.. Qu' elles sont les motifs amenants cette exclusion..maladie, contamination, insecte...
J' aimerais plus de précision..


Je pense qu'il faut chercher vers d'autres pistes comme l'abandon de l'utilisation de telles variétés ou la non homogénéité des variétés.

Ce qui m'ennuie avec ces disparitions c'est que de plus en plus de plantes de multiplication facile et sans droit disparaissent au profit de variétés dont la multiplication est l'affaire de professionnels et est bien souvent soumise a des droits.

Le petit pépiniériste qui fait son arbre du début à la fin va se retrouver de plus en plus coincé et de plus en plus souvent tributaire d'entreprises multiplicatrices beaucoup plus grosses. Enfin, c'est un autre débat...
patrice a écrit le 19/02/2010 18:45 (ref msg # 26190 )
"Ferréol" a écrit :

Le petit pépiniériste qui fait son arbre du début à la fin va se retrouver de plus en plus coincé et de plus en plus souvent tributaire d'entreprises multiplicatrices beaucoup plus grosses. Enfin, c'est un autre débat...


Le pépiniériste n'a t il pas obligation de greffer systématiquement sur du plant certifié? (donc meme si libre de droit, il doit acheter néanmoins le plant sur cet aspect là?)
claudeduvar a écrit le 19/02/2010 19:38 (ref msg # 26193 )
les pépinieristes ne peuvent ils pas faire leurs propre plants certifiés? je ne suis plus trop dans le coup mais je discuste volontier avec eux quand j'achète des arbres et il me semble qu'il y a bien plus de revendeurs que de multiplicateurs, certains ont des produits bien à eux fait maison et s'approvisionnent ailleur pour le reste, l'italie semble être une pouponnière. il ni a aucun mal à cette pratique sauf le fait qu'ils ne le communiquent pas assez. Je suis d'accord avec ferreol il y a appropriation du vivant, on peut comprendre que la mise au point d'un nouveau porte greffe coûte et que l'entreprise récupère la mise et fasse une plus value mais dela à vouloir en devenir le propriétaire il y a un fossé car ce porte greffe et bien issu de gènes qui sont tous dans la nature.
floyd a écrit le 19/02/2010 20:18 (ref msg # 26199 )
Royalties et certifications vont souvent de pair mais sont deux choses différentes.
A qui viendrait l'idée de mettre en cultures des hectares de plants sans avoir la certitude qu'ils ne sont pas porteurs de maladie, qu'ils sont aptes et de qualités homogènes?
Qui voudrait s'investir et investir dans la recherche/sélection/développement de nouvelles plantes sans l'espoir d'une juste rémunération.
Je crois que l'on a déjà eu le débat sur tous ces sujets.

La Pépinière est de longue date affaire de spécialistes; obtenteur, multiplicateur, éleveur, grossiste, distributeur. L'Anjou nous l'avions rappelé comptent d'excellentes pépinières de multiplication, qui produisent les jeunes plants.
lapoteri a écrit le 19/02/2010 21:09 (ref msg # 26203 )
bonsoir
quelles sont ces nouvelles générations de porte-greffes de poiriers??
autrevie a écrit le 19/02/2010 21:58 (ref msg # 26206 )
peux être quelques noms décrient ici,sont "récent"
https://www.greffer.net/?p=359
sinon il faut jetter un oeil sur la liste de Demols (que Patrice n'a pas recu cette année)...Demols (entre autre)vends(entre autre) des PG "moderne".
Ferréol a écrit le 19/02/2010 22:18 (ref msg # 26209 )
"floyd" a écrit :

Qui voudrait s'investir et investir dans la recherche/sélection/développement de nouvelles plantes sans l'espoir d'une juste rémunération.


Le terme de juste peut ouvrir le champ à toutes les spéculations...
Je ne vois pas en quoi une variété du domaine public qui n'est plus utilisée que marginalement comme le cognassier de Provence peut faire de l'ombre a la recherche, a la sélection et au développement de nouvelles variétés, toutefois elle été retirée du catalogue officiel.

"floyd" a écrit :
La Pépinière est de longue date affaire de spécialistes; obtenteur, multiplicateur, éleveur, grossiste, distributeur. L'Anjou nous l'avions rappelé comptent d'excellentes pépinières de multiplication, qui produisent les jeunes plants.


Tout à fait, simplement cela m'inquiète. Les nouveau porte-greffes et les nouvelles variétés développées le sont dans un but précis qui est celui recherché par les gros producteurs, forcément vu que ce sont eux qui achètent. Elles ont des qualités et des défauts. Tout comme les porte-greffes et variétés anciennes. Pour l'arboriculteur amateur ou pour le petit producteur qui veut faire un produit différent, qui n'a pas spécialement envie de remplacer son verger tous les 25/30 ans les nouveaux porte-greffes à la longévité pas forcément éprouvée ne sont pas ce qu'il y a de plus intéressant. Je trouve ça simplement dommage qu'on ne lui laisse pas le choix simplement parce qu'il faut qu'une liste soit actualisée et qu'il est de bon ton de supprimer quelques variétés de ce catalogue chaque année ...
vomito a écrit le 19/02/2010 23:02 (ref msg # 26211 )
Au delà d'une discussion générale sur les intérêts possibles des parties, une des vraies questions de ce sujet sur les porte-greffes est là :

"patrice" a écrit :

Le pépiniériste n'a t il pas obligation de greffer systématiquement sur du plant certifié?


Pour le reste, l'amateur fera bien ce qu'il veut ou presque, il bénéficie déjà d'une grande souplesse. Il y a des raisons pour supprimer la production de masse de certains porte-greffes.
floyd a écrit le 19/02/2010 23:28 (ref msg # 26212 )
Peut-on douter qu'il y aie quelques avantages à avoir un catalogue officiel et des inconvénients à ne pas en avoir?
Cet outil voulu et organisé par la profession et les pouvoirs publics pose effectivement en arbo et dans tous les secteurs des graines et semences le même type de question.

Une certaine idée du Progrès et de l'Entreprise Capitaliste impose de mettre en avant le meilleur de la nouveauté et conduit à déconsidérer les vieilles variétés.
L'accélération du phénomène n'est pas sans soulever des inquiétudes; celle de l'érosion génétique est certainement la plus grave et la concentration des banques de gênes entre peu de mains étrangères est évidemment la plus connue.

Le mouvement associatif, celui des collectionneurs et des conservatoires pourront-ils suffire à sauvegarder toute la biodiversité de nos jardins et vergers?
vomito a écrit le 19/02/2010 23:35 (ref msg # 26214 )
Je vais insister sur le sujet, mais peut-on vraiment parler de biodiversité avec l'exemple de vergers industriels de poiriers greffés sur cognassier ?

C'était la solution la moins pire adaptée à l'ère moderne, mais déjà redoutée et déconseillée par des anciens. J'avais trouvé des vieux bouquins du 19 ET 18è siècle, numérisés et en ligne qui mentionnaient déjà ces problèmes, je vais essayer de les ressortir.
floyd a écrit le 19/02/2010 23:50 (ref msg # 26215 )
Tu fais bien d'insister, vomito. Les questions que nous soulevons ne sont pas neuves, mais il est clair qu'elles se posent encore.
Je trouve cela pertinent en 2010 d'autant que l'unesco…
http://portal.unesco.org/fr/ev.php-URL_I...
patrice a écrit le 20/02/2010 07:44 (ref msg # 26221 )
"floyd" a écrit :

Le mouvement associatif, celui des collectionneurs et des conservatoires pourront-ils suffire à sauvegarder toute la biodiversité de nos jardins et vergers?


C'est eux qui ont assumé cette tâche jusqu'alors...
Le catalogue officiel ne s'applique qu'aux actes commerciaux (vente de plants, de produits bruts issus de ces plants, ou de produits transformés issus de ces plants).
Les acteurs associatifs, conservatoires... , comme tu l'indique, ne sont pas concernés (heureusement car sinon fruitiers.net et les associations pomologiques n'existeraient pas vu que presque tout ce qui est conservé ou proposé n'est pas inscrit au catalogue officiel).
Pour l'amateur, qui voudrait continuer à oeuvrer avec des vieilles générations de porte-greffe, rien ne l'empêche d'aller prendre un éclat de cognassier de provence ou de BA29 dans son jardin, non certifié, et de le greffer avec un poirier.

Le catalogue officiel n'est ensuite contraignant que pour le pépiniériste (ou aux associations qui voudraient vendre au lieu de donner... mais là c'est une autre histoire) ; et, pour l'aspect "royalties", le pépiniériste qui faisait une production clandestine "complémentaire" avec du cognassier en fera autant avec du pyriam...

Pour le reste, on ne connait pas encore les motifs exacts de cette décision (privilégier la nouvelle génération de porte-greffes mieux résistants au feu bactérien?) et sur quoi cela s'applique (uniquement les communs ou aussi les sélections clonales?). On romance sans savoir concrètement de quoi il retourne.


greffer.net >> Hors-sujet