peut on conduire des pruniers en palmette ou U ?

  1. greffer.net
  2. >>
  3. Hors-sujet


asterix a écrit le 26/06/2009 08:20 (ref msg # 23543 )
Bonjour à vous tous...

Voilà je voudrais savoir si on peut conduire des pruniers en palmette ou en U....bien entendu, sur de jeunes sujets...

Ou puis je acheter des arbres fruitiers de bonne qualité....
D'avance merci..

Michel
patrice a écrit le 26/06/2009 08:46 (ref msg # 23546 )
Bonjour Michel,

Même si elles eurent été un temps pratiquées, les formes palissées du prunier ne sont plus usitées. Le prunier se prête mal aux tailles sévères. Ses formes de conduites habituelles sont la tige, demi-tige et gobelet.

Si problème de place, essayer de conduire en forme de petit buisson dans une haie.

Pour les pépiniéristes, voir pommiers.com ou la section pépinieres du site.
floyd a écrit le 26/06/2009 12:04 (ref msg # 23549 )
Si le recours à une forme palissée est dicté par un espace insuffisant pour autre chose, reste la palmette à la diable, qui repose sur l'arcure de tout les rameaux les plus vigoureux.
Moins géométrique elle demande aussi moins de travail pour une mise à fruit plus rapide.
En espalier contre un mur ou en contre espalier en haie fruitière, les fils de fer seront solidement fixés et tendus.
asterix a écrit le 26/06/2009 12:16 (ref msg # 23550 )
http://img81.imageshack.us/i/dscf9090.jp...
http://img218.imageshack.us/i/dscf9091i....

Voici les 2 pruniers que je voudrais tailler, qu'en pensez vous.????..........thames cross et delbart azur....

Une question, peut t' on conduire des palmettes ou U à partir de fuseaux...????.......

D'avance merci
floyd a écrit le 26/06/2009 15:26 (ref msg # 23554 )
Les arbres sont bien trop avancés en développement pour espérer faire une forme classique.

Variétés vigoureuses, espace limité, proximité de la haie persistante… beaucoup de contraintes difficiles à assumer.

Tente de transformer le prunier en un éventail à l'aide d'une structure de fils de fer qui sera indispensable.
klakos a écrit le 26/06/2009 18:47 (ref msg # 23563 )
Compte-tenu que la haie est relativement proche, j'y verrais bien une forme plate, une palmette à la diable.
asterix a écrit le 27/06/2009 08:21 (ref msg # 23569 )
Bonjour à tous
Pas de réponse pour comment former a partir d'un fuseau ou scion...????..........
floyd a écrit le 27/06/2009 11:02 (ref msg # 23571 )
Impatient petit gaulois, je crois que l'article de klakos sur la palmette à la diable en dit beaucoup.
A relire les différents posts, toutes les infos indispensables y sont; contre-espalier, arcures.
Yapuka.
patrice a écrit le 28/06/2009 12:10 (ref msg # 23579 )
"floyd" a écrit :
Impatient petit gaulois, je crois que l'article de klakos sur la palmette à la diable en dit beaucoup.


son article fait état de haie à la diable, et non palmette à la diable (alors que dans son message ci dessus il fait bien état à la palmette, ce qui est différent).

Pas de réponse pour comment former a partir d'un fuseau ou scion...????..........

Pour ma part, les cas conventionnels ont été cités.
La taille se fait en hiver. Donc il serait peut être mieux de nous reposter des photos à ce moment là, arbre dégarni, afin de mieux voir ?
floyd a écrit le 28/06/2009 19:22 (ref msg # 23581 )
Tout à fait, un arbre dénudé dont on voit bien la ramure (le mieux quand c'est possible étant de tendre un drap blanc comme fond) fournira un cliché intéressant.

Une haie fruitière à la diable ou pas, c'est une succession de palmettes plantée et palissée sur une ligne, donc en contre-espalier, non?
patrice a écrit le 01/07/2009 15:51 (ref msg # 23590 )
Non.

La haie à la diable n'est pas palissée.

La palmette à la diable oui, contre un mur : http://www.pomum.fr/?p=120

Je viens de trouver dans une doc, cité marginalement, que certains pratiquaient la palmette à la diable pour le prunier, comme le suggérait klakos.

Asterix ne pourra pas conduire en palmette à la diable, car ce n'est pas adossé à un mur.
floyd a écrit le 01/07/2009 18:02 (ref msg # 23594 )
Arcure Lepage ou méthode Bouché-Thomas et drapeau Marchand, les vergers pro des années 50, 60, étaient plantés de contre-espaliers.
Dans les années 70, quand j'étais à l'école d'Horticulture d'Angers, j'ai vu de tels vergers aux arbres palissés. Bref…

La solution pratique pour mettre les branches de l'arbre d'Astérix dans un plan, c'est de construire un support avec fils de fer et poteaux et d'attacher les branches qu'il aura pu arquer sur le dit support.
patrice a écrit le 02/07/2009 16:30 (ref msg # 23598 )
Outre ce mode de conduite atypique, se posera la question, si astérix veut le tenter et le risquer, de la nature des porte-greffes de ses arbres, rappelant qu'il faut au maximum un PG de vigueur moyenne.
klakos a écrit le 02/07/2009 18:00 (ref msg # 23600 )
Effectivement sur PG moyen-fort, d'autant plus avec une variété poussante (la photo fait état d'un arbre déjà bien vigoureux), il n'y pas utilité de palisser une palmette à la diable.
floyd a écrit le 02/07/2009 21:55 (ref msg # 23602 )
Salut Klakos,
OUi, mais alors comment faire pour que l'arbre d'Astérix ne servent pas à Assurancetourix?
Comment faire pour parvenir à en contrôler cette vigueur déjà bien trop encombrante?
La taille, seule, ne suffira pas. Arcure, quoi d'autre? Ficeler les branches à de lourdes pierres? Peu pratique à mon sens.
Ou alors ressortir tout l'arsenal des techniques de bonsaï.

Le mieux n'est-il pas de courrir acheter une variété sur un porte greffe assez faible…
klakos a écrit le 03/07/2009 01:38 (ref msg # 23604 )
Il faut combatte la verticalité, naturelle.
On vient de visiter le verger conservatoire de Nort-s/Erdre (nord de Nantes).
Partant du constat que généralement les vergers conservatoire se résument à des alignements d'arbres plutôt stériles, ils fonctionnent avec succès autrement que par la méthode "traditionnelle".
Reprenant ce que professait autrefois Bouché-Thomas par exemple, ils conduisent les arbres de manière différente : plus de taille d'hiver ni de taille en vert mais "arrachage" des branches jugées inutiles (souvent les verticales) + pincements + 1 incision annulaire pour mettre à fruit le cas échéant ...
Ils privilégient les branches inclinées ou arquent.
Le résultat est que l'arbre à un port plutôt pleureur.
Évidemment, il faut veiller à ce que l'arbre soit bien nourrit (un des "nerfs de la guerre")
Protection contre les nuisibles par de grands filets (moche mais efficace mais là à mon avis on peut faire mieux).
Tout ceci appliqué à ce prunier assurerait de bonnes récoltes.
(un palissage rendrait effectivement ces opérations d'inclinaison ou d'arcure plus simples mais on peut vivre sans).
floyd a écrit le 03/07/2009 09:45 (ref msg # 23606 )
Les pratiques que tu as retenues Klakos, sont celles mises en avant par Lespinasse et Leterme qui utilisent les termes de taille centrifuge, d'extinction, et les pratiques d'arcure assez systématiquement.

Sans insister trop lourdement… quoique… je vais recommander à nouveau la lecture de leur ouvrage "de la taille à la conduite de l'arbre"

Dans ce même sous-forum consacré à la taille, nous avons dernièrement discuté du cas d'un mirabellier, à peu près dans les mêmes termes.

Il est parfois bon de se détacher de la "méthode traditionelle".
Les arbos du XXeme siècle ont touché du doigt et par la pratique, les solutions actuelles validées par des explications rationelles.

Comprendre les régulations hormonales de la physiologie de l'arbre fruitier, le secret est là.

Je souligne que les méthodes traditionelles datent d'avant le XIXe.


greffer.net >> Hors-sujet