Mon abricotier se meurt !

  1. greffer.net
  2. >>
  3. Hors-sujet


Nature38 a écrit le 21/06/2009 23:03 (ref msg # 23484 )
Bonjour,

Mon abricotier Bergeron en place depuis 5 ou 6 ans sans gros soucis, est visuellement entrain de se dessécher entièrement.

Je ne pense pas qu'il ne manque pas d'eau (arrosages + météo) et selon moi il ne s'agit pas de la moniliose du fait que l'arbre sèche de A à Z et pas seulement sur l'extrémité des branches.

L'arbre était pourtant bien vigoureux...

Je vous passe 2 photos assez représentative.









Avez vous une idée de ce qu'il lui arrive ? Bactériose ?

Avez vous une solution ?

Merci par avance
floyd a écrit le 22/06/2009 08:05 (ref msg # 23489 )
Même question pour moi, je suis en train de perdre un vieil abricotier (30 à 40 ans pour 0,80 m de circonférence).

Je n'ai rien tenté car il n'a fait que suivre le même chemin que l'arbre frère qui était contaminé par un champignon.
Rien tenté hormis des élagages à répétition… mais sans illusion.
kakou13 a écrit le 22/06/2009 08:17 (ref msg # 23490 )
bonjour,
suite à ta remarque j'ai decouvert une reponse sur ce site :

http://forum.aceboard.net/24190-2116-219...

J'ai fait des recherches et j'ai découvert que dans plusieurs régions et pays, les abricotiers pouvaient être victimes d'une réaction due à des déséquilibres physiologiques.
Cette "maladie" nommée apoplexie de l'abricotier est apparue d'abord dans le midi de la France, puis en Pologne et, actuellement, elle semblerait gagner l'Espagne.
Les responsables de ces désordres sont variés. Une longue période de froid ou un stress due à la taille ou les piqûres de certains parasites ou la maladie criblée qui affaiblit l'arbre, etc...
Elle n'atteint pas, toujours, l'arbre en entier.
Pas d'arrachage trop hâtif!!!!
Essayez de tailler les parties mortes pour voir s'il reste des parties vivantes.
Et si l'arbre est encore vivant lui laisser le temps de se remettre en aidant sa convalescence par un apport de nourriture et d'eau en cas de forte sécheresse.
floyd a écrit le 22/06/2009 08:31 (ref msg # 23492 )
La Gazette des Jardiniers et son forum… une "institution"!

Concernant les recherches menées par des scientifiques français, voyez encore:
http://umr-bgpi.cirad.fr/pagesecondaires...

L'apparition de champignons témoignerait donc d'un arbre affaibli qui se trouve colonisé par un mycélium opportuniste.
Ernst a écrit le 22/06/2009 11:27 (ref msg # 23495 )
Salut,
J'ai eu un cas très similaire avec un abricot non greffé et peu plus jeune que le tien, qui a fané d'un coup. Etant donné que les deux autres abricotiers très proches du troisième n'ont jamais rien eu et que des taupinières se trouvaient au pied de ces arbres, j'ai pensé que ces petites bêtes m'avaient coupé purement et simplement une racine importante pour pouvoir passer et creuser leur galerie.
Quand je l'ai déterré, je n'ai pas pris le temps de regarder plus précisément.
Après les lapins, c'est ma deuxième plaie. J'ai réussi à résoudre le problème "chevreuil".
Nature38 a écrit le 22/06/2009 22:33 (ref msg # 23497 )
Merci pour les liens,

C'est très clair, dans mon cas c'est l'EFSY (L'European stone fruit yellows) ou ECA (Enroulement Chlorotique de l'Abricotier) transmis par le psylle Cacopsylla pruni.

J'ai trouvé 2 lien vers des PDF assez intructifs :

http://www.db-acw.admin.ch/pubs/wa_pv_07...

http://rhone-alpes.synagri.com/synagri/p...

Par contre ils n'indiquent pas s'il y a un traitement une fois la maladie déclarée, mais j'ai l'impression qu'il n'en existe pas...
Si vous en connaissez un...

En préventif il faut pulvériser de l'insecticide mais avec mes ruches à moins de 100 m j'ai un peu peur du résultat...

Je vous tiens au courant de la suite.

Merci
Ferréol a écrit le 23/06/2009 00:02 (ref msg # 23498 )
"Nature38" a écrit :


Par contre ils n'indiquent pas s'il y a un traitement une fois la maladie déclarée, mais j'ai l'impression qu'il n'en existe pas...
Si vous en connaissez un...



Exact, les maladies dont les agents causaux sont des phytoplasmes n'ont pas de moyens de lutte en curatif. La seule solution est la destruction de la plante.

Je suppose que pour lutter contre le psylle du prunier, on peut faire comme pour lutter contre le psylle du poirier, en entretenant des frênes et des arbres de judée a proximité ce qui permet d'entretenir les population de prédateurs des psylles a proximité. Le frêne et l'arbre de judée hébergeant chacun une espèce de psylle totalement inoffensive pour nos ververs mais servant de nourriture aux mêmes prédateurs que les psylles qui nous embêtent (psylle du poirier et probablement psylle du prunier)...

Sinon des insecticides plus classiques systemiques de préference, plus efficaces sur les piqueurs-suceurs tels que les psylles et moins nocifs pour les abeilles que les produis agissant par contact ou inhalation...
floyd a écrit le 23/06/2009 08:48 (ref msg # 23500 )
Plus que jamais (et c'est dommage pour les échanges) il faut acquérir des abricotiers sains auprès d'établissements spécialisés strictement menés et régulièrement contrôlés.
Une garantie (même relative) de ne faire rentrer dans son verger que des plantes indemnes de phytoplasmes.

Ferréol sait peut-être s'il y a des variétés moins sensibles?
claudeduvar a écrit le 23/06/2009 21:38 (ref msg # 23513 )
c'est un avis perso mais quand un abricotier se meurt de cette manière ( feuilles qui flétrissent comme si l'arbre avait soif) il faut l'arracher, extraire les racines et pour ceux qui peuvent changer la terre. il y a risque de transmission. pour ce bel arbre qui est de plus en délicat à conduire, il faut des sol sain sans précédent rosacé.
patrice a écrit le 24/06/2009 07:04 (ref msg # 23519 )
"claudeduvar" a écrit :
sans précédent rosacé.


même si dans la pratique j'ai pu le constater, sais-tu la raison?
Ferréol a écrit le 24/06/2009 19:57 (ref msg # 23527 )
"floyd" a écrit :

Ferréol sait peut-être s'il y a des variétés moins sensibles?


Helas, je n'en connais pas plus que ça.

Ceci dit, on peut penser que des variétés résistantes aux psylles ont des chances d'être moins facilement atteintes par cette maladie...
Maintenant, comme je ne sais pas si il y a des abricotiers résistants aux psylles du prunier, ça ne nous avance pas beaucoup, mais c'est bien possible car il y a des variétés de poirier résistantes aux psylles du poirier.
floyd a écrit le 24/06/2009 20:46 (ref msg # 23528 )
"Ferréol" a écrit :
… car il y a des variétés de poirier résistantes aux psylles du poirier.

C'est bien dans ce sens que peut apparaitre un début de solution.
Pas beaucoup d'abricotiers à Beaucouzé(49)… non?
kakou13 a écrit le 25/06/2009 07:11 (ref msg # 23531 )
bonjour, en regardant la photo de prés on voit un cyprés à cote de l'abricotier peux tu nous dire si c'est bien cela
peux tu donner plus detail ?
floyd a écrit le 25/06/2009 08:31 (ref msg # 23534 )
Le petit conifère d'ornement me semble être un chamaecyparis… en bonne santé.
claudeduvar a écrit le 25/06/2009 22:04 (ref msg # 23537 )
c'est vrai que les précédents culturaux peuvent être plus au moins favorables quand on installe un verger. souvent la science valide des remarques génériques que l'on retrouve dans d'anciennes expressions, ici c'est la "fatigue du sol" où l'absence de diversité, une mauvaise rotation vont favoriser des déséquilibres mineraux et biologiques; nématodes, champignons etc .. la liste est longue.
il faut 12 ans environ pour q'une ancienne vigne retrouve un sol sain pour y être à nouveau planter, pour les vergers la vigne est un mauvais précédent, idem après une culture maraichère, la luzerne également alors que l'on pourrait croire l'inverse avec l'enrichissement du sol en rhibosium. les sols limoneux profonds contiennent en profondeur de nombreux restes ligneux du type troncs d'arbres charriés par les rivières et s'avèrer nocif pour les racines des arbres vigoureux mais extrèmement fertiles pour les légumes. il y a à dire.... mais nos fruitiers sont souvent des rosacées donc c'est pas simple comme rotation si on ne change pas de famille, il y a tout de même des sous familles qui présentent des différences notables et que l'on peut choisir en remplacement
Ferréol a écrit le 25/06/2009 23:37 (ref msg # 23538 )
"claudeduvar" a écrit :
il faut 12 ans environ pour q'une ancienne vigne retrouve un sol sain pour y être à nouveau planter, pour les vergers la vigne est un mauvais précédent, idem après une culture maraichère


La quantité de pesticides épandus dans ces cultures n'y est peut-être pas pour rien...

Au rythme d'utilisation du cuivre ces 50 dernières années en viticulture on va bientôt pouvoir exploiter le cuivre des sols de certains vignobles.
kakou13 a écrit le 26/06/2009 07:32 (ref msg # 23539 )
la question que je me pose en realite c'est l'effet du cypres sur l'abricotier
le system racinaire des resineux est tres developpé en surface et en general les arbres fruitiers souffrent terriblement d'etre proche des cypres ou pins , j'ai eu le cas d'un abricotier qui est mort du fait qu'il etait pres d'un pins d'alep par manque d'eau , le pins pompait toute l'eau en surface , de plus il augmentait l'acidité de la terre
Ferréol a écrit le 26/06/2009 07:38 (ref msg # 23541 )
Possible que ça n'ait pas aidé l'abricotier mais de la à le faire mourir en quelques jours, ce serait vraiment fort...

Je me rappelle cependant d'un poirier william's qui est passé de l'état bien vigoureux et productif a l'état rachitique et sans fruit en quelques années du fait de la croissance d'une haie de thuya voisine...
Nature38 a écrit le 26/06/2009 22:19 (ref msg # 23567 )
"kakou13" a écrit :
bonjour, en regardant la photo de prés on voit un cyprés à cote de l'abricotier peux tu nous dire si c'est bien cela
peux tu donner plus detail ?


Oui c'est bien une sorte de cyprès et Floyd à certainement raison sur son identité.

J'ai lu quelque part que les psylles se réfugient dans les sapins en hiver, est ce que mon cyprès serait un refuge à psylles ?

Il y a aussi pas mal de prunus sauvages (très certainement porteurs de l'ESFY) dans les environs et ils sont aussi potentiellement des "nids" à psylles.

Pour en revenir à l'abricotier, cela fait bien 2 mois que j'ai remarqué qu'il paraissait avoir soif... et je l'ai arrosé... Ça me fait un peu mal de le voir agoniser comme ça.

J'ai trouvé ce pdf extrêmement intéressant. Je n'ai pas encore eu le temps de le lire correctement mais je pense qu'il y a beaucoup de réponses à nos questions :
http://www.avignon.inra.fr/content/downl...

Lundi j'arrache l'abricotier et le cyprès !
kakou13 a écrit le 27/06/2009 08:23 (ref msg # 23570 )
salut nature 38

je pense que tu devrais si tu est decidé à arracher le cypres d'abord et conserver l'abricotier momentanement , d'effectuer une cuvette autour de l'arbre et de l'inonder pendant quelques temps ,de lui enlever les fruits s'il en a et d'observer son comportement


greffer.net >> Hors-sujet