Utilité des moutons et autres animaux dans un verger ?

  1. greffer.net
  2. >>
  3. Hors-sujet


Hugues Stoeckel a écrit le 09/05/2006 09:36 (ref msg # 1684 )
Mon verger (tiges et demi-tiges) fait environ 30 ares, et je l'ai entretenu plusieurs années via 2-3 moutons achetés au printemps et abattus en automne.

Il est assez facile de protéger les troncs, mais en 2004, une brebis adulte s'est comportée comme une chèvre : debout en équilibre sur les pattes arrières, elle atteignait les feuilles à 1,80m de haut. Autant dire qu'elle a fait des dégâts. Du coup, l'an dernier j'ai tondu à la main. (

Quelqu'un a-t-il trouvé une astuce pour s'en prémunir (races de moutons, répulsifs, entraves, etc) ?
patrice a écrit le 09/05/2006 10:20 (ref msg # 1685 )
Bonjour Hugues.

Je n'ai pas de moutons mais une connaissance qui a des animaux dans son verger. Tout est bien sur conduit en haute tige, et autour de chaque arbre quatre tres gros piquets de 2 metres de haut avec du grillage pour ne pas que les animaux viennent abimer l'écorce du tronc.
klakos a écrit le 09/05/2006 11:33 (ref msg # 1687 )
Une race de petite taille, voire naine, comme le mouton d'Ouessant (si tu ne savais pas où aller en vacances )
http://www.chez.com/ferm/animaux/MOUTOUE...


ou alors, autre solution, tu coupes tes arbres et tu les remplaces par des peupliers
autrevie a écrit le 28/01/2007 20:49 (ref msg # 5844 )
oui,il existe meme des chevres naines aussi
Saviez vous que la crotte de mouton est la plus riche apres celle du pigeons de la poule puis, du porc.
et oui le mouton ne mange que de l'herbe pure et fine.

pour creer des arbres de plein vent il faut faire une greffe pour le tronc
rambour d'hiver ou transparence de croncel je ne sait plus, en tout cas un des deux est utilisé comme tronc puis il faut greffer la variété.
donc pour un arbre "de plein vent" il faut deux greffage:racine tronc,tronc +variété.

personelement je trouve tres violent les demi tige ou les haute tige acheté en racines nues,cette manère de couper tout ce qui dépasse pour faire un manche a ballait avec trois bout de racines et trois bout de branches,imaginez les chemins de la sève!quel voyage! quel effort
on m'a conseillé de couper à la base,cella redonerais bp de vigueure!
Naturellement les arbres ombrent leurs tronc,n'avez vous jamais vuent un arbre au tronc désèché sur la face sud?
moi oui plusieurs fois...
bref me voila à divaguer et le sujet iniciale est fort lointain....
patrice a écrit le 29/01/2007 08:05 (ref msg # 5856 )
pour creer des arbres de plein vent il faut faire une greffe pour le tronc
rambour d'hiver ou transparence de croncel je ne sait plus, en tout cas un des deux est utilisé comme tronc puis il faut greffer la variété.


Il me semblait que la Transparente de Croncels greffée en intermédiaire était pour rajouter une résistance aux pucerons lanigères?

Saviez vous que la crotte de mouton est la plus riche apres celle du pigeons de la poule puis, du porc.

Sinon, je recopie un post qui a été fait sur le forum tomates, concernant les fumiers des animaux :

VALEURS FERTILISANTES DES ENGRAIS ORGANIQUES
Source : ITCF arvalis- ITAVI - valeurs moyennes d'effluents d'élevage


ENGRAIS ORGANIQUES COMPOSITION en Kg / tonne de produit brut
N P2O5 K2O CaO MgO

EFFLUENTS D'ELEVAGE

bovins
fumier frais 5,8 2,3 9,6 3,8 1,7
compost de fumier 8 5 14 6 3
lisier presque pur 4 2 5 4,5 1,5
lisier dilué 2,7 1,1 3,3 2,5 1
lisier très dilué 1,6 0,8 2,4 1 0,5
purin pur 3 0,9 5,7 2 2
purin dilué 0,4 0,2 1,5 1 0,5

porcins
fumier de litière 9,1 10,9 11,2 7,5 3,1
lisier pur 9,6 4,8 5,9 5,2 1,7
lisier dilué 4,3 3,8 2,6 3,6 1,2
compost de fumier de litière 11 18,3 20,8 10 4
compost de lisier sur paille 7,7 14,9 10,5 5 2

volaille
fiente humide 15 14 12 40,5 3
fiente séchée 40 40 28 60 8
lisier canard 5,9 5,9 4,1 6 1
fumier sortie du bâtiment 29 25 20 14,5 3,7
fumier après stockage 22 23 18 11 2,8

ovin
fumier 6,7 4 12 11,2 1,4
compost de fumier d'ovins 11,5 7 23 22 3

caprin
fumier 6,1 5,2 7 8 2

cheval
fumier 8,2 3,2 9 6 2

lapin
lisier 8,5 13,5 7,5 13,9 3,5

EFFLUENTS URBAINS
compost urbain (ordures ménagères) 6 4 5 36 4
compost végétal urbain 8 4 10 2 1
Message modifié 1 fois ; la dernière fois le 29/01/2007 11:43 par patrice
plumesagilles a écrit le 15/02/2008 18:22 (ref msg # 13985 )
Dans mon verger je met des oies ;aucun probleme avec les arbres pas besoin de protection et elles entretiennes bien le terrain
floyd a écrit le 15/02/2008 20:00 (ref msg # 13993 )
Bonjour,

Les oies paturent sans arracher l'herbe. Juste un peu bruyantes quand elles s'alertent et les jars sont capables de pincer dur. L'engrais d'oies est riche et je ne parle pas du foie.

Plus sérieusement: une idée du chargement par hectare? 10 ou 20 porte-plume pour 10 000 m2…
plumesagilles a écrit le 15/02/2008 21:23 (ref msg # 13996 )
par expérience 12 pour 10000m carré suffisent largement
floyd a écrit le 16/02/2008 10:57 (ref msg # 14020 )
En principe on compte deux oies et un jars, pour un élevage durable, soit 2500 m2 minimum.
André a écrit le 16/02/2008 11:08 (ref msg # 14023 )
J'ai ouï dire que mettre simplement quelques poules dans un verger était très intéressant pour picorer les parasites et engraisser le sol par leurs fientes?
Fruit avenir a écrit le 19/02/2008 19:32 (ref msg # 14211 )
J'ai donné deux pêchers à mon pêre c'est les plus beau jeunes arbres que j'ai jamais vue (bien plus que les miens).

Feuillage d'un vert sombre un dévellopement hallucinant en un an, et pas un pet de cloque...Il les à plantés dans son poulailler où une demi-douzaine de poule blanche genbadent...

Donc encore un avantage il semblerait que la cloque n'aime pas du tous les souffre et je crois que la fiente en est fourni. Au revoir la tordeuse et autre.

Par contre gare aux fruits qui tombent...
floyd a écrit le 19/02/2008 20:00 (ref msg # 14213 )
Bonsoir,
"Fruit avenir" a écrit :
…J'ai donné deux pêchers à mon pêre… les à plantés dans son poulailler où une demi-douzaine de poules blanches …

Quel est le point commun entre le pécher et la poule?
Les deux aiment le soleil, un habitat sain, sans humidité, une alimentation variée et de qualité.
klakos a écrit le 19/02/2008 20:56 (ref msg # 14214 )
"floyd" a écrit :

Quel est le point commun entre le pécher et la poule?

Il me semble bien que ces animaux assainissent le sol au sens ou ils vont déloger et détruire certains parasites des arbres fruitiers (du genre de ceux qui hivernent au pied).
autrevie a écrit le 20/02/2008 08:58 (ref msg # 14231 )
Au printemps,pour moi ce sera opération OIES,fini la tondeuse,toutes les buttes du potagé sont à 1m du sol voir plus,la classe,elle vont broutter les allées et toutes les parcelles des verger...elles irons dans l'une des 5 marres,je pensse que ca fonctionera mieux que des lapin en clapier portatif,que je me suis fatigué a faire et déplacé toute l'année 2007
le lapin mange 1m² d'herbe par jours environ l'orsque je le laisse 4 jours les 2m² (périmètre de sa cage)sont tres...désherbé.
mais c'est galère,c'est pas le bon choix.
druere a écrit le 20/02/2008 11:55 (ref msg # 14240 )
Et puis les oies peuvent "remplacer le chien de garde"
André a écrit le 20/02/2008 11:58 (ref msg # 14241 )
Oui mais, laissées en liberté dans le jardin, elles peuvent être dangereuses même pour leur propriétaire non ?
klakos a écrit le 20/02/2008 13:20 (ref msg # 14252 )
"André" a écrit :
Oui mais, laissées en liberté dans le jardin, elles peuvent être dangereuses même pour leur propriétaire non ?

Tu sais pour un adulte, bof !
Mis à part le risque de se faire pincer les choses de la vie
autrevie a écrit le 22/02/2008 12:42 (ref msg # 14335 )
kersanton a écrit le 24/02/2008 22:40 (ref msg # 14439 )
J'ai testé les moutons de Ouessant (très courant dans toute la Bretagne). Avec un grillage pour protéger les troncs les 6 premières années et des arbres sur tige(environ 1m50), c'est la solution idéale. Il y a une contrainte: il ne faut pas de feuilles au niveau de leur tête, ce qui peut leur donner de mauvaises idées. Quand l'arbre est assez gros, l'écorce ne les intéressent plus et on peut recycler les grillages.
André a écrit le 06/03/2008 21:58 (ref msg # 15000 )
D'après l'article américain ci-dessous, il semblerait que la meilleure solution pour "nettoyer" le verger de tous ses parasites soit la pintade.

Sauf dans les coins ou les rapaces peuvent s'y attaquer.

Dans ce cas, l'arme fatale consisterait à lacher quelques porcs pour qu'ils dévorent les fruits tombés au sol et empêchent ainsi la prolifération des bestioles.

L'article original :

Hogs Help Battle Beetles in Apple Orchard

http://news.aol.com/story/_a/hogs-help-b...
By JAMES PRICHARD, AP

Posted: 2008-03-05 12:27:29

CLAYTON TOWNSHIP, Mich. (March 5) - Jim Koan has gone hog-wild in his
battle against a beetle that threatens his 120-acre organic apple orchard.

As part of a research experiment believed to be among the first of its
kind, Koan is using pigs to help protect his fruit from the plum curculio,
a tiny insect that is among the most destructive apple pests.

More than two dozen porkers patrol his orchard, gobbling down fallen,
immature apples containing the beetle's larvae. After a successful trial
run late last spring, he and some researchers at Michigan State University
are preparing for year two of the experiment at AlMar Orchards and Cidery in eastern Michigan.

They hope their work will someday help fruit growers throughout the world
reduce the use of pesticides while diversifying their agricultural
operations, as he is doing. He plans to periodically sell off the
offspring of his four original hogs, keeping only those he needs.

"I'm not ready to say that everybody should run out and do this but I'll
tell you, after the first year, I'm a whole lot more optimistic and
excited by the possibilities," said Dave Epstein, a tree fruit
pest-management specialist at the university and the project's lead
researcher.

The quarter-inch-long plum curculio is particularly difficult for growers
like Koan to control because no good organic controls have been developed for them. The beetle can be controlled conventionally, often with the pesticide azinphos-methyl. But the U.S. Environmental Protection Agency is phasing out the powerful pesticide, marketed under the trade name Guthion, because of the risks it poses to farm workers and to the environment.

Adult female curculios cut crescent-shaped flaps in the skin of newly
formed apples and lay their eggs inside, where they hatch. The beetle
larvae burrow into the center of the young fruit, making it drop
prematurely in late June or early July.

After spending about two weeks inside, the larvae migrate from the fallen
fruit into the soil, where they pupate for 10 to 12 days before emerging
as adults to attack the remaining fruit and start the cycle all over
again.

Koan decided to try to find an animal that would eat the fallen apples as
they lay beneath the trees, before the bugs became adults, but he had a
few misses before he settled on pigs.

First, he tried using some chickens.

"All they did all summer long was lay around under the trees when it was
hot and just sunbathe, you know, kind of like on the beach," he said.

Then a neighbor's dogs got to the birds. "So that was a bad idea."

He next tried guinea fowl, an energetic wild chicken. They did a
"fantastic job" - until some birds of prey discovered them at the orchard.

Then Koan remembered how his grandfather would drive his pigs into his
orchard so they could feed on fallen apples.

So Koan obtained some Berkshire pigs, with the idea of breeding them not
only so they would eat the fallen apples and kill the beetle larvae but
also for slaughter as organically raised meat. He bought a boar and three
sows, and now has 27 pigs.

When the infested apples fell in June, the pigs were released into three
one-acre sections of the orchard. The researchers compared those three
plots with three other one-acre plots where the swine didn't go, and found
that the pigs did even better than expected.

Left in the orchard for three days, the pigs gobbled down 98 percent of
the fallen apples. Tests showed virtually all the larvae were digested.

"The little guys moved through like a pack of Hoover vacuums," Epstein said.

The researchers found that in the plots where no pigs were allowed, five
times as many plum curculios were counted.

Epstein got a one-year grant from the U.S. Department of Agriculture to
study the effect of the pigs on the orchard last year and has applied for
a four-year grant.

Koan, 60, took over the farm in Clayton Township, near Flint, from his
parents. In the past 15 years or so, while trying to diversify his
business, he has moved into organic production, phasing out most chemicals to fight off the pests, weeds and diseases that could harm his fruit.

"I think if my granddad was alive today and he saw how excited I am about doing this and this information that we're gaining on this," said Koan, "he would just look at me and say, 'Jeez, you're stupid. You didn't know that?"'


greffer.net >> Hors-sujet