greffe de conifère.

greffer.net >> Plantes ornementales

sapindo a écrit le 06/04/2009 22:15 (ref msg # 22398 )
je persiste dans la greffe des coniferes malgré de multiples échecs
Ayant quelques portes greffes de picea abies, j'ai tenté deux techniques de greffage de picea abies 'Cruenta'
En fente, une autre en une sorte de plaquage en tete apres décapitation du porte greffe.
miracle, celui en fente en pied débourre...je croise les doigts pour que ça pousse.
les pinus, j'ai tenté à l'exterieur sur balcon sous écorce en coulé. ça tient pour l'instant.
Une autre en plaquage latéral à l'étouffée pour un pin doré.
je m'aperçois qu'un greffoir extremement bien aiguisé est très important pour être précis. je pense que c'est une des conditions indispensables de réussite
JM a écrit le 06/04/2009 22:44 (ref msg # 22399 )
Pour les pins : placage latéral au mois de mai avec des greffons conservés en chambre froide depuis février.
floyd a écrit le 07/04/2009 09:02 (ref msg # 22400 )
Dans l'ouvrage de Pierre Michard, la greffe de conifère en plaquage est illustrée. Il ne décapite pas le PG dès le départ, mais procède à un sevrage progressif après 2 mois de greffe, puis 6 mois et définitif à 12.

Je lis encore que les greffons sont des rameaux de 2 ans.
JM a écrit le 07/04/2009 17:04 (ref msg # 22401 )
Sur pin (maritime), on prend une pousse de l'année (gros bourgeon brun) et en effet on ne décapite pas le porte-greffe tout de suite. On le fait en 2 fois à partir de juillet - août.
hendy a écrit le 08/04/2009 16:11 (ref msg # 22407 )
IL faut avoir une enceinte fermée pour y maintenir un degré d' humidité très élevé de préférence avec un nébulisateur..(humidificateur)
Sinon avec un léger séchage et vous perdez tout..

Avec ce genre de systhème le taux de réussite au greffage des conifères atteint un taux relativement élevé..
JM a écrit le 08/04/2009 16:45 (ref msg # 22410 )
Avec le pin maritime, on greffe en plein air (plants de 2 ans en pleine terre). Taux de réussite environ 80%.
hendy a écrit le 09/04/2009 02:54 (ref msg # 22412 )
Est ce que tu demeures en milieu maritime avec un fort taux d' humidité ou tu dois reproduire ses conditions...ombrage...sans circulation d' air... humidité..
floyd a écrit le 09/04/2009 08:33 (ref msg # 22419 )
Habitat : Espèce de pleine lumière, Pinus pinaster le pin maritime croit dans les régions à climats océaniques (zones littorales) sur des sols sablonneux, généralement pauvres et acides, où il constitue le plus souvent des forêts monospécifiques. Il craint les hivers très rigoureux, avec des expositions prolongées à des températures inférieures à -15°C.

http://www.site-en-bois.net/fr/dec/douze...

C'est aussi le conifère des pinèdes sarthoises qui se contentent d'une maigre pluviométrie, entre 550 et 600 mm/an.
Des semences importées du Portugal s'étaient révélées particulièrement sensibles au gel.

Peux-tu nous dire quels sont les buts poursuivis avec le greffage de ce pin, JM?
JM a écrit le 09/04/2009 13:43 (ref msg # 22424 )
On greffe dans l'aire originelle du pin maritime, c'est océanique en effet. Parfois lors d'étés secs on met un peu d'arrosage, c'est tout, pas d'ombrière ni de confinement.
Ca sert à produire de la graine avec des individus intéressants pour la production de bois (forme et croissance), ces individus ont préalablement été testés en descendance. Les pépinières n'utilisent que des graines issues de "vergers" pour produire des plants (en pollinisation libre ou contrôlée).

C'est cette activité pour ma boîte qui m'a donné l'idée de me mettre au greffage des fruitiers. Avant ça me semblait nébuleux, presque magique.
floyd a écrit le 09/04/2009 22:47 (ref msg # 22432 )
Merci JM, quand on se ballade dans la pinède on est bien loin de s'imaginer tout ce travail "en amont".
Alors clone ou pas clone?
hendy a écrit le 10/04/2009 06:25 (ref msg # 22436 )
Je serais curieux de voir cela.. La greffe de conifère est très difficile sans un systhème de brumisateur.. Sans un systhème comme celui là je doute de la rentabilité de la greffe..
JM a écrit le 10/04/2009 09:28 (ref msg # 22440 )
"hendy" a écrit :
Je serais curieux de voir cela.. La greffe de conifère est très difficile sans un systhème de brumisateur.. Sans un systhème comme celui là je doute de la rentabilité de la greffe..


On en fait entre 1000 et 3000 par an en pleine terre avec de 60 à 80% de réussite. C'est assez simple à faire comme greffe. S'il fait très chaud et sec l'été on mets quelques sprinklers, c'est tout. Mais ils ne sont pas utilisés en plants de reboisement pour produire du bois mais pour produire de la graine.

la population d'amélio est issue d'arbres remarquables sélectionnés en forêt : on les a greffés ou bouturés pour les mettre en verger et utiliser leurs graines. En forêt ce sont leurs descendants qu'on utilise.
Pour l'utilisation des clones en reboisement on a des problème de vieillissement avec perte de vigueur, etc... Avec les techniques classiques le clone de pin n'a pas d'intérêt. Contrairement au peuplier pour lequel le clonage est la norme.
patrice a écrit le 13/06/2010 10:35 (ref msg # 27514 )
Jm, pourras-tu, à l'occasion, nous faire un petit reportage photo de la manip? Merci.
patrice a écrit le 06/03/2011 15:23 (ref msg # 29723 )
Premières tentatives de greffe de conifères :





greffé en novembre, puis mis sous tunnel agricole avec les agrumes durant l'hiver.
JM a écrit le 07/03/2011 22:26 (ref msg # 29738 )
Vaut mieux enlever les aiguilles au greffage et affranchir quand le greffon a suffisamment démarré.
patrice a écrit le 08/03/2011 05:55 (ref msg # 29739 )
Merci pour le conseil. Dans le doute, je n'ai décapité qu'une seule des greffes, et ai laissé les autres en l'état.


greffer.net >> Plantes ornementales