Ebourgeonnement trop violent

  1. greffer.net
  2. >>
  3. Hors-sujet


klakos a écrit le 21/04/2006 15:40 (ref msg # 1433 )
En vue de former un arbre en palmette, j'ai taillé un scion à 30 cm du sol et l'ai ébourgeonné de manière à en laisser 2 au sommet (pour les futures charpentières). Malheureusement, un des 2 bourgeons a été involontairement cassé. Il n'y en a donc plus qu'un sur le scion.
(j'ai été trop vite sur ce coup-là)

Croyez-vous que d'autres vont réapparaitrent malgré "l'amputation" ?
patrice a écrit le 25/04/2006 09:44 (ref msg # 1456 )
J'ai déjà eu le cas, et ce n'est pas réapparu.

J'ai donc tuteuré à la verticale l'unique branche qui se développait. Et l'hiver d'apres taillé de facon a ce qu'elle emete deux ramures.
Message modifié 1 fois ; la dernière fois le 01/01/2007 11:04 par patrice
klakos a écrit le 25/04/2006 11:13 (ref msg # 1457 )
Il me semble qu'un minuscule bourgeon a réchappé (cela reste à confirmer).
La prochaine fois, je serai plus prudent lors de la formation.
Encore une contrainte liée à mon élevage
patrice a écrit le 25/04/2006 11:22 (ref msg # 1458 )
"klakos" a écrit :

Encore une contrainte liée à mon élevage


Tu eleves quoi?

Ici des chats, et c'est pas la joie pour les greffes
klakos a écrit le 25/04/2006 12:02 (ref msg # 1459 )
Pareil, des chats !
Elevage, parce qu'on en a 4. On a ramené un deuxième à la maison, une jeune femelle (en chaleur) et... 2 de plus.
Heureusement depuis, l'élevage à été mis en stand-by.

Evidemment, il faut adapter mes méthodes de culture. Il y a bien des petits gratouillis indésirables de temps en temps mais ils se tiennent à peu près tranquilles.

Concernant cette future palmette : une tige verticale à 30 cm, c'est pratique pour se gratter sous le menton ! Le pb est qu'un des bourgeons en-dessous a moyennement apprécié.
Il est possible qu'il me faille protéger l'arbre avec un peu de grillage.
patrice a écrit le 25/04/2006 12:08 (ref msg # 1460 )
Idem... Ici tous les arbres sont protégés de grillage à poule sur un metre de hauteur....

Et j'ai planté de gros piquets en bois pour qu'ils se fassent les grilles dessus.
Alex a écrit le 29/12/2006 09:52 (ref msg # 5188 )
Bonjour,

" Le seul problème est que, comme disaient les vieux jardiniers, "ils reviennent difficilement sur eux-mêmes", c'est à dire que les tailles de rajeunissement sont pratiquement impossibles."

"ce qui est aisé chez le poirier et le pommier, en raison de l'aptitude à repercer des yeux latents ou meme des yeux adventifs sur le vieux bois, est beaucoup plus aléatoire chez le pêcher et chez l'abricotier"

"La taille des arbres fruitiers mode d'emploi" de J. Beccaletto et D. Retournard... (responsables potager du roi à Versailles / collection fruitière du Jardin du Luxembourg)... Un bien joli cadeau de Noël

D'après ce que je lis, la méthode évoquée par Patrice ("tuteuré à la verticale l'unique branche qui se développait. Et l'hiver d'apres taillé de facon a ce qu'elle emete deux ramures") est la bonne chose à faire. Tout comme le remplacement des charpentières se fait en tuteurant une jeune pousse (apparue "spontanément") le long de l'axe à remplacer avant de couper la vieille charpentière. Dans tous les cas, les fruits à noyaux n'aiment pas les tailles sévères (pb de gommose), et ça c'est un fait bien connu


greffer.net >> Hors-sujet