Sylviculture au JT de TF1

  1. greffer.net
  2. >>
  3. Hors-sujet


André a écrit le 21/11/2008 19:09 (ref msg # 20408 )
C'est assez rare pour être signalé !

A voir ici : http://tf1.lci.fr/infos/jt/0,,4164255,00...

J'en profite pour vous demander si vous connaissez de bons bouquins sur la sylviculture car j'ai un petit bois à entretenir.

Merki !
floyd a écrit le 21/11/2008 22:09 (ref msg # 20413 )
Salut André,
La sylviculture évolue, il peut être intéressant de voir avec les gens du Centre Régionnal de la Propriété Forestière (CRPF) les monographies souvent bien faites pour l'information des propriétaires.
Il est parfois possible de concilier coupe pour le bois de feu et arbres d'avenir pour le sciage en grume voir en grumette. Songer également à ouvrir des accès pour le matériel de "cueillette".
André a écrit le 21/11/2008 22:52 (ref msg # 20415 )
Merci Floyd !

J'ai effectivement contacté le CRPF mais mon cas est un peu particulier car je ne souhaite pas faire de la sylviculture traditionnelle (en rang d'oignons ) car ce n'est ni joli ni rentable. Je vais donc tenter de planter différentes espèces (juste pour le plaisir et la biodiversité) malgré la piètre qualité de mon sol.

Pour les allées, j'ai effectivement prévu de faire passer un bucheron pour tracer des allées puis un broyeur pour transformer les souches et rémanents en BRF.
a écrit le 22/11/2008 08:30 (ref msg # 20420 )
J'ai eu vent que les sylviculteur se rendent compte de plus en plus qu'il est préferable pour le rendement de mélanger les essences que de cultiver une seul,ainsi ils font plusieurs coupe à blanc...au lieu d'un seul.
André a écrit le 22/11/2008 08:52 (ref msg # 20422 )
Tu dois parler de la coupe mosaïque.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Coupe_mosa%...

C'est effectivement ce que je pense faire.
Eric a écrit le 22/11/2008 12:04 (ref msg # 20428 )
Sur la propriete de mon beau pere ,son pere avait plante epiceas et
douglas.Sur d autres parcelles c etait epicea/ meleze.
Les 2 a 3 ( quand l on n a pas de chance) premieres annees il
faut debroussailler pour degager les jeunes plants.Il faut
aussi replanter les trous .
Apres une dizaines d annees les arbres sont elague jusqu a 2 metres.
L annee suivante commencent les eclaircies.L on retire tous les
arbes qui ont ete trop blesse par les chevreuils ou cerfs.Ainsi que les
malforme,rachitiques et les tetes doubles.Avant ce bois etait donne
aux fermiers ,maintenant il est vendu a 10 €/M³ et les marchants viennent
le couper eux meme.
Par la suite les eclaircies ont lieux tous les 3 a 5 ans.L on retire
toujours les moins beau,les arbres casse et les arbres qui se touchent.
Ces eclaircies se font en preservant les douglas ou melezes qui ne
seront vendable qu apres 30 ans mais seront vraiment interessant entre
60 et 80 ans ( apres les scieries capable de les traiter deviennent rare).
Nous previlegons la plantation en arrete ,cela permet de debarder
sans faire trop de degats .Cette donnee est capital ,les debardeurs
travaillent pour eux et font enormement de degats.A chaque debardage
plus de 25% des arbres restant auront l ecorce du bas du tronc arrache,
Les arbres de coins perdent toute valeur marchande et ne sont preserve
que pour proteger ceux qui sont derriere.
Dans nos bois,seul sont accepte les debardeurs travaillant avec des
chevaux et les tracteurs.
André a écrit le 22/11/2008 12:28 (ref msg # 20429 )
Merci pour toutes ces infos.

Quel est l'avantage de la plantation en arête par rapport à une plantation en angles droits ?
floyd a écrit le 22/11/2008 13:31 (ref msg # 20431 )
Plutot que la mosaique, le terme qui correspond à ce qu'évoque autrevie, c'est "futaie jardinée"
Parmi les pages citées par le moteur habituel, celle-ci m'a paru intéressante:
http://membres.lycos.fr/unpeudetout/inde...

La disposition en arêtes, permet de réduire la largeur des layons en facilitant le virage dans les angles. Un peu comme pour le stationnement des voitures sur un parking.
Eric a écrit le 22/11/2008 13:46 (ref msg # 20432 )
Le probleme avec une plantation perpendiculaire au chemins est
que lors du debardage les grummes vont reste coince lors qu il faudra
s engager sur le chemin .Chaque bout de rang sera donc tres abime
(pourriture et perte de valeur des arbres),de l autre cote du chemin ce ne
sera pas mieux puisqu il faut bien passer avec le tracteur .Les
debardeurs en auront vite marre et degageront le chemin de chaque cote sur au moins 3 a 4 m.Ces arbres sacrifie ne seront pas paye et disparaiteront
durant le debardage.
Pour l angle des aretes plus elles s alignent sur les sentiers mieux c est .
J ai oublie de dire que lors que nous plantons douglas/epicea .Un rang
sur 2 est un rang 100% epicea.L autre rang est 1 plant sur 2 de douglas.
L ennui avec les epiceas est qu apres 2 coupes a blanc de cette variete
il y a la pourriture rouge ,C est pourquoi ils sont coupe en premier
et servent a guider douglas ou melezes.
Il ne faut pas hesiter a eclaisir ,les arbres seront plus beau ,pousseront
mieux et au total la production sera nettement plus eleve et les
grumes de bien meilleur qualitee.Et le bois resistera mieux au chabli
et aux maladies parce que plus aere. Il faut garder 1 m d espace etre les
couronnes.
JM a écrit le 22/11/2008 17:54 (ref msg # 20435 )
Une remarque sur le reportage : la surface forestière n'augmente pas en France "malgré" des machines d'exploitation plus performante mais plutôt "grace" à des techniques sylvicoles plus performantes qui rendent la filière bois plus intéressante économiquement.

En France (et en Europe), l'exploitation forestière n'est pas "minière", c'est une "culture" depuis pas mal de siècles. C'est à dire que les forêts sont régénérées avec l'intervention humaine après leur exploitation.

D'autre part, on doit avoir un objectif défini pour sa forêt et orienter la sylviculture en ce sens (en tenant compte des potentialités pédoclimatiques de la station pour jargonner un peu). Ce peut-être l'accueil du public pour les forêts publiques périurbaines, la production de bois d'oeuvre, de bois d'industrie (papier, taillis à courte rotation pour la production de biomasse à vocation énergétique), la chasse (on plante des couverts à gibier ...), la protection des sites (stabilisation des dunes cotières, des terrains de montagne), les champignons, la protection de la faune et de la flore. On peut aussi produire du bois et une culture agricole sur la même parcelle (pastoralisme, agroforesterie) ... La forêt peut servir à pas mal de choses, et le propriétaire doit savoir ce qu'il veut et peut faire sous peine de se planter lamentablement et de perdre son investissement.

Ensuite, il y a des grands débats de haut vol : est ce que la forêt doit être multifonctionnelle ou spécialisée, est ce que les industries de la filière bois doivent s'adapter à l'offre ou bien la sylviculture doit s'adapter aux besoins industriels ??

Le reportage de TF1, qui a du mal à cloisonner les problèmes parle du réchauffement climatique (maintenant on dit modification climatique parce que ce réchauffement n'est pas uniforme et on ne sait pas si ça se traduira par un réchauffement partout). Ce thème est en vogue en forêt et beaucoup de projets existent (mélés au problèmes énergétiques et à la fin du pétrôle avec la construction de bioraffineries).
Dans le milieu forestier on part du principe qu'il y aura des grandes sécheresses tous les étés en France etc... et on veut anticiper sur ce point là, mais c'est de la pure spéculation à mon avis. On n'a aucun moyen scientifique de prévoir le climat dans cinquante ans. Tout ce qu'on sait c'est que la température moyenne n'a jamais augmenté si vite, c'est tout. Lier la tempête de 12/99, el nino, l'été 2003 au changement climatique c'est du verbiage. Pour l'instant tout ce qu'on constate (et c'est déjà grave) c'est la fonte des glaciers.

Enfin, je m'égare, mais j'ai l'impression que le fantasme s'empare de la science et c'est inquiétant. André, où est ta forêt ?
André a écrit le 22/11/2008 18:02 (ref msg # 20436 )
Merci pour cette longue réponse.

Mon petit bois est en Gironde, là http://maps.google.com/maps?f=q&hl=f...

Qu'appelles-tu "couverts à gibier" ?
floyd a écrit le 22/11/2008 19:14 (ref msg # 20438 )
"André" a écrit :
"couverts à gibier" ?

A ne pas confondre avec couvert à poisson…
Broussailles et buissons pour offrir le gite et le couvert à différentes bestioles à plumes ou à poils. Souvent des espèces persistantes, et des plantes à baies… On est bien sur greffer.net.

Plaisir et bio-diversité sont deux puissants leviers pour un hobby assez passionnant. Tu signalais aussi, André, que ta propriété présentait au moins deux types de sol. Sans aller jusqu'à faire une sorte d'arboretum en multipliant les genres et les espèces, il y a moyen de faire une forêt-parc.

Entendre un lieu paysager avec vues, perspectives, lisières, clairières, bois clair, arbres isolés et massifs plus denses. Un lieu où la promenade devient un bonheur de tous les sens. (fruits, fleurs, couleurs, bruits naturels, toucher des écorces et des herbes…)
André a écrit le 22/11/2008 19:35 (ref msg # 20439 )
"floyd" a écrit :
Sans aller jusqu'à faire une sorte d'arboretum en multipliant les genres et les espèces, il y a moyen de faire une forêt-parc.

Entendre un lieu paysager avec vues, perspectives, lisières, clairières, bois clair, arbres isolés et massifs plus denses. Un lieu où la promenade devient un bonheur de tous les sens. (fruits, fleurs, couleurs, bruits naturels, toucher des écorces et des herbes…)

Pile poil ce que j'imagine

Mais tout est à faire pour l'instant...




Je vous posterai des photos de mon petit paradis remis en état dans quelques années. Notre passion est faite pour les gens patients...
autrevie a écrit le 23/11/2008 07:59 (ref msg # 20443 )
ca ressemble à chez moi,tu peux faire beaucoup de pergola en chataigner pour kiwi kiwaï,akebia,vigne,et ornementale(glycine bigogne clématite etc...)et faire plein de piquets pour cloturer des bestioles qui tondent.
si tu veux cultiver comme en agroforestery va falloir enlever les souches!
tractopelle...

Perso je fait la même chose mais en prairie..c'est...beaucoup moins de travaille bien sur.
et mes bandes de céréales ne sont que des bandes d'herbe pour les herbivores...(vaches ânes)
Proche de la maison les clôtures sont plus petites car ce sont les oies qui tondent...
dans les régions humide le contrôle de l'herbe est très important,sinon personne n'y va...ca donne pas envie...nous sommes des petites natures.
quand c'est tondu..c'est super esthétique et facile d'accès.
mais si rien n'est fait ça se fait tout seul...l'herbe s'auto mulch et la diversité sort d'elle même(achillée,mauve,géranium sauvage,ortie ça reste haut mais c'est mieux que de l'herbe!)...bien sur en aidant(semer,bouturer)des espèces colonisantes et très tapissante ça va plus vite
genre lippia...ça c'est le rêve dans les allées du potagé!plus de travaille pour l'implanter dans le verger,mais bon,voyez par vous même à quel point c'est intéressant:





cette petite plante tapissant adore être piétinée comme du trèfle...par contre elle reste basse même si vous ne marchez pas dessus...la tonte est inutile...a force de chercher j'ai découvert la lippia,j'ai pas encore trouvé mieux....avec elle...plus besoin de tondre...plus besoin d'oie etc...LIBERTÉ!
je la multiplie sur une butte potagère,tout comme d'autre tapissant intéressante....trouver de bonnes tapissant devenait une nécessitée pour l'entretien du lieu.
c'est sur il me reste beaucoup de boulot pour l'implanter par ci par la mais franchement ca vaut la peine!car après c'est terminé...dans certaines prairie j'ai fais des consouderaies...à cette époque le sol est nikel y a pas une touffe d'herbe...les consoudes(B14!) peuvent etre planté à 1.80m de distance...l'année prochaine je planterais entre les pieds des courges et courgettes,voire pommes de terre et choux....c'est le pied,la terre devient
très aérée,et il n'y a pas de désherbage à faire...sous les cousoudes c'est tjs humide....c'est une couverture naturelle qui peut être fréquemment coupé(14x/ans) pour nourrir avec efficacité les autres plante.
je sais que je me répète...c'est ca fonctionne...avec des photo vous comprendriez mieux la pertinence de ces techniques,mais je ne puis...l'appareille est à présent en panne et de toute façon ca reste galère...j'ai même pas les mots pour détailler ce qu'il faut faire mais je vois à peu prêt...un jour Patrice passera et ca se fera tout seul,na.
floyd a écrit le 23/11/2008 09:15 (ref msg # 20444 )
Est-ce là une de tes sources?
http://ag.arizona.edu/pima/gardening/ari...
JM a écrit le 23/11/2008 20:15 (ref msg # 20462 )
Il y a plusieurs types de sylvicultures :
La futaie équienne issue régénération artificielle (les plantations de résineux par exemple) : tous les arbres sont du même âge, de la même espèce.
Les futaies issue de régénération naturelle assistée : les grandes forêts de chêne du centre de la France.
La futaie irrégulière : la futaie jardinée en est un cas particulier bien adapté au sapin. Elle suit ce qu'on appelle une "norme" : on conserve un nombre précis d'arbres de chaque classe d'âge. L'avantage est qu'on ne dégarnit jamais la parcelle, mais il faut faire passer tous les ans le bûcheron (un très bon bûcheron !). Le mélange des classes d'âge peut se faire pied à pied pour les essences d'ombre ou par microparcelles.
Le taillis sous fûtaie : technique traditionnelle qui fait coexister bois de feu et bois d'oeuvre sur la même parcelle. C'était adapté à la société paysanne d'autrefois, ça fournissait localement du bois pour tout un tas d'usages. C'est assez peu productif.
La futaie irrégulière mélangée. Sur la même parcelle : plusieurs espèces et plusieurs âges. Sylviculture dite "proche de la nature" pronée par l'organisation prosylva. Très difficile à mettre en oeuvre comme pour la fûtaie jardinée. Mais il ne peut pas y avoir de norme. Il faut une très bonne intuition et un très bon bûcheron.
La populiculture : on plante à densité définitive (faible densité), idem pour les noyers à bois.
Les taillis industriels : ils s'apparentent à une production agricole.
JM a écrit le 23/11/2008 20:22 (ref msg # 20463 )
André, apparement tu as un sol acide vu les châtaigniers. Quelles sont les autres essences présentes sur ton terrain ? Quelles sont leurs dimensions ?
Quel est ton sol (il me semble que c'est plutôt argileux, peut-être même asphyxiant ce coin là) ? As tu de la fraîcheur dans ton sol en été ?
André a écrit le 23/11/2008 21:04 (ref msg # 20464 )
"JM" a écrit :
André, apparement tu as un sol acide vu les châtaigniers. Quelles sont les autres essences présentes sur ton terrain ? Quelles sont leurs dimensions ?

Le bois s'étend sur deux types de sol. Il est plutôt argileux au Nord et très sablonneux au Sud. La partie Nord est très peuplée (voire touffue) principalement de cépées de châtaigniers avec quelques pins maritimes et chênes de ci de là. La majorité des beaux arbres a été coupée quelques temps avant que j'achète la maison, il reste donc le "deuxième choix".

La partie Sud étant très sablonneuse, elle n'a l'air de supporter que les pins maritimes et quelques robiniers.

Je cherche désespérément un bon bûcheron pour nettoyer ce bois et repartir sur de bonnes bases mais comme mes arbres n'ont apparemment pas (ou peu) de valeur commerciale, j'ai du mal à trouver quelqu'un qui accepte de faire le boulot en se payant avec le bois...

Je crois que je vais passer les fêtes de fin d'année une tronçonneuse à la main. Si ça tente quelqu'un...
floyd a écrit le 23/11/2008 22:00 (ref msg # 20465 )
Sympathique invitation…
JM dit qu'il faut une très bonne intuition et me reprendra au besoin. Je crois qu'il ne faut pas confondre sélection et nettoyage.
Ne conserver que les gros brins pour assurer une récolte à venir ou récolter les gros brins pour payer le nettoyage? L'une et l'autre solution ne conviennent pas.
Il faut d'abord dénombrer les classes d'age, répartir les prélèvements, préserver des semenciers. C'est ce que j'ai retenu d'une conférence faite par un agent patrimonial de l'ONF…
Eric a écrit le 23/11/2008 23:03 (ref msg # 20469 )
Au sujet des semenciers ,j ai oublier de preciser que lors de la plantation il
faut porter le plus grand soin au choix des plants .Plus precisement il faut
choisir des plants issu de d arbres selectionne .En effet nous avons eu
la remarque des marchants sont venu jauger les bois lors de la soumision .
Ils reprochaient a nos arbres (Douglas) d avoir les etages de branches trop
rapproche.Cette caracteristique est tres importante pour eux ,et elle
est determine par les caracteristiques genetiques des plants.Aussi
faut il eviter d acheter des plants bon marche et privilegier des plants
issu de selections .
Quant aux melezes il faut savoir que le meleze d europe est celui qui
le plus de valeur .Les marchants font tres bien la difference entre ceux la et
les melezes du japon.La valeur de ces arbres n est pas la meme non plus.


greffer.net >> Hors-sujet