Les plantes dépolluantes ?

  1. greffer.net
  2. >>
  3. Hors-sujet


ddev a écrit le 06/08/2008 10:04 (ref msg # 18702 )
Bonjour,

Toujours dans ma "quête" de compréhension des végétaux, j'aimerais savoir comment se fait-il qu'il existe des plantes "dé polluantes" et comment elle fonctionne.

Certaines plantes meurent facilement lorsqu'on leur fait trop de misère d'autre subsistent et semble assainir l'environnement.
Voila un avantage comparatif évolutif, mais ... ?

Comment se passe en général ce processus vertueux ?
que ce soit pour les stations d'assainissement végétales / les plantes dé polluantes d'appartement :

* elles s'accommodent des polluants, elles l'extraient de l'environnement, le polluant est contenu en elle, il a plus qu'à moissonner ?

* elle sont de véritable usines chimiques qui transforment les polluants

merci
floyd a écrit le 06/08/2008 11:15 (ref msg # 18710 )
Ta question ddev, est somme toute légitime, peut-être dépasse-t-elle l'objet de ce forum?
D'autres forum, la TV et plusieurs magazines ont fait échos aux propos et prescriptions développés par une personne qui a remis au gout du jour des trouvailles développées il y a 40 ans, dit-on par la NASA.
L'air du temps se prête bien mieux à la diffusion de ces idées d'autant plus crédibles qu'elles s'avancent sous couverts d'expérimentations à caractères scientifiques.
Je n'y souscris pas.
patrice a écrit le 06/08/2008 15:19 (ref msg # 18714 )
http://www.ssc.nasa.gov/environmental/do...
floyd a écrit le 06/08/2008 20:39 (ref msg # 18715 )
Merci pour le lien.
A noter, toutes les références bibliographiques sont issues du même auteur: B.C. Wolverton.
klakos a écrit le 07/08/2008 06:11 (ref msg # 18717 )
Ce ne serait pas bien sérieux cette affaire !
Pourtant j'ai récemment lu dans le journal, qu'on avait installé un tel système à la place d'une station d'épuration (avec des croquis pour expliquer le fonctionnement) dans un village des environs.
:
patrice a écrit le 07/08/2008 07:54 (ref msg # 18719 )
Par ici aussi, de plus en plus de stations de dépollution à base de plantes.
Concernant le traitement des eaux usées, le principe est simple.
Au premier niveau, on utilise des roseaux, au système racinaire très développé.
En absorbant les eaux usées, les racines libèrent des glucides et des enzymes, et divers nutriments, ce qui va favoriser une flore bactérienne importante autour du système racinaire, qui va dégrader la matière organique.
floyd a écrit le 07/08/2008 08:35 (ref msg # 18720 )
La phyto-épuration que vous évoquez est de plus en plus pratiquée et je sais que cela fonctionne.
Ce n'est pas sur cette technique éprouvée que portait les remarques de mon premier post.

http://fr.ekopedia.org/Phyto%C3%A9purati...
ddev a écrit le 07/08/2008 10:17 (ref msg # 18722 )
Je voulais aussi évoquer une autre pollution : la pollution sonore ?

Est-il possible de bien atténuer le bruit ambiant par une "configuration" de végétaux vivant ?

J'entends souvent que le bois est un bon isolateur sonore, mais bon le bois c'est un matériau et pas un être vivant entier ... ?
JM a écrit le 07/08/2008 14:38 (ref msg # 18725 )
On a parlé de la pollution "organique" qui de dégradation en dégradation donne des minéraux qui sont réintégrés dans la chaîne trophique. Il y a aussi la pollution par des métaux lourds et c'est un autre problème car ça peut engendrer une toxicité aigüe à forte dose, mais aussi chronique par accumulation.
Le problème ce sont les sites anciens de stockage (maintenant, c'est très réglementé même si les règlements sont faits pour être contournés). Des zones entières dépassent largement les seuils admis pour les métaux lourds.
Je crois qu'on a utilisé arabidopsis (je ne sais plus si c'est l'espèce dans son intégrité ou "trafiquée") pour extraire les métaux lourds du sol et les stocker dans les tissus végétataux. Après on doit les récupérer par incinération.
floyd a écrit le 07/08/2008 18:56 (ref msg # 18727 )
Le bruit c'est une vibration de l'air, une onde sonore, de l'energie.
Pour atténuer un bruit lorsqu'il devient pollution il faut que cette énergie soit interceptée par un écran, d'autant plus efficace qu'il sera lourd et mou.
Une simple haie ne suffit pas.

Dans le cas d'un bruit terrestre (route, autoroute, voie ferrée…) un merlon de terre sera la plus efficace des solutions, probablement la moins chère, mais parfois trop encombrante.

Pour l'intégration visuelle de ce merlon, des plantations peuvent être mises en place. Intervient alors "une distance psychologique" qui rend moins "présente" une source sonore cachée…

Dans le cas d'un bruit aérien… pas de solution.

D'accord avec JM sur les polluants chimiques; redouter en bords de routes le plomb, l'amiante, les suies et autres particules. D'énormes progrès restent à accomplir, on ne sait pas dépolluer des sols.


greffer.net >> Hors-sujet