Ce qu'est un arbre ...

  1. greffer.net
  2. >>
  3. Hors-sujet


ddev a écrit le 24/07/2008 13:47 (ref msg # 18476 )
Bonjour,

Au fur et à mesure que je vous lis et que j'apprends des choses.

J'aimerais faire un peu le point, vous me dites si je me trompe :

La seule partie vivante d'un arbre est sa couche superficielle/apparente :
- son écorce
- ses feuilles
- évidement ses racines.

Si l'on pouvait comparer à un corps humain on dirait :

que le bois (est une matière morte ? inerte ?) est son squelette
du moins le centre du tronc le duramen
cf : < http://fr.wikipedia.org/wiki/S%C3%A8ve&g...;

son écorce sa peau

ses feuilles son épiderme, -> les coups de soleil lui font du bien, il ne bronze pas il photosynthétise
mais aussi ses poumons qui fabrique la sève élaborée, enfin qui transforme la brute en élaborée ?
la sève est donc comme le sang l'arbre

ses racines son coeur ? ce sont elles qui génèrent la sève brute
mais que fait battre la sève ? c'est juste un phénomène d'osmose ?
Comment repart-il au printemps ?

Comment prendre soin d'un arbre/un scion qui a perdu ses feuillles, je pense suite à un coup de chaud l'été ? c'est comme si il avait été brulé au 3eme degré ...

MeErci
autrevie a écrit le 24/07/2008 14:31 (ref msg # 18479 )
si les racines n'ont pas été touché par la violente chaleur désèchante tu peux tailler les branches pour limiter l'évaporation,ou ne rien faire a par bien arroser avec de l'eau pas glaciale et placer la plante à l'ombre...
mais...ca dépend,bien souvent quand c'est mort,c'est mort....
je n'ai pas de problème de surchauffe je laisse un membre sudiste répondre,il saura mieux que moi.

tu soulève une bonne question pour la circulation de la sève..Floyd saura répondre,il aime ce genre de question!

je suppose que la gravité joue son role tout comme la transpiration et respiration des feuilles.
mais...c'est étrange en effet!
quelle force fait monter la sève jusqu'a la cime?
floyd a écrit le 24/07/2008 15:17 (ref msg # 18481 )
A la demande générale d'autrevie comment ne pas tenter un début de réponse…

Comparer le végétal et l'animal et chercher des similitudes est tentant. Hélas aucune comparaison ne tient. Désolé je suis pour ddev et sa description de la chose.

Pourquoi la sève monte? Deux phénomènes complémentaires:
- la capilarité, cette force moléculaire qui pousse vers le haut le liquide dans un tube fin.
- la pression osmotique, cette aptitude de l'eau à passer d'un milieu peu concentré vers un milieu plus concentré.
… et ça marche jusqu'à plus de 110 mètres de hauteur dans les grands séquoia sempervirens de l'ouest américain.

Le coup de chaleur qui fait griller le feuillage peut alors être expliqué. La plante a non seulement perdu beaucoup de sève circulante mais aussi le contenu des cellules qui meurent déssèchées.
Quant à la sève circulante, la continuité capilaire est rompue et l'activité photosynthétique est réduite: la "pompe solaire" ne se réamorce pas.

Dès lors une taille limitée permet de débarasser le végétal des rameaux morts. Un arrosage au sol abondant pour rétablir la situation. Ombrière et bassinage pour laisser aux jeunes pousses une seconde chance.
ddev a écrit le 25/07/2008 10:27 (ref msg # 18493 )
Je me posais une autre question :

Un œil peut-il repartir ?
(j'exclus le cas des feuillus l'hiver qui repartent au printemps )
Vous allez me répondre peut-être tout dépend de la cause de cette perte végétative ? :
Ben alors prenons le cas d'un coup de chaud.

Exemple : un œil qui aurait donné des feuilles et qui sont tombée séchées
ou une tige mais qui c'est desséchée

Vous allez me répondre :
soit tout dépend de l'état de l'œil, sil il est lui même sec (c'est à dire mort?), il ne repartira pas
si c'est seulement sa pousse ou ses feuilles qui sont sèches alors lui peut
redonner quelques choses ?


J'ai aussi récemment observé une bouture de figuier qui repartait.
La ou il semblait n'y avoir qu'une crevasse en fait c'était un/des œil/yeux?, de plus ça à commencer par donner plein de petits point vert, plein de partie végétale en perspective ? puis il n'y en a eu qu'une qui donnait un tige.

Dans cette crevasse alors il a comme une zone prête à redonner du végétatif à "volonté" du moment qu'elle n'est pas mort ou alors elle donne une fois et c'est fini ?
ddev a écrit le 25/07/2008 10:29 (ref msg # 18494 )
Une autre petite question, mais je crois que j'ai la réponse quand on parle
d'œil à ... à bois notamment.

Un œil peut-il changer au court du temps, de son développement sur la nature de ce qu'il va donner :

il a commencé par faire une fleur -> il ne pourrait pas donner du bois
il a commencé par faire un bouquet de feuilles -> il ne pourrait pas donner du bois ?

merci
floyd a écrit le 25/07/2008 18:03 (ref msg # 18500 )
Mais comment ça marche?
En fait c'est simple…

Tout repose sur l'existence d'un méristème. Qui est ce groupe de cellules végétales aptes à se diviser… et donc à se multiplier (suis-je clair?) situé à la pointe d'un rameau en croissance.

Ce méristème produira les feuilles, les bourgeons latéraux et le prolongement du rameau selon un programme propre à l'espèce et aux conditions d'environnement.

Il peut se transformer en boutons à fleurs, cette "différenciation" est en principe irréversible et met fin à la croissance en longueur.

Au cœur d'un bouquet de feuilles il y a toujours un bourgeon.

Répétons que toute cette machinerie est auto-régulée par un jeu d'hormones végétales, le trio des auxines, gibbérélines, citokinines.

Le méristème c'est petit et fragile, de l'ordre de la tête d'épingle. Le rôle des écailles du bourgeon c'est de le protéger du froid, du chaud, du sec… et du reste du monde!

Les fameux yeux stipulaires difficiles à déceler, servent de "sauvegarde". Ils se développent lorsque le bourgeon est détruit. (voir l'asiminier de filopat).

Je vous l'avais dit c'est simple.
autrevie a écrit le 03/08/2008 09:27 (ref msg # 18691 )
Imaginez un vieux hêtre de 100 ans, de près de 20 mètres de haut avec une
couronne de
12 mètres de diamètre. Il possède 600 000 feuilles qui développent 1200 mètres
carrés de surface. A cause de la structure physique de ces feuilles, la
surface totale d'échange avec
l'air est en fait de 15000 mètres carrés ce qui équivaut à la surface de deux
terrains de football! Par une belle journée d'été, cet arbre transforme 9400
litres, c'est à dire 18 kilogrammes, de dioxyde de carbone. Avec une
concentration de 0,03% de
dioxyde de carbone dans l'air, près de 36000 mètres cubes d'air doivent passer
à travers les
feuilles. Les feuilles filtrent également de nombreuses particules en
suspension
comme des bactéries, des spores de champignons, de la poussière et d'autres
substances nocives. Dans le même temps, l'arbre évapore presque 400 litres
d'eau par jour et ainsi
humidifie l'air. Plus encore, par la photosynthèse, l'arbre produit 13
kilogrammes
d'oxygène, ce qui équivaut aux besoins de 10 personnes. De plus, cet arbre
produit 12 kilogrammes de sucre en une seule journée à partir desquels, il
fabrique toutes ses substances organiques. Certaines de ces substances sont
stockées comme l'amidon et d'autres sont
utilisées pour fabriquer du nouveau bois. Si cet arbre est abattu parce qu'il
doit laisser la place à une nouvelle route ou parce que quelqu'un s'est plaint
de son ombre ou simplement parce que l'on a besoin de l'espace pour
un nouveau bâtiment, il faudra planter quelques 2000 nouveaux arbres d'un
volume d'un mètre
cube chacun pour compenser entièrement la disparition du vieil arbre.
Ceci coûtera à peu près 150 000.
André a écrit le 08/08/2008 22:06 (ref msg # 18756 )
"floyd" a écrit :
Pourquoi la sève monte? Deux phénomènes complémentaires:
- la capillarité, cette force moléculaire qui pousse vers le haut le liquide dans un tube fin.

Selon cette source : http://books.google.fr/books?id=V80eV1H-...
la capillarité ne joue qu'un rôle très mineur dans la monté de la sève.

Ce livre a par ailleurs l'air très intéressant quoique très "technique".
floyd a écrit le 08/08/2008 22:23 (ref msg # 18758 )
Merci André pour ce lien vers un ouvrage publié en 2006.
Mes souvenirs dataient de 1976. La physiologie végétale progresse, tant mieux.


greffer.net >> Hors-sujet