Affranchissement d'une greffe

greffer.net >> Autres techniques et expérimentations

Liogood34 a écrit le 07/05/2008 15:12
Bonjour à toutes et tous,

j'ai entendu, de ci, de là, qu'il pouvait être intéressant de favoriser l'affranchissement d'arbres greffés en enterrant lorsque c'est possible le porte-greffe. Ce qui va à l'encontre de beaucoup d'autres choses lues ou entendues. Un avis ? Une expérience ? Une théorie ?

Bien à vous
Lionel
floyd a écrit le 07/05/2008 15:57
La question est pertinente, elle fait partie du top 10 des questions récurrentes.
Bien choisi le PG est adapté au sol, à la vigueur attendue, à la variété fruitière greffée.

Le point de greffage reste une zone fragile et une porte d'entrée pour les maladies venues du sol. Le couvrir de terre c'est déjà prendre des risques pour la santé de l'arbre. Voilà pourquoi ce n'est pas à recommander.

Lorsque la vigueur de l'arbre est jugée insuffisante ou si l'affinité avec la variété est médiocre on peut tenter l'affranchissement. Le système racinaire qui peut apparaitre sur le greffon va renforcer son alimentation en eau et en sels nutritifs.

Par contre, la variété peut ne pas être adaptée aux caractéristiques du sol. Dans ce cas aucun bénéfice à attendre. C'est souvent le contraire, par exemple en sol calcaire pour des plantes peu tolérantes.
patrice a écrit le 07/05/2008 20:49
On avait un peu abordé le sujet dans le cadre de la discussion sur la foret fruitière de Cluny : https://www.greffer.net/forum/viewtopic....

Dans le cadre de cet exemple, j'ai du mal à voir l'intérêt d'un affranchissement par rapport à une greffe réalisée sur un porte-greffe "naturellement semé" dans une forêt... (facon foret fruitiere de Banne).
klakos a écrit le 08/05/2008 01:41
Personnellement, j'aime bien ce concept de "retour au naturel". Le greffage reste selon moi une opération chirurgicale plus ou moins traumatisante.
L'affranchissement s'il arrive à dépasser la période transitoire dont parle Floyd et si le sol convient apporte à mon avis plus de bienfaits que de désagréments. Mais, ce n'est que mon avis.
patrice a écrit le 08/05/2008 07:44
Ca dépend de quel point de vue on se place. Si c'est un mieux être "physique " de l'arbre, sans doute.
Si on regarde la production, alors là c'est discutable. Par exemple un poirier greffé sur cognassier augmente la qualité gustative des fruits; influe sur le calibre. Affranchi, l'arbre sera peut être mieux "physiquement", mais la qualité de sa production en pâtira.
klakos a écrit le 08/05/2008 08:26
Effectivement, je n'avais pas songé à ce point.
C'est souvent dans la douleur qu'on a les meilleurs fruits.
Bien-être => bois
floyd a écrit le 08/05/2008 09:16
Et voilà, on dérive vers le psycho-anthropo-morphisme!
Vigueur = bois
Equilibre hormonal auxine/giberreline = induction florale
JM a écrit le 08/05/2008 11:10
Il m'est arrivé d'affranchir in volontairement les arbres greffés très bas. A la plantation, je mets bien le point de greffe en dessus du niveau du sol, mais avec le tassement de la terre au fil des mois, les binages, les paillage, il s'est retrouvé sous le niveau du sol. Ca m'est arrivé récemment avec un poirier de la Saint-Jean. Comment feriez vous en "curatif" ? décaissage partiel ? pose d'une paroi "anti-terre" ?
klakos a écrit le 08/05/2008 11:21
Il m'est arrivé d'affranchir in volontairement les arbres greffés très bas. A la plantation, je mets bien le point de greffe en dessus du niveau du sol, mais avec le tassement de la terre au fil des mois, les binages, les paillage, il s'est retrouvé sous le niveau du sol. Ca m'est arrivé récemment avec un poirier de la Saint-Jean. Comment feriez vous en "curatif" ? décaissage partiel ? pose d'une paroi "anti-terre" ?

Pourquoi ne pas planter un simple bâton dont le sommet matérialiserait le niveau que la terre ne doit pas dépasser ? Il suffirait d'arraser à cette hauteur.
autrevie a écrit le 08/05/2008 13:59
pour éviter cella une bouteille plastique coupée en haut et en bas + tout le coté empeche le contact du les cicatrice du greffage avec la terre.

un amis de bretagne a affranchis une 50 ene de pommier s'en y voir la moidre maladie(chez moi non plus)
de toute facon je vois pas comment un affranchis pourrais mourrir d'une maladie vus la vigeure impressionante qui s'y libère.

Je suis bien d'accord avec tout ce qui a été dit.
notament la pertinente réponse de Patrice sur le cognassier+poirier font des fruits meilleur.
je pense qu'il ne faudrais pas généraliser sur les autres especes.
Un m9 et un cultivare greffé puis affranchis donnera les meme fruit mais bp plus tardivement.
ok les PG influence légèrement la variété,c'est sur,le m9 par exemple donnerais des fruits plus sucré,mais j'ai pas vérifier,ce serais bien de vérifier les influences des PG sur les variété et les comprarer avec les meme variété mais affranchis,je suppose que la différence si elle existe sera moindre(mais c'est juste mon point de vus)

si l'affranchissement permet une vigueure prodigieuse la production certe tardive devrais etre importante du fait que l'arbre soit devenu bp plus important niveau taille(rapellez vous des experiences faites par l'inra à se sujet)la différence étais tres importante a tout point de vus.

je ne sait pas pourquoi l'asso de la foret fruitiere de Cluny affranchis ses variétés greffées sur franc...c'est pas logique,j'ai pu constater d'importante différences de point de vus sur des sujet de base entre les membres.
de toute facon un affranchis pousse plus vite qu'un greffé sur franc,alors autant greffer sur un PG facilement bouturable qui offre de plus une vigeure de première année incontournable comme les pajam's,(m9 aussi?)
l'observation sur la forme finale de l'arbre et de la rapiditée de mise a fruit
devrait etre interessante entre un PG de semis et un affranchis.
je pense que l'affranchis produit plus vite mais cella reste à voir.

j'ai jamais vus une personne regreter d'avoir affranchis son arbre,je vois les autres végeter ou croitre si lentement que cella me démoralise,certe ils donnerons,mais ce ne serons jamais des arbres digne de ce noms,les affranchis sont tout simplement monstrueusement vigoureux et le jour ou ils produirons....ce ne sera pas à moitier!
l'orsqu'un arbre végète est malade ou est trop attaquer j'affranchis,tout les problèmes s'en vont,tout comme la rapidité de mise a fruits,mais bon...au moins,la vie se déchaine.
claudeduvar a écrit le 08/05/2008 22:28
je vous avoue que cet acte d'affranchir m'a toujours paru assez obscur, peut être que ma région ne s'y prête pas. on affranchit quel type de fruitier: pommier poirier, d'autres?
si des racines se forment au dessus de la greffe elles vont être traçantes et superficielles ou alors il faut faire venir des camions de terre.
quand j'enterre trop un point de greffe ce que je constate c'est un nombre important de rejets ( st lucie, cognassier, vigne prunier), des rejets qui sont néfastes à tous points de vue.
si un arbre fruitier met des racines quand son tronc est en terre c'est qu'on peut le bouturer alors pourquoi passer par la case greffage?
autrevie a écrit le 08/05/2008 22:33
bouturer du pommier cerisier ou du poirier c'est pas facile...
les cognassier se bouturent bien....mais j'ai pas encore vérifier,certain membre l'affirment.
je ne sais pas quel type de racines les affranchis émettent,c'est tellement impressionant en surface que je ne m'en soucis pas...
ca doit etre big...
patrice a écrit le 09/05/2008 07:25

je pense que l'affranchis produit plus vite mais cella reste à voir.


C'est tout à fait concevable car l'affranchissement consiste à faire une bouture de greffon, greffon prélevé sur un arbre fructifère.

Quant au fait que l'affranchissement supprime tous les problemes de la maladie sur une plante, as-tu testé cela sur les pêchers et le probleme de la cloque? Je doute un peu sur ce point là car les francs de semis de pêcher cloquent aussi...
floyd a écrit le 09/05/2008 08:28
… l'affranchissement consiste à faire une bouture de greffon, greffon prélevé sur un arbre fructifère...

Disons une marcotte, puisqu'il est alimenté.
Sur la mise à fruit; le regain de vigueur est lié à l'activité de ces nouvelles racines… elles émettent aussi pas mal de gibbérélines. Rien de bien favorable à l'induction florale.
Sur la qualité de l'enracinement; comme le suggère Claudeduvar, les racines seront superficielles avant de pouvoir contourner la motte et descendre.
Par contre je ne m'explique pas pourquoi beaucoup plus de rejets après affranchissement.
Liogood34 a écrit le 09/05/2008 10:55
Bonjour à tous,

Claudeduvar, d'où viennent ces rejets constatés ? Du porte greffe ou du greffon ?

Lionel
claudeduvar a écrit le 09/05/2008 12:32
prenez une vigne gréffée, si vous enterrez le point de greffe nous allons avoir du bois entre les racines et la surface du sol et sur cette portion si les bourgeons n'évoluent pas en racines ils deviennent rejets, rejets bien plus délicats à enlever que le simple ébourgeonnement du cep.
idem pour les pêchers sur amandiers, le cerisier sur Ste lucie l'abricotier sur myrobolan.
autrevie a écrit le 17/05/2008 08:07
j'ai peu de recul sur l'affranchissement..j'ai affranchis pommiers et poiriers.
c'est sur que la cloque du pêcher reste...la vigne se bouture si bien,l'affranchir...pour quoi faire?
pareille pour les prunier...ces betes la doivent souffrir pour fructifier,sinon il ne font que des branches...chez moi en tout cas...
les cerisier sont déja assez grand comme ca...de plus je craint la pourriture pour cette espece...mais je n'ai rien vérifié.
pareille sur les noyer...
affranchir ne conviens pas à tout le monde.

certain semble sceptique sur l'enracinement d'un affranchis....trop tracant cellon eux...cella me semble logique aussi,peut etre que l'affranchissement n'est pas interessant pour les région sèches,je 'ai pas essayer...
mon contact affranchisseur est situé en Bretagne...c'est humide comme région.
de meme que cet article parus dans les 4 saisons du jardiange....ce verger de pommier plein vent "sur ses propres racines" est situé en Bretagne,je vous rappelle que les récoltes étaient tres importante sous les arbres géants.
en zone sèche le semis direct est interessant comme le dit Claude,Paul Morray et bien d'autre:pour l'enracinement pivotant ou semis pivotant que le semis procure.
affranchir...pas sur tout,pas partout,nuances...
désolé pour mon manque de précision.
klakos a écrit le 17/05/2008 10:48
Personnellement, j'affranchis systématiquement les rosiers.
Le sol du jardin le permet sans problème (drainant, pas calcaire) et je refuse de me laisser manipuler par les rosiéristes (durée de vie limitée ...) .
Ainsi, je profite tout de même du principal avantage du plant greffé que je vois, celui d'une floraison précoce.

L'affranchissement d'un arbre fruitier doit par contre être mûrement réfléchi.
ké20 a écrit le 16/02/2016 11:23
on peut affranchir un cerisier greffé facilement ?
Sera t'il plus vigoureux ? Ou moins ?

J'ai trouvé en forêt du Sainte Lucie , mais certains sont vraiment pas top et je serai obligé de greffer très bas , si un affranchissement est intéressant (combien de temps après la greffe?) , je le ferai pour renforcer les racines, sinon, ben , je laisse comme ça.
Merci pour vos conseils
Bruno a écrit le 16/02/2016 12:16
Cela dépend probablement de la variété de cerisier. Pour les prunus avium, il y des chances que oui. J'ai un noyaux chez moi de cerisier Van qui est vigoureux, donc non greffé.


greffer.net >> Autres techniques et expérimentations